Archive | 03 décembre 2014

Tullins: le nouveau défi TELETHON 2014

En 2010, l’équipe dirigeante d’ACTIF (Association des Artisans et Commerçants de TULLINS-FURES) décida de créer une animation « solidaire » au profit du TELETHON.
Ce fut un premier défi « la plus grande buche du monde »…Défi réussi!
Au fils des années, une équipe importante de bénévoles a rejoint l’organisation venant de tous les horizons et surtout d’autres associations locales telles que le Basket, le rugby, le club de
natation, etc …
Ce n’était plus tout à fait « ACTIF »
Décision prise : CREATION d’une NOUVELLE ASSOCIATION qui prendra le relais.. Chose faite : le 4 Mars 2014 est né

« DEFIS SOLIDAIRES »

Son but : « organiser toute manifestation dans le but de récolter des fonds pour des associations solidaires »

DEFIS SOLIDAIRES se lance donc un sacré défi pour le Téléthon 2014: fabriquer la plus grande papillote du monde…

xTELETHON 2014 les 5 et 6 décembre

Après la noix, le fromage et la raviole, notre région a une autre spécialité : LA PAPILLOTE
Et oui, l’origine de la papillote est lyonnaise.

Un peu d’histoire :

« On raconte qu’après la révolution française, un chocolatier du nom de M. Papillot avait
embauché un apprenti dans son magasin du quartier des Terreaux à LYON. Celui-ci était fou
amoureux d’une jeune fille qui travaillait à l’étage et pour lui prouver chaque jour son
amour, il avait pris l’habitude de lui offrir une confiserie ou un chocolat sorti des fourneaux
de la boutique. Il entourait la friandise d’un papier brillant et inscrivait un petit mot doux à
l’intérieur. Malheureusement, il se fit prendre en train de voler les friandises par le patron
de la boutique et il fut licencié.
Après réflexion, le patron trouvait que l’idée de son apprenti était excellente et que s’il la
reprenait à son compte, cela relancerait surement ses affaires sur la région. Il entreprit donc
de vendre un nouveau genre de confiseries, entourée d’un papier doré avec un proverbe ou
une citation à l’intérieur. Il nomma cette friandise la papillote »


Le défi sur ce thème, est :
- de réaliser la plus grande papillote du monde : environ 300 mètres
- d’organiser, avec l’aide d’un pépiniériste local, une vente « géante » de sapins de Noël

Pour confectionner cette papillote géante il va falloir environ:

250 kg de chocolat au lait,
· 60 kg de beurre,
· 60 kg de biscuit « éventail »
· 60 kg d’enrobage chocolat lait
· 60 kg d’enrobage chocolat noir

Le défi sera t-il relevé, rendez vous à Tullins ou vous pourrez découvrir nous en sommes certains la plus longue papillite du monde, la déguster tout en faisant une bonne action, pour le téléthon!

Catégorie questions d'actualité, terroirs/gastronomieCommentaires fermés

Les Trophées du bois 2014

Conscient que les enjeux économiques et écologiques des ressources forestières sont comme jamais d’actualité, le Conseil général de l’Isère s’est engagé  depuis plusieurs années à promouvoir la filière bois et à favoriser les constructions avec ce matériau, dont le récent Salon européen du bois et de l’habitat durable, à Alpexpo, a mis en valeur toute la richesse et les possibilités. Ceci à travers, par exemple, le championnat européen des jeunes charpentiers..

Cette préoccupation départementale se traduit notamment à travers des réalisations relevant de son patrimoine bâti et des ses compétences (collèges, routes…).

Dans le même temps, le Département s’attache à sensibiliser les maîtres d’ouvrages publics et privés, les maîtres d’oeuvre et les entreprises de charpente, à construire davantage et mieux en bois.

Le concours annuel, baptisé « Trophée du bois », organisé en partenariat avec Créabois Isère, qui représente l’interprofession du bois, et le CAUE (Conseil d’architecture, d’ urbanisme et de l’environnement) a pour but de récompenser une construction bois remarquable.

La remise des trophées bois 2014, précédée d’un colloque et d’une table ronde s’est déroulée dans les locaux de la chambre de commerce et d’industrie de Grenoble.

Charles Galvin, vice président du Conseil Général, en charge de la forêt, a rappelé combien la forêt, la filière bois ont un rôle important à jouer dans notre département.

P1200175

Le colloque avec pour thème: l’utilisation du bois local a permis à Jean Luc Sandoz, directeur du groupe CBS-CBT, ancienne chaire de construction bois de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne de faire un brillant exposé sur l’utilisation du bois local dans la construction. Il a rappelé tous les avantages que constitue le bois dans la construction.. Reste à bien s’organiser, à tous les niveaux de la filière..

