Archive | 10 avril 2015

Entre Grenoble et Briançon, le tunnel du Chambon est fermé

Le Préfet de l’Isère informe que pour des raisons de sécurité le tunnel du Chambon situé sur le
territoire communal de Mizöen est fermé dans les deux sens.

Des fissures constatées sur la voûte du tunnel, provoquées par des mouvements géologiques du
versant de montagne, sont susceptibles de provoquer des éboulements dans le tunnel.
Très prochainement les investigations techniques vont permettre d’établir un diagnostic et des
travaux de confortement seront engagés.

La durée des travaux fera l’objet d’une communication rapide.

Pendant la période de fermeture, il convient aux usagers d’utiliser les déviations mises en place:
- Les usagers circulant en direction de Briançon devront suivre l’itinéraire empruntant la RN 85
depuis Vizille (Isère) en direction de Gap, via La Mure, le col Bayard et Gap puis la RN 94 en
direction de Briançon sauf pour les poids lourds supérieurs à 26T non munis de dispositif
ralentisseur homologué indépendant des freins de secours et des freins de service (interdits de
la limite 38/05 à Gap).

- Les usagers en provenance de Briançon, et circulant en direction de Grenoble, devront suivre la
RN 94 via Gap (Hautes Alpes) puis la RN 85 en direction de Grenoble, via le col Bayard et La
Mure, sauf pour les poids lourds supérieurs à 7,5T et autocars non autorisés qui devront
emprunter, depuis la RN 85 à La Mure, la RD 529 via Saint-Georges-de-Commiers.

L’ensemble des moyens sont mobilisés pour permettre au plus vite une évaluation de la situation et
un rétablissement sécurisé de la circulation dans ce tunnel.

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:
- www.itinisere.fr
- www.bison-fute.gouv.fr/

Catégorie transportCommentaires fermés

Plan d’avenir pour Alpexpo Grenoble

La métropole grenobloise a besoin d’un palais des congrès dynamique et capable d’accueillir des grands évènements : tourisme d’affaires, congrès scientifiques internationaux, salons, spectacles de plus de mille spectateurs, Foire d’automne, etc.

En dépit d’une succession d’actions, Alpexpo, à Grenoble, connait pourtant depuis de nombreuses années des difficultés qui aboutissent à une accumulation de pertes et de dettes pour la Ville de Grenoble (7 millions d’euros). Au final, le modèle sur lequel repose l’équipement n’est plus adapté.
Cela étant, de par sa situation géographique au cœur de la métropole, sa grande taille, sa polyvalence et ses prix de location modérés, Alpexpo a tous les atouts pour devenir un centre de congrès viable économiquement, à la fois enraciné dans la vie locale et ouvert à l’international.

La poursuite de son activité passe donc par l’élaboration d’un nouveau modèle qui rende à nouveau attractif cet équipement, dont l’utilité et la pertinence sont reconnues.

Aujourd’hui, la Métropole et la Ville de Grenoble font le choix de la cohérence et optent pour un Plan d’avenir piloté par le public. Le Plan d’avenir porté par les collectivités repose sur deux axes stratégiques principaux pour l’équipement :

  • Miser sur les grands salons phares, notamment Foire de Grenoble et Mountain Planet, et les spectacles accueillis au Summum

  • Faire venir, avec les acteurs locaux, les grands congrès internationaux scientifiques et les salons professionnels

Claus Habfast, Conseiller municipal de Grenoble et Président Directeur General d’Alpexpo, déclare : « Il fallait rompre avec un pilotage à vue dans lequel Alpexpo avait perdu le cap depuis de trop nombreuses années. En plus des pertes financières considérables pour la Ville de Grenoble, l’échec des stratégies mises en œuvre sont pénalisantes pour la vitalité de l’agglomération ».

Dès le printemps 2015, la Ville de Grenoble va établir en concertation avec la Métropole et les acteurs économiques locaux un cahier des charges précis et ambitieux pour qu’Alpexpo puisse à la fois trouver un modèle économique viable et déployer tout son potentiel au service du territoire métropolitain.

Afin de mener à bien ce nouveau modèle, la SEM actuelle va être remplacée par une  Société Publique Locale  (SPL), composée à 100 % par les collectivités territoriales. Cette SPL pourra assurer l’exploitation d’Alpexpo pendant quelques mois.

