Archive | janvier, 2015

93% des agriculteurs ont mis en place au moins une démarche agro-écologique

Une enquête BVA réalisée en janvier 2015 pour le ministère de l’agriculture auprès 655 agriculteurs constituant un échantillon représentatif des 311.106 agriculteurs professionnels français établit qu’un agriculteur sur deux déclare avoir entendu parler de l’agro-écologie, double ou triple performance.

- Consulter l’étude BVA/Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt

93% des agriculteurs déclarent mettre en place au moins une démarche agro-écologique.
Limiter les intrants (76%), améliorer la qualité des sols et limiter l’érosion (71%) sont les démarches les plus citées comme mises en application.

2 agriculteurs sur trois ont recours à des échanges d’expériences et/ou des démarches collectives pour mettre en place ces démarches.

45% des agriculteurs qui ont entendu parler de l’agro–écologie se disent intéressés par cette démarche.

Parmi eux, 45% ont le sentiment d’être déjà engagés dans ce type de démarche.

13% envisagent de le faire dans les 5 prochaines années . Les moins de 35 ans sont deux fois plus nombreux à avoir cette intention.

- Retrouvez l’étude complète

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Trièves: Les vignerons de la reconquête

Le film « Les vignerons de la reconquête », réalisé par Olivier Pasquet, géographe et documentariste, a été coproduit par TV.TV. et la Chambre d’Agriculture Savoie Mont-Blanc. Ceci dans le cadre de l’action « Vin’alp » du programme de coopération transfrontalière Interreg France-Italie ALCOTRA.

Cette action menée sur les territoires des départements de la Savoie et de la Haute-Savoie et celui de la Province de Turin, s’attache à la revalorisation des cépages viticoles locaux.

Le trièves participe à ce film..

Pour visualiser le film:

http://youtu.be/dmhMjnTNGl4

Catégorie A la une, viticultureCommentaires fermés

« Bienvenue en métropole ! Bienvenue chez vous ! »

Salon nord du stade des alpes plein à craquer pour la cérémonie des voeux de la Métropole.

Christophe Ferrari, président de Grenoble- Alpes Métropole: «   Nous avons choisi de vous présenter nos voeux pour cette année 2015, an 1 de la métropole, au Stade des Alpes, lieu de partage d’émotions collectives fortes »

Sans titre 2

Crédit:M.MINGAT© DGDCOM© LA MÉTRO©

Comment ne pas se souvenir des exploits de nos rugbymen et de nos footballeurs qui ont dernièrement éliminé Marseille de la coupe de France…

Et Christophe Ferrari de rajouter, pensant aux tragiques évènements qui ont secoué la France: « le contexte particulier dans lequel ces voeux s’inscrivent nous rend d’autant plus sensibles cette nécessité de nous rassembler.Je suis persuadé que le projet métropolitain a la capacité de rassembler derrière lui tout un territoire, de mobiliser l’ensemble de ses acteurs.. »

Il est à noter que c’était la première cérémonie de voeux d’une équipe constituée au printemps dernier, premiers voeux de la métropole..d’un nouveau territoire.

 » Ce nouveau territoire, nous y sommes entrés de plain-pied dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier : un voyage éclair, passé inaperçu pour la plupart de nos concitoyens, et pourtant, au matin du 1er janvier, nous avions accompli notre mue, nous étions tous devenus des métropolitains… »

Et le Président de clamer: « Bienvenue en métropole ! Bienvenue chez vous ! »

 » Faire métropole, c’est d’abord et avant tout porter ensemble le développement d’un territoire. Faire métropole, c’est mobiliser de nouvelles ressources et de nouveaux outils au service de ses
habitants. Nous sommes d’abord attendus par nos concitoyens en matière d’optimisation de l’action publique, et d’efficacité des services à la population. »

Sans rien sacrifier l’équipe de la Métropole a décidé de se concentrer sur la prise des seules compétences obligatoire.  En conséquence, l’année 2015 sera une année de transition, afin de garantir la continuité du service public et permettre une montée en charge progressive de la métropole dans toutes ses nouvelles dimensions. Et Christophe Ferrari de préciser:  » de la mobilisation de tous fera la réussite de notre projet.. »

La création d’une métropole sur l’agglomération grenobloise va donc mettre en mouvement des territoires sur un espace beaucoup plus vaste, enclencher une dynamique qui bénéficiera à de nombreuses communes et intercommunalités voisines.


La métropole ne va pas se construire en vase clos.  » Bien au contraire, nous allons travailler étroitement avec les territoires voisins avec qui nous avons déjà des relations fortes, la Communauté d’Agglomération du Pays Voironnais et la Communauté de communes du Grésivaudan. Nous allons également intensifier les échanges avec les autres intercommunalités dans la proximité de l’aire urbaine grenobloise. Nous n’avons pas pour ambition d’être une métropole qui capte les énergies, mais bien un territoire qui les met en mouvement et les libère. »

Le territoire de la Métropole aux nombreux atouts.

