Archive | 26 mars 2015

Le secteur laitier de l’UE se prépare à la fin des quotas laitiers

Le régime des quotas laitiers de l’Union Européenne sera définitivement supprimé le 31 mars 2015. Introduit pour la première fois en 1984 alors que la production de l’UE excédait de loin la demande, le régime des quotas était l’un des outils mis en place pour résoudre ce problème d’excédents structurels.

Plusieurs réformes successives de la politique agricole commune de l’UE ont renforcé l’orientation du secteur vers les marchés et permis de développer, en parallèle, de nombreux autres instruments plus ciblés visant à aider les producteurs des zones vulnérables, telles que les zones de montagnes, où les coûts de production sont plus élevés. La décision de supprimer les quotas avait tout d’abord été prise en 2003 afin d’offrir aux producteurs de l’UE la souplesse nécessaire pour répondre à la demande croissante, notamment sur le marché mondial.

Cette intention a été réaffirmée en 2008 avec l’adoption d’un éventail de mesures visant à réussir un «atterrissage en douceur». Malgré l’existence des quotas, les exportations de produits laitiers de l’UE ont augmenté de 45 % en volume et de 95 % en valeur au cours des cinq dernières années.

Selon les prévisions de marché, les perspectives de croissance restent très encourageantes, notamment en ce qui concerne les produits à valeur ajoutée comme le fromage, mais aussi les ingrédients utilisés pour la fabrication de produits nutritionnels, sportifs ou diététiques.

S’exprimant au sujet de la suppression du régime de quotas, le commissaire européen pour l’agriculture et le développement rural, Phil Hogan, a annoncé: «La suppression du régime des quotas laitiers est à la fois un défi et une chance pour l’Union. C’est un défi car une génération entière d’éleveurs de bétail laitier se verra obligée de s’adapter à un nouvel environnement et qu’à cela viendra sûrement s’ajouter une certaine volatilité des prix. Mais c’est également une chance en termes de croissance et d’emploi. En se concentrant davantage sur les produits à valeur ajoutée et sur les ingrédients pour les aliments «fonctionnels», le secteur laitier a le potentiel pour devenir un véritable moteur économique de l’UE. Les zones plus vulnérables dont les activités pourraient se voir menacées par la suppression du système de quotas peuvent bénéficier de tout l’éventail de mesures de développement rural dans le cadre du principe de subsidiarité.»

Pour de plus amples informations, y compris une «foire aux questions», des graphiques explicatifs, des rapports de marché et des documents audio-visuels (notamment des photos et des enregistrements), rendez vous sur http://ec.europa.eu/agriculture/milk-quota-end/index_en.htm

Catégorie Union européenne, lait/produits laitiersCommentaires fermés

« La France peut être fière de son agriculture »

Manuel Valls a assisté, le 26 mars, au 69e congrès de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) à Saint-Étienne. Après avoir adressé un message de confiance à l’ensemble des agriculteurs, il a détaillé l’action du Gouvernement pour soutenir le secteur et accompagner l’évolution des métiers.

Accompagné de Stéphane Le Foll, le Premier ministre a  salué le travail des  agriculteurs, insistant notamment sur les conditions difficiles de leurs métiers.

Le  Gouvernement est à votre écoute et à vos côtés pour accompagner l’évolution de vos métiers », a-t-il poursuivi, précisant qu’il n’ignorait rien des difficultés et des inquiétudes qui pèsent sur le secteur.  Les initiatives collectives des agriculteurs sont désormais soutenues grâce à des structures adaptées comme : les GAEC, les coopératives ou encore les GIEE (*). « Autant d’outils à saisir pour mieux concilier compétitivité et vie familiale. Il y va de l’attractivité de vos métiers pour la jeunesse française », a expliqué Manuel Valls.

Quant aux interrogations de la profession sur la mise en œuvre de la réforme de la PAC, le Premier ministre a rappelé l’importance de continuer à bénéficier d’une politique commune  de l’Europe. « Nous agissons à l’échelle des territoires et du pays. Nous agissons également à l’échelle de l’Europe pour défendre vos intérêts car il ne peut y avoir de secteur agricole compétitif sans concertation européenne. Et la France fait entendre sa voix à Bruxelles et avec force car elle doit défendre ses exigences de qualité dans les négociations commerciales internationales », a-t-il expliqué.

Evoquant le report de la date limite pour déposer les dossiers PAC, Manuel Valls a promis que les aides européennes seraient versées dans les délais prévus. « Ce décalage de calendrier ne remettra pas en cause, ne peut pas remettre en cause le paiement des aides avant la fin de l’année ni le versement des avances. J’en prends l’engagement ».

