Archive | 20 septembre 2014

Coopenoix: Yves Renn succède à Pierre Gallin Martel

Lors du conseil d’administration du 18 septembre, le premier qui a suivi l’assemblée générale annuelle de Coopenoix, Yves Renn a été élu président de la coopérative. Il succède à Pierre Gallin Martel qui avait été élu à la présidence de Coopenoix en 2005.

Yves Renn est producteur de noix à Serre Nerpol.

Il sera secondé par deux vice-présidents: René Bayle et Gilles Brichet-Billet.

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Un Sommet de l’élevage sous le signe du Mouton

Un stand pour informer sur le métier d’éleveur…

Afin de réussir son pari et d’installer 10 000 éleveurs dans les 10 prochaines
années, la filière ovine présentera les atouts de son métier et ses
perspectives d’avenir. En effet, grâce au rééquilibrage des aides de Bruxelles,
obtenu en 2009, et aux perspectives que laisse entrevoir la nouvelle PAC, à
un marché favorable et des prix stables les conditions d’installation sont
favorables. L’élevage de brebis est capable de s’adapter à de nombreux
contextes et systèmes d’exploitation dans toute les régions de France et peut
largement trouver sa place en tant qu’atelier complémentaire :
complémentarité avec un atelier bovins allaitants sur l’utilisation des pâtures hivernales, valorisation des
couverts végétaux, etc. Dans le cadre d’une installation, l’élevage ovin demande un besoin limité en capitaux
par rapport à d’autres productions. La haute technicité de cette activité en fait également une production
captivante avec la satisfaction d’être le propre patron de son entreprise.

La filière ovine est aujourd’hui caractérisée par une forte demande en main-d’oeoeoeoeuvre. Des repreneurs sont
recherchés, ainsi que des salariés qualifiés (salariés d’exploitations ovines, de groupements d’employeurs, de
service de remplacement, salariés d’organisations professionnelles agricoles…). Dans les 10 années à venir,
58% des éleveurs de brebis partiront à la retraite. Ils détiennent 43% du cheptel français. Pour conserver son
potentiel actuel de production, la filière doit installer.

… et de nombreuses animations pour montrer ses différentes facettes

Afin de démontrer l’attractivité du métier d’éleveur de nombreuses animations seront proposées par les différents acteurs de la Reconquête Ovine.

LA COUPE DU MONDE DES JEUNES BERGERS

La Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni, la Bulgarie, les USA, le Chili…. Une vingtaine de délégations étrangères
sont invitées à participer à la 2ème « Coupe du Monde des Jeunes Bergers » qui se déroulera pendant 2 jours :

mardi 30 Septembre au Lycée agricole de Brioude Bonnefont (43)
et le mercredi 1er Octobre au Sommet de l’Elevage à Cournon-d’Auvergne (63).

Une trentaine de jeunes âgés de 19 à 25 ans, suivant une formation agricole ou déjà en
activité, se disputeront le titre de Meilleur Jeune Berger du monde. Clément Puech,
vice-champion européen 2013 des jeunes bergers, et Gaël Eyssautier, champion 2014
des Ovinpiades nationales, auront l’honneur de porter les couleurs de la France. Au
programme pour ces jeunes compétiteurs, une série d’épreuves variées à la fois
théorique et pratique qui permettent d’appréhender l’élevage ovin au travers de
gestes concrets : tri des brebis, parage des onglons, évaluation de la note d’état
corporel des brebis, évaluation de l’engraissement d’agneaux, manipulation des animaux, conduite de quad, tonte…

Ils visiteront différents systèmes d’élevage ovin français, viande et lait, dans plusieurs régions, mais aussi ils
découvriront la région Auvergne, la gastronomie française, la capitale…

Les Ovinpiades des Jeunes Bergers, au-delà d’une compétition amicale et sportive, ont pour objectif de faire
connaître le métier d’éleveur de brebis dans le milieu agricole, mais aussi auprès des populations urbaines, et
de susciter des vocations afin d’anticiper le renouvellement des générations d’éleveurs ovins.

Tout comme la France, d’autres pays sont confrontés aux mêmes difficultés de renouvellement des
générations d’agriculteurs. Par cette action, l’Association Internationale des Ovinpiades, créée en janvier
2013, vise à favoriser les échanges entre jeunes autour du thème de la formation et de la production ovine.

Mardi 30 Septembre à 16h
Amphithéâtre du Lycée Agricole de Brioude Bonnefont (Haute-Loire)
Conférence internationale
« Installation en élevage ovin & renouvellement des générations d’éleveurs »
Témoignages de délégations étrangères présentes

Catégorie foires/salons, ovins, élevageCommentaires fermés

LUTTE CONTRE LA CUEILLETTE ILLICITE DE CHAMPIGNONS DANS LE VERCORS


En ce début d’automne, la saison de la cueillette des champignons a débuté. Dans le cadre de leur comité opérationnel départemental de lutte contre les fraudes (CODAF), les départements de la Drôme et de l’Isère se mobilisent conjointement pour lutter contre les nuisances constatées dans le passé résultant des cueillettes illégales de champignons dans le Vercors.

La cueillette des champignons sauvages repose sur les dispositions du Code forestier. Qu’elle soit familiale ou commerciale, la cueillette est interdite sans l’autorisation du propriétaire du terrain.

L’article R.163-5 prévoit que « Le fait, sans l’autorisation du propriétaire du terrain, de prélever un volume inférieur à 10 litres de champignons, fruits et semences dans les bois et forêts est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 4e classe. Toutefois, dans les bois et forêts relevant du régime forestier, sauf s’il existe une réglementation contraire, l’autorisation est présumée lorsque le volume prélevé n’excède pas 5 litres… »
Au-delà de 10 litres, l’article L163-11 prévoit que « le fait, sans l’autorisation du propriétaire du terrain, de prélever des truffes, quelle qu’en soit la quantité, ou un volume supérieur à 10 litres d’autres champignons, fruits ou semences des bois et forêts est puni conformément aux dispositions des articles 311-3,311-4,311-13,311-14 et 311-16 du code pénal ».

Dans ce cas, les sanctions vont donc  de 3 ans d’emprisonnement et 45 000  € d’amende à 5 ans d’emprisonnement et 75 000  € d’amende  en cas de circonstances aggravantes : plusieurs personnes ou complices, violences sur autrui, acte de dégradation…
La cueillette de champignons est réglementée dans la Drôme et l’Isère : le ramassage des champignons non cultivés ne peut être effectué que dans le respect des conditions suivantes :
Récolte limitée à un panier de 5 litres par personne et par jour,
Interdiction de commercialisation sauf si la récolte fait l’objet d’une convention passée avec le propriétaire.

Les cueillettes illégales dans le Vercors ayant donné lieu dans le passé à de nombreuses nuisances telles que des occupations illégales de terrains, des opérations multi-services bi-départementales se dérouleront prochainement afin de lutter contre ces dernières ainsi que contre le travail illégal, le maintien en situation irrégulière sur le territoire des cueilleurs et contre toutes les infractions connexes qui pourraient être constatées.

Catégorie Communauté de Communes du Massif du Vercors, natureCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2014
L Ma Me J V S D
« août   oct »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+