Archive | 02 février 2015

CREATIVA : l’édition 2015 confirme le succès d’un salon populaire, ciblé et dans l’air du temps.

Sur la lancée d’une édition 2014 qui avait connu un succès sans précèdent, Creativa Grenoble confirme cette année encore l’attrait constant des loisirs créatifs auprès d’un large public féminin.
« Par les temps qui courent, les loisirs créatifs sont à la mode, on sent bien cette demande forte de créer, de transformer, de savoir coudre ou d’imaginer une nouvelle décoration, etc…On est vraiment dans l’air du temps ! »  confiait un exposant.

Christophe Conte, le nouveau directeur commercial d’Alpexpo précisait d’ailleurs à l’issue du salon « que 2015 avait bénéficié d’une augmentation de 10% d’exposants par rapport à 2014 et qu’en ce qui concerne les visiteurs, malgré une météo neigeuse, nous nous approchons du record de l’an dernier ».»

En effet, le rayonnement de Creativa Grenoble dépasse les limites du département et de nombreux visiteurs n’hésitent pas à venir de loin, en groupe et en bus..
D’ailleurs, dans les allées,  du côté des exposants, on enregistrait également un certain contentement : « Les publics de Grenoble et de la région sont des passionnés, on vient ici depuis 10 ans, on est toujours bien accueillis et le panier moyen est plutôt satisfaisant. »

Mais le plus de Creativa ce sont ses ateliers qui séduisent un public de passionnés avide de découvrir les dernières techniques en matière de loisirs créatifs ; et ses animations comme, par exemple, le défilé Singer qui a permis à 25 mannequins amateurs de présenter leur propre création ou encore le concours « Vos idées font la Déco » qui a réuni plus de 40 participants.

Finalement, Creativa c’est le rassemblement durant 4 jours d’exposants et de visiteurs qui ont en commun la passion du faire soi-même et qui leur permet de faire de belles affaires !


Prochains évènements  à Alpexpo du 12 au 15 mars : Salon du Bois, de l’Habitat et le Salon de l’Immobilier.

Sans titre

Catégorie foires/salonsCommentaires fermés

La réforme des cours d’eau pourrait coûter entre 4 et 8 milliards d’euros aux collectivités

L’Association des Riverains de France (ARF) publie une étude d’impact sur la réforme qui doit être débattue au Sénat et qui prévoit d’artificialiser 36 000 km de rives afin de mettre en œuvre la transformation de la servitude en cheminement.

Cette étude révèle les impacts potentiels de la mesure sur la biodiversité et sur les finances des collectivités – entre 4 et 8 milliards d’euros d’aménagements seront nécessaires. L’association ne demande pas la suppression de la mesure, mais formule des propositions de bon sens visant à l’encadrer.

2011-08-14 14.11

Cette réforme répond à une demande légitime d’accès aux cours d’eaux. Néanmoins, il ressort de l’étude d’impact qu’en l’absence d’encadrement, la réforme ne résoudrait pas les problèmes d’usages, et aurait des conséquences néfastes sur la biodiversité, les dépenses des collectivités et la sécurité des promeneurs :

  • Plus de de 36 000 km de réserve de biodiversité et d’espaces naturels protégés impactés par l’artificialisation forcée des rives ;
  • Entre 4 et 8 milliards d’euros de dépenses imposées aux collectivités. Elles devront réaliser d’importants et coûteux travaux d’aménagement et d’entretien ;
  • Des risques accrus d’accidents en raison de nombreuses zones dangereuses ou impraticables.


L’ARF ne souhaite pas faire abroger la servitude de marchepied, ni supprimer la réforme envisagée, car elle répond à une demande sociale légitime d’accès aux cours d’eau. En revanche, elle insiste sur la nécessité absolue d’encadrer les modalités d’application en prenant en compte :

  • La vulnérabilité des zones réserves de biodiversité ;
  • La présence de sentiers touristiques ou voies vertes situés à proximité immédiate ;
  • La sécurité des personnes, dans les cas d’obstacles naturels évidents ;
  • L’existence de bâtiments sensibles à proximité des cours d’eau.


Monique Rieux, Présidente de l’Association des Riverains de France déclare : « Cette mesure part d’un bon sentiment mais elle a été proposée sans aucune étude d’impact préalable. Or, on se rend compte aujourd’hui des conséquences désastreuses qu’elle entrainerait. L’ARF appelle les Sénateurs à se saisir du sujet pour, non pas supprimer la mesure, mais l’encadrer sur la base de propositions consensuelles ».

Pour télécharger l’étude d’impact cliquer ici.

À propos de l’Association des Riverains de France
L’Association des Riverains de France fondée en 1979 représente l’ensemble des associations, sociétés et syndicats de riverains des lacs, rivières et cours d’eau français. Elle regroupe aujourd’hui plus de 50 associations et plus de 3 000 membres et dispose d’un réseau de délégués sur I’ensemble du territoire.

Catégorie eau, environnementCommentaires fermés

La Grande Chartreuse label national Forêt d’Exception®.

chartLe 13 février 2015, la forêt de la Grande Chartreuse recevra le label national Forêt d’Exception®.