Pour favoriser les investissements dans les exploitations agricoles, Manuel Valls a également promis « d’alléger les procédures, aujourd’hui trop lourdes et trop longues » préalables aux installations et innovations. « Je pense par exemple aux études d’impact. Et puis, ces normes doivent être alignées. Elles devront être alignées sur les standards de nos voisins européens dès la fin de cette année », a-t-il  annoncé.

Deuxième mesure en faveur de l’investissement : l’accès des agriculteurs au préfinancement du CICE et aux prêts bancaires sera facilité, grâce à un dispositif de garanties publiques. Enfin, une mesure  en faveur de l’innovation a été annoncée : la création d’un comité stratégique de filière « agro-équipements » au sein du Conseil national de l’Industrie.

Lutter contre le sentiment d’abandon des campagnes

« Je voudrais l’affirmer aujourd’hui devant vous : ce n’est pas parce que vous habitez loin des grandes villes que vous devez habiter loin des services publics ! Aussi, nous avons travaillé à la mise en œuvre de solutions pragmatiques, partout sur le territoire », a rappelé le Premier ministre. Plusieurs mesures ont été prises lors du comité interministériel consacré aux ruralités du 13 mars dernier  :

  • un meilleur réseau de soins sera mis en place avec, notamment, la création, en 2015, de 200 maisons de santé supplémentaires implantées dans des communes faisant partie du réseau de bourgs-centres ;
  • le développement des maisons de services au public avec l’accès en un seul endroit à des services tels que la CAF, EDF, SNCF pour simplifier la vie des usagers. D’ici à 2016, 1 000 maisons de services au public seront créées ;
  • le déploiement des réseaux numériques et de la 3G vise à résorber les zones dites blanches (2G) d’ici à 2016.
  • (*) Issus de la loi d’Avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014, les groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE) permettent aux agriculteurs d’un même territoire de construire un projet commun à vocation économique et environnemental.

Catégorie A la une, agriculture, vie syndicaleCommentaires fermés

Les MFR de l’Isère au Brésil

Alain Merlin, directeur de la fédération départementale des MFR de l’Isère est en mission au Brésil..Il nous donne de ses nouvelles…pour la deuxième fois..

Après trois journées de séminaire à Sao Luiz dans l’état du Maranhão , nous prenons la direction de Belém puis de Marabá dans l’état du Para ( 2,5 fois la France)

Dans cet état , il y a aujourd hui 29 Maisons familiales rurales. L’ARCAFAR ( association régionale des casa familiales rurales : équivalents de nos fédérations départementales ou régionales en France) est située à ALTAMIRA sur la Transamazonienne.

2 techniciens nous retrouvent à l’aéroport de Marabá après avoir roulé en pic- up plus de 8 heures sur la transamazonienne. Objectif , rejoindre la ville de Tucuma au sud du Para , soit environ 7 heures de pistes ou de routes selon les moments.

Objectif du séminaire : apporter notre contribution et notre expertise à la création d’une fédération locale

Cette création doit permettre à terme d’accompagner les 4 MFR  de cette zone dans leur relation avec les municipes ( équivalent de communautés de communes qui ont une compétence d’éducation en zone rurale et agricole)

Chaque association a mobilisé 4 ou 5 personnes qui ont parfois fait un trajet de 5 à 6 heures de routes et de pistes pour nous rejoindre : tout est différent ici , les distances , le climat , l’ambiance de travail , l’état d’esprit des familles qui luttent pour que leurs enfants aillent à l’école rurale.

Nous sommes hébergés à la MFR de Tucuma et nous côtoyons des jeunes présents cette semaine ; Nous sommes hébergés à la MFR dans des chambres utilisées par les jeunes.

Nous partageons avec eux des petits moments simples de la vie de tous les jours  lors des pauses.

busjeunesjeunes CFRvue c

Les jeunes nous présentent des projets expérimentaux préparés à la MFR avec comme perspectives une mise en pratique sur l’exploitation de leurs parents , mais aussi en faire profiter la communauté paysanne dans laquelle , les jeunes vivent

Un projet de pisciculture

Un projet de composteur

Un projet de mise en culture circulaire pour faciliter l’irrigation.

jeunes 1

Interview de la présidente des MFR par une rafio locale brésiliènne

Interview de la présidente des MFR par une radio locale brésilienne

Catégorie coopération internationaleCommentaires fermés

Talents Gourmands: les lauréats 2015

Organisé au niveau national par le Crédit Agricole en partenariat avec Bottin Gourmand, le concours Talents gourmands met en valeur les savoir-faire gustatifs de nos régions.

Plus de 50 agriculteurs, artisans de bouche et restaurateurs, implantés en Isère, en Ardèche ou dans la Drôme, se sont inscrits pour cette édition 2015. Un premier choix a été fait et trois finalistes par catégorie: agriculture, artisans et restaurateurs ont été retenus.

