Archive | novembre, 2014

Offres et demandes d’emploi en agriculture, en Rhône-Alpes

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . Expl., 100 VL, 100 ha, recrute un salarié. Vs effectuerez, en équipe, les travaux d’élevage (traite, alimentation, surveillance, soins) ainsi que la conduite des cultures. CDI tps plein avec pos. association. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL74-01

Drôme . Expl, maraîchage recrute un salarié pr récolter les légumes. Bonne condition physique, expérience d’au moins une saison et permis B requis. CDD tps plein 3 mois. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OMA34-26

Hte-Savoie . Ent. de paysages recrute un CHEF DE CHANTIER. Vs organiserez le secteur « entretien » de l’activité « Paysage » : contact avec les clients particuliers, les entreprises et les collectivités publiques ; Organisation du planning en fonction des commandes ; Encadrement d’équipes ainsi que le matériel ; participation aux travaux… CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OPA17-74

Savoie . Expl. recrute un fromager. Zone de montagne, prod. élevage bovin lait, transformation fromagère et vente directe. Ponctuellement, vs interviendrez en traite, alimentation et soins aux animaux. Poste logé. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL64-73

Savoie . Pépinière recrute un responsable en charge de l’atelier de greffage de plants de vigne. Vs encadrerez 15 pers. Rigueur et autonomie nécessaires. CDD tps plein 4 mois, de février à mai 2015. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OHO4-73

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . Homme cherche emploi en élevage. Titulaire BPREA. Stages réalisés en élevage ovin, caprin, bovin et transformation fromagère. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DEL57-01

Ardèche . Homme cherche emploi de jardinier-paysagiste. Titulaire BEP agricole, CACES niv. 1 et permis BE (remorque). Expériences saisonnières. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DPA4-07

Drôme . Homme cherche emploi en pépinière ou en arboriculture. Expériences saisonnières. Titulaire BTS. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DHO46-26

Loire . Femme cherche emploi d’agent fromager dans la Loire. Titulaire BTS et certificat de spécialisation par apprentissage. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVL80-42

Loire . Homme, issu du monde agricole, cherche emploi d’agent d’élevage. Expériences d’aide familiale, en apprentissage et stages en exploitation. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DEL29-42

Catégorie agriculture, economie/emploi, petites annoncesCommentaires fermés

Agriculture iséroise: sauvegarder son dynamisme..

Vendredi 21 novembre s’est déroulée la 3e et dernière session de
l’année 2014, dédiée à la présentation du projet stratégique et du
budget primitif de la Chambre d’agriculture de l’Isère pour l’année à
venir. Cette assemblée composée des représentants du monde agricole, de
ses partenaires comme le Conseil Général et de l’administration
(représentée par la directrice de la Direction Départementale des
Territoires), a pu écouter Jean-Claude Darlet, Président de la Chambre
d’agriculture, prendre la parole sur plusieurs sujets d’actualité :

• en introduction malgré l’évocation d’une conjoncture économique
agricole plutôt morose, il a voulu souligné les atouts de notre
agriculture iséroise. Ainsi en 2014 c’est plus de 100 projets
d’installation qui vont être accompagnés.

• Le Président a réagi vivement sur le volet réglementaire d’un
point de vue général mais aussi en pointant la directive
Nitrate et le projet de classement de 14 nouvelles communes
en zone vulnérable. « Ne bridons pas le développement économique
de nos exploitations et la volonté d’entreprendre de nos
agriculteurs… la réglementation est en train de tuer le peu
d’agriculture présente sur certaines communes ».

• Il a souligné avec enthousiasme les rencontres en cours avec les
élus des intercommunalités : « Ce sont des rencontres très
constructives qui nous permettent de partager les enjeux de notre
agriculture et de renforcer notre partenariat. A l’heure de la
préparation de la réforme territoriale, nous veillons au maintien de la
place de l’agriculture comme une activité économique à part entière ».

• Enfin il a déploré le projet de loi de Finances qui prévoit une
diminution de la Taxe sur le Foncier Non Bâti et qui est donc
porteur de graves conséquences pour les institutions
« Chambres d’agriculture ». « Il faudra choisir pour le réseau des
Chambres : des emplois avec une ambition pour l’agriculture ou alors
un faux équilibre budgétaire et des licenciements. Je souhaite
résolument pour notre agriculture, une Chambre d’agriculture
ambitieuse et dynamique .
»

Les syndicats agricoles ont déposé plusieurs motions qui ont été
largement débattues puis mise au vote.

