Catégorie | céréales, énergies

La ministre de l’écologie veut plus de biogaz : un voeu pieu sans le maïs

Lors d’une conférence de presse pour présenter les priorités de son ministère, la Ministre
de l’Ecologie a déclaré vouloir « au niveau national, une unité de méthanisation par canton rural ».

L’AGPM se félicite de cette déclaration qui dynamise le rôle de la méthanisation agricole dans la
production nationale de biogaz déjà soutenue par le Ministère de l’Agriculture.

L’AGPM est cependant consternée par le parti pris négatif affiché à l’encontre du maïs et son
utilisation en méthanisation alors même que sa productivité et sa polyvalence lui permette de
répondre efficacement au « produire plus et mieux » affiché par le Président de la République
François Hollande

L’AGPM regrette ce refus dogmatique d’utiliser des cultures énergétiques, et notamment le maïs, car
elles sont le plus souvent indispensables pour alimenter des installations économiquement viables.
En effet, les cultures énergétiques dédiées, ou s’appuyant sur l’utilisation innovante de Cultures
Intermédiaires à Vocation Energétique (dérobées, réalisation de 3 cultures en 2 ans), apportent un
pouvoir méthanogène complémentaire des effluents d’élevage, qui le sont peu. Ces systèmes, dans
lesquels le maïs a toute sa place, permettent donc de répondre aux enjeux de production
alimentaire, d’énergie et de couverture des sols. Enfin, la méthanisation peut constituer un élément
de stabilité du revenu des exploitations, céréalières ou d’élevage, et dans certains cas, un apport
d’engrais appréciable.

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8496 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

avril 2014
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+