« Notre richesse tient d’abord à notre diversité. Du très urbain au rural, de la montagne à la plaine, la concentration sur un seul et même territoire métropolitain d’autant d’espaces et de modes de vie différents est unique. La présence de trois massifs et d’espaces naturels exceptionnels en proximité du coeur d’agglomération n’a pas d’équivalent sur le territoire national.

Notre agglomération est aussi une terre d’échanges, carrefour au coeur de l’espace européen. Notre population s’est constituée d’apports extérieurs constants et nombreux. La vitalité de ces échanges, le renouvellement permanent d’une partie de notre population ont façonné notre identité, et nous ouvrent au monde. »…Nous devons également nous appuyer sur le goût de l’expérimentation, la capacité d’inventer qui ont fait de Grenoble et sa région le berceau de nombreuses innovations industrielles, sociales, technologiques.

La très belle aventure de French Tech, l’obtention de ce label qui offre à notre territoire, à ses entreprises et à leurs salariés des perspectives de développement remarquables doit nous inspirer et nous rassurer sur notre capacité à jouer collectif, avec bonheur et avec efficacité. »

Si Christophe Ferrari souffle que  » l’on est pas devenu Métropole par hasard, » il rajoute  » le passage en métropole représente une formidable opportunité de décupler nos forces, d’agir plus efficacement, d’améliorer la qualité du service public et de renforcer les solidarités entre les territoires et entre les habitants de l’agglomération.
Cette nouvelle capacité d’action, nous voulons la mettre au service d’un projet que nous souhaitons vous faire partager…
 »

A lire aussi:

La métropole doit répondre à trois défis majeurs

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

La métropole doit répondre à trois défis majeurs

Christophe Ferrari, président de la Métropole a indiqué, au cours de la cérémonie des voeux de la métropole que celle ci doit répondre à trois défis majeurs.

Premier défi: la lutte contre les précarités.

 » Notre agglomération est marquée par des fractures, que nous devons combattre, et des déséquilibres, qu’il nous faut résorber.

Dotée de nouvelles compétences, la métropole nous donne de nouveaux outils :

- pour lutter contre le mal logement en déployant une stratégie foncière permettant la construction de logements abordables sur toute l’agglomération ;

- pour faire reculer la précarité énergétique, en développant des aides à la réhabilitation thermique, et en mettant en place un grand service public de l’énergie ;

-  pour lutter contre la ségrégation spatiale, en développant le réseau de transports en commun ; dans nos politiques de l’eau par la mise en place de tarifs solidaires et progressifs ;

- pour lutter contre la fracture numérique, en déployant un plan d’accès très-haut débit.

Solidarité et cohésion sociale supposent une volonté permanente d’offrir à tous les habitants des quarante-neuf communes, notamment les plus modestes, un égal accès aux services publics. La poursuite de cet objectif guidera notre action tout au long du mandat.

Sans titre

Crédit:M.MINGAT© DGDCOM© LA MÉTRO©

Deuxième défi: la cohésion territoriale.

Nous serons extrêmement attentifs à ce qu’aucun territoire de la métropole ne soit oublié : le développement de la métropole suppose que toutes les parties qui la composent profitent également de son essor.
Nous ne raisonnons pas en termes de centre et de périphérie, de première deuxième, troisième couronne.
Notre agglomération est polycentrique, les investissements de la métropole se déploieront sur tout son territoire.

Pour ne prendre que l’exemple du développement économique, nous veillerons à favoriser le développement de l’activité économique sur l’ensemble du territoire métropolitain.

Nous développerons une stratégie d’accueil et d’accompagnement des entreprises qui ne se contente pas de soutenir le développement des secteurs traditionnellement porteurs de croissance, localisés dans notre coeur urbain : il nous faut aussi favoriser la reconversion des secteurs industriels en difficulté, résorber les friches industrielles et y développer de nouvelles activités, aider à la structuration des filières nouvelles et potentiellement créatrices d’emploi.

Troisième défi:  transition énergétique.

L’année 2015 est une année cruciale : la conférence de Paris en décembre doit voir la communauté internationale concrétiser ses engagements dans la lutte contre le réchauffement climatique. Ces enjeux mondiaux dépendent en partie de notre action locale. L’urgence d’agir n’est plus à démontrer, et les pics de pollution que nous connaissons régulièrement sont là pour nous le rappeler.
L’engagement de la Métropole de s’inscrire pleinement dans la perspective de la transition énergétique conditionnera l’approche de l’ensemble de nos politiques publiques : transports, logement, politique foncière. La rédaction d’un schéma de transition énergétique, dont nous avons donné le coup d’envoi à la fin de l’année dernière, mobilisera de nombreux acteurs du territoire au cours de l’année 2015.

