Archive | 24 février 2015

Transition vers des biocarburants avancés

Un projet législatif visant à plafonner la production de biocarburants traditionnels et accélérer la transition vers d’autres sources, comme les algues ou les déchets, a été approuvé en commission de l’environnement.

Il vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre qui résultent de l’utilisation croissante de terres agricoles afin de produire des biocarburants.

« Ce dossier a représenté un défi énorme tout en étant très intéressant. Il est compliqué d’un point de vue technique et technologique. J’apprécie beaucoup ce type de défis politiques et j’espère que nous parviendrons à un résultat satisfaisant lors des trilogues », a affirmé le député en charge du dossier, Nils Torvalds (ADLE, FI) après l’adoption des amendements au projet législatif en commission de l’environnement (39 voix pour, 26 voix contre et 4 abstentions).

Plafonner les biocarburants de première génération

La législation actuelle contraint les États membres à veiller à ce que les énergies renouvelables représentent au moins 10% de la consommation énergétique dans les transports d’ici 2020. Cependant, dans le projet de législation adopté aujourd’hui, les députés affirment que les biocarburants de première génération (produits à partir de cultures alimentaires) ne devraient pas dépasser 6% de la consommation énergétique finale dans les transports d’ici 2020.
Promouvoir les biocarburants avancés

Les biocarburants avancés, produits à partir d’algues ou de certains types de déchets, devraient représenter au moins 1,25% de la consommation énergétique dans les transports d’ici 2020, affirment les députés.
Réduire les changements indirects dans l’affectation des sols

Le recours aux terres agricoles pour la culture de biocarburants réduit la surface disponible pour les cultures alimentaires. Cela s’ajoute à la pression visant à libérer davantage de terres, par exemple par la déforestation, afin de cultiver plus de denrées alimentaires - un processus connu sous le nom de « changements indirects de l’affectation des sols » (CIAS). La déforestation en soi augmente néanmoins les émissions de gaz à effet de serre, qui peuvent annuler une partie des effets bénéfiques issus de l’utilisation de biocarburants.

Depuis 2008, le Parlement demande que le facteur CIAS soit pris en compte dans la politique européenne à l’égard des biocarburants, dont le budget s’élève à 10 milliards d’euros par an.
Prochaines étapes

M. Torvalds a reçu un mandat  pour débuter les négociations avec la présidence lettone du Conseil des ministres en vue d’un possible accord en seconde lecture.

Catégorie Union européenne, environnementCommentaires fermés

Echangeur du Rondeau

Suite aux récentes déclaration de Jean-Damien MERMILLOD-BLONDIN, Président du
groupe Métropole d’Avenir, relatives à l’inscription du réaménagement de
l’échangeur du Rondeau au CPER (Contrat de Plan Etat-Région) 2015-2020,
Christophe FERRARI, Président de Grenoble-Alpes Métropole, souhaite aujourd’hui
faire part de sa consternation :
« Cette inscription mais aussi et surtout le lancement immédiat des études,
préalables à un début des travaux au cours du mandat, sont le fruit d’une
mobilisation partenariale fondée sur un consensus extrêmement large, réunissant
l’ensemble des sensibilités politiques comme des communes de Grenoble-Alpes
Métropole aussi bien que les territoires voisins, le Conseil Général de l’Isère ou
encore les acteurs économiques du territoire.

Dans ce contexte et alors même qu’un horizon est, pour la première fois, défini et
partagé, qu’une priorité est reconnue au traitement de cet échangeur névralgique,
que nous devons plus que jamais redoubler d’efforts pour transformer cette
première victoire collective en réalité concrète pour l’ensemble des habitants et
usagers du territoire, certains préfèrent se complaire dans la polémique politicienne.
Laisser entendre que cette victoire, la victoire de notre région urbaine, serait un
artifice de propagande électorale est une insulte au travail acharné de toutes celles
et ceux qui oeuvrent sans relâche, depuis des mois, de manière collective, en dépit
de sensibilités politiques diverses.

Au nom du groupe Métropole d’Avenir, Jean-Damien MERMILLOD-BLONDIN aurait pu,
légitimement, revendiquer une part de cette victoire qui est aussi celle d’élus de sa
propre sensibilité politique. Il a fait le choix, échéances électorales obligent,
d’affaiblir la parole métropolitaine, je lui en laisse la pleine et entière
responsabilité. »

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

Liaison ferroviaire Lyon-Turin : Un sommet franco-italien décisif

A Paris, lors du sommet franco-italien, le Président de la République française
François HOLLANDE et le Président du Conseil italien Matteo RENZI ont acté la réalisation de
la liaison ferroviaire transalpine Lyon – Turin. Ils ont fait le point sur une succession de
décisions attendues en faveur du chantier : création du promoteur public pour mener à bien
les travaux, candidature conjointe à l’appel à propositions européen pour un cofinancement
à hauteur de 40 %, concrétisation des engagements financiers des deux Etats.

Pour Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes : « C’est une semaine
décisive, qui apporte toutes les garanties nécessaires au lancement de ce chantier historique.
Nous sommes passés des déclarations aux actes, de la phase de projet à la phase de
chantier. La France et l’Italie ont réaffirmé aujourd’hui leur volonté de faire de l’axe
ferroviaire entre Lyon et Turin l’un des grands axes européens du Sud de l’Europe. C’est une
bonne nouvelle pour la France, pour la Région Rhône-Alpes, et pour tous nos concitoyens qui
vivent et travaillent dans les Alpes.

Nous avons initié, avec Eliane GIRAUD, Vice-présidente aux transports, déplacements et
infrastructures de la Région Rhône-Alpes, une démarche régionale visant à faire de ce grand
chantier une opportunité d’emplois et de développement économique pour la Maurienne et
Rhône-Alpes, qui permettra de préserver le cadre naturel exceptionnel des Alpes. La liaison
ferroviaire Lyon-Turin fret et voyageurs est un levier de croissance économique, un défi
écologique majeur et une ambition européenne réaffirmée.

Je salue ici l’engagement et la mobilisation de tous les acteurs rhônalpins en faveur du
chantier, qui croient depuis de nombreuses années en ce projet, aujourd’hui concrétisé. »

Catégorie environnement, transportCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

février 2015
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
232425262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+