Exposé prolongé par une table ronde qui a permis « d’enfoncer le clou » sur le fait que l’utilisation du bois local rime avec emploi. » Des emplois non délocalisables ».

Il était temps de faire place aux très attendus trophées du bois.

Pour rappel, le concours annuel du « Trophée bois » permet de récompenser une construction en bois remarquable en Isère dans quatre catégories bien distinctes. Selon les informations prises auprès des membres du jury, l’ensemble des candidatures auraient mérité un trophée.. Hélas il a fallu faire des choix..

P1200177

En voici le palmarès.

Catégorie Maîtrise d’ouvrage privée

Little Wood à Grenoble (Beauvert)

Ce sont des logements en accession d’habitats groupés conçus avec la volonté de retrouver, à l’intérieur des logements, l’«habitabilité d’une maison».

Le matériau bois retrouve ici toute sa légitimité, en repénétrant la ville pour donner l’idée du parc habité. L’architecture innovante et compacte utilise tous les atouts de ce matériau pour une intégration réussi des bâtiments, au fil des saisons, dans son environnement. La performance thermique est au RDV avec un niveau BBC.

Catégorie  Maîtrise d’ouvrage publique

Rénovation/extension de la Mairie de St Martin d’Uriage,

Ce projet se distingue par un portage fort de la commune qui a engagé une véritable réflexion sur son cœur de village, avec un réaménagement de la place, des fonctions de l’espace public et du bâtiment historique de la mairie. Celui-ci se transforme pour remplir désormais plusieurs fonctions (Poste, Police…), tout en gardant sa structure historique, et s’agrandit pour s’équiper d’une salle de mariage et de Conseil adapté. Un préau aux larges dépassés de toiture accueille les habitants, ombrage et protège le bois non traité des intempéries pour donner de l’ampleur au projet de l’extension.

Catégorie Bois local

Ferme communale de Montbonnot

Le jury tient à souligner dans ce projet :

- La motivation de la commune d’installer une exploitation, dans la continuité des jardins familiaux, avec des maraichers issus d’une requalification professionnelle. L’outil de travail se voulait empreint d’une réflexion globale et d’une maitrise de l’impact écologique de l’équipement construit.

- La qualité de la réponse architecturale apportée par l’architecte pour que le projet se fondre le plus naturellement possible dans le paysage en faisant la part belle au matériau bois, qui s’affiche sans traitement en bardage, et en essayant d’en optimiser le vieillissement naturel uniforme.

- La conviction profonde, l’implication et l’intégration de l’entreprise en matière de filière bois local

Catégorie Bâtiment scolaire et petite enfance

Crèche de Bernin

Ce projet s’est distingué par :

– La démarche de la commune de revalorisation de l’espace public pour répondre aux besoins de la population en terme d’accueil des jeunes enfants,

- L’écriture architecturale et la qualité des aménagements intérieurs du projet, sa structuration et l’omniprésence du matériau bois

- Le lien continu et affirmé avec la nature environnante

- Sa performance environnementale qui vise le BBC avec une démarche HQE intégrée

- L’utilisation de la ressource locale en structure et charpente.

Mentions

Avec ces choix d’attributions des prix précédents, les membres du jury ont convenu de décerner des mentions à quelques projets, dont la qualité ne pouvait pas être passée sous silence.

Mention spéciale

Maison du Conseil général du Trièves à Mens

Pour la politique volontariste menée depuis 15 ans par le Conseil général en matière d’utilisation du bois dans ses équipements. Cette politique a récemment franchi une marche supplémentaire par l’utilisation volontaire et affichée de la ressource locale pour la construction de ses bâtiments, notamment de ses Maisons de Territoires qui deviennent des véritables vitrines en matière de construction en bois local.

Malgré le souhait du Conseil général de ne pas se primer, le jury ne pouvait manquer d’applaudir l’exemplarité de cette démarche, et la qualité architecturale du projet de Mens. Il a décidé d’attribuer une mention spéciale à ce projet.

Deux autres mentions ont été attribuées pour deux projets de rénovation/réhabilitation, qui se distinguaient chacun à leur manière

Pôle de Service de Vinay

C’est un projet de restructuration et réhabilitation d’une maison de maître marquante de l’histoire de Vinay, notamment pendant la 2nde guerre mondiale et dont la présence aujourd’hui était mal vécue par la population. Il s’accompagne de la construction d’une extension pour accueillir un pôle de service pour la Communauté de Communes, avec notamment une crèche multi-accueil, un centre de loisirs, un espace emploi et des bureaux pour différents services de la Communauté.