Ils avaient rendez vous avec les membres du jury au restaurant Chabran à Pont-de-l’Isère. Michel Chabran étant bien entendu le président du jury.

Les neuf finalistes ont présenté leurs produits, les ont soumis à leur dégustation et ont fait valoir l’originalité, la créativité, le savoir-faire, la philosophie qui les animent dans leur métier.

Les lauréats
Chez les agriculteurs, les finalistes étaient : Christophe Ansel, éleveur de chèvres en montagne et producteur de fromages en agriculture biologique (Méaudre – 38) ; Cédric Bommenel, éleveur de cochons de races rustiques et producteur de produits de porc bio (Saint-Férréol – 26) ; et Julien Cécillon, viticulteur en agriculture raisonnée (Tournon-sur-Rhône – 07).

C’est Cédric Bommenel qui est sorti du lot..

Éric Campos, directeur général adjoint du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, a vécu à travers sa présentation « un grand moment d’émotion. C’est une leçon de courage. Le jury a été ébahi par le travail. La France de demain est là ! » Pour Cédric Bommenel, cette récompense est « une reconnaissance. « Quand je me suis installé il y a quatre ans, personne n’y croyait. Mais j’ai persévéré avec ma compagne. Et aujourd’hui nous voilà récompensés par un beau jury, c’est grand pour nous. La dotation de 5000€ va nous aider à investir dans une salle de découpe. »


Dans la catégorie artisans, les finalistes se nommaient : Valentina Bres, pâtissière dirigeante de Rêves et Gâteaux (Saint-Egrève – 38) ; Frédéric Brunel, boulanger-pâtissier dirigeant du Pavé de Saint-Régis (Lalouvesc – 07) ; et Michaël Mignotte, boucher-charcutier de la Boucherie de l’Eyrieux (Lamastre – 07).

C’est Michaël Mignotte qui a été élu Talent gourmand de l’année 2015.

Michel Chabran a apprécié « le souci de la qualité, le choix des bêtes sur pieds, le regroupement de plusieurs associés au sein d’une SARL pour gérer plusieurs points de vente. Par ce prix, nous mettons en avant la coopération, la synergie de ceux qui gagnent ensembles ».

Les trois restaurateurs retenus pour participer à la finale étaient : Julien Allano, Le Clair de la plume (Grignan – 26) ; Guillaume Faure, L’O à la bouche (Les Nonières – 07) ; et Jérémie Muller, Restaurant Chavant (Bresson – 38).

Michel Chabran a avoué que les plats goûtés ce jour-là étaient « dignes d’une finale de Meilleur ouvrier de France » .

Le choix final s’est porté sur Julien Allano.

Éric Campos a souligné « la qualité et la subtilité de son assiette, une déclinaison autour du pigeon. C’était un plat remarquable, d’une très grande complexité, avec des saveurs qui s’ouvraient en bouche ».

Julien Allano s’est dit « impressionné » par le jury et « reconnaissant » d’être distingué par deux grands chefs, Michel Chabran et Patrick Henriroux. 2015 est pour lui « une grande année » puisque son restaurant vient de décrocher sa première étoile au Michelin, « preuve que le travail paie toujours ». Alors s’il a manqué le titre de Mof, il se dit « prêt à le repasser, car c’est un rêve de gosse de le décrocher ».

Pour Éric Campos, être membre du jury était « un moment extraordinaire durant lequel les candidats ont partagé avec nous leur passion, leur identité, leur terroir. Ils savent mettre en avant nos régions. La qualité des dossiers et des candidats venus défendre leur production sont vraiment remarquables. Les histoires de vie de chaque lauréat sont des leçons d’humilité et de courage, en particulier celle du couple d’éleveurs de cochons, Cédric Bommenel et son épouse, partis de rien et qui va profiter du prix pour construire un petit laboratoire de production. »

« Le Crédit Agricole soutient ces PME et TPE qui donnent à la France toute son identité. Ces artisans, agriculteurs, restaurateurs ont une formidable énergie qui combat la morosité ambiante. Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes est le banquier de la vraie vie, c’est notre métier de financer les entreprises qui travaillent en intimité avec le territoire et d’insuffler de l’énergie à l’économie locale. Ce concours démontre le rôle du Crédit Agricole dans la défense d’un des fleurons du savoir-faire français, la gastronomie. Les talents ici sont grands, il faut les mettre en avant ».

Diverses récompenses ont été attribuées aux finalistes et un chèque de 5000 euros offert par le Crédit agricole Sud Rhône-Alpes a récompensé les vainqueurs de ce concours original.. Cela s’est passé au cours d’une soirée conviviale..et très gastronomique..

