« On ne gâche rien ! Dix recettes de chefs grenoblois »

Quel point commun y a-t-il entre la tourte couleur d’automne et le parmentier
queue de boeuf ? Entre le poisson à la dauphinoise et flan de butternuts et le
palet breton et sa crème orange ? Outre que ce sont de délicieuses recettes
faciles à réaliser, elles sont concoctées à partir des restes de repas. On les
retrouve dans le livre “On ne gâche rien ! Dix recettes de chefs grenoblois”,
dont le lancement est programmé le jeudi 26 mars 2015, en présence de
quelques chefs qui ont participé à la campagne “moins jeter, le défi” pilotée
par Grenoble-Alpes Métropole.

Inciter à réduire les déchets à la source
Après le défi lancé à quarante-deux familles pour diminuer leurs déchets ménagers,
le livret “ le pain, n’en perdez pas une miette” qui délivre des trucs et astuces pour
accommoder les reliquats de pain, le livre de dix recettes antigaspi cible les restes des
repas. Viandes, poissons et même les épluchures de légumes servent ainsi
d’ingrédients pour de nouveaux plats qui mettent nos poubelles au régime.

Sensibiliser les habitants au gaspillage alimentaire
Car un Français jette entre 20 et 30 kg de denrées alimentaires chaque année, dont 7
kg de produits non consommés encore emballés, soit 430 euros en moyenne par
foyer !

Un gaspillage qui a des conséquences sur le budget des ménages, sur
l’environnement et tout au long de la chaine d’approvisionnement et de la gestion
des déchets.

Pour toucher un large public, un jeu concours, en partenariat avec France bleu Isère,
est organisé à partir du 30 mars pendant trois semaines. Les auditeurs déposeront
leurs recettes antigaspi sur le site de France bleu Isère. Un jury désignera la
meilleure recette antigaspi et son auteur recevra un bon cadeau pour se
perfectionner à “l’Atelier des papilles”. 50 autres seront également tirées au sort et
récompensées.

L’action de la Métro
La volonté de la Métro de limiter les déchets à la source se traduit au travers de
cinq axes, dont deux sont déjà en cours (le compostage, la lutte contre le gaspillage
alimentaire) :
· Limiter les emballages
· Limiter l’usage des produits nocifs
· Agir contre le gaspillage alimentaire
· Développer le compostage domestique des biodéchets et des déchets végétaux
· Favoriser le réemploi et la réparation.

Le saviez-vous ?
Le livre nous apprend qu’il faut plus
de 10 000 litres d’eau pour produire
un kilo de viande de boeuf, 4 900
litres pour un kilo de porc, 4000
litres pour un kilo de poulet. Réduire
le gaspillage de viande, c’est donc
préserver des terres agricoles,
limiter la consommation en eau et
en énergie, diminuer le nombre de
camions sur les routes, et bien sûr,
faire des économies pour les
ménages.

Où trouver le livre ?
Dans les bibliothèques municipales, les
CCAS et les centres sociaux

Plus d’infos
www.moinsjeter.fr

LOGO GAM

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8551 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mars 2015
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+