Ce défi, comme tant d’autres, nous ne le relèverons pas seuls. Mais nous jouerons pleinement notre rôle de catalyseur, d’agrégateur des énergies et des initiatives. »

Et de conclure  » Nous aurons comme guide l’intérêt général, et comme objectif l’amélioration des conditions de vie de nos habitants. »

BON LO LA METRO

Catégorie A la une, La Métro, La MétroCommentaires fermés

Financer des projets du quotidien grâce au fonds de participation intercommunal

Si vous souhaitez déposer une demande d’aide financière au fonds de participation
intercommunal de Grenoble-Alpes Métropole, les dates limites de dépôt des dossiers
sont : le jeudi 12 février 2015 pour la 1ère session, le jeudi 26 mars 2015 pour la 2e.

Le fonds de participation intercommunal de Grenoble-Alpes Métropole permet à tout
groupe d’habitants et aux associations du territoire métropolitain de bénéficier
d’une aide financière pour réaliser leur projet.

300 à 3 000 € peuvent être alloués à chaque projet contribuant à développer les
solidarités entre les habitants, la démocratie, la défense de l’environnement et la
citoyenneté.

Le montage d’une exposition, les cours de soutien scolaire, l’organisation d’une fête
inter-quartier, l’achat d’un vélo partagé, un atelier de bricolage et tous projets de ce
type peuvent être financés.

De nombreux exemples illustrent l’aide que peut apporter ce fonds afin de
concrétiser des projets du quotidien : ainsi, les jeunes de l’association « Les
Déraillés » ont proposé aux habitants de l’agglomération des ateliers de réparation
et de fabrication de vélos à partir de matériaux de récupération. Les parents de la
crèche « Les Lithops » des communes de Venon, Gières et Murianette ont créé un
jardin potager bio dans leurs espaces.

Pour tout renseignement :

Dossier de candidature, mode d’emploi et règlement à télécharger sur
wwww.lametro.fr, rubrique participation.

Renseignements : fpi@lametro.fr
Tél : 04 76 59 58 89

GRENO ALP ME

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

2015 : une sortie de crise est-elle encore possible ? Quels atouts pour notre région ?

Dans le cadre de leurs rencontres annuelles, le Medef Isère et le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes accueillaient le 27 janvier 2015 à l’auditorium du Musée de Grenoble le monde économique grenoblois.

Jean-Pierre Gaillard, président du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, a introduit la soirée en rappelant les valeurs du Crédit Agricole : « Engagement et proximité, comme en témoigne le travail de nos équipes auprès des porteurs de projet. Notre entreprise rayonne sur tous les marchés grâce à son ancrage territorial et à sa gouvernance de proximité ».

Philippe Geydon, président du Medef Isère et dirigeant de la société Gueydon, Philippe Ithurbide, directeur de recherche et stratégie chez Amundi, leader européen de la gestion d’actifs, et Hugues Poissonnier, professeur associé à Grenoble école management, ont apporté leur éclairage sur la situation économique.

Une zone Euro encore en turbulence mais sans doute favorablement orientée par la croissance américaine, une urgence à réduire le chômage durablement et l’impérieuse nécessité de développer les Entreprises de taille intermédiaire (ETI) et de coconstruire des partenariats inter-entreprises sur nos territoires : tels sont leurs constats.

Christian Rouchon, directeur général du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, a conclu en insistant sur l’implication des banques dans le développement du tissu économique régional et notamment de l’écosystème grenoblois.
Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Catégorie economie/emploiCommentaires fermés

Soirée publique avec Le Pic Vert

Soirée publique avec Le Pic Vert

Samedi 31 janvier 2015 à 17h salle polyvalente de Réaumont(à côté de l’église)

L’assemblée générale annuelle de l’association de protection de la nature Le Pic Vert aura lieu le samedi 31 janvier à 17h à la salle polyvalente de Réaumont (à côté de l’église).

Sans titreLe film produit par le Château de Longpra : « Les merveilles de l’ordinaire au château de Longpra » et réalisé par Marc Peyronnard sera projeté à cette occasion. Après les traditionnels rapports de l’assemblée générale un pique-nique convivial  clôturera la soirée. Toutes les personnes intéressées sont cordialement invitées.

Renseignements : Le Pic Vert au 04 76 91 34 33 ou contact@lepicvert.asso.fr.

Catégorie environnementCommentaires fermés

La truffe, venez y mettre votre nez !

Champignon souterrain au parfum envoûtant, la quête du diamant noir est un chemin de persévérance, d’humilité et de passion. Alors que l’Isère compte bien des sols propices à sa culture, la production de truffe reste largement inférieure à son potentiel historique.

Pourtant, la plantation d’une truffière intéresse autant les gastronomes curieux que les actifs agricoles en vue de créer un complément de revenus ou simplement de valoriser savoureusement des terres peu fertiles.