7 motions ont été votées à l’unanimité

• Motion contre l’extension de la zone vulnérable en Isère
• Motion sur les modalités d’application du 5ème programme Directives Nitrates

• 2 motions sur les conditions de mise en oeuvre de la PAC 2015 et sur la conditionnalité PAC 2015

• Motion sur les modalités d’entretien des cours d’eau
• Motion sur les attaques des troupeaux par les loups
• Motion pour l’arrêt des négociations sur le partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement (PTCI/TAFTA) et sur l’accord économique et commercial global (AECG/CETA)

La Chambre d’agriculture de l’Isère et la coopération décentralisée

• Cette session de la Chambre d’agriculture de l’Isère a été l’occasion d’accueillir  Faustin Coulibaly, Président de la Chambre Régionale des Hauts Bassins au Burkina Faso.P1190979

Initiée en 2010, l’action de coopération entre les deux Chambres d’agriculture s’inscrit dans le cadre de la coopération décentralisée entre le Conseil Régional Rhône Alpes et le Conseil Régional des Hauts Bassins au Burkina Faso.

Cette coopération porte sur le renforcement des capacités et des compétences des élus et des agents de la Chambre d’agriculture des Hauts Bassins, le développement d’actions de terrain motivées par le renforcement d’une agriculture familiale et l’optimisation des productions vivrières et sources de revenus dans l’esprit du développement durable et sur les dispositifs de formation professionnelle, les établissements de formation et les parcours à l’installation des jeunes agriculteurs.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Loups : arrêtons le massacre !

C’est au pied de la Tour Eiffel que se sont terminées les transhumances venues de Bar le Duc et de Brioude, zones nouvellement touchées par la prédation, en passant par Strasbourg et Moulins. Beaucoup d’éleveurs se sont mobilisés en régions, mais plus de 300 d’entre eux se sont déplacés jusqu’à Paris pour dénoncer l’incompatibilité entre l’élevage et la présence du loup sur notre territoire national.

150 brebis noires du Velay et 100 brebis Lacaune viandes ont occupé le parvis du Champ-de-Mars, accompagnées d’une dizaine de brebis Ile de France qui devaient se rendre au Ministère de l’Agriculture et rencontrer le Ministre de l’Agriculture et la directrice de cabinet de la Ministre de l’Ecologie. Tout au long de la matinée, les éleveurs ont pris la parole devant les médias et auprès du grand public pour leur raconter leur quotidien avec beaucoup d’émotion. Ils ont été rejoints par de nombreux élus, Débutés, Sénateurs, Conseillers généraux et Maires, preuve de l’importance de l’activité ovine dans l’économie des territoires.

Une séquence émotion s’est déroulée sous l’oeil des caméras, montrant la réalité du terrain : la région Provence Alpes Côtes d’Azur, zone historique de la prédation, avait amené un corbillard avec trois victimes du loup, égorgées. Des jeunes éleveurs et éleveuses, dignes, entourant les victimes avec dans leurs bras des agneaux orphelins des mères anéanties par les crocs de ce prédateur, ont pu témoigner à leur tour.

L’après-midi, le cortège de brebis Ile de France, le corbillard et les agneaux orphelins se sont ébranlés devant le Ministère de l’agriculture.
Une échauffourée avec les forces de l’ordre n’a pas pu permettre aux brebis d’accéder au Cabinet du Ministre, mais une délégation amoindrie avec deux agneaux orphelins a pu entrer dans le Ministère et échanger avec Stéphane Le Foll et Elisabeth Borne, directrice de cabinet de Ségolène Royal.

Nathalie, installée depuis 2009, a subi de maintes attaques et c’est avec émotion qu’elle explique au Ministre sa décision d’arrêter le métier suite à la réflexion de son petit garçon de 5 ans l’implorant d’aller chercher les brebis « parce qu’il y avait du brouillard » sachant déjà à son âge que lorsqu’il y a du brouillard, le loup n’est pas loin.

Suite à ce témoignage poignant, le Ministre de l’Agriculture s’est engagé à réunir les Ministres de l’Ecologie et de l’Intérieur et de programmer une réunion avec l’ensemble des Préfets pour harmoniser l’application du plan loup et améliorer son efficacité.

De même qu’il a affirmé poursuivre les négociations avec l’Espagne et l’Italie afin d’obtenir, enfin, le déclassement du loup de la Directive Habitat. Pour finir, le Ministre a affirmé que l’Etat Français s’opposerait fermement à la proposition du Conseil de l’Europe d’étendre la protection de la Convention de Berne aux hybrides du loup (animaux issus d’un croisement entre un chien domestique et un loup sauvage).