Ce label récompense l’important travail de concertation mené autour de la gestion de ce territoire unique. Troisième forêt française à être ainsi reconnue, le massif de la Grande Chartreuse succède à ceux de Fontainebleau et Verdun, labellisés respectivement en 2013 et 2014.

C’est dans le vallon du monastère de la Grande Chartreuse, témoin de l’histoire des lieux, que le label Forêt d’Exception® sera officiellement délivré par Pascal Viné, directeur général de l’Office national des forêts, en présence de Richard Samuel, préfet de l’Isère, Eliane Giraud, présidente du parc naturel régional de Chartreuse, sénatrice et vice-présidente de la région Rhône-Alpes, Alain Cottalorda, président du conseil général de l’Isère et Michèle Prats et Paul Arnould, respectivement présidente et représentant du comité national d’orientation Forêt d’Exception®.

Entre production, biodiversité et loisirs

Ses 8 500 hectares en font la plus grande forêt domaniale des Alpes. Elle constitue le coeur sylvestre du parc naturel régional, dont elle couvre 11% de la surface. Pourvoyeuse de bois de grande qualité, la forêt de la Grande Chartreuse s’inscrit au coeur de l’économie locale.

D’une très grande richesse faunistique et floristique, elle offre en même temps un écrin de verdure aux habitants des agglomérations voisines. Et c’est un haut lieu de mémoire et d’histoire, étroitement lié à l’ordre des Chartreux. Ce dernier a façonné la géographie des lieux et initié le développement de ce massif exceptionnel.


Construire en innovant

En choisissant la démarche «Forêt d’exception®», les quatre principaux partenaires du projet (l’ONF, le conseil général de l’Isère, le parc naturel régional de la Chartreuse et l’État) ont souhaité mettre en place une réflexion approfondie sur les différentes fonctions de la forêt et ses influences sur les écosystèmes.

«Ce travail commun entrepris depuis bientôt trois ans nous a d’abord permis de construire un véritable dialogue, en abordant tous les sujets», retient Eliane Giraud.

L’objectif est aujourd’hui de faire de cette forêt un laboratoire vivant où explorer et expérimenter des actions innovantes afin de faire évoluer les objectifs et les méthodes de gestion des forêts du massif de la Chartreuse.


Mieux connaître et partager les richesses de la forêt

Grâce au travail entre l’ONF et ses partenaires, les premières démarches concrètes ont pu être mises en oeuvre : le patrimoine archéologique et historique a été inventorié, une étude socio-ethnologique sur les perceptions de la forêt par les habitants du massif a été effectuée, des sites majeurs à réaménager pour l’accueil du public ont été identifiés.

Attribué pour 5 ans, le label va permettre de renforcer la dynamique positive qui s’est créée entre les partenaires du projet…

Pour valoriser encore mieux ce patrimoine remarquable et le transmettre aux générations futures.

Catégorie Forêt de Chartreuse, forêtCommentaires fermés

Offres et demandes d’emploi, en Rhône-Alpes, dans le secteur agricole

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . GE cherche un salarié polyvalent pr intervenir sur 3 expl. en vaches allaitantes, vaches laitières et volailles de Bresse. Traite, soins, alimentation des troupeaux et de la volaille. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OEL8-01

Isère . Expl. en élevage bovin-lait recherche une pers. pr les missions : Traite,  alimentation et soins aux animaux, surveillance des 60 VL, transformation fermière. CDD tps plein. Lieu de travail : EYZIN PINET. Contact : 04 76 20 68 08 ou emploi-isere@anefa.org. OVL68-38

Rhône . Expl. recrute une pers. polyvalente en arboriculture et en maraîchage pr réaliser les travaux des dx productions. Vs devez être autonome, sérieux et posséder le permis VL. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OAR21-69

Savoie . Expl. cherche pr la saison d’hiver un salarié en charge de la traite et de l’alimentation des vaches laitières. Vs interviendrez également lors des vêlages. Possibilité de logement. CDD tps plein 4 mois. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL66-73

Savoie . Pisciculture cherche son responsable. Missions : mettre le poisson ds les meilleures conditions de croissance au regard des objectifs de production à atteindre pr satisfaire les besoins quantitatifs et qualitatifs du marché. Vs aurez en charge l’organisation, la gestion de la production et l’encadrement d’équipe. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OAQ2-73

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Drôme . Femme cherche emploi en arboriculture et/ou viticulture. Expériences saisonnières. Titulaire CACES et formation agricole. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DAR85-26

Isère . Homme cherche emploi d’agent de cultures légumières. Titulaire CAPA Entretien de l’Espace Rural. Contact : 04 76 20 68 08 ou emploi-isere@anefa.org. DMA113-38

Rhône . Femme cherche emploi d’agent de cultures légumières. Titulaire BTS prod. horticoles. Expériences de 8 mois et réalisation de stages. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DMA65-69

Rhône . Femme cherche emploi en élevage et/ou en viticulture. Expérimenté. Mobilité : Rhône. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DCA44-69

Savoie . Femme cherche emploi en horticulture, pépinière et/ou en maraîchage. Titulaire BTS prod. horticole. Expériences acquises en stages. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DHO13-73

Catégorie Pays de Savoie, agriculture, economie/emploi, petites annoncesCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

février 2015
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
232425262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+