Archive | 21 mai 2015

Des américains à la MFR de coublevie

Le hasard fait parfois, souvent bien les choses… Pascale, enseignante d’histoire et français à la MFR de Coublevie, dîne dans un restaurant lyonnais. Elle entend parler américain à la table voisine.

La conversation s’engage plus particulièrement avec Rob qui est directeur d’un établissement scolaire américain le Tahoe Expedition Academy.

Etablissement privé qui accueille des élèves de primaire, collège et lycée. Cet établissement pouvant  être qualifié de sports études puisque qu’en dehors des cours généraux de nombreuses activités sportives et d’aventures comme le ski, le vélo de montagne, l’escalade.. y sont dispensées.

Une quinzaine de collégiens, âgés de 13 à 15 ans effectue un voyage de 18 jours en Europe afin de mieux découvrir le continent à travers ses guerres. En particulier la guerre froide et aussi les deux dernières guerres mondiales. Voyage étant également consacré à un stage de cohésion et de solidarité..

La délégation a donc parcouru une grande partie de l’Europe et ses capitales: Prague, Berne, Berlin, mais aussi la Belgique, les Pays Bas et .. La France. Visites de Lyon, Caen et l’Isère.. Rob, formateurs et élèves acceptant l’invitation de Pascale de passer une nuit à la MFR de Coublevie.

Dès lors, chacun se mobilise pour qu’en quelques semaines tout soit prêt pour accueillir au mieux le groupe. Quelques échanges de mail  plus tard un  programme est « calé »

Nous avons de suite abordé le  » dossier » guerre..  » Il faut s’imaginer que notre pays a été impliqué dans les deux dernières guerres mondiales mais les hostilités se sont déroulées en Europe, pas chez nous. Nos élèves ont donc découvert différents lieux de bataille, vestiges, monuments ..qui montrent ce que c’était la guerre.. Ils ont été impressionnés, émus.. Ils avaient soif d’en connaître un peu plus.. et ils sont unanimes,  ils n’aiment pas le nazisme..! »

Nous en avons profité pour faire un peu de géographie..

Le lac Tahoe situé à 1 900 mètres d’altitude est le plus grand lac alpin d’Amérique du Nord. Il se trouve à cheval entre la Californie et le Nevada. Sa superficie est d’environ 502 km2 pour 19 km de large et 35 km de long. Il est entouré de belles forêts de conifères.

Pour la beauté de ses eaux claires mais aussi pour la diversité d’activités possibles dans son environnement à chaque saison, le lac Tahoe été élu plus beau lac des Etats Unis.

Rob nous a précisé que le réchauffement climatique frappe de plein fouet la Californie.  » La sècheresse commence à faire des dégâts et le pire reste à venir car les spécialistes annoncent que celle ci va s’installer durablement. Même le lac Tahoe en souffre, son niveau baisse! ». Les autorités californiennes commencent à prendre des mesures comme celle de rationner la consommation d’eau de 25%.

Le secteur agricole consomme 80 % de l’eau en Californie, mais les agriculteurs qui subissent de plein fouet la sécheresse, ne sont pas soumis à un rationnement supplémentaire.

Elèves et accompagnateurs ont donc fait une halte à Coublevie ou ils ont été accueillis par le corps enseignant, les élèves, Isabelle Hertleer et Colette Guillemette, directrice et présidente de la MFR. Inutile de dire que les conversations très instructives, conviviales ont animé le repas, la soirée..

1

On a eu même eu droit à un  » joyeux anniversaire chanté en l’honneur de Rachel, accompagnatrice américaine, très émue par cette intention..

2

L’échange n’en restera pas là puisque des pensionnaires de la MFR de Coublevie se rendront aux US en octobre.

Une halte est déjà programmée au Tahoe Expedition Academy..On en reparlera…

Gilbert PRECZ

Catégorie enseignement-formationCommentaires fermés

Tunnel du Grand Chambon: travaux d’urgence

Suite au constat de fragilisation de la structure du tunnel du Chambon situé sur l’itinéraire qui relie Grenoble à Briançon (RD 1091), le Département de l’Isère a décidé de réaliser des travaux d’urgence.

