Archive | 15 avril 2014

Vers un étiquetage obligatoire du « made in » et des produits plus sûrs

L’étiquetage du pays de fabrication devrait être obligatoire pour tous les produits non alimentaires vendus sur le marché unique, a estimé le Parlement Européen lors d’un vote visant à renforcer les critères de sécurité des produits dans l’UE.

Les députés souhaitent également des sanctions plus fermes contre les entreprises qui vendent des produits en infraction ou potentiellement dangereux.

L’étiquetage obligatoire du « made in » pourrait améliorer la traçabilité des produits et ainsi renforcer la protection des consommateurs, estiment les députés, qui ont soutenu la proposition de la Commission visant à remplacer le système actuel d’étiquetage sur base volontaire. Environ 10% des produits repérés par le système d’alerte européen RAPEX ne peuvent être tracés jusqu’à leur fabricant.

« C’est un grand pas pour la transparence dans la chaîne d’approvisionnement, et c’est une avancée pour les consommateurs », a déclaré le rapporteur sur la sécurité des produits Christel Schaldemose (S&D, DK). Elle a regretté que les États membres n’aient pu trouver une position commune, bloquant ainsi les négociations sur le règlement.

Étiquetage du pays d’origine

L’indication du « made in » devrait s’appliquer à presque tous les produits vendus sur le marché intérieur, avec quelques exceptions comme les médicaments, estime le Parlement. Selon la proposition, les fabricants européens pourront être en mesure de choisir entre la mention « fabriqué dans l’UE » ou nommer leur pays.

Pour un produit fabriqué en plusieurs endroits, le « pays d’origine » sera celui où a eu lieu la dernière manipulation substantielle aboutissant à un nouveau produit, ou représentant une étape importante de la fabrication (telle que définie par le code européen des douanes).

Des sanctions plus fermes contre les entreprises à risque

Pour éviter les abus, les députés veulent que les sanctions soient « proportionnées et dissuasives » et prennent en compte la gravité, la durée et le caractère intentionnel ou récurrent de l’infraction ainsi que la taille de l’entreprise.

Les députés proposent également que la Commission mette en place une liste noire des entreprises ayant été en infraction de façon intentionnelle et répétée au regard des règles UE sur la sécurité des produits. Ils suggèrent également d’établir une base de données pan-européenne sur les blessures aux consommateurs causées par les produits.

« Cette législation est une étape majeure vers une surveillance paneuropéenne plus robuste, coordonnée et basée sur le risque. Une meilleure surveillance signifie des produits plus sûrs pour les citoyens européens » a déclaré le rapporteur Sirpa Pietikäinen (PPE, FI).

Prochaines étapes

Le Parlement a voté en première lecture afin de permettre au prochain Parlement d’utiliser ce travail comme base pour négocier avec les États membres de l’UE.

Catégorie Union européenneCommentaires fermés

Promotion du Sac à emporter (Doggy Bag)

Dans le cadre du pacte antigaspi conclu par le gouvernement en juin 2013 pour réduire le gaspillage alimentaire, la DRAAF Rhône-Alpes réalise une enquête auprès des consommateurs sur la promotion du sac à emporter (Doggy Bag) en France.
Plus connu outre-Atlantique, l’usage du sac à emporter en restauration offre la possibilité au client de repartir avec ce qu’il n’a pas pu finir pendant son repas et de le consommer plus tard.


Que pensez-vous de cette pratique ? A quelles conditions seriez-vous prêt à l’utiliser ? Le sac à emporter serait-il une bonne solution pour lutter contre le gaspillage alimentaire en restauration commerciale?
Vos avis et vos expériences nous intéressent.

Rapide et anonyme, ce questionnaire nous permettra d’identifier et de lever les différents freins exprimés, afin de rendre populaire dans nos restaurants le sac à emporter quand l’assiette n’est pas terminée !


Cliquez ici pour accéder au questionnaire en ligne

Merci d’avance pour votre participation

L’enquête est ouverte en ligne jusqu’au 10 mai 2014.

Catégorie déchets, environnementCommentaires fermés

Platanes: déclarations obligatoires

- Vous suspectez la présence de chancre coloré sur des platanes dont vous êtes responsable : Contactez la FREDON Rhône-Alpes ou la DRAAF Rhône-Alpes (Service régional de l’alimentation) pour  préciser le nombre de platanes atteints et leur localisation.

