Archive | 28 novembre 2014

Agriculture iséroise: sauvegarder son dynamisme..

Vendredi 21 novembre s’est déroulée la 3e et dernière session de
l’année 2014, dédiée à la présentation du projet stratégique et du
budget primitif de la Chambre d’agriculture de l’Isère pour l’année à
venir. Cette assemblée composée des représentants du monde agricole, de
ses partenaires comme le Conseil Général et de l’administration
(représentée par la directrice de la Direction Départementale des
Territoires), a pu écouter Jean-Claude Darlet, Président de la Chambre
d’agriculture, prendre la parole sur plusieurs sujets d’actualité :

• en introduction malgré l’évocation d’une conjoncture économique
agricole plutôt morose, il a voulu souligné les atouts de notre
agriculture iséroise. Ainsi en 2014 c’est plus de 100 projets
d’installation qui vont être accompagnés.

• Le Président a réagi vivement sur le volet réglementaire d’un
point de vue général mais aussi en pointant la directive
Nitrate et le projet de classement de 14 nouvelles communes
en zone vulnérable. « Ne bridons pas le développement économique
de nos exploitations et la volonté d’entreprendre de nos
agriculteurs… la réglementation est en train de tuer le peu
d’agriculture présente sur certaines communes ».

• Il a souligné avec enthousiasme les rencontres en cours avec les
élus des intercommunalités : « Ce sont des rencontres très
constructives qui nous permettent de partager les enjeux de notre
agriculture et de renforcer notre partenariat. A l’heure de la
préparation de la réforme territoriale, nous veillons au maintien de la
place de l’agriculture comme une activité économique à part entière ».

• Enfin il a déploré le projet de loi de Finances qui prévoit une
diminution de la Taxe sur le Foncier Non Bâti et qui est donc
porteur de graves conséquences pour les institutions
« Chambres d’agriculture ». « Il faudra choisir pour le réseau des
Chambres : des emplois avec une ambition pour l’agriculture ou alors
un faux équilibre budgétaire et des licenciements. Je souhaite
résolument pour notre agriculture, une Chambre d’agriculture
ambitieuse et dynamique .
»

Les syndicats agricoles ont déposé plusieurs motions qui ont été
largement débattues puis mise au vote.

7 motions ont été votées à l’unanimité

• Motion contre l’extension de la zone vulnérable en Isère
• Motion sur les modalités d’application du 5ème programme Directives Nitrates

• 2 motions sur les conditions de mise en oeuvre de la PAC 2015 et sur la conditionnalité PAC 2015

• Motion sur les modalités d’entretien des cours d’eau
• Motion sur les attaques des troupeaux par les loups
• Motion pour l’arrêt des négociations sur le partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement (PTCI/TAFTA) et sur l’accord économique et commercial global (AECG/CETA)

La Chambre d’agriculture de l’Isère et la coopération décentralisée

• Cette session de la Chambre d’agriculture de l’Isère a été l’occasion d’accueillir  Faustin Coulibaly, Président de la Chambre Régionale des Hauts Bassins au Burkina Faso.P1190979

Initiée en 2010, l’action de coopération entre les deux Chambres d’agriculture s’inscrit dans le cadre de la coopération décentralisée entre le Conseil Régional Rhône Alpes et le Conseil Régional des Hauts Bassins au Burkina Faso.

Cette coopération porte sur le renforcement des capacités et des compétences des élus et des agents de la Chambre d’agriculture des Hauts Bassins, le développement d’actions de terrain motivées par le renforcement d’une agriculture familiale et l’optimisation des productions vivrières et sources de revenus dans l’esprit du développement durable et sur les dispositifs de formation professionnelle, les établissements de formation et les parcours à l’installation des jeunes agriculteurs.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Loups : arrêtons le massacre !

C’est au pied de la Tour Eiffel que se sont terminées les transhumances venues de Bar le Duc et de Brioude, zones nouvellement touchées par la prédation, en passant par Strasbourg et Moulins. Beaucoup d’éleveurs se sont mobilisés en régions, mais plus de 300 d’entre eux se sont déplacés jusqu’à Paris pour dénoncer l’incompatibilité entre l’élevage et la présence du loup sur notre territoire national.

150 brebis noires du Velay et 100 brebis Lacaune viandes ont occupé le parvis du Champ-de-Mars, accompagnées d’une dizaine de brebis Ile de France qui devaient se rendre au Ministère de l’Agriculture et rencontrer le Ministre de l’Agriculture et la directrice de cabinet de la Ministre de l’Ecologie. Tout au long de la matinée, les éleveurs ont pris la parole devant les médias et auprès du grand public pour leur raconter leur quotidien avec beaucoup d’émotion. Ils ont été rejoints par de nombreux élus, Débutés, Sénateurs, Conseillers généraux et Maires, preuve de l’importance de l’activité ovine dans l’économie des territoires.

Une séquence émotion s’est déroulée sous l’oeil des caméras, montrant la réalité du terrain : la région Provence Alpes Côtes d’Azur, zone historique de la prédation, avait amené un corbillard avec trois victimes du loup, égorgées. Des jeunes éleveurs et éleveuses, dignes, entourant les victimes avec dans leurs bras des agneaux orphelins des mères anéanties par les crocs de ce prédateur, ont pu témoigner à leur tour.

L’après-midi, le cortège de brebis Ile de France, le corbillard et les agneaux orphelins se sont ébranlés devant le Ministère de l’agriculture.
Une échauffourée avec les forces de l’ordre n’a pas pu permettre aux brebis d’accéder au Cabinet du Ministre, mais une délégation amoindrie avec deux agneaux orphelins a pu entrer dans le Ministère et échanger avec Stéphane Le Foll et Elisabeth Borne, directrice de cabinet de Ségolène Royal.

Nathalie, installée depuis 2009, a subi de maintes attaques et c’est avec émotion qu’elle explique au Ministre sa décision d’arrêter le métier suite à la réflexion de son petit garçon de 5 ans l’implorant d’aller chercher les brebis « parce qu’il y avait du brouillard » sachant déjà à son âge que lorsqu’il y a du brouillard, le loup n’est pas loin.

Suite à ce témoignage poignant, le Ministre de l’Agriculture s’est engagé à réunir les Ministres de l’Ecologie et de l’Intérieur et de programmer une réunion avec l’ensemble des Préfets pour harmoniser l’application du plan loup et améliorer son efficacité.

De même qu’il a affirmé poursuivre les négociations avec l’Espagne et l’Italie afin d’obtenir, enfin, le déclassement du loup de la Directive Habitat. Pour finir, le Ministre a affirmé que l’Etat Français s’opposerait fermement à la proposition du Conseil de l’Europe d’étendre la protection de la Convention de Berne aux hybrides du loup (animaux issus d’un croisement entre un chien domestique et un loup sauvage).

Stéphane Le Foll a également réaffirmé sa volonté de « trouver des solutions ». « Depuis 30 ou 40 ans, la situation a évolué, les mesures doivent donc évoluer également ».

Pour contrer les arguments des Associations écologistes, le Ministre de l’Agriculture et la Directrice de cabinet de la Ministre de l’Ecologie souhaitent leur poser la question suivante : « au nom de la biodiversité et de la protection de l’environnement, que préférez-vous : des animaux qui pâturent en plein air et entretiennent nos territoires ou des fermes intensives, équivalentes à la ferme des 1000 vaches ? Car c’est là l’avenir de l’élevage ovin si le loup continue son chemin… ».

Catégorie ovins, élevageCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2014
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+