Nouveaux aliments: les députés européens demandent un moratoire sur les nano-aliments

Les projets visant à encourager l’innovation alimentaire grâce à une nouvelle procédure d’autorisation simplifiée pour les nouveaux aliments ont été approuvés en commission de l’environnement.

Les députés européens ont cependant modifié le texte et proposé un moratoire sur l’utilisation des nanomatériaux dans les aliments, en se basant sur le principe de précaution. Ils ont aussi ajouté des dispositions pour un étiquetage obligatoire des produits alimentaires clonés.

Le projet législatif, approuvé par 57 voix pour, 4 voix contre et 2 abstentions, fixe des délais et des définitions clairs pour le processus global de commercialisation d’un nouvel aliment.
« Je me félicite que les 20 amendements de compromis aient été adoptés sans problème lors du vote d’hier soir et que les membres en désaccord étaient peu nombreux. Je pense que cela reflète l’atmosphère de coopération lors des réunions que j’ai eues jusqu’ici avec les rapporteurs fictifs. Et j’espère que nous poursuivrons sur cette voie lors des négociations de trilogue », a affirmé James Nicholson (ECR, UK), en charge de la législation au Parlement.

« Néanmoins, je ne suis pas entièrement satisfait du résultat du vote. Certains amendements sur le clonage des animaux et des nanomatériaux ont été adoptés, alors que mes collèges de l’ECR et moi-même avons voté contre. J’ai été clair depuis le début du processus: vu l’historique des propositions sur les nouveaux aliments, il était essentiel que le clonage et les nanomatériaux soient traités séparément », a-t-il ajouté.

Moratoire sur les nano-aliments

Les nouvelles technologies appliquées aux procédés de production alimentaire sont susceptibles d’avoir des répercussions sur la sécurité des aliments, affirment les députés. Par conséquent, les aliments dont le processus de production exige une évaluation des risques - incluant les nanomatériaux - ne devraient pas être autorisés avant d’être approuvés par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), selon les parlementaires.
Par ailleurs, il faudrait accorder une attention particulière aux emballages alimentaires qui contiennent des nanomatériaux, afin d’empêcher qu’ils ne contaminent les aliments. Conformément au principe de précaution, tous les nouveaux aliments devraient également être soumis à une surveillance suite à leur mise sur le marché, ajoutent les députés. De plus, les députés ont modifié la définition existante de nanomatériaux pour la rendre conforme aux recommandations de l’EFSA (seuil de nanoparticules de 10% pour qu’un ingrédient alimentaire soit qualifié de « nano » contre un seuil de 50% proposé par la Commission européenne).

Étiquetage de la viande clonée

Les députés ont modifié le champ d’application de la législation pour inclure les produits à base de viande clonée. Jusqu’à l’entrée en vigueur d’une législation spécifique sur les aliments dérivés d’animaux clonés et de leurs descendants, ces aliments devraient tous être couverts par cette réglementation et être étiquetés de manière adéquate pour le consommateur final, affirment les députés.

Les États membres seraient autorisés à interdire de manière temporaire un nouvel aliment si de nouvelles informations suggèrent qu’il pourrait poser un risque pour la santé humaine ou l’environnement. La Commission européenne, en coopération avec l’EFSA, devrait ensuite examiner les motifs de ces craintes, selon les députés.
Un « nouvel » aliment est défini comme toute denrée alimentaire dont la consommation humaine était négligeable au sein de l’Union avant le 15 mai 1997. Les députés ont durci cette définition pour inclure, notamment, les denrées alimentaires qui présentent une structure moléculaire modifiée, les micro-organismes, les champignons, les algues, les denrées alimentaires obtenues à partir de cultures cellulaires ou tissulaires, ou les insectes.

Les aliments traditionnels des pays tiers seraient autorisés sur le marché de l’UE s’il a été prouvé pendant une période minimale de 25 ans qu’ils peuvent être consommés sans risque.
Prochaines étapes

Le mandat pour que M. Nicholson puisse débuter les négociations avec le Conseil des ministres a été approuvé à l’unanimité, avec une abstention. Le Conseil doit encore adopter sa position de négociation.

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8512 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2014
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+