Archive | 26 février 2014

Le stand du Vercors très fréquenté..

VERCORS MER1

MERC VERX 2Toujours autant d’animation au stand du Vercors installé au salon de l’agriculture à Paris..

La journée consacrée à la découverte des produits du territoire avec l’APAP a attiré beaucoup de visiteurs dont de nombreux élus.

Nous avons remarqué JJ Queyranne, président de la région Rhône-Alpes. Il était accompagné en particulier de Michel Grégoire et Eliane Giraud, vice-présidents…

Marie Noëlle Battistel, députée a également tenu à encourager cette initiative qui continuera à avoir des retombées positives pour le Vercors, en particulier à travers son activité touristique.

Les discussions sont allées bon train.. et le Bleu du Vercors Sassenage a été très apprécié..

Le gastronomique n’a donc pas été oubliée, loin s’en faut..Deux vercoulines organisées sur le stand en compagnie de Bleuette, la mascotte, ont eu beaucoup de succès…

Le défilé des races à faible effectif organisé sur le grand ring a vu les villardes  très applaudies.
Ce jeudi il y aura également beaucoup d’animation au stand du Parc régional naturel du Vercors mais aussi à l’espace Rhône -Alpes qui sera dédié à l’Isère…
MERCX VER 3


BATTIST VER

Catégorie Communauté de Communes du Massif du VercorsCommentaires fermés

Du bronze pour l’Isère en race Tarentaise

Au concours général agricole organisé dans le cadre du salon d’agriculture de Paris, L’ EARL DE LA PETITE FORET D’ARTAS décroche une médaille de bronze avec Echine…

Voici quelques résultats..

Race Tarentaise

Vaches en cours de 2ème lactation (31F2)

3ème: ECHINE -EARL DE LA PETITE FORET
ARTAS (38440)

Race Abondance

Vaches en 1ère lactation en 100 jours (12F2)

4ème: FRAICHE  MARTIN ALBERT
SAINT-ANDEOL (38650)

Race Prim’Holstein

Femelles en 1ère lactation (66F1A)

10ème: VERCHERES GASCOGNE  GAEC DES VERCHERES
OPTEVOZ (38460)

RACE OVINE

Mouton Vendéen

Concours viande mâles Vendéen 19 à 30 mois (41M3L)

9ème: FR57658520309 – BUISSON LIONEL
L’ ALBENC (38470)

Concours laine mâles 19 à 30 mois (41M3LL)

7ème: FR57658520309 -  BUISSON LIONEL
L’ ALBENC (38470)

Catégorie élevageCommentaires fermés

Qualité de l’eau du robinet en France…

En plein salon de l’agriculture et alors que la France risque une nouvelle condamnation par Bruxelles pour les dégradations de sa ressource aquatique, l’UFC-Que Choisir rend publique, ce jour, la réactualisation de sa carte interactive sur la qualité de l’eau potable dans les 36 600 communes de France, consultable sur le site de l’UFC-Que Choisir (www.quechoisir.org). Sur la base des regrettables résultats liés aux pollutions d’origine agricole et à la sous mobilisation des moyens de prévention, l’UFC-Que Choisir appelle les pouvoirs publics à l’action pour une ressource aquatique préservée et une politique agricole de l’eau rénovée.

Par rapport à la dernière analyse de l’association, publiée en 2012, force est de noter que 280 000 consommateurs supplémentaires bénéficient  désormais d’une eau de bonne qualité, portant ainsi à 98 % la proportion de Français buvant, tout au long de l’année, une eau conforme aux critères réglementaires. Mais  cette amélioration notable ne saurait masquer les deux errements de la politique de l’eau en France : à savoir, les 1 480 000  consommateurs qui continuent à payer pour une eau non conforme, mais aussi et surtout une bonne qualité de l’eau potable  en trompe l’œil puisqu’obtenue au forceps :

