Archive | 23 décembre 2014

Lignes express Transisère de la région grenobloise

A l’échéance du contrat qui le liait à l’entreprise gestionnaire des 3 lignes express de la région grenobloise, le Conseil général a lancé une nouvelle consultation sur la base d’un cahier des charges dont les objectifs étaient d’améliorer les temps de parcours, de résorber les saturations constatées entre Voiron et Grenoble, et de réduire le coût à la charge des contribuables.

La nouvelle organisation, fruit d’une négociation avec le candidat lauréat, permet globalement d’atteindre ces objectifs : elle diminue les temps de parcours dans des proportions pouvant atteindre 30 % sur certains trajets ; elle augmente le nombre de places de 26 % en heure de pointe du matin entre Voiron et Grenoble ; et elle est plus économique de 16 % (1,5 millions d’euros économisés par an, qui permettent au Conseil général de ne pas augmenter les impôts des Isérois pour la 9ème année consécutive malgré la hausse des dépenses de solidarité).

Mais elle a suscité une vive réaction d’une partie des usagers qui n’y trouvent pas leur compte.

Sous l’impulsion de Didier Rambaud, vice-président du Conseil général en charge des transports, le Conseil général s’est donc rapproché du Pays du Grésivaudan pour examiner les améliorations qui pourraient être apportées à la nouvelle offre, sans en perdre les principaux gains.

A l’issue de leurs échanges, les deux autorités organisatrices sont convenues d’apporter 3 améliorations aux lignes express, qui seront effectives dès la mise en place de la nouvelle desserte, le 5 janvier :

- un prolongement de la desserte de Revel et Saint-Jean le vieux jusqu’à  l’arrêt « Domène les Arnaud », pour assurer une correspondance avec la ligne express ;

- un renforcement de la desserte de Villard-Bonnot aux arrêts « Lycée », « Madone » et « Eglise » ;

- le prolongement de 4 services express jusqu’à Tencin.

Le Pays du Grésivaudan adaptera sa desserte entre Tencin et Montbonnot Pré de l’Eau, via Domène, pour tenir compte des nouvelles conditions d’organisation de la ligne express.

Une enquête sera menée durant le mois de février pour évaluer la satisfaction des différents usagers et examiner les éventuels ajustements qui seraient encore nécessaires.

Enfin, le Conseil général et le Pays du Grésivaudan conviennent d’intensifier leur partenariat pour mieux coordonner les réseaux de transport dont ils ont chacun la responsabilité.

Ils conviennent également de la nécessité d’intensifier le partenariat entre les autorités organisatrices de transport de la Région Grenobloise.

Catégorie transportCommentaires fermés

Fêtes de fin d’année : des contrôles renforcés jusqu’au 9 janvier 2015

La Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) et la Direction générale de l’Alimentation conduisent chaque année une « Opération Fin d’Année » de contrôle et d’information renforcée portant sur la consommation festive.

A cette occasion, elles intensifient leurs contrôles lors des deux derniers trimestres de l’année, sur les jouets, les cadeaux et les denrées alimentaires qui sont proposés au moment des fêtes de Noël et du Nouvel An.

Trois domaines d’intervention sont privilégiés :

La loyauté des transactions et la bonne information des consommateurs : L’information sur les prix, la véracité des offres promotionnelles, l’étiquetage informatif des produits et les règles de sécurité à respecter lors de leur utilisation sont vérifiés. Les offres de services spécifiques à cette période (abonnements satellites, salles de sports…) et les prestations touristiques font également l’objet d’une surveillance attentive.

La sécurité des produits non alimentaires (jouets, sapins artificiels, guirlandes électriques…) : la DGCCRF renforce plus particulièrement sa vigilance à partir du second semestre en vérifiant les stocks détenus dans les entrepôts. En décembre, les enquêteurs se concentrent sur la distribution en vérifiant les produits peu avant leur mise en rayon. Si la sécurité des jouets apparaît globalement bien respectée dans les grandes enseignes spécialisées, elle demeure un sujet de préoccupation dans le secteur des solderies.

Lors de l’opération similaire menée en 2013, 10978 contrôles ont été effectués auprès des fabricants et importateurs ainsi qu’aux différents stades de commercialisation des produits. Ces contrôles ont donné lieu à 1084 avertissements ou mesures administratives et 118 procès-verbaux.