C’est toute une réflexion sur le renouvellement de l’espace urbain qui a été menée par le Maître d’ouvrage sur ce projet qui est une belle illustration de l’intégration réussie de la construction bois à un patrimoine historique, avec une architecture réfléchie, intégrant les aspects de performances environnementales (BBC), et qui n’a pas oublié de rappeler en finesse l’identité du territoire avec un grand volume vertical habillé de claustra bois rappelant les séchoirs à noix.

Maison des Arts de Montbonnot

Ce projet de réhabilitation-extension est d’un autre style et s’articule autour d’un ancien couvent. Le projet réussit le pari de rénover le patrimoine rural de la commune en lui adjoignant une extension bois contemporaine. L’écriture du projet déploie une ligne continue qui assure son lien et son intégration avec son environnement naturel.

Le matériau bois affirme ici toute sa force, depuis l’appui aux murs de pierres existants jusqu’à l’extrémité de l’extension qui surplombe la vallée. Cette ligne conductrice se retrouve à l’intérieur où le bois est exploité de manière à assurer la cohérence de l’ensemble du projet. Sans oublier de souligner la part importante de bois locaux utilisés en structure.

Catégorie - filière bois, A la uneCommentaires fermés

Marque Savoie fait décoller 300 passagers…

Lundi 24 novembre était un jour particulier pour la Marque Savoie, puisque la marque collective organisait son premier évènementiel pour ses adhérents, à destination d’une des cibles clé de sa stratégie commerciale : les restaurateurs des Pays de Savoie.

Une soirée de haut vol à l’aéroport de Chambéry, qui a permis de rassembler un beau panel de producteurs venus à la rencontre des restaurateurs, dans le dessein de promouvoir ensemble le meilleur de la gastronomie savoyarde.

Voici un article proposé par Virginia Gurcel de l’agence Texto. il complète bien celui déjà mis en ligne sur sillon38.com : Marque Savoie: quand les producteurs rencontrent les restaurateurs

Les restaurateurs, fers de lance de la stratégie de la Marque Savoie

La Marque Savoie défend et valorise le Meilleur des Produits locaux depuis 1974 : opérations de communication et opérations commerciales, partenariats sportifs et avec la grande distribution, évènements grands publics … elle est sur tous les terrains pour défendre fermement les producteurs adhérant à sa charte. Il y a 3 ans, la Marque Savoie choisissait d’étendre son champ d’actions à un nouveau domaine : la restauration.

Les restaurateurs sont les meilleurs prescripteurs des produits du terroir auprès des touristes et clients locaux, mais pourtant tous n’affichent pas à leur carte les vins, fromages, salaisons, fruits et autres spécialités de Savoie. C’est avec ce constat que la Marque Savoie a décidé de réunir le temps d’un évènement convivial, 16 de ses producteurs adhérents et un panel d’une soixantaine de restaurateurs savoyards et haut-savoyards.

Retour sur une soirée riche en échanges

Organisée en deux temps, cette soirée s’est initiée autour d’un accueil cocktail des restaurateurs avec rencontre des producteurs adhérents & dégustation de leurs produits. Le repas qui a suivi a permis la poursuite des échanges entre adhérents et restaurateurs avec une mise en avant plus particulière des vins de Savoie : les 6 viticulteurs présents avaient chacun un groupe de tables à gérer, où seuls leurs vins étaient servis.

« Les restaurateurs ont été séduits par l’événement », explique Marie-Laure Servettaz, directrice de la Marque Savoie. « L’originalité du lieu a collaboré à ce succès. Les adhérents étaient également très satisfaits, avec des contacts professionnels intéressants pour eux. Certains nous ont déjà sollicité pour une reconduction de l’expérience ».

Restaurateurs : pourquoi et comment adhérer à la Marque Savoie ?

La restauration est la première vitrine du terroir auprès des publics, touristes ou locaux. C’est pourquoi il est primordial pour la Marque Savoie de s’allier à ces professionnels des métiers de bouche, afin de renforcer ses actions de promotion des Meilleurs produits de Savoie et de partager avec eux sa volonté de les valoriser.Les établissements intégrant la démarche se font ainsi ambassadeurs des fleurons de notre terroir.
Pour adhérer à la Marque Savoie, l’établissement « candidat » doit être situé en Savoie ou Haute-Savoie, être adhérent à une démarche nationale « Qualité Tourisme » ou autres, mettre les supports publicitaires de la Marque Savoie à disposition de ses convives et valoriser les produits locaux et les plats typiques dans la carte de ses menus.

