Archive | 06 février 2015

Auvergne – Rhône-Alpes se construit

A l’occasion d’une journée placée sous les signes de l’union des deux Régions et de l’action culturelle
Jean-Jack QUEYRANNE et René SOUCHON ont tenu, à Clermont-Ferrand, leur troisième Comité de
pilotage. A l’issue de cette réunion de travail, les deux Présidents ont présenté 10 mesures communes
aux deux Régions. Ces annonces d’actions concrètes font suite aux 10 premières mesures annoncées en
novembre 2014.

Mobilité
 Avancée et soutien du projet de liaison LGV POCL (Paris-Orléans-Clermont-Lyon) au
lendemain du Comité de pilotage du 4 février 2015. Les Régions Bourgogne, Auvergne, Rhône-Alpes
et Ile-de-France se prononcent en faveur du tracé médian.
 Amélioration en perspective de la ligne Clermont-Ferrand/Lyon avec pour objectif une
liaison directe de 2h (en service d’hiver) fin 2015 (service annuel 2016). Le Président de la SNCF,
Guillaume PÉPY, a rappelé la demande des deux Présidents à Clermont-Ferrand (Pôle d’Echanges
Intermodal Gare du 17/01/15).

La préparation de l’union administrative
 Mise en place d’un groupement de commandes commun aux deux collectivités. Ce
groupement permettra de lancer des marchés et de choisir des prestataires communs aux deux
régions. Cela se traduira par des économies d’échelle en unifiant les ressources et les compétences
de chacun avec rapidité et efficacité. Les systèmes d’informations, les prestations de conseils, les
supports de communication, les logiciels pourront faire l’objet de commande via ce groupement.
 Création d’une bourse de l’emploi commune aux deux collectivités. L’objectif est de
partager les vacances d’emplois entre les deux collectivités ; il s’agit de considérer comme
candidats internes et donc prioritaires les personnels des deux Régions.

Vers un observatoire de la laïcité commun aux deux régions
 Le Conseil régional Rhône-Alpes a adopté, le 18 décembre dernier, la création et la
composition d’un observatoire régional de la laïcité (1er en France). Il sera proposé à la Région
Auvergne d’intégrer cet observatoire qui réalisera des travaux d’expertises, d’informations et
alimentera la réflexion autour du thème de la laïcité. « La notion de laïcité est à la fois
philosophique et juridique, elle doit être vivante et expliquée » a souligné Jean-Jack QUEYRANNE. (La
3ème réunion de l’observatoire s’est tenue le 5 février en Rhône-Alpes).
Composition de cet observatoire : élus régionaux, experts, philosophes, représentants de l’État.

Mise en place d’un groupement d’experts interrégional étude climat (GIEC)

 Mise en place à l’échelle des deux régions d’un groupement d’étude sur les effets du
réchauffement et les aléas climatiques. Ces travaux alimenteront le Sommet mondial climat et
territoires qui se tiendra les 1er et 2 juillet à Lyon en préparation de la Conférence des parties sur les
changements climatiques (dite COP 21) prévue en décembre 2015 à Paris.

Montagne
 Dans le cadre de la rénovation de la loi montagne, le Premier Ministre a nommé, par
courrier du 26 janvier 2015, Bernadette LACLAIS, Députée PS de Savoie, et Annie GENEVARD,
Députée UMP du Doubs, pour conduire une mission parlementaire et faire une proposition
permettant l’actualisation du dispositif. Les deux Régions apporteront une contribution importante,
avant la fin du 1er trimestre 2015, dans le cadre de cette mission parlementaire notamment au
travers de leur expérience des Contrats de Massifs et de la démarche prospective Montagne 2040.
 Le soutien de la Région Rhône-Alpes à la candidature de la Chaîne des Puys-Faille de
Limagne au patrimoine mondial de l’UNESCO.

CREPS (Centre de Ressources, d’Expertise et de Performance Sportives)
 Les deux Régions envisagent une étude commune dans le cadre du probable transfert de
compétences des CREPS vers les Régions (projet de loi NOTRe) pour la création d’un pôle de
formation d’excellence aux métiers du sport qui offrira une large place aux sports de nature, de
plein air et de montagne et à l’activité économique qui en dépend.

Création d’une mission French-Tech Auvergne Rhône-Alpes
 Après une participation des deux Régions au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas
spécialisé dans l’économie numérique – où Rhône-Alpes et Auvergne étaient représentées par plus
de 20 sociétés – et sur la base des politiques volontaristes menées par les deux collectivités en
matière de numérique (infrastructures, usages, projets économiques), les Présidents s’engagent à
faire de la future grande Région un territoire d’excellence de la French Tech qui repose d’ores et
déjà sur un tissu de start-up, de PME Innovantes, de groupes importants, de pôles de compétitivité
et de filières numériques (à l’instar d’I Campus en Auvergne et d’Imaginov en Rhône-Alpes) ; tous
les moyens seront mobilisés pour atteindre cet objectif. La vocation de cette mission est d’inscrire
la grande Région dans la compétitivité internationale et de constituer une force de frappe export.