Stéphane Le Foll a également réaffirmé sa volonté de « trouver des solutions ». « Depuis 30 ou 40 ans, la situation a évolué, les mesures doivent donc évoluer également ».

Pour contrer les arguments des Associations écologistes, le Ministre de l’Agriculture et la Directrice de cabinet de la Ministre de l’Ecologie souhaitent leur poser la question suivante : « au nom de la biodiversité et de la protection de l’environnement, que préférez-vous : des animaux qui pâturent en plein air et entretiennent nos territoires ou des fermes intensives, équivalentes à la ferme des 1000 vaches ? Car c’est là l’avenir de l’élevage ovin si le loup continue son chemin… ».

Catégorie ovins, élevageCommentaires fermés

Pacte laitier

Après 30 années de quotas laitiers et leur fin annoncée pour avril 2015, les 70 000 éleveurs laitiers, contributeurs VIVEA ont besoin de se projeter dans l’avenir.

Pour permettre aux producteurs et à la filière laitière d’aborder ce contexte nouveau dans les meilleures conditions, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) et les acteurs de la filière : les producteurs, l’interprofession laitière, la distribution, les banques/assurances, l’amont agricole, les pouvoirs publics et VIVEA ont décidé de construire ensemble un cadre qui permet à la filière d’avoir l’ambition de son développement.

Le pacte laitier scelle les engagements des partenaires, chacun dans leur domaine, pour les prochaines années.

VIVEA s’engage à accompagner les éleveurs laitiers dans l’acquisition de compétences nouvelles qui leur permettront de gérer des exploitations plus techniques et plus complexes.

Dès 2015, les producteurs et productrices de lait vont devoir faire des choix en fonction de leurs capacités et coûts de production, leurs cheptel, mais aussi gérer au mieux les ressources humaines. L’enjeu pour VIVEA est de leur permettre, par la formation, d’orienter leurs projets et de disposer des outils nécessaires pour maintenir la performance de leurs exploitations.

Les objectifs 2015- 2017 :
- Former 10 % des éleveurs à l’analyse technico économique soit 2000 par an ;
- Accompagner par la formation 5 % des éleveurs dans la redéfinition de leur projet d’exploitation soit 1000 par an ;
- Développer l’accès des producteurs laitiers aux formations à la gestion des ressources humaines et l’organisation du travail.

Christiane LAMBERT, Présidente de VIVEA : « La fin des quotas aura des répercussions importantes sur l’avenir des exploitations. La formation est un levier essentiel pour permettre aux éleveurs de définir les bonnes stratégies et leur donner ainsi les moyens de faire des choix à moyen et long terme ».

Des formations sont déjà programmées, rendez vous sur http://www.vivea.fr/choisir-une-formation/

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Enjeux du confort d’usage et de l’accessibilité.

Les questions d’accessibilité et de qualité d’usage sont des enjeux fondamentaux pour contribuer à l’amélioration du cadre de vie. Cette prise de conscience, traduite dans la loi du 11 février 2005, est aujourd’hui partagée par tous, chacun comprenant que toute personne peut être concernée.

Il est donc nécessaire de replacer l’usager et ses besoins au coeur de la réflexion des collectivités locales, afin de ne plus envisager l’accessibilité uniquement sous l’angle de la  conformité vis à vis des normes, mais bien d’en faire un outil au bénéfice de tous.

Le Parc naturel régional de Chartreuse, sensible à ces enjeux, s’est engagé dans une démarche de qualité d’usage et d’accès aux offres et services touristiques, au travers notamment la signature d’un contrat de territoire de tourisme et de loisirs adaptés.

Afin d’accompagner les communes du territoire, le Parc de Chartreuse, le Conseil général de la Savoie et l’Agence Touristique de Savoie, les DDT de l’Isère et de la Savoie organisent deux réunions d’information et de sensibilisation aux enjeux de l’accessibilité.

Celles-ci se dérouleront, le mardi 2 décembre à 14h30, à l’office de tourisme des Echelles et le lundi 8 décembre, à la Mairie de St Pierre d’Entremont, Isère.

Ouverte à l’ensemble des élus des communes du Parc, ces formations permettront d’apporter des précisions sur les évolutions règlementaires en cours mais aussi et surtout de favoriser la qualité et le confort d’usage des projets.