Pour vous guider dans l’univers de la truffe, ou plutôt des truffes, la Maison Familiale de Vif dispense depuis 2008, la formation « truffes et trufficulture », ouverte à tous.  Elle inclut l’identification de terrains propices, la récolte et la préparation culinaire des truffes en passant par tous les aspects techniques et réglementaires liés aux truffières.

mfr VIFStage du 23 au 27 février 2015, 35h de formation incluant cours théoriques et visites de truffières. Inscriptions avant le 5 février. Programme détaillé, tarifs et financements, contacter la MFR Vif au 04 76 72 51 48 et veronik.leblay@mfr.asso.fr

Catégorie enseignement-formation, trufficultureCommentaires fermés

Vigilance ORANGE neige/verglas en Isère



La préfecture de l’Isère vous informe que Météo France prévoit un épisode neigeux notable dans le département, particulièrement en montagne, pouvant engendrer des difficultés de circulation, notamment la nuit du 29 au 30 janvier et le 30 janvier au matin et susceptible de durer jusqu’au week-end.



Un cumul de 30 à 40 cm de neige est attendu dans la nuit de jeudi à vendredi, au-dessus de 1000 mètres. Les accès aux massifs montagneux (Vercors, Chartreuse, Belledonne, Oisans, Grandes Rousses) seront difficiles voire impossibles sans équipements spéciaux. Des congères dues au vent pourront se former et rendre certains secteurs dangereux.

La plaine ne devrait a priori pas être lourdement impactée par cet épisode neigeux (cumuls de 2 à 3 cm attendus à 500 mètres). Néanmoins, la circulation dans certains secteurs sensibles (rampe de Laffrey, RN85, A48 col de la Rossatière, col du Fau…) pourra s’avérer difficile.

Le préfet de l’Isère appelle donc tous les usagers de la route à la plus grande prudence face à cet épisode neigeux.

Conseils de comportement :

  • Protégez-vous des chutes et protégez les autres en dégageant la neige et en salant les trottoirs devant votre domicile, tout en évitant d’obstruer les regards découlement des eaux.
    • Soyez prudents et vigilants si vous devez absolument vous déplacer.
    • Privilégiez les transports en commun.
    • Renseignez-vous sur les conditions de circulation et les conditions météo (www.meteofrance.fr)
    • Préparez votre déplacement et votre itinéraire.
    • Respectez les restrictions de circulation et déviations mises en place.
    • Facilitez le passage des engins de dégagement des routes et autoroutes, en particulier en stationnant votre véhicule en dehors des voies de circulation.

    Catégorie questions d'actualité, transportCommentaires fermés

    Loup: espèce protégée, mais à quel prix ?

    Une trentaine d’éleveurs de la Confédération paysanne ont occupé , avec des moutons, la direction régionale de l’environnement (DREAL) à Lyon. Au moins, les animaux sont en sécurité.

     » Nous n’acceptons pas d’avoir à enfermer nos brebis et de renoncer à nos pratiques pastorales pour échapper aux attaques de loups. C’est l’élevage hors-sol des ruminants, l’industrialisation de l’agriculture, que nos décideurs favorisent en refusant de questionner la légitimité du statut d’espèce protégée du loup.
    Le 10 juin, le Copa-Cogeca, dont font partie la FNO et la FNSEA, a même signé à Bruxelles un accord de principe avec la Direction générale de l’environnement de la Commission européenne attestant qu’il ne remettrait pas en cause le statut du loup !
    Pendant ce temps-là en 2014, les éleveurs et bergers ont subi plus de 2000 attaques de loups (300 de plus qu’en 2013) qui mettent en danger l’existence même de leur métier.
    La Confédération paysanne exige :
    •    Une étude conjointe des ministères de l’Agriculture et de l’Ecologie sur la possibilité et l’impact d’un changement de statut ;
    •    Un rendez-vous en urgence avec Ségolène Royal, demande restée sans réponse depuis sa prise de fonction ;
    •    Une transparence totale de la situation pour que les éleveurs puissent, au minimum, anticiper (chiffrage des populations, zones de présence, études prospectives, etc.).
    Il est temps d’agir pour que nous n’ayons pas à réclamer un statut d’espèce protégée pour le pastoralisme ! Il faut mettre fin à ce double langage national/européen, et affronter, enfin, la question du statut des loups avec tout le sérieux qu’elle exige. » indiquent les responsables de la confédération paysanne.

    A lire aussi

    bilan_attaques_2014_12_

    Livret_CP_Loups_Vok-1

    Catégorie A la une, loupCommentaires fermés

    edf.png

    Catégories

    Archives

    Agenda

    janvier 2015
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  

    A propos

    Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
    Nous contacter
    PHVsPjwvdWw+