Lancement du Plan PME 3000
 99 % des entreprises comptent moins de 250 salariés. Les PME sont ainsi les forces vives des
territoires. Elles offrent des activités économiques non délocalisables et des dynamiques
industrielles ancrées sur les territoires. Les deux Présidents souhaitent amplifier les actions déjà
conduites en soutien au développement des PME. Un plan PME 3000 sera lancé : il s’agit de doper
les performances des entreprises en les accompagnant avec des actions de conseils sur la stratégie,
le développement commercial, l’innovation, les ressources humaines, l’environnement et l’export.

Catégorie territoiresCommentaires fermés

Elections MSA : un désintérêt des électeurs !


Le scrutin pour les élections MSA est désormais terminé, et les dépouillements ont tous eu lieu. Au vu des résultats, la Coordination Rurale préconise une sérieuse remise en question du fonctionnement de la MSA.

Une désaffection des votants

Seuls 39 % (contre 47,4 % en 2010) des agriculteurs et retraités agricoles se sont mobilisés pour voter. Il y a fort à parier que la MSA annonce que la mobilisation pour ce scrutin est significative dans un contexte économique et social très difficile, cependant, la CR souligne que ce chiffre démontre avant tout le désintérêt des agriculteurs pour cette élection. Sur les près de 2 700 000 adhérents de la MSA seulement 800 000 ont choisi de voter.

La vérité qui dérange c’est que la MSA est de plus en plus éloignée du terrain, et ce, malgré ses 24 000 délégués cantonaux !
Par ailleurs, la CR rappelle que les règles de ces élections n’ont pas été les mêmes pour tous. Entre bases électorales discriminantes, disparité de traitement et fonctionnements variables selon les caisses, l’organisation de ces élections n’a pas du tout été à la hauteur des attentes des agriculteurs.

Un résultat lié à son manque d’efficacité

Les agriculteurs ont de nombreux reproches à faire à la MSA et le réseau de terrain de la MSA n’est plus une réalité mais bel et bien un lointain souvenir pour eux. La MSA est seule responsable de ce résultat, car c’est bien son manque d’humanité et de transparence qui l’a condamnée.

Les délégués MSA de la CR se sont donné comme mission de remédier, à leur niveau, à ces défauts. Leur objectif majeur est de rendre la MSA aux agriculteurs.

Vers la parité avec le régime général ?

La CR espère que ce résultat amènera les pouvoirs publics à mieux considérer les agriculteurs. Les cotisations des agriculteurs sont disproportionnées au regard du montant de leurs retraites dérisoires (et souvent inférieures au minimum vieillesse). Les agriculteurs attendent un alignement sur le régime général et une revalorisation de leurs retraites.

Catégorie msa, vie syndicaleCommentaires fermés

MSA:Elections en Alpes du Nord 2015

Avec un taux de participation global de 28,42 %, les adhérents MSA ont marqué leur attachement à leur régime de protection sociale. Dans le contexte actuel de crise (économique et sociale) de l’agriculture, ils ont également confirmé leur souhait de maintenir un réseau de délégués de proximité.

Certes en recul de 5 points par rapport à 2010, ce taux de participation reste à un niveau élevé pour des élections professionnelles (qui se situe en moyenne plutôt entre 20% et 25% ces dernières années).

Il est à noter que, pour la première fois, les électeurs pouvaient voter en ligne grâce à une plateforme sécurisée et dédiée. Un votant sur cinq a choisi d’élire ses délégués MSA par voie électronique.

La MSA des Alpes du Nord remercie l’ensemble des adhérents qui se sont mobilisés et qui ont renouvelé leur confiance pour défendre l’action et les valeurs qui portent la MSA. Elle remercie également les 1281 candidats qui ont rendu possible l’expression démocratique de la représentativité des adhérents au sein de la MSA.

La MSA engage ses nouveaux représentants et tout son réseau à une mobilisation renforcée pour développer toutes les actions visant à améliorer la protection sociale et les conditions de vie de ses adhérents.

La prochaine étape se déroulera le 27 mars 2015 à Montmélian (73) : les 619 délégués éliront à leur tour 27 administrateurs lors de l’assemblée générale élective. Ceux-ci, avec les 3 membres de l’UDAF (union départementale des associations familiales) désignés, constitueront le nouveau conseil d’administration qui mènera la politique sociale des 5 prochaines années en Alpes du Nord.

Les taux de participation en Alpes du Nord

Isère

Savoie

Haute-Savoie

Alpes du Nord

1er collège 32,59% 35,66% 34,53% 33,84%
2ème collège 22,45% 25,86% 21,31% 22,88%
3ème collège 30,05% 31,55% 25,00% 29,77%
27,70% 30,92% 27,59% 28,42%


La répartition des délégués cantonaux :

Isère

Savoie

Haute-Savoie

Alpes du Nord

1er collège 98 67 46 211
2ème collège 158 107 94 359
3ème collège 25 15 9 49
281 189 149 619


Pour accéder aux listes nominatives des élus, cliquer ici.

