Archive | 15 janvier 2015

4,5 M€ de fonds européens attribués à des projets rhônalpins

Lundi 19 janvier 2015 à l’Hôtel de Région, Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes, en présence de Harlem DESIR, Secrétaire d’état aux affaires européennes, et de Carsten RASMUSSEN Responsable France de la Direction Région de la Commission européenne, procédera à l’installation du Comité de suivi régional pour les fonds européens 2014-2020.

Cette première réunion, 3 mois après l’approbation par la Commission européenne du Programme opérationnel Rhône-Alpes FEDER – FSE, permettra d’engager dès la fin du mois de janvier une quinzaine de projets rhônalpins pour un montant de 4,5 M€ de crédits européens.

Depuis 2014, la Région Rhône-Alpes est autorité de gestion des fonds européens, ce qui représente 1,6 milliard d’euros de crédits sur la période 2014 – 2020 attribué à des projets rhônalpins via deux dispositifs : le programme de développement rural FEADER (PDR) et le programme opérationnel régional FEDER – FSE (PO).

4 priorités ont été définies dans l’attribution des fonds européens : l’innovation au service des enjeux sociétaux, la transition énergétique, les transports et l’environnement, l’emploi durable et la mobilité de la main d’oeuvre, l’augmentation de la qualification des demandeurs d’emploi par la formation tout au long de la vie.

Pour la première fois en France, la montagne et les activités de loisirs et nature font l’objet d’une approche transversale pour les différents programmes européens en Rhône-Alpes, afin d’intégrer ces priorités territoriales spécifiques à notre région.

Pour Jean-Jack QUEYRANNE, « Désormais autorité de gestion des fonds européens, la Région a pour ambition d’agir sur tous les leviers de croissance, de création de richesse et d’emplois en Rhône-Alpes. Avec la montagne et les activités de loisirs et nature, la politique européenne soutient des projets structurants mettant en valeur les atouts de notre territoire et contribuant à sa cohésion »

Exemples de projets rhônalpins ayant bénéficié d’un financement européen sur la période 2007 –2013 :

-  la Plateforme PROVADEMSE (PROcédés PROpres Valorisation DEpollution Matières premières) basée à Lyon développe des projets collaboratifs de recherche et développement en matière de technologies propres et de dépollution (974 000 €)

 En 7 ans, 37 000 demandeurs d’emploi ont bénéficié d’une formation (97 M€)

-  Dans le cadre du projet « Ardèche Drôme Numérique », 2 000 km de fibres optiques ont été installés dans les départements de l’Ardèche et de la Drôme (14 M€)
-  En matière d’aménagement du territoire et de tourisme, la réalisation de la caverne du pont d’arc à Vallon Pont d’Arc en Ardèche a bénéficié du soutien de l’Europe (11 M€)

Catégorie Union européenneCommentaires fermés

Le futur du secteur des agroéquipements

Dans le cadre du projet agro-écologique et de la politique industrielle ambitieuse portés par le gouvernement, les ministres en charge de l’agriculture, de l’industrie et de l’enseignement supérieur et de la recherche ont confié à l’IRSTEA la mission d’identifier les forces et les faiblesses du secteur des agroéquipements.

Les conclusions de la mission ont été présentées ce lundi 12 janvier 2015 par Jean-Marc BOURNIGAL, président de l’IRSTEA, à Geneviève FIORASO, Stéphane Le FOLL et Emmanuel MACRON.

Le secteur étudié rassemble les machines mobiles utilisées en agriculture, foresterie et entretien des espaces verts ainsi que les technologies de l’information et de la communication associées*.

Si l’industrie française a démontré sa capacité à apporter des réponses aux besoins en matériel spécialisé, y compris à l’export, elle souffre d’un déficit d’image et d’un manque de visibilité de ces métiers. On estime de 5000 à 7000 le nombre d’emplois non pourvus pour la fabrication et la distribution.

Un ensemble de recommandations ont été formulées telles que la co-conception des systèmes agricoles et des équipements de la transition agro-écologique, le soutien au développement de la robotique agricole et à l’innovation ainsi que l’amélioration de l’attractivité des métiers et des formations.

Un séminaire de restitution de ce rapport destiné aux professionnels et autres acteurs concernés sera organisé au premier trimestre.

Les ministres souhaitent qu’un plan d’actions opérationnel soit établi en lien avec les professionnels du secteur sur la base de ces recommandations.

Dans un contexte de diminution de la main d’œuvre en agriculture, de transition énergétique et de développement de l’agro-écologie, les agroéquipements devront répondre à plusieurs défis d’ordre économique (production performante en quantité et en qualité), environnemental (réduction des émissions vers l’eau et l’air) et social (amélioration du confort, réduction des risques et développement des échanges).

Le rapport est consultable en ligne à l’adresse suivante : http://agriculture.gouv.fr/Definir-…

*La France est le troisième producteur européen pour un chiffre d’affaires de 4,4 milliards d’euros en 2013, plus de 540 entreprises de fabrication et de 2000 en distribution, représentant plus de 40 000 emplois.

Catégorie agricultureCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

janvier 2015
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+