Catégorie Pays de Savoie, parcs, territoiresCommentaires fermés

Artisa-Naturissima

Les salons Artisa et Naturissima ont ouvert leurs portes ce mercredi 26 novembre à Alpexpo Grenoble. Ces deux évènements grand public se déroulent jusqu’au dimanche 30 novembre. Une nocturne est prévue le vendredi 28 jusqu’à 21h30.

Mélange d’authenticité et de savoir-faire, le Salon Artisa réunit depuis 37 ans, plus de deux cent artisans d’Art. Il offre aux visiteurs l’occasion de découvrir les créations singulières d’artistes aux talents multiples en proposant un vaste choix d’œuvres réalisées en pièces uniques ou en séries limitées : tableaux, bijoux, accessoires, luminaires, mobilier, créations textiles…

Un comité de sélection rigoureux

Un comité de sélection, composé de professionnels des métiers d’Art, de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de l’Isère, s’assure que les critères de qualité des œuvres présentées soient respectés, en jugeant sur trois critères : la technicité, l’originalité et l’esthétique.

Un soutien aux Jeunes Créateurs et aux associations d’Artisans des Métiers d’Art

Artisa apporte son soutien aux Jeunes Créateurs et aux associations d’Artisans des Métiers d’Art en leur offrant des conditions avantageuses leur permettant de présenter leur offre au grand public.

Naturissima

Né en réponse à l’industrialisation de l’agriculture, le mouvement bio prend chaque année plus d’ampleur. De plus en plus nombreux, les consommateurs se tournent vers la naturalité, à la recherche d’aliments plus sains, plus nutritifs, plus savoureux, plus écologiques.
Fort de ses 28 années d’existence, Naturissima est devenu le salon référence du bien-être, du bio, de la santé et de la nature de la région.

Plus de 190 exposants se réunissent pour produire, travailler et vendre « autrement », mettant en avant des produits « respectueux de l’environnement ».

Un espace d’information et de découverte

Tout au long du salon, des cycles de conférences, tables rondes, causeries, projections, débats, ateliers pratiques, démonstrations sont proposés autour de la nature, du bio et des questions environnementales.
Les temps forts sont annoncés et présentés aux visiteurs via  le programme des conférences et les annonces micro quotidiennes.

Voici quelques clichés qui vous donneront envie de vous rendre à Alpexpo..

Cliquer sur les photos pour les agrandir..


Catégorie A la une, foires/salonsCommentaires fermés

Artisa-Naturissima

Les salons Artisa et Naturissima ont ouvert leurs portes ce mercredi 26 novembre à Alpexpo Grenoble. Ces deux évènements grand public se déroulent jusqu’au dimanche 30 novembre. Une nocturne est prévue le vendredi 28 jusqu’à 21h30.

Mélange d’authenticité et de savoir-faire, le Salon Artisa réunit depuis 37 ans, plus de deux cent artisans d’Art. Il offre aux visiteurs l’occasion de découvrir les créations singulières d’artistes aux talents multiples en proposant un vaste choix d’œuvres réalisées en pièces uniques ou en séries limitées : tableaux, bijoux, accessoires, luminaires, mobilier, créations textiles…

Un comité de sélection rigoureux

Un comité de sélection, composé de professionnels des métiers d’Art, de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de l’Isère, s’assure que les critères de qualité des œuvres présentées soient respectés, en jugeant sur trois critères : la technicité, l’originalité et l’esthétique.

Un soutien aux Jeunes Créateurs et aux associations d’Artisans des Métiers d’Art

Artisa apporte son soutien aux Jeunes Créateurs et aux associations d’Artisans des Métiers d’Art en leur offrant des conditions avantageuses leur permettant de présenter leur offre au grand public.

Naturissima

Né en réponse à l’industrialisation de l’agriculture, le mouvement bio prend chaque année plus d’ampleur. De plus en plus nombreux, les consommateurs se tournent vers la naturalité, à la recherche d’aliments plus sains, plus nutritifs, plus savoureux, plus écologiques.
Fort de ses 28 années d’existence, Naturissima est devenu le salon référence du bien-être, du bio, de la santé et de la nature de la région.

Plus de 190 exposants se réunissent pour produire, travailler et vendre « autrement », mettant en avant des produits « respectueux de l’environnement ».

Un espace d’information et de découverte

Tout au long du salon, des cycles de conférences, tables rondes, causeries, projections, débats, ateliers pratiques, démonstrations sont proposés autour de la nature, du bio et des questions environnementales.
Les temps forts sont annoncés et présentés aux visiteurs via  le programme des conférences et les annonces micro quotidiennes.