  • L’agriculture, principale source de pollutions : à elles seules, les pollutions dues aux activités agricoles représentent, encore et toujours, la première cause de pollution de l’eau, 63 % des non conformités. Ainsi plus de 900 000 consommateurs, situés notamment dans les zones d’agriculture intensive du quart Nord-Est de la France,  boivent une eau contaminée en pesticides, en nitrates ou en sélénium. Par exemple à Berck dans le Pas-de-Calais ou à Coulommiers en Seine-et-Marne.
  • La persistance des défauts de traitement de l’eau : pour 33 % des non-conformités, relevées en majorité dans les zones rurales ou de montagne, la vétusté des réseaux ou le manque de surveillance des traitements d’assainissement aboutit à ce que soit distribuée à plus de 500 000 consommateurs, répartis dans 2 000 communes, une eau contaminée en bactéries ou en aluminium, par exemple à St Etienne (réseau Rochetaille-Barbanche), ou Albertville (réseau Fort Du Mont).
  • La dilution du « Grenelle de l’environnement » : les lois prises en application du « Grenelle de l’environnement » obligeaient que 500 sources d’eau potable prioritaires soient protégées, en privilégiant la mise en place sur ces territoires d’agricultures respectueuses de l’environnement. Six ans après le « Grenelle », les plans d’action actuellement développés au niveau local sont loin d’atteindre cet objectif puisqu’ils font toujours  la part belle à une agriculture conventionnelle sans la moindre contrainte réglementaire qui pourrait en limiter les excès, par exemple dans les départements de l’Eure, de la Meurthe et Moselle, de l’Oise, de la Seine-Maritime, de la Seine-et-Marne …
  • Une bonne qualité en trompe l’œil : le constat global d’une bonne qualité de l’eau du robinet ne saurait masquer une triste réalité : une eau polluée à la source qu’il faut dépolluer faute d’une réelle politique de prévention. Pourtant tenues par la loi de financer la prévention des pollutions agricoles à leur source, les agences de l’eau ne consacraient à cette mission que 6,5 % de leur budget et ne lui accordent pour leur nouveau budget que 0,5 % de plus, continuant ainsi à privilégier une trop coûteuse et malsaine dépollution des eaux. Véritable aberration écologique, cette prime à la dépollution est en outre une aberration économique puisque ce sont les consommateurs – et non les agriculteurs pollueurs – qui paient l’essentiel des taxes de dépollution : 80%  de celles-ci reposent sur eux! C’est toujours la scandaleuse règle du pollué payeur !

Plus de six ans après le lancement du « Grenelle de l’environnement » et alors que l’objectif calendaire européen d’un bon état écologique des eaux se rapproche – 2015 – l’UFC-Que Choisir dénonce de nouveau l’inadmissible passivité des Pouvoirs Publics et des agences de l’eau face aux atteintes sur la ressource aquatique. Dès lors, l’UFC-Que Choisir, qui invite les consommateurs à vérifier la qualité de leur eau potable grâce à la carte interactive mise à leur disposition, presse :

  • le Gouvernement de faire respecter les objectifs des lois « Grenelle » s’agissant de la protection des captages prioritaires,
  • les agences de l’eau de changer de braquet s’agissant de la pollution de l’eau, et de concentrer les moyens sur la prévention des pollutions, essentiellement agricoles, de l’eau.

Retrouvez l’étude et les propositions de l’UFC-Que Choisir sur « La qualité de l’eau potable en France : « à vau l’eau » ? » (PDF- 739 Ko)

Catégorie A la une, eauCommentaires fermés

Neige: point sur les conditions de circulation en Isère

Point sur les conditions de circulation en Isère

En raison de l’alerte météorologique orange « neige et verglas » dans le département, les mesures suivantes ont été prises :

  • A51 : la circulation de tous les véhicules est interdite sur l’A51, dans le sens Grenoble – Sisteron, à partir du péage du Crozet et dans les 2 sens pour les poids lourds de plus de 7,5 tonnes ;
  • RN85 : la circulation des poids lourds de plus de 7,5 tonnes est interdite sur la RN85 (Rampe de Laffrey), dans les 2 sens, entre Vizille et la Mure depuis 9h30 heures ce matin.
  • RD 1075 : la circulation des poids lourds de plus de 7,5 tonnes est interdite dans les 2 sens à partir du col du Fau jusqu’à la limite du département des Hautes Alpes.


Les conditions de circulation sont particulièrement difficiles sur le Trièves, la Matheysine et l’Oisans. Il est fortement recommandé d’éviter tout déplacement dans ce secteur.

Les conditions d’accès aux stations de sports d’hiver sont très difficiles et les équipements spéciaux sont obligatoires.

Conseils de prudence :

  • Limitez vos déplacements au strict nécessaire.
  • Soyez prudents si vous devez absolument vous déplacer. Privilégiez les transports en commun.
  • Renseignez-vous sur les conditions de circulation (www.itinisere.fr ou www.bison-fute.equipement.gouv.fr) et écoutez la radio.
  • Renseignez-vous sur les conditions météorologiques (www.meteofrance.com).

Catégorie transportCommentaires fermés

Alerte orange neige sur l’Isère

Alerte orange sur l’Isère ce mercredi 26 février, suite à un épisode neigeux


Qualification du phénomène :
Episode neigeux suffisamment notable pour engendrer des difficultés de circulation et perturber certaines activités économiques.