Ce jeudi 21 mai, Bernard Perazio, vice-président du Département de l’Isère chargé de la voirie et Jean-Paul Bonnetain, préfet de l’Isère ont reçu une délégation du « collectif Chambon » rassemblant les habitants des vallées traversées par la RD1091.

Soucieux d’apporter des réponses aux nombreuses interrogations des riverains, d’apaiser leurs inquiétudes et de leur garantir l’investissement total du Département et de l’Etat pour rétablir la situation, ils ont tenu à rappeler les points suivants :

– Le Département de l’Isère a adapté la solution technique de réparation du tunnel en réalisant une contre-voûte en béton armé. Le coût de l’opération est estimé à 1,5 M€ totalement pris en charge par le Département de l’Isère. Le planning prévisionnel conduit à une ouverture de la route le 10 juillet prochain.

- Pour faciliter autant que possible les déplacements des populations locales, le Département de l’Isère a missionné depuis le 1er mai un prestataire pour assurer des navettes lacustres de 7h00 à 19h00, 7j/7j à destination des locaux (scolaires, salariés, services à la personne), pour un coût de 55 000€ par mois.

- Le Département de l’Isère a sollicité l’Etat pour examiner la possibilité de la pose d’un pont flottant par l’armée.

- Le Département étudie la faisabilité d’une piste en rive gauche pour prévoir le rétablissement d’une circulation automobile locale.

- Les Présidents des Départements de l’Isère et des Hautes-Alpes ont sensibilisé les préfectures et chambres consulaires de leurs départements respectifs à la mise en place de soutiens en faveur des entreprises qui connaissent des difficultés du fait de la fermeture du Tunnel du Chambon.

Ils ont aussi demandé que les deux Régions compétentes en matière d’aide aux entreprises soient également mobilisées.

Une réunion s’est tenue le 20 mai à Grenoble entre les Vice-présidents en charge des routes, Bernard Perazio pour l’Isère et Marcel Cannat pour les Hautes-Alpes, le Vice-Président de la chambre de commerce et d’industrie de Grenoble Jean-Pierre Gillet et le Président de la chambre de commerce et d’industrie des Hautes-Alpes Jérôme Jarniac, en présence des services de la Préfecture de l’Isère.

-  le Département de l’Isère a demandé à son agence Isère Tourisme de travailler, en lien avec les socio-professionnels du tourisme de l’Oisans et l’agence de tourisme des Hautes Alpes, à une communication adaptée à la situation tant pour la période de fermeture qu’en préparation de la ré-ouverture du tunnel du Chambon.

Catégorie aménagement, tourisme, transportCommentaires fermés

Assemblée Générale de L’ANMSM

Ce jeudi 21 mai s’est déroulée l’Assemblée Générale de L’Association Nationale des Maires des Stations de Montagne.

L’Association Nationale des Maires des Stations de Montagne privilégie un temps d’échanges
Enjeux et perspectives pour les stations de montagne, autour de la loi Montagne en révision et des mutations climatiques

Après une première partie statutaire, réservée aux maires des stations, la matinée a été ouverte aux différents acteurs du monde de la montagne et du tourisme : élus, associations nationales, administrations, organismes professionnels…

Un nouveau format souhaité par le Président Charles Ange GINESY, Député-Maire de Péone-Valberg : « La montagne française est riche par sa diversité, par sa spécificité, nous sommes nombreux à l’aimer, à la défendre avec passion. Aujourd’hui l’horizon de son espérance n’est plus aussi clair, plus que jamais l’heure est au rassemblement de nos forces vives pour faire face aux grands enjeux d’avenir. »

L’ANMSM a proposé ainsi un débat sur l’acte II de la loi montagne avec la participation de Laurent WAUQUIEZ, Président de l’ANEM, Député de la Haute-Loire et des parlementaires en mission auprès du Premier ministre Bernadette LACLAIS, Députée de la Savoie et Annie GENEVARD, Députée du Doubs.

