Archive | 29 avril 2015

Reprise d’activité de la légumerie AB Épluche


La société AB Épluche reprendra prochainement son activité de transformation de fruits et légumes frais isérois.

Marianne MOLINA, gérante, précise:

« l’incendie qui a dévasté la légumerie sur la commune de Moirans dans la
soirée du 10 mars 2015 avait interrompu le développement de l’approvisionnement
de légumes locaux prêts à cuisiner pour la restauration collective. Le bâtiment sera
reconstruit, et nous reprendrons sa gestion dès que possible, probablement au
courant de l’année 2017.
Cependant, avec le soutien du Pays Voironnais, de Grenoble Alpes
Métropole, du Conseil Général de l’Isère et l’implication de l’équipe AB Épluche, nous
avons trouvé une solution transitoire en réinstallant l’atelier dans les locaux des
Abattoirs de Grenoble. »

La légumerie y sera de nouveau pleinement opérationnelle pour la rentrée
scolaire 2015, en mesure de fournir la restauration collective en légumes isérois,
frais, épluchés, et prêts à être cuisinés dans les cantines du département.

Catégorie agro-alimentaireCommentaires fermés

Tout comprendre sur Xylella fastidiosa

La Xylella fastidiosa bactérie transmise et dispersée par des insectes s’attaque à différentes espèces végétales.

Elle conduit à des dépérissements massifs de certaines espèces d’intérêt économique (agrumes, vigne, oliviers). Cette bactérie s’installe dans le xylème des végétaux et empêche le mouvement des liquides, les premiers symptômes sont ainsi proches des flétrissements.

Il existe plusieurs sous espèces et souches qui n’attaquent pas forcément les mêmes végétaux. Ainsi à ce jour aucun symptôme n’a été constaté sur vigne pour la souche italienne. Mais la probabilité de recombinaison est forte entre les différentes sous espèces : l’agence sanitaire européenne  recommande de prendre des mesures contre l’introduction de Xylella fastidiosa, toutes sous espèces et souches confondues, c’est ce qui est fait dans l’arrêté du 2 avril 2015 relatif à la prévention de l’introduction de Xylella fastidiosa.

Les végétaux sont concernés sont: vigne, agrumes, prunus, café, avocat, luzerne, laurier rose, chêne, érable…un grand nombre d’espèces sont concernées par cette bactérie.

La maladie était absente de l’Union européenne jusqu’à son importation en Italie en octobre 2013.

Elle est pour l’instant cantonnée à la région des Pouilles (extrême sud de l’Italie ; Elle est présente dans de nombreux pays-tiers (ou régions de pays-tiers), essentiellement sur le continent américain : Mexique, USA (principalement Alabama, Floride, Georgie, Mississipi, Texas, etc), Canada (Ontario), Costa Rica, Argentine, Brésil (notamment Bahia, Minas Gerais, Sao Paulo, Rio de Janeiro, etc), Paraguay, Venezuela…

En octobre 2013, deux foyers ont été détectés dans la région de Lecce (Pouilles) et déclarés par les autorités italiennes. La bactérie a provoqué des dépérissements rapides et importants sur oliviers et des symptômes de dessèchements de feuilles sur lauriers roses et amandiers. »

Comment se propage la maladie ?

La multiplication, l’exportation et la plantation de plants contaminés représentent un risque important de dissémination. La contamination des plantes et la dispersion de la maladie se fait principalement via des insectes vecteurs piqueurs-suceurs se nourrissant de la sève brute du xylème.

Il s’agit principalement des cicadelles (Cicadellidae) et des cercopes (Cercopidae) et dans une moindre mesure des cigales (Cicadidae). En fait, tout insecte piqueur-suceur se nourrissant de sève brute (xylème) est à considérer comme potentiellement vecteur de cette bactérie.
Les outils de tailles, ou autres outils provoquant des blessures peuvent contribuer à la dispersion de la maladie de plante à plante, bien que ce mode de transmission n’ait pas été décrit comme très efficace.
Les blessures du système racinaire peuvent être à l’origine de phénomène d’autogreffes et engendrer la transmission de la bactérie de plante à plante.

Après détection, il n’existe pas de moyen de lutte curative contre cette bactérie phytopathogène, si ce n’est l’arrachage et la destruction des plantes contaminées et le contrôle des insectes vecteurs (surveillance poussée et traitements insecticides).

Aucun foyer n’est identifié en France.

Xylella fastidiosa représente un risque majeur pour le territoire UE : les plantes hôtes et les vecteurs sont présents sur tout le territoire, et les pertes pour les Citrus en Amérique du Sud et les vignes en Amérique du Nord ont été très sévères. Il s’agit d’une bactérie très polyphage.

L’agence sanitaire européenne (EFSA) précise:

 » il est préférable de raisonner à l’échelle de l’espèce plutôt qu’aux sous espèces voire souches pour les mesures. Par ailleurs en Italie, les oliviers symptomatiques sont généralement touchés par un complexe de ravageurs dont Xylella fastidiosa, mais également des champignons pathogènes.
Tous les insectes piqueur-suceurs de xylème en Europe sont des vecteurs potentiels.
Les deux principaux risques d’introduction dans des zones non touchées sont par les végétaux destinés à la plantation ou la présence d’insectes infectieux dans les lots. »

Catégorie A la une, agriculture, prophylaxieCommentaires fermés

En agriculture, comment rapprocher producteurs et consommateurs ?

Blandine Bonière veut réconcilier agriculteurs et grand public : pour ce faire, l’ingénieur agronome vient de lancer un webdocumentaire.
En agriculture, comment rapprocher producteurs et consommateurs ? C’est la question que s’est posé Blandine Bonière, fille de maraîchère et ingénieur agronome. Passionnée par la communication numérique…et par l’agriculture, elle vient de lancer un webdocumentaire intitulé « Messages d’agriculteurs » pour tenter de répondre à cette interrogation initiale.Pour cela, elle fait témoigner des agriculteurs pour répondre à de nombreuses idées reçues autour de sujets majeurs, de pratiques agricoles, l’utilisation des pesticides, le bien-être animal, etc. Il s’agit donc d’un webdocumentaire qui vise à montrer l’agriculture moderne dans un format inédit : un documentaire interactif créé pour internet, avec tous types de contenus et plusieurs sens de lectures possibles.

Au total, ce sont 7 rubriques, 8 agriculteurs, 23 interviews, 55 minutes de documentaire qui figurent dans « Messages d’agriculteurs », dont la production a nécessité environ 5 mois de travail.

La parole est donnée aux agriculteurs, qui ont ouvert les portes de leurs exploitations, pour expliquer et montrer en toute transparence leur métier, leurs pratiques, et leurs choix à la société.

Et le webdocumentaire est en constante évolution : celui-ci va être enrichi de nouveaux agriculteurs, et donc de nouvelles interviews.

Catégorie agricultureCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

avril 2015
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+