Situation
Il tombe actuellement de la neige lourde et collante au-dessus de 200 à 300m d’altitude. On mesure notamment 20 cm de neige à La Mure à 800m d’altitude.

Evolution prévue :
Il va continuer de neiger cet après-midi au-dessus de 400m d’altitude, très localement 200-300m sous les plus fortes précipitations.
Il s’agit de neige humide, lourde et collante.
On attend d’ici ce soir localement 5 cm à 300-400m d’altitude, 10cm autour de 600m, 20cm à 1000m.
Atténuation progressive en fin de journée et nuit.

Catégorie environnementCommentaires fermés

Charte Plan Air Climat de Grenoble-Alpes Métropole-Université Pierre-Mendès-France

A l’heure du projet de loi de programmation sur la transition énergétique, l’Université Pierre-
Mendès-France (UPMF) officialise son engagement pour le développement durable par la
signature de la Charte « Plan Air Climat » de Grenoble-Alpes Métropole.

Le Plan Air Climat de Grenoble-Alpes Métropole a pour objectif de mobiliser l’ensemble des
acteurs de l’agglomération et de structurer l’action des collectivités face au défi du
changement climatique. Il regroupe l’ensemble des mesures à prendre pour réduire les émissions
de gaz à effet de serre, dans tous les domaines de l’économie et de la vie quotidienne des
habitants. Il fixe les objectifs du territoire et définit un programme d’actions pour les atteindre :
qualité de l’air, gestion de l’eau, lutte contre les nuisances sonores, biodiversité, etc.

Les engagements pris par l’UPMF dans le cadre de la Charte Plan Air Climat portent sur le
patrimoine immobilier qui lui a été confié par l’Etat et dont elle maîtrise directement les
émissions, et, plus largement, sur l’exercice de ses activités. En signant la fiche d’engagement
du Plan Air Climat, l’UPMF s’engage :

- à réaliser un bilan carbone ;
- à appliquer le principe de sobriété énergétique ;
- à améliorer l’efficacité énergétique et la qualité de l’air ;
- à favoriser l’adaptation aux changements climatiques ;
- à intégrer des objectifs du Plan Air Climat dans tous les documents de planification lors
de l’aménagement ou l’insertion de nouveaux bâtiments ;
- à mener une action d’incitation (communication interne, promotion en externe).

Parmi les actions phares engagées à l’UPMF pour 2014 figurent :

- le lancement de travaux de réhabilitation du bâtiment Alpilles 2 du campus selon les
exigences du label BBC rénovation ;
- le lancement d’une campagne d’audits énergétiques sur les sites les plus
consommateurs susceptibles de faire l’objet d’actions d’amélioration, en commençant
par les bâtiments APA (administration) et Galerie des amphithéâtres sur le campus dans
l’optique d’en dégager un scénario ambitieux de rénovation énergétique ;
- le remplacement de la production de chaleur sur l’un des sites les plus importants de
l’UPMF par une installation plus performante.

L’UPMF se fixe également pour objectif sur la période 2005-2014 de :

- réaliser 17 % d’économies d’énergie (soit 3 points au-delà de l’objectif global du Plan Air
Climat) ;
- réduire de 27 % les émissions de gaz à effet de serre, soit 407 tonnes équivalent-CO2
évitées.

Le président de l’UPMF, Sébastien BERNARD, souligne que « l’adhésion au Plan Air Climat permet
à l’UPMF, en tant qu’acteur de l’enseignement supérieur, utilisateur et exploitant d’un parc de
bâtiments, d’atteindre un triple objectif : montrer l’exemple en réduisant le gaspillage d’énergie
et en recherchant l’efficacité énergétique ; répondre à une stratégie nationale et locale en
matière de changement climatique et contribuer à la dynamique territoriale impulsée par
Grenoble Alpes Métropole. »

Marc BAIETTO, président de Grenoble-Alpes Métropole, déclare que «l’agglomération grenobloise
fut non seulement la première en France à signer un plan climat, mais également la première à
le transformer en Plan Air Climat. Il nous faut imaginer, mettre en oeuvre les solutions qui
permettront à notre environnement urbain de s’adapter aux contraintes de demain (hausse du
prix des énergies, pollution atmosphérique, ségrégation spatiale et sociale, etc) pour que la
ville redevienne séduisante. Le défi de la transition énergétique s’impose désormais à tous. A ce
titre, je me réjouis de l’engagement de l’UPMF en faveur de la ville post-carbone ».


LA metro jaune

Catégorie La MétroCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

février 2014
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+