La FREDON Rhône-Alpes est qualifiée pour réaliser un diagnostic sur arbres suspects.

- Vous devez entretenir ou abattre des platanes sains d’apparence, ou bien entreprendre des travaux de voirie à proximité : Déclarez ces interventions grâce au formulaire de déclaration de travaux .

Ce formulaire est celui que vous devez également utiliser pour déclarer les travaux d’assainissement d’un foyer de chancre coloré déclaré.

- Vous souhaitez remplacer les platanes abattus par la variété résistante Platanor (r) Vallis Clausa : Déclarez cette plantation grâce au formulaire de déclaration de plantation du Platanor (r)

Catégorie - filière bois, natureCommentaires fermés

Corinne ORZECHOWSKI déléguée aux industries agroalimentaires

Conscient de l’importance stratégique des industries agroalimentaires pour le redressement de notre pays, Stéphane LE FOLL a annoncé aujourd’hui la nomination d’une déléguée aux industries agroalimentaires avec comme mission l’animation et la coordination des politiques publiques et des actions en faveur du développement économique de ce secteur.

©Min.Agri.FrCorinne ORZECHOWSKI, préfète, occupera cette fonction, au sein de la Direction Générale des Politiques Agricoles, Agroalimentaires et des Territoires. Elle était précédemment directrice de cabinet de Guillaume GAROT, ministre délégué chargé de l’agroalimentaire.

Son action s’articulera autour de la mise en œuvre du contrat de la filière alimentaire et du plan industriel. Les acteurs du secteur et en particulier les représentants des industriels et des salariés disposeront ainsi d’un référent pour poursuivre les actions engagées en faveur des filières.

Ainsi, la déléguée aux industries agroalimentaires sera facilitatrice pour mobiliser des financements pour déclencher la modernisation des outils industriels, favoriser l’innovation, relever le « défi vert », accompagner les projets à l’export des entreprises afin de consolider et d’accroître les positions des entreprises françaises à l’international.

Dans le cadre du Pacte de Responsabilité, la déléguée aux industries agroalimentaires accompagnera les signataires de l’accord de branche pour permettre la réalisation des engagements en termes d’emplois et de formation contenus dans cet accord professionnel, et appuiera les filières agroalimentaires dans toutes leurs initiatives en termes d’emploi, poursuivant par exemple le travail engagé sur l’amélioration des conditions de travail.

Enfin, la déléguée aux industries agroalimentaires appuiera les secteurs agroalimentaires fragiles dans leurs efforts en terme de structuration et de consolidation, à commencer par les filières viandes et notamment la filière volaille.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Grenoble: des moutons sur les pentes de la Bastille…

Les pentes de la Bastille à Grenoble seront entretenues par… des moutons…

Décidée par l’ancienne municipalité, cette opération a été retenue par la nouvelle, conduite par Eric Piolle ( EELV).

soayQuatre brebis, un bélier et cinq agneaux ont été installés sur les pentes encerclant le fort de la Bastille. Cette expérimentation sera très étudiée et en fonction des résultats elle pourrait s’étendre sur d’autres parcs de la ville de Grenoble.

Les moutons sont de race rustique en voie de disparition, le mouton de Soay. Race robuste  qui s’adapte à des conditions climatiques, de relief rudes et à de maigres ressources alimentaires. Elle peut donc rester dehors toute l’année.

Cette opération, menée par le service des espaces verts de la ville, est réalisée en partenariat avec Naturama, association environnementale rhônalpine qui a mis à disposition les animaux.

A noter que les animaux sont installés dans deux enclos placés à proximité de l’aire de pique-nique du « Glacis » et du parcours d’Acrobastille.

Cette expérimentation qui durera jusqu’au mois de juillet a pour but « de maintenir la biodiversité, de lutter contre les risques d’incendie et de sensibiliser les visiteurs à la préservation de la nature en ville » et pourrait se développer à grande échelle. Tout ce qui contribue à ramener les animaux en ville est utile », selon le maire Eric Piolle qui parle aussi « d’agriculture en ville. »

Cette opération, conduite par le service des espaces verts de la ville, est réalisée en partenariat avec Naturama, association rhonalpine d’éducation à l’environnement qui met à disposition les animaux.

Source : article Des moutons sur la Bastille – Place Gre’net de PlaceGrenet

Vous qui allez prendre les bulles, monter ou descendre les pentes de la Bastille: cherchez le mouton..

Catégorie environnement, ovinsCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

avril 2014
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+