Voici quelques clichés qui vous donneront envie de vous rendre à Alpexpo..

Cliquer sur les photos pour les agrandir..


Catégorie A la une, foires/salonsCommentaires fermés

Les 10 premières mesures de l’Union Rhône-Alpes – Auvergne annoncées

Au moment même où l’Assemblée Nationale adoptait ce mardi 25 novembre, en deuxième lecture, le
projet de loi sur la réforme territoriale confirmant ainsi la carte à 13 Régions contre 22 actuellement, les
Présidents de Régions Rhône-Alpes et Auvergne étaient réunis afin de poursuivre la démarche d’union
commencée il y a déjà 6 mois.

Après Clermont-Ferrand en juin 2014, c’est à Lyon que Jean-Jack QUEYRANNE et René SOUCHON ont
animé leur deuxième Comité de pilotage. A l’issue de cette réunion de travail, les deux Présidents ont
précisé les 10 premières mesures communes aux deux Régions pour 2015 :
· Formation professionnelle et apprentissage: réciprocité sur les dispositifs pour les bénéficiaires
des deux Régions
· Transport : Ligne Lyon – Clermont- Ferrand : trains directs, sans arrêt matin et soir dans les 2
sens ; pour un service hiver 2015
· Aménagement du territoire : soutien au scénario médian du POCL : future ligne ferroviaire à
Grande vitesse reliant Paris / Orléans / Clermont-Ferrand et Lyon permettant la desserte de
Roanne et de Clermont-Ferrand via Vichy.
· Montagne : troisième rencontre, en juin 2015, du Conseil Montagne 2040 Rhône-Alpes, en
Ardèche, sur le site touristique classé du Mont Gerbier de Jonc, aux portes de l’Auvergne
· Compétitivité des entreprises : positionner à l’échelle des deux Régions les actions des clusters
et pôles de compétitivité, à l’instar de VIAMECA (pôle dédié aux équipements industriels) ou
AEROSPACE CLUSTER et AVIA (clusters rassemblant les entreprises de l’aéronautique)
· Recherche : création d’une école de cancérologie Rhône-Alpes Auvergne confiée au CLARA
(Cancéropôle Lyon – Auvergne – Rhône-Alpes)
· Présence commune sur les grands salons et évènements économiques internationaux : le
salon international des technologies numériques CES aux Etats-Unis, le salon de l’Agriculture, le
salon aéronautique du Bourget, le SIRHA (Salon international de la restauration, de l’hôtellerie
et de l’alimentation) et l’exposition universelle de Milan 2015.
· Economie : soutien des entreprises auvergnates à l’international grâce à une convention de
coopération dès 2015 entre la nouvelle agence de développement économique de Rhône-Alpes
ERA2I (Entreprise Rhône-Alpes International et Innovation) et ARDE Auvergne (Agence
Régionale de Développement Economique)
· Europe : à Bruxelles, la Région Auvergne rejoint la délégation Rhône-Alpes dans les mêmes
locaux
· International : programme commun de coopération décentralisée avec Tombouctou (Mali)
Il s’agit de premiers exemples concrets de collaborations, d’autres projets étant d’ores et déjà en cours
dans les domaines du numérique, de l’agriculture, de l’environnement et de l’énergie, de
l’enseignement supérieur et de la culture.
S’agissant de l’organisation des deux administrations les deux Présidents ont mandaté leurs Directions
Générales des services pour élaborer ensemble un projet d’administration qui sera préalablement
discuté avec les représentants du personnel.

Catégorie collectivités, territoiresCommentaires fermés

Épisode de pollution de l’air sur le bassin lyonnais et Nord Isère

Ce mercredi 26 novembre, les pluies qui arrivent sur la région par le sud, permettent une amélioration sensible de la qualité de l’air sur quelques zones, mais ne sont pas suffisamment abondantes pour lessiver totalement l’atmosphère sur d’autres.

Ainsi, de nouveaux dépassements du seuil d’information et de recommandations d’une pollution aux particules, sont attendus sur le « Bassin lyonnais et Nord Isère ». Le dispositif préfectoral est donc activé au niveau d’alerte pour le Bassin lyonnais et Nord-Isère.