Catégorie msaCommentaires fermés

Plan loup : une obligation de résultats !

Suite aux manifestations organisées les 25, 26 et 27 novembre derniers contre la prédation, la Fédération Nationale Ovine a été reçue le 3 février 2015 au Ministère de l’Ecologie par Ségolène Royal, Stéphane Le Foll et Jean-François Carenco, le préfet de la région Rhône-Alpes missionné pour coordonner le Plan loup.

Face à l’augmentation incessante du nombre de victimes du loup, la FNO avait revendiqué lors des manifestations de fin d’année, la mise en place d’un Plan loup efficace. Le Ministre de l’Agriculture s’était d’ailleurs engagé à organiser une réunion avec la Ministre de l’Ecologie et les préfets concernés pour harmoniser le Plan Loup et améliorer son efficacité.

Le gouvernement a tenu parole !

Lors de cette rencontre, Ségolène Royal s’est montrée très volontaire et bien aux faits de la problématique de la prédation. A l’heure où le nombre d’attaques n’a jamais été aussi élevé (au 31 décembre 2014, on décompte 9 033 victimes contre 6 810 en 2013), il faut au minimum appliquer les éléments validés dans ce Plan national loup !

Aujourd’hui, seuls quinze loups ont été prélevés sur les 36 autorisés. La Ministre a ainsi fermement exprimé sa volonté d’atteindre le quota prévu d’ici la fin du mois de mars 2015 !

Stéphane Le Foll s’est engagé à aller au bout des propositions de la loi d’avenir et a également signalé son ambition de faire évoluer le statut du loup dans les textes européens. Cette nouvelle va dans le sens des revendications de la FNO puisque nous réclamons depuis longtemps le déclassement du loup de la Convention de Berne et de la Directive Habitat.

Pour cela, des échanges avec l’Espagne et le Portugal sont en cours.

Enfin, le préfet coordonnateur est arrivé à cette rencontre avec une liste de propositions concrètes, allant dans le sens de celles proposées par la FNO, FNSEA, JA et APCA, afin d’améliorer et de simplifier la mise en place du Plan Loup. Celles-ci portent notamment sur l’indemnisation des dommages sur les troupeaux, la protection des troupeaux et sur le protocole d’intervention sur la population de loups.

« Il ne faut pas trop se réjouir d’avance, mais nous avons ressenti une vraie volonté de l’Etat pour enrayer les problèmes de la prédation », indique Frank Dieny, secrétaire général de la FNO. La balle est bien du côté des Pouvoirs Publics qui semblent l’avoir saisie… Nous exigeons tout de même une obligation de résultats !

La FNO poursuit son combat et ne lâchera rien tant que les loups constitueront une menace pour la production ovine.

Catégorie loupCommentaires fermés

Prudence sur les routes pendant les vacances de février


À l’approche des vacances de février et de l’affluence sur les routes du département, le préfet de l’Isère appelle les usagers à la plus grande prudence.

La conduite en hiver peut s’avérer délicate lorsque la neige tombe ou que le verglas se forme sur les routes. Avant de prendre la route, il est impératif de s’informer sur les prévisions météorologiques (www.meteofrance.fr) et sur les conditions de circulation et l’état des routes (www.bison-fute.gouv.fr et www.itinisere.fr).

En cas de vigilance météorologique rouge ou si la circulation est bloquée, NE PRENEZ PAS LA ROUTE.

Avant tout, préparez votre véhicule aux situations hivernales.

Vérifier l’état des pneumatiques et leur pression, l’état des feux de signalisation sans oublier les phares antibrouillard, vérifier l’état des balais d’essuie-glace, nettoyer le pare-brise, les vitres et les rétroviseurs avant de démarrer : se munir du nécessaire pour essuyer et désembuer les vitres.
Vérifier également le bon état des freins et la présence dans l’habitacle d’un gilet de sécurité ainsi que celle dans le véhicule d’un triangle de présignalisation homologué. Ces deux éléments sont obligatoires.

Si vous allez en montagne, prévoyez des équipements spéciaux (chaînes).

À placer au-dessus des bagages avec des gants et une lampe de poche et à monter en cas de neige abondante ou lorsque la signalisation vous y oblige. N’attendez pas d’être bloqué pour agir. Des espaces plats sont aménagés en dehors des voies de circulation pour le montage des chaînes. Il est conseillé de s’exercer au montage avant le départ.

Le préfet de l’Isère tient aussi à rappeler l’incompatibilité entre conduite et consommation d’alcool et de stupéfiants.

Catégorie transportCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

février 2015
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
232425262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+