La qualité, la sécurité des produits alimentaires : Les enquêteurs vérifient que les consommateurs sont bien informés sur les caractéristiques des produits (prix, origine, Date Limite de Consommation / Date Limite d’Utilisation Optimale, ingrédients…) et s’assurent qu’ils ne présentent pas de risques pour leur santé (température de conservation, règles d’hygiène…).Du 1er décembre
2014 au 9 janvier 2015, les vérifications sanitaires sur les aliments de fêtes (coquillages, foie gras, gibier, chapon, etc…) sont effectuées sous le pilotage des services de la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL). Ces contrôles sont renforcés dans les établissements de production, de transformation et de commercialisation ainsi que lors du transport et de l’entreposage des produits.

Les agents des directions départementales chargées de la protection des populations (DDPP ou DDCSPP) s’assurent que l’activité commerciale accrue pendant cette période se déroule dans le respect des règles d’hygiène et de sécurité. Les contrôles donnent lieu à des suites administratives ou judiciaires pour les établissements ne respectant pas la réglementation.

Lors de l’OFA 2013, tous secteurs confondus, 7330 contrôles ont été effectués dans les établissements de commercialisation (grandes surfaces et autres commerces), de restauration et dans tous les établissements de transformation, stockage et distribution de ces denrées.

Sur les 6027 contrôles spécifiques à la commercialisation en magasin et à la restauration, 267 procès-verbaux d’infraction ont été dressés et 301 mesures de remise en conformité demandées Les contrôles ont par ailleurs entrainé le retrait de 637 kg de produits et 33 fermetures
administratives d’établissements

Catégorie consommation, questions d'actualitéCommentaires fermés

Recours aux produits phytosanitaires : Résultats nationaux pour l’année 2013

Le Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt a publié aujourd’hui les résultats annuels de suivi du plan de réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, le plan Ecophyto.

Au niveau national, le recours aux produits phytosanitaires a augmenté de 5% en moyenne entre 2009 et 2013 et de 9,2% entre 2012 et 2013. Une analyse de l’évolution de l’indicateur de référence NODU (nombre de doses unités) par catégories de produits montre une augmentation du recours aux herbicides et aux fongicides, et une diminution du recours aux insecticides. En ce qui concerne les zones non agricoles, entre 2009 et 2013 le NODU diminue de 3,4% et l’on constate une baisse de 7,9% entre 2012 et 2013.

En revanche, des résultats encourageants ont été observés pour les fermes du réseau DEPHY, réseau de Démonstration, d’Expérimentation et de Production de références du plan Ecophyto, souvent engagées dans des démarches agro-écologiques. Ces fermes ont réussi à réduire leur recours aux produits phytosanitaires tout en conservant de très bons rendements. Parmi les résultats concrets recensés dans ce réseau qui compte en 2013 près de 2000 fermes, le nombre de traitements moyen depuis l’entrée des fermes dans le réseau a diminué en 2013 de 12% pour les grandes cultures et la polyculture-élevage et de 11% pour l’arboriculture. Le poste « herbicides » reste néanmoins le plus difficile à réduire.

Climatiquement, l’année 2013 s’est caractérisée par un printemps exceptionnellement humide et frais d’avril à juin avec des retards d’implantation de cultures et des pertes de plantes. A la faveur de ces conditions humides, les champignons ont pu facilement se développer. Les excès d’eau ont également profité au développement des limaces et des adventices et gêné le recours aux opérations de désherbage mécanique. Comme 2012, l’année 2013 a été marquée par une forte pression des maladies fongiques sur l’ensemble des cultures.

Par contre, l’évolution des surfaces agricoles et du choix des espèces cultivées n’a pas eu d’impact significatif sur l’évolution de la consommation totale en produits phytosanitaires.

Dans ce contexte, Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Porte-parole du Gouvernement réaffirme sa détermination à mettre en œuvre les outils négociés dans le cadre de la nouvelle PAC et amplifiés par la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt promulguée le 14 octobre 2014.

Ceux-ci permettront d’accélérer la réduction du recours aux produits phytosanitaires par la diffusion et le transfert des pratiques économes et performantes constatées au sein du réseau des fermes DEPHY et des exploitations pionnières en agro-écologie.

Par ailleurs, le rapport confié par Manuel Valls, Premier Ministre au député Dominique Potier en vue de proposer une nouvelle version du plan Ecophyto, sera remis mardi 23 décembre en présence de Ségolène Royal et de Stéphane Le Foll. Les recommandations de ce rapport seront analysées et serviront de socle au lancement d’un nouveau plan Ecophyto.

Catégorie agriculture, environnementCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

décembre 2014
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+