Sur la base de ces priorités défendues par les deux collectivités, la gestion d’Alpexpo pourrait ensuite être confiée à un délégataire privé spécialisé dans la gestion de sites événementiels, dans le cadre d’une délégation de service public (DSP) de longue durée. Le futur délégataire devra prendre en charge les investissements et le risque d’exploitation. La procédure de délégation de service public sera lancée en mai 2015 et le choix du délégataire se ferait au premier trimestre 2016. L’obligation de reprise du personnel actuel est de droit, et la cession des salons et de la Foire permettrait dès 2016 de rembourser tout ou partie de la dette d’Alpexpo à la Ville de Grenoble (2,8 millions d’euros).

Claus Habfast déclare : « Les retours des groupes en charge d’autres équipements de la même envergure qu’Alpexpo montrent d’ores et déjà que la prise en charge des investissements par un acteur privé rencontre un réel intérêt. Demain, les collectivités pourront alors focaliser leurs moyens financiers sur la politique du tourisme  et appuyer avec force les candidatures grenobloises aux grands congrès professionnels dans un site événementiel de qualité internationale.».


Catégorie A la uneCommentaires fermés

Les nouveaux défis pour l’immobilier

Les Rencontres du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes se sont déroulées à Alpexpo Grenoble sur le thème de l’immobilier, en présence de Jacques Chanut, président de la Fédération française du Bâtiment.

Chaque année le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes organise des Rencontres sur des enjeux sociétaux. L’objectif est d’aller au-delà de l’activité bancaire en proposant un contenu en adéquation avec les valeurs et l’histoire de la banque mutualiste et coopérative pour sensibiliser et interpeler la population du territoire. Ce rendez-vous devenu incontournable depuis 2011 réunit chaque année près de 900 personnes au centre des congrès d’Alpexpo à Grenoble, dont les principaux décideurs politiques et économiques de la région.

Cette année, l’événement avait pour thème « Les nouveaux défis pour l’immobilier ».

« Quand le bâtiment va, tout va. » L’immobilier est souvent considéré comme le baromètre de l’économie. Avec la crise économique et l’instabilité fiscale, la perte de confiance des investisseurs est là. Le secteur pourra-t-il retrouver des couleurs en 2015 ?

Les influences sociales, la réglementation, la nouvelle donne énergétique et les attentes des clients sont autant de leviers d’innovation et de croissance pour la filière. Du logement individuel à l’immobilier de bureau, dans un contexte de taux très bas, ce marché en pleine mutation ouvre le champ à de nouveaux défis.

Sans titre 2

La soirée a été ouverte par Jean-Pierre Gaillard, président du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, à gauche sur la photo, et Christian Rouchon, directeur général, à droite sur la photo. Ils ont souligné que « L’immobilier est un enjeu : nous finançons les logements, neufs et anciens, sur notre territoire. Financer l’économie locale est un engagement de notre banque coopérative et mutualiste. Nous pressentons que l’immobilier connaîtra un frémissement au second trimestre 2015 car les taux sont extrêmement bas et que l’offre et la demande commencent à se rencontrer. »

Jacques Chanut, le président de la Fédération Française du Bâtiment, invité comme grand témoin de la soirée, affirme que « le maître mot du secteur, c’est le mouvement », initié par les contraintes réglementaires, la volatilité des prix et même la concurrence mondiale.

« La filière BTP doit s’adapter à ce mouvement. Mais elle a la chance d’être face à de forts besoins en logements, neufs ou anciens réhabilités. Je me félicite de constater qu’elle résiste mieux à la crise actuelle que dans les années 90 car elle a su s’organiser. Et l’économie française ne repartira pas sans la filière car il manque encore 900.000 logements. Le BTP est en capacité de participer à la relance économique et à la création d’emplois. » Il met toutefois en garde contre « le mirage de l’obligation de travaux qui risque de se transformer en transferts de travaux » et contre « l’encadrement des loyers qui est contreproductif pour les logements ; c’est une fausse bonne idée ».

Les intervenants..

Les intervenants..

La soirée, animée et filmée par TéléGrenoble, sera diffusée sur la chaîne locale le samedi 18 avril à partir de 20h30.
Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

avril 2015
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+