Cliquer sur les photos pour les agrandir


Catégorie terroirs/gastronomieCommentaires fermés

La mobilisation des UCA du Plateau du Vercors-Quatre Montagnes récompensée

Les Unions des Artisans et Commerçants du Plateaux du Vercors-Quatre Montagnes se sont
mobilisées en décembre dernier :
- Le Gapac de Méaudre a organisé lors du Marché de Noël du 14 décembre 2014, une tombola
de rêve au profit des enfants du Secours Populaire de l’Isère pour la découverte des sports de
neige.

- L’UCA Villard de Lans a organisé son premier marché des neiges du 19 décembre 2014 au 5
janvier 2015. 10 chalets des commerçants étaient installés sur la place de la République. Musique,
photos avec le Père Noël, contes pour enfants ont bien animé le centre du village tout au long des
vacances de fin d’année.

- Les 4 Unions des Commerçants et Artisans de Autrans, Lans en Vercors, Méaudre et Villard de
Lans ont organisé une collecte alimentaire solidaire au profit des habitants du territoire du 5 au 17
décembre dernier accompagnée d’une tombola qui a eu lieu le 26 janvier 2015.

Cette mobilisation collective des commerçants et artisans de proximité a été récompensée lors du
Challenge de la CCI Grenoble le 29 janvier dernier puisque les 3 animations ont reçu un prix (sur 7
prix au total).

Ces 4 UCA en milieu rural regroupent 120 professionnels tous bénévoles et proposent tout au long
de l’année des animations commerciales. Elles participent ainsi à la dynamique de la vie des
villages. EIles sont soutenues par la Communauté de Communes du Massif du Vercors dans le
cadre d’une opération collective de modernisation en milieu rural.

Le 30 mars 2015, Gaz Electricité de Grenoble (GEG), partenaire de la CCI de Grenoble et de
l’évènement, remettra le prix « Coup de Coeur » à l’Union commerçante du massif du Vercors.

GEG souhaite féliciter l’engagement des commerçants dans leur action caritative.

Pour cette 21ème édition du challenge de la meilleure animation de Noël,10 Unions commerciales
Sud Iséroises étaient candidates.

Pour faire leur choix, les 6 membres du jury ont tenu compte de l’originalité, du budget, de la
durée des animations organisées à l’occasion de Noël , de la mobilisation des commerçants /
artisans et de la population mais aussi de la présentation du dossier de candidature.

La Caisse d’Epargne Rhône Alpes, partenaire historique de ce challenge des animations de Noël
organisé par la CCI GRENOBLE, a choisi de doter 5 unions commerciales d’un montant total de 5
500 euros. Parmi elles, 2 concernent le plateau du Vercors : l’Union des Commerçants et Artisans
de Villard de Lans reçoit 700 euros et le Groupement des Acteurs Professionnels de l’Artisanat et
du Commerce de Meaudre 600 euros.

Au travers de ces prix, la Caisse d’Epargne Rhône Alpes souhaite récompenser les actions en
faveur du dynamisme de son territoire et encourager les initiatives qui contribuent au
développement de l’économie locale et à la fierté des Rhônalpins.


Catégorie Communauté de Communes du Massif du VercorsCommentaires fermés

Isère: 2nd tour des Élections Départementales du 29 mars 2015, heures de clôture du scrutin


La préfecture de l’Isère vous rappelle que pour le second tour des élections départementales du 29 mars 2015, le scrutin sera ouvert à 8 heures et clos à 18 heures, dans toutes les communes du département, à l’exception des communes suivantes où la durée du scrutin a été prolongée :

Heure de clôture du scrutin : 19 heures pour les communes suivantes :

  • BOURGOIN-JALLIEU
  • CROLLES
  • ECHIROLLES
  • FONTAINE
  • FONTANIL-CORNILLON
  • GIERES
  • L’ISLE D’ABEAU
  • MEYLAN
  • MONTBONNOT-ST-MARTIN
  • POISAT
  • LE PONT-DE-CLAIX
  • SEYSSINET-PARISET
  • SAINT-EGREVE
  • SAINT-MARTIN-D’HERES
  • VENON
  • VIENNE
  • VILLEFONTAINE
  • VOREPPE

Heure de clôture du scrutin : 20 heures pour les communes suivantes :

  • GRENOBLE
  • SAINT-ISMIER
  • SAINT-MARTIN-D’URIAGE
  • SEYSSINS

Catégorie territoiresCommentaires fermés

Alpes Suisses: une tour de 381 mètres de haut

Remo Stoffel promoteur originaire des Grisons (Suisse orientale) a présenté son programme fou pour sa station de Vals: une tour de 381 mètres de haut. Elle abriterait un hôtel de 381 mètres de haut qui serait le plus haut du monde et le bâtiment le plus élevé d’Europe..

Biassu en fait son actu…

Sans titre 2


Catégorie BiassuCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mars 2015
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+