Plusieurs dossiers au cœur de l’actualité ont abordés, comme le projet de loi sur la réforme territoriale avec les problématiques de la représentation de la montagne et du transfert obligatoire de la compétence « promotion du tourisme » au niveau intercommunal. Les questions de l’accès, de la diversification des activités, du numérique…ont été également soulevées.

Catégorie montagneCommentaires fermés

Innov’Action 2015 dans 18 régions

A travers l’opération Innov’Action, en juin 2015, les Chambres d’agriculture poursuivent leur investissement dans l’innovation et l’agro-écologie.

Avec près de 200 fermes ouvertes, sur tout le territoire, des agriculteurs vont à nouveau partager innovations et retours d’expériences.

L’innovation est essentielle pour permettre aux exploitations agricoles de répondre aux grands défis auxquels elles sont confrontées : le changement climatique, la préservation de l’environnement, la croissance de la demande alimentaire, mais aussi la concurrence sur les marchés européens et internationaux.

3 thématiques seront particulièrement mises en avant en 2015 :
  • La capacité des agriculteurs à faire face au changement climatique, avec des innovations combinées sur le sujet (des techniques naturelles comme le biomimétisme au développement d’applications numériques permettant une gestion plus fine de la fertilisation, séquestration du carbone dans les sols, méthanisation…)
  • L’organisation du travail qui répond à un véritable besoin des agriculteurs, en présentant des innovations dans le domaine de la robotique ou dans le domaine social (gestion, travail à plusieurs, groupes d’agriculteurs, etc.).
    Les agriculteurs changent leurs pratiques en permanence, d’autant plus, si sur le long terme, le système proposé est aussi performant économiquement et n’ajoute en rien à la pénibilité du travail.
  • Focus sur les groupes d’agriculteurs qui permettent par leur prise de risque inhérente à toute innovation d’être le fer de lance de l’innovation agricole et un vecteur de progrès par la diffusion des résultats.

En savoir plus :

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Bruxelles prend des décisions concrètes qui simplifient l’application du verdissement

Le 20 mai, dans le cadre d’un groupe d’experts des Etats membres réunis à Bruxelles, plusieurs dispositions de mise en œuvre de la PAC qui vont dans le sens d’une simplification pour l’application des exigences du verdissement ont été précisées.

Ces dispositions répondent à des demandes portées par la France depuis plusieurs mois. Elles sont en phase avec les conclusions adoptées par le Conseil des Ministres de l’agriculture le 11 mai dernier en matière de simplification pour l’application de la PAC.

Concrètement, sans revenir sur les principes actés dans les textes de base relatifs à la PAC adoptés par le Parlement européen et le Conseil en 2013, plusieurs modalités d’application ont été précisées. Elles seront confirmées par écrit dans les prochaines semaines dans le cadre des lignes directrices de la Commission pour l’application de la PAC.

En particulier, s’agissant des exigences relatives aux prairies permanentes :

  • Une parcelle implantée avec une seule légumineuse pure sera considérée comme une culture et non comme un couvert herbacé. Ainsi, par exemple, une parcelle en luzerne pure pendant 8 ans, sera toujours une terre arable et non une prairie permanente.

  • Lorsqu’une parcelle a été engagée ou est engagée dans une mesure agro-environnementale (et climatique) (MAE ou MAEC) consistant à convertir une culture en prairie ou à maintenir une prairie, alors la durée de vie de cette prairie au regard de la règle de maintien des prairies permanentes, sera gelée pendant la durée de l’engagement en MAE(C). Ainsi, par exemple, une parcelle en blé en 2008, qui est devenue une surface en herbe en 2009, puis qui a fait l’objet d’une MAE de maintien en herbe de 2010 à 2014, et qui est toujours en herbe en 2015, sera au terme de la campagne 2015 une prairie avec une longévité de 2 ans (2008 et 2015) et non de 7 ans. Ce ne sera donc pas une prairie permanente.

