Archive | 20 juin 2014

Alain Cottalorda président du conseil général de l’Isère

André Vallini, nommé au gouvernement.. Il fallait élire un nouveau président du conseil général de l’Isère.

Val Alain Cottalorda ( PS) est élu..

il obtient 40 voix. Son concurrent Pierre Gimel( UMP) 17 voix et un bulletin nul.

Pour rappel, André Vallini a présidé pendant 13 années le conseil général de l’Isère.


Catégorie collectivitésCommentaires fermés

Troisième Journée de l’ambroisie

Depuis 2012, à l’initiative de l’International Ragweed Society (www.internationalragweedsociety.org), le premier samedi de l’été a été désigné comme la « Journée de l’ambroisie ». Un peu partout dans le monde, en Europe et en France, des animations sont organisées pour informer le grand public et les professionnels sur les problèmes générés par l’ambroisie à feuilles d’armoise, espèce allergisante et invasive, et pour encourager la mise en place d’actions de lutte contre cette espèce.

Les objectifs affichés de cette journée d’actions sont :
- faire connaître l’ambroisie et ses impacts notamment sur la santé et le milieu agricole
- mobiliser l’ensemble des personnes concernées par cette problématique et de coordonner les mesures de lutte.

La 3e édition de la Journée de l’ambroisie aura lieu le samedi 21 juin 2014. Afin d’informer le plus largement les institutions publiques, les gestionnaires, le monde agricole, les élus et avant tout le grand public, cette journée sera l’occasion pour tous d’échanger sur la question de l’ambroisie et d’agir en conséquence.

Pour laisser plus de liberté à l’organisation d’actions, toute manifestation comprise entre le 14 juin et le 29 juin 2014 pourra être rattachée à la Journée de l’ambroisie. La forme de la manifestation est laissée au choix de l’organisateur. A cette période de l’année, l’ambroisie n’ayant pas encore pollinisé, elle est observable et manipulable avec peu de risques et des actions de gestion peuvent être mises en place.

Ces manifestations peuvent prendre différentes formes : réunion d’information, journée d’échange, démonstration de méthodes de lutte, animation pédagogique, réflexion autour d’un plan d’action… Les supports de communication sont nombreux, certains sont disponibles ici et peuvent être utilisés pour informer sur la problématique de l’ambroisie.

Une plaquette informative relative à cette journée est téléchargeable ici.

L’Observatoire des ambroisies est bien entendu partenaire de l’événement et peut vous accompagner si vous souhaitez organiser une action. De la documentation au format papier (dépliants, affiches) ou informatique peut être fournie aux structures qui en feront la demande.

Pour en savoir plus:

http://www.ambroisie.info/

Catégorie environnementCommentaires fermés

Marque Savoie : une marque en évolution pour garantir sa pérennité

La réforme territoriale en cours de préparation fait peser des incertitudes quant aux futures compétences des Conseils Généraux. Malgré la confiance et le soutien financier de l’Assemblée des Pays de Savoie, l’association Marque Savoie doit travailler à une plus grande autonomie financière.

François Mogenet, son président, et vice-président du Conseil Général de Haute-Savoie a évoqué, ce jeudi 19 juin, lors de l’assemblée générale,  à l’espace de rencontres Favre de Val-De-Fier, les perspectives d’avenir et pistes de réflexion pour élargir la gamme de produits et d’établissements de Marque Savoie.

marque B4

Une réponse apportée aux interrogations qui avaient pointées lors de la dernière AG quant à l’avenir de Marque Savoie et de son développement indispensable à la mission qui lui a été confiée il y a 40 ans : assurer la promotion et la communication des produits savoyards.

Une charte exclusive Marque Savoie pour les restaurants

Un des critères d’agrément à Marque Savoie pour les restaurateurs était leur adhésion à une des chartes qualité reconnue au niveau nationale, de type « Qualité tourisme », « Logis de France », « Tables et Auberges de France », « Camping Qualité » …Certains restaurants, ne pouvant pas faire cette démarche et privilégiant tout de même des fournisseurs et prestataires situés sur les Pays de Savoie, étaient pénalisés. Pour faciliter les adhésions, une charte propre Marque Savoie a été mise en place tout en gardant un niveau de service correspondant aux critères qualité et aux exigences concernant l’utilisation des produits Savoie.

À ce jour, 11 restaurants sont labellisés Marque Savoie. Vous pouvez les retrouver sur le site www.marque-savoie.com.

