Archive | 19 avril 2014

Nouveau statut de l’animal : la FNSEA craint des répercussions sur l’élevage..

La FNSEA craint que la reconnaissance de la sensibilité de l’animal nuise à l’élevage. Elle le fait savoir à travers une lettre de son président Xavier Beulin envoyée au président de la République, François Hollande.

Voici ce courrier

FNSEA 1FNS 2FNS 3

Catégorie élevageCommentaires fermés

Bilan positif des coopératives laitières dans leur adaptation aux marchés !

La FNCL – Fédération Nationale des Coopératives Laitières – décrypte les grandes tendances des marchés nationaux et internationaux dans lesquels évoluent les coopératives laitières.

Au regard de ce contexte, la Fédération accompagne les coopératives laitières face à ces enjeux économiques et structurels. Pour ce faire, elle dresse le panorama des pistes et stratégies mises en place par les coopératives laitières au regard de la sortie des quotas : un bilan tourné vers l’export déjà positif et une volonté de se consolider sur le marché intérieur.

L’EXPORT : UNE OPPORTUNITE NOUVELLE POUR LES COOPERATIVES LAITIERES

A la conquête des marchés mondiaux

Depuis plus d’une décennie, des opportunités commerciales croissantes naissent sur les marchés français, européens et internationaux, ces derniers connaissant depuis 2010 un regain visible de compétitivité. De nouvelles opportunités se présentent pour l’industrie laitière française, avec, entre autres, l’émergence des classes moyennes dans les pays en développement, grandes consommatrices de produits laitiers.

A titre d’exemple, les importations de poudres de lait des BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) ont atteint 110 000 tonnes début 2008 pour plafonner à 710 000 tonnes fin 2012.

De la même manière, les importations de fromages, sous la barre des 100 000 tonnes en 2000, dépassent les 400 000 tonnes depuis 2012*.

lait

Cependant, si ces opportunités sont bien réelles, des écueils subsistent pour l’industrie laitière française. En particulier, la volatilité du prix des produits laitiers s’est accrue de manière forte comparé aux prix stables du lait institués par la politique des quotas : la poudre de lait écrémé a, par exemple, connu un prix mondial moyen de 2 500 € la tonne ces dernières années… avec des variations allant de 1 300 € à 4 200 € la tonne**.

Par ailleurs, de nombreux concurrents, déjà présents sur le marché, cherchent eux aussi à gagner en part de marché à l’international, qu’il s’agisse de la Nouvelle-Zélande, l’Australie, les Etats-Unis ou encore de certains états des Balkans.

L’enjeu pour les coopératives laitières et les autres acteurs de la filière : saisir les opportunités

Les coopératives laitières françaises, qui représentent 56 % du lait collecté en France, sont, par nature, très variées tant par leur taille, leur territoire que par leurs activités, développant des gammes de produits très divers.

Comme le souligne Benoît Rouyer, Directeur du département Economie et Territoires du CNIEL : « La taille et le mix-produit vont déterminer dans quelle mesure chaque entreprise laitière peut investir le marché intérieur et international.

On sait par exemple que le lait infantile et le fromage fondu fabriqués en France auront un rayonnement commercial international, tandis que l’emmental et les pâtes molles seront destinés avant tout au marché européen, et les spécialités régionales, en priorité au marché français.

Une seule certitude : s’il y a une véritable dynamique de croissance des exportations, qui représentent 6,9 milliards d’euros tous produits laitiers confondus, le marché de détail français reste incontournable avec un potentiel de 15,4 milliards d’euros chaque année. »

ENTRE EXPORT ET MARCHE INTERIEUR : A CHAQUE COOPERATIVE, SA STRATEGIE !

Dominique Chargé, président de la FNCL, souligne : « Depuis plusieurs années, la FNCL mène un travail de fond auprès et avec les coopératives laitières pour les préparer aux nouveaux enjeux de 2015. Ces travaux sont bâtis autour de trois piliers : l’accompagnement de la dynamique sociétariat, la maîtrise de l’équation laitière et le travail sur la performance économique.»

L’accompagnement des associés-coopérateurs demeure essentiel à l’aune de la levée des quotas : chaque coopérative, qui dispose de ses propres caractéristiques de taille et d’activité, adopte une stratégie avec ses associés-coopérateurs et fait des choix pour profiter des différents débouchés à sa portée :

Sur quels marchés se développer ?

-Le marché intérieur, à consolider nécessairement avec un potentiel en valeur avec l’innovation, la segmentation voire l’hyper-segmentation, la réponse aux nouvelles attentes des consommateurs (qualité des produits, traçabilité et proximité, environnement…)

- Les marchés aux différents exports : Europe et pays émergents, avec de fortes opportunités en volume comme en valeur. Ces deux marchés, en fait complémentaires, sont cruciaux pour les coopératives laitières si elles veulent se consolider et moins dépendre du marché français miné par des relations industrie-commerce tendues.

Comment investir pour augmenter la production et/ou se diversifier ?

-Augmenter sa capacité de production comme Eurial pour la mozzarella à Luçon, pour une capacité portée à 20 kilotonnes ;

– Faire le choix de développer des produits à haut potentiel à l’export, comme la poudre de lait. On peut citer en exemple la nouvelle tour d’Eurosérum à Pont-sur-Saône (70), pour un budget de 35 millions d’euros.

- Développer des produits à valeur ajoutée comme chez Laïta avec les pâtes pressées à hauteur de 18 millions d’euros (Ploudaniel).

Quels partenariats nouer ?

Du partenariat industriel à la fusion, en passant par des alliances logistiques ou commerciales, les coopératives laitières ont opéré ces dernières années un travail important de restructuration et de consolidation, pour répondre aux enjeux de la nouvelle donne mondiale.

« L’un des nouveaux grands défis sera celui de la maîtrise de la volatilité qui va impacter l’ensemble des maillons de la chaîne laitière.

Pour les producteurs, cela signifie redevenir entrepreneurs et piloter la gestion de leur exploitation ; pour chaque coopérative, c’est développer une stratégie gagnante, propre à ses produits et aux marchés pouvant être investis. Relever ce défi est possible grâce à l’essence même de la coopération laitière, « Ensemble, on est plus fort ! » » ajoute Dominique Chargé.


* Chiffres CNIEL / Comtrade ** Chiffres CNIEL / USDA

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

avril 2014
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+