AFTBM: une AG très instructive!

L’assemblée générale de l’Association Forêt Trièves-Beaumont- Matheysine s’est déroulé à Monestier de Clermont. Placée sous la présidence de Patrick Chion elle a abordé plusieurs thèmes d’actualité qui a rendu cette assemblée générale très instructive..

AFTBM

Patrick Chion a présenté les axes forts de l’activité de l’AFTBM en 2013.

Présence à la fête du bleu à Gresse en Vercors, journée de l’innovation fin novembre à Clelles, reprise de l’activité plaquettes forestières au pôle bois de St Michel les Portes par l’entreprise Pellissard…et surtout la création d’une Association syndicale libre de gestion forestière. ASGLF officialisée le 13 septembre 2013 à St Martin de Clelles.

Le président Jean Bernard a rappelé que les ASLGF ont pour mission d’assurer une gestion économique, patrimoniale, départementale des parcelles qui lui sont confiées.

L’ ASLGF est donc une association qui regroupe des parcelles de forêt en délégation de gestion pour une durée limitée ( 5 ans dans le cas du sud Isère).

Il n’y a bien sûr pas aliénation de la propriété. L’ASLGF offre l’accès à des compétences professionnelles, elle bénéficie de par l’étendue des surfaces gérées d’un poids économique et d’une force de négociation vis à vis de l’aval. Les ASLGF sont également en totale cohérence avec la politique forestière de l’Etat et des collectivités.

Il en est ressorti des débats que les petits propriétaires, en très grande majorité, ont tout intérêt à adhérer à une ASLGF. Celle d’alpes sud Isère compte à ce jour une trentaine d’adhérents pour 300 hectares. L’idéal: avoir en gestion entre  1500 et 2000 hectares afin de pouvoir embaucher un technicien forestier…

Autre moment fort et très débattu: la CVO…

La CVO ques-à-quo ? serait-on de dire de façon triviale.. Il s’agit d’une cotisation volontaire obligatoire…

Cette cotisation volontaire obligatoire, certains dont Antoine Pupier croyaient à « une arnaque » est une participation financière due à chaque étape de la transformation du bois. Mise en place par l’interprofession, elle s’impose donc à tous les acteurs de la filière bois, propriétaires compris. Ceux ci versent une contribution qui dépend de leur chiffre d’affaires.

Il existe à l’heure actuelle des problèmes de disfonctionnement, d’informations.. Une chose est certaine, elle est due et en cas de son non paiement, le créancier risque des poursuites… Par contre il a bien été spécifié que la CVO n’est due que si il y a eu dans l’année un chiffre d’affaires.

Inutile de dire que la CVO a fait réagir la salle..

Un conseil: vous être propriétaire forestier en Sud Isère, adhérez à l’ASLGF sud Isère… Celle ci se chargera des déclarations CVO qui sont à faire chaque année par le propriétaire forestier…

La qualification mécanique des bois est très importante et doit se développer.. Actuellement les constructeurs de charpentes en bois utilisent des bois non qualifiés mécaniquement, ce qui les oblige à surdimensionner leur structure, à utiliser trop de bois.. autre remarque: la résistance mécanique n’est pas constante pour un lot de bois. Le tri mécanique est LA solution pour éliminer les bois qui déclassent les lots. et éviter une nouvelle fois une surconsommation de bois.

La qualification mécanique du bois permet une économie de bois possible de 20% au minima. Le chiffre de 40% d’économie n’est pas utopique…

Il était temps de faire place aux interventions dont celles d’Henri gras, président de l’UGDFI et de charles Galvin, conseiller général en charge de la forêt.. A voir par ailleurs..

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8617 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

février 2014
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+