Une pondération sur la matière première des charcuteries

Le manque de production locale de porcs sur les territoires de Savoie avait conduit à l’élargissement de la zone d’approvisionnement de cette matière à Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne et Franche-Comté. Pour autant, cette mesure n’avait pas suffi à débloquer la situation. Aucun produit de charcuterie n’était labellisé Marque Savoie. La filière viande de Savoie a donc été invitée par le conseil d’administration pour étudier l’organisation de la production porcine locale et plus globalement française.

Devant les quantités insuffisantes et les circuits commerciaux qui rendaient difficile l’approvisionnement pour les transformateurs savoyards, le Consortium des Salaisons de Savoie a suggéré un approvisionnement sur la France entière pour de la viande de porc VPF ( viande de porc française) garantissant que les porcs sont nés, élevés et abattus en France. Suite à cette décision adoptée par le conseil d’administration, l’entreprise des Salaisons du Mont-Blanc est devenue adhérente Marque Savoie début 2014 et d’autres entreprises sont attendues prochainement.

Un travail collectif de réflexion pour l’élargissement des produits labellisés

marque 1 B

« Comment intégrer les autres produits du territoire qui ne sont ni sous marque, ni sous label ? » évoque Jean-Sylvain Costerg, de la CCI Savoie et président de la commission qualité de Marque Savoie. Des réflexions se poursuivent au sein de l’association, notamment dans la continuité du programme Alcotra, de coopération transfrontalière, pour l’impulsion de nouvelles stratégies territoriales, ou avec les Chambres de Métiers et d’Artisanat, CCI des Pays de Savoie et syndicats de produits pour l’ouverture de la Marque Savoie à des produits non alimentaires de type manufacturés, industriels ou artisanaux.

Un plan d’actions de communication varié et multicanaux

L’année 2013 a été riche en événement et actions pour l’association.

Au-delà des insertions publicitaires, newsletters institutionnelle, spécialisées ou le développement des relations presse, deux campagnes publicitaires se sont déroulées pendant les périodes touristiques afin de capter autant les consommateurs locaux que les visiteurs. Les produits Marque Savoie ont été mis à l’honneur sur une soixantaine d’opérations dans et hors des Pays de Savoie. Marie-Laure Servettaz, Directrice, a rappelé d’ailleurs que les cotisations et redevances perçues étaient en partie compensées pour les adhérents via l’achat de produits pour ces actions.

marque INT

En plus des actions ciblées de promotion des ventes avec la grande distribution, Marque Savoie apporte une attention toute particulière aux actions de communication numérique sur internet, via les réseaux sociaux ou les blogs culinaires. Dans cet esprit, une refonte complète du site internet marque-savoie.com a été réalisée début 2014.


« Pour terminer, je souhaite que nous puissions œuvrer dans la sérénité au développement de la marque Savoie, au service de ses adhérents. » conclue François Mogenet.

Salon « Made In Savoie’s » en préparation

Un salon de promotion du savoir-faire des deux Savoie, ouvert au grand public, se tiendra les 28 et 29 mai 2015 à Savoiexpo.

Varié, représentatif des produits des Pays de Savoie tant agricoles, qu’industriels ou touristiques, ce projet se veut un temps de partage entre les entreprises, sociétés, institutionnels et consommateurs. Itinérant, le salon se tiendra en Haute-Savoie en 2016.

Compte rendu Charlotte Reynier- Poête

Catégorie Marque Savoie, Pays de SavoieCommentaires fermés

Moindres pertes de terres agricoles depuis 2008

En trente ans, les terres agricoles ont reculé de près de 7 %, au profit de l’urbanisation.
Elles occupent désormais 51 % du territoire métropolitain alors que les espaces naturels, globalement préservés, en occupent environ 40 %. Après un pic entre 2006 et 2008, les pertes de terres agricoles retrouvent depuis un niveau plus proche de la tendance historique : – 52 000 hectares par an entre 2008 et 2010, – 42 000 entre 2010 et 2012.