Les restaurateurs adhérents doivent s’engager à respecter certaines conditions :

- Les fromages secs en plateau ou à l’assiette doivent intégrer 3 fromages de Savoie parmi la liste des 7 fromages AOP / IGP (Reblochon de Savoie, Beaufort, Abondance, Tome des Bauges, Chevrotin, Tomme de Savoie, Emmental de Savoie).
- L’établissement doit proposer au minimum 7 boissons alcoolisées ou non alcoolisées produites en Pays de Savoie (apéritif, digestif, bière, eau, jus de fruits, thé, café…).
- La carte des vins doit proposer 30 % de Vins de Savoie AOC (« Vins de Savoie », « Savoie », «Roussette de Savoie ») dès lors que celle-ci comporte au moins 50 références, et 15 références pour les cartes plus fournies.
- Les produits de la pêche des Lacs Alpins doivent avoir été pêchés par les professionnels des Lacs d’Annecy, du Bourget ou du Léman (facture à l’appui) et la carte doit le mentionner.
- Enfin, les Pommes et Poires doivent provenir de fournisseurs situés sur les départements de Savoie ou Haute-Savoie.

Pour toute demande, les restaurateurs peuvent contacter la Marque Savoie au 04 50 88 18 74. + d’actualités et d’informations sur le site

www.marque-savoie.com

Marque Savoie, le meilleur des Savoie !
La Marque Savoie défend et valorise le Meilleur des Produits locaux. Si les produits historiques sont naturellement les fleurons de la gastronomie savoyarde – des fromages aux vins, en passant par les fruits et les spécialités de Savoie – toutes les entreprises et les produits remplissant les critères de qualité et d’origine dictés par la Marque Savoie peuvent bénéficier de la reconnaissance aux quatre pétales rouges


Catégorie Marque Savoie, Pays de SavoieCommentaires fermés

Coublevie: Une MFR identifiée cheval

Colette Guillemette  présidente de la MFR de Coublevie a connu l’établissement suite à l’inscription de l’une de ses filles. Dès lors tout est allé très vite:  » on m’a demandé si je souhaitais rejoindre le conseil d’administration, puis j’ai été trésorière adjointe et me voilà présidente depuis 5 ans. »

Elle a une conception tout à fait cadrée de son rôle:  » Il est indispensable que nous formions un tandem sans faille avec la directrice, Isabelle Hertleer. Je dois être la garante d’une certaine cohérence, avoir une vue globale de la vie à la MFR mais ce n’est pas moi qui dirige ni  forme les élèves, ce sont la directrice et les moniteurs. « 

Colette Guillemette connait la MFR de Coublevie depuis une petite quinzaine d’années. Elle l’a donc vu évoluer. Au fil du temps et pour répondre à la demande du territoire, les formations ont évolué, et les formations horticoles ont laissé la place aux formations dans la filière « cheval ».

Coublevie est maintenant identifiée « cheval »

 » Il y a un risque c’est certain mais il faut savoir que dans le cheval, il y a de nombreux métiers, de nombreuses débouchées. »

P1190876

Il fait bon vivre à la MFR de Coublevie d’autant plus que les élèves présents ont tous une passion: le cheval. L’ambiance est studieuse et conviviale grâce au maintien d’effectifs « à taille humaine » Particularité: les élèves sont tous, sans exception internes. » C’est une volonté de la MFR; Cela permet aux élèves d’apprendre et de développer certaines valeurs comme la vie de groupe, de mieux connaître la règle du partage. »

Une autre particularité et non des moindres: le système éducatif et pédagogique qui repose sur l’alternance. Les élèves effectuent des stages, tout au long de l’année dans le milieu professionnel (Centres équestres, élevages…). Ce vécu est utilisé en cours pour aborder la théorie en s’appuyant sur la pratique et l’expérience qu’ils acquièrent tout au long de leur parcours.

Isabelle Hertler, directrice de la MFR

Isabelle Hertleer, directrice de la MFR

Les moniteurs ont une tâche d’enseignement et  sont formés pour dispenser aux jeunes une pédagogie différente et centrée sur l’alternance.

Ils ont aussi un rôle éducatif car ils encadrent les jeunes en dehors de leurs heures de cours, pendant les repas, les veillées, les sorties et voyages d’études. Ils sont en permanence à l’écoute des jeunes et de leurs familles.

La MFR de Coublevie a vocation à accueillir des jeunes de la 4ème au Bac Professionnel CGEH en passant par le CAPA soigneur d’équidés.

Est également proposé le BPJEPS  (Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport) mention équitation.

Pour intégrer la MFR, la motivation est primordiale. Il faut retenir que la très grande majorité des diplômés qui sortent de la MFR trouvent  du travail dans leur branche.

Les autres se seront appuyés sur leur passion du cheval pour obtenir un diplôme qui leur permettra de poursuivre des études (en B.T.S par exemple) ou un travail dans des domaines proches de leur projet. Pas négligeable par les temps qui courent….

Pour plus de renseignements: http://www.mfrcoublevie.com/

Catégorie enseignement-formationCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

décembre 2014
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+