  • Le même principe pour déterminer la longévité d’une prairie s’appliquera dans le cas où une parcelle en jachère est comptabilisée comme surface d’intérêt écologique (SIE). Ainsi, par exemple, une parcelle en blé en 2012, qui a été mise en jachère en 2013 et 2014, puis qui est déclarée comme SIE de 2015 à 2020, si elle reste en jachère en 2021, sera au terme de la campagne 2021 une jachère avec une longévité de 3 ans (2013, 2014, 2021) et non de 9 ans. Ce ne sera donc pas une prairie permanente.

Ces modalités ne changent en rien les consignes déjà données pour les demandes d’aides PAC. Elles s’appliqueront au moment de l’instruction de ces demandes et au moment des contrôles.

Catégorie PAC, Union européenne, agricultureCommentaires fermés

Protection des indications géographiques agricoles au niveau international

Les 28 délégations membres de l’Arrangement de Lisbonne, dont la France, ont entériné à l’unanimité le 21 mai 2015 à Genève l’extension du système international de protection et d’enregistrement des appellations d’origine aux indications géographiques.

Cette extension est un progrès majeur pour le développement des indications géographiques au plan international : à l’avenir, elles bénéficieront d’un haut niveau de protection sur les territoires des 28 Etats membres de l’accord.

Par ailleurs, les pays qui ont mis en place un système national de protection d’indications géographiques, mais pas d’appellations d’origine, pourront adhérer à l’Arrangement de Lisbonne révisé, permettant ainsi une meilleure diffusion et visibilité de ces outils au plan international.

L’Arrangement de Lisbonne révisé permettra également aux organisations internationales d’adhérer au texte. L’Union européenne a ainsi d’ores et déjà signalé son vif intérêt pour l’Arrangement.

La révision de l’Arrangement de Lisbonne est une véritable reconnaissance internationale de la pertinence du concept d’indication géographique.

La France se bat dans toutes les enceintes en faveur de la défense des productions agricoles de qualité issues de territoires particuliers. Les indications géographiques sont en effet synonymes de qualité pour le consommateur et de lien avec un lieu de production.

Elles permettent également de sécuriser les revenus des producteurs via la vente de produits à forte valeur ajoutée. Elles contribuent ainsi au dynamisme des territoires et en particulier des zones rurales, y compris dans les pays en développement, et favorisent leur insertion dans le commerce international via une protection accrue contre les usurpations.

Stéphane LE FOLL, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt et Matthias FEKL, Secrétaire d’Etat en charge du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger sont engagés en faveur d’une « diplomatie des terroirs » qui promeut les productions de qualité liées à l’origine et la défense des savoir-faire dans toutes les enceintes de négociations.

Le succès de la révision de l’Arrangement de Lisbonne est un encouragement à poursuivre cette démarche dans le cadre des négociations commerciales entre l’Union européenne et ses partenaires (Etats-Unis, Japon, Vietnam) et à l’Organisation mondiale du commerce.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Contre le gaspillage alimentaire

L’Assemblée nationale a adopté le 21 mai plusieurs amendements relatifs à la lutte contre le gaspillage alimentaire, et notamment que les grandes surfaces et les surfaces commerciales de plus de 400 mètres carrés auront désormais l’interdiction de jeter et de détruire des denrées alimentaires, et l’obligation de signer une convention de don avec une association de solidarité agréée.



Ces amendements adoptés dans le cadre du débat sur la loi de transition énergétique, à l’initiative de l’ancien Ministre de l’Agroalimentaire, Guillaume GAROT, visent à inscrire la lutte contre le gaspillage dans le droit relatif à la responsabilité sociétale des entreprises ainsi que dans le code de l’éducation.

D’autres dispositions établissent une hiérarchie dans la lutte contre le gaspillage, en partant du principe que l’alimentation n’est pas une marchandise comme les autres : d’abord prévenir les pertes et les gaspillages, puis donner plutôt que jeter, en dernier lieu valoriser vers l’alimentation animale, le compost agricole ou la valorisation énergétique.

Ces amendements ont été adoptés par des députés de tous bords politiques, avec le soutien du Gouvernement.

Une lecture au sénat interviendra prochainement.

Retrouver le débat sur le site Internet de l’Assemblée nationale
http://www.assemblee-nationale.fr/1…

Catégorie agro-alimentaire, consommationCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+