Les terres agricoles occupent 28,2 millions d’hectares (ha) en 2012, soit 51 % du territoire métropolitain. Plus des deux tiers d’entre elles sont cultivées et le complément reste toujours en herbe pour les pâtures (alpages et prairies permanentes). Les espaces naturels (sols boisés, landes et friches, sols nus naturels et zones humides) couvrent 21,7 millions d’ha, soit 40 % du territoire.
Les espaces artificialisés, qui comprennent les sols bâtis (y compris les bâtiments et habitations agricoles), les routes et infrastructures et les espaces verts (parcs, jardins publics ou privatifs, terrains de sport…) couvrent 5 millions d’ha, soit 9 % du territoire. Au cours des trente dernières années (1981-2012), les terres agricoles se sont rétractées au profit, essentiellement, des espaces artificialisés, les sols naturels restant relativement stables.
En trente ans, entre 1981 et 2012, le recul relatif des sols agricoles a été plus ou moins marqué selon les régions. Il est particulièrement élevé dans les deux régions du sud-est Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes- Côte d’Azur (au moins – 17 %). Il est également supérieur à la moyenne nationale (- 7 %) dans les régions Rhône-Alpes, Alsace, Bretagne, Nord- Pas-de-Calais, Aquitaine, et Pays de la Loire (entre – 9 % et – 11 %).
Plusieurs facteurs sont susceptibles d’expliquer ces disparités. En particulier, les besoins d’artificialisation des territoires peuvent être plus ou moins élevés selon l’accroissement des populations, l’évolution des structures familiales, l’ampleur de la péri- urbanisation, le choix des politiques locales d’urbanisation ou l’attractivité touristique. Les logiques sous-tendant la conversion de terres agricoles en espaces naturels varient également selon les spécificités des territoires (passage de certaines terres agricoles en friche en périphérie de ville en préalable à l’urbanisation, déprise agricole dans des zones plus rurales avec évolution des terres vers de la lande ou de la forêt par boisement spontané), les arbitrages entre divers usages concurrents des terres dépendant également de la qualité des sols.
Pour lire le dossier complet cliquer sur:
agreste

Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

Paquet énergie-climat 2030

Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, a reçu Connie Hedegaard, Commissaire européenne à l’Action pour le climat. Elles ont essentiellement échangé sur la préparation des négociations sur le « paquet énergie-climat 2030 ».

L’adoption du « paquet énergie-climat 2030 » constitue une étape essentielle pour construire une Europe de l’énergie, qui répondrait à la fois aux enjeux du dérèglement climatique et de la sécurité énergétique, tout en permettant aux Européens d’être à l’avant-garde d’une transition vers l’économie verte.

Connie Hedegaard a insisté sur l’urgence d’un accord pour que l’Union européenne puisse contribuer, à la hauteur de son ambition et de ses responsabilités, à la préparation de la Conférence internationale du Climat (COP 21), qui se tiendra à Paris fin 2015.

Ségolène Royal a rappelé l’engagement de la France à faciliter les discussions lors du Conseil européen des 26 et 27 juin, afin que l’Union européenne puisse aboutir, avant le mois d’octobre, à un accord sur les objectifs collectifs proposés par la Commission européenne :

  • la réduction d’au moins 40 % des émissions domestiques de gaz à effet de serre,
  • le développement des énergies renouvelables à hauteur de 27 %,
  • et un objectif global d’efficacité énergétique.

Pour la Ministre, une approche globale des enjeux de sécurité énergétique et de la lutte contre le dérèglement climatique est indispensable.
Elle appelle à la mobilisation de tous les moyens existants pour le développement de projets énergétiques concrets, porteurs d’innovation, de croissance économique et d’emploi.

Cette Europe de l’énergie doit être une Europe des projets, qui incarne tout à la fois :

  • notre ambition climatique,
  • notre excellence technologique,
  • et notre indépendance énergétique.

La Ministre et la Commissaire ont également échangé sur la préparation de la Conférence internationale du Climat, qui se tiendra à Paris en décembre 2015. Toutes deux partagent le même souci de maintenir la confiance entre partenaires et la dynamique des discussions, tout en veillant à la mise en œuvre des décisions des conférences précédentes.

La capitalisation du Fonds vert pour le Climat et la ratification des amendements au protocole de Kyoto constituent pour elles des priorités.

Catégorie énergiesCommentaires fermés

Mise au point sur l’utilisation des produits phytosanitaires

Ségolène ROYAL, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie et Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, vont mettre en place des mesures de protection destinées à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à proximité de certains lieux sensibles : les écoles, les crèches et les bâtiments de soins comme les hôpitaux ou les maisons de retraites.

Les mesures de protection envisagées autour de ces bâtiments sont variées : haies, buses anti-dérives, dates et horaires d’utilisation des produits, etc. En l’absence de mesure de protection adaptée, une distance minimale d’utilisation sera à respecter.

Le projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt entre en phase de deuxième lecture à l’Assemblée nationale les 7 et 8 juillet prochain, le Gouvernement proposera aux députés un amendement en ce sens dès la semaine prochaine lors de l’examen de la loi en Commission.

Il n’a jamais été question d’interdire cette utilisation à 200 mètres des habitations ce qui concernerait une grande partie de la surface agricole nationale.

Catégorie agriculture, environnementCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

juin 2014
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+