En conséquence une mesure de limitation de vitesse s’applique notamment sur le Nord Isère :

  • Les véhicules légers doivent respecter une vitesse inférieure de 20 km/h par rapport à la vitesse maximale autorisée, si cette dernière est supérieure à 70 km/h.
  • Les poids lourds et autocars ne se voient pas appliquer la même réduction de vitesse mais ne peuvent circuler à une vitesse supérieure à la vitesse maximale autorisée ainsi déterminée pour les véhicules légers.

Recommandations comportementales :

Les déplacements en véhicules automobiles, les transports routiers de transit et l’usage de tous engins à moteur thermique doivent être strictement limités, tout particulièrement pour les moteurs diesel non équipés de filtres à particules en cas d’une pollution par ces polluants ;

Les usagers de la route doivent :

  • privilégier, pour les trajets courts, les modes de déplacement non polluants (marche à pied et vélo) ;
  • différer si possible les déplacements internes aux agglomérations ;
  • pour leurs déplacements nécessaires, pratiquer si possible le co-voiturage ou emprunter les réseaux de transport en commun.

Il est vivement recommandé de reporter la mise en service et l’utilisation des appareils individuels de chauffage et de cuisson utilisant des combustibles solides (tels que le bois, charbon, charbon de bois) à la fin de l’épisode de pollution lorsque ces appareils ne sont pas la source principale de chauffage ou de cuisson. Sont particulièrement visés les feux de bois à l’air libre, les barbecues et les foyers ouverts d’agrément.

Il est rappelé que le brûlage à l’air libre de déchets de quelque nature qu’ils soient est interdit par le règlement sanitaire départemental.

Pour plus d’informations sur les recommandations sanitaires, vous pouvez :


Catégorie pollutionCommentaires fermés

Bouchers et éleveurs de l’Isère s’associent..

Les artisans bouchers et les éleveurs impliqués dans un partenariat équitable, ont signé officiellement un contrat d’approvisionnement en viande bovine locale d’excellence. Cela s’est fait dans une .. boucherie de Meylan..

Ce partenariat est inédit. Les éleveurs de l’Association des Eleveurs de Saveurs Iséroises et des bouchers de l’Isère se sont assurés du caractère équitable de leur relation, s’inscrivant ainsi dans une démarche durable.

La viande commercialisée en Isère dans cette démarche sera issue des élevages du département, avec un abattage réalisé de préférence à Grenoble, ce qui permettra de réduire ainsi au maximum les trajets pour un impact environnemental minimisé et le respect du bien-être animal.

Les acteurs présents à cette signature, en particulier Pascal Dénolly au nom de la chambre d’agriculture de l’Isère, Christian Nucci, vice président du conseil général en charge de l’agriculture et les éleveurs eux mêmes ont insisté sur le fait que les abattoirs de proximité que sont Le Fontanil et La Mure devaient perdurer…

Bien entendu un cahier des charges a été élaboré, le noeud de ce cahier des charges étant la qualité. Les consommateurs seront donc les grands gagnants de ce partenariat.

il faut en effet noter que 3 isérois sur 4 sont des consommateurs de produits locaux et souhaitent augmenter leur consommation s’ils ont des garanties , en particulier au niveau de la traçabilité et des modes de production.

Soucieux de la qualité et de l’origine de la viande qu’ile proposent, les artisans bouchers à travers le syndicat des bouchers de l’Isère ont souhaité, avec l’aide de la chambre de métiers et de l’artisanat départementale, formaliser une demande de viande bovine locale.

Cette démarche qui a obtenu l’aval de la chambre d’agriculture de l’Isère a séduit les éleveurs des races charolaise et limousine.

logo CMAUn accord de partenariat vient donc d’être signé entre les éleveurs organisés au sein de l’association  » les éleveurs de saveurs iséroises » qui compte une quinzaine d’adhérents et les bouchers.

Quatre bouchers sont dès à présent impliqués dans cette démarche: Pierre Bugeja à Eybens, David Cécilion à Vinay, Pierre Clavel à voiron et André Froment à Meylan.. D’autres suivront..

Les premières ventes issues de ce partenariat démarreront début janvier 2015.

Christian Nucci, au nom du Conseil général de l’Isère s’est félicité de ce partenariat qui cadre bien à la demande du consommateur: »  il associe la confiance à la qualité et au goût. »

Voici le déroulé de la signature en images..

P1200041P1200042P1200043P1200044P1200045P1200046P1200047P1200048P1200050P1200051P1200052P1200053P1200054P1200055


Catégorie Chambre des metiers et de l'Artisanat 38, consommationCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2014
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+