Archive | 24 mai 2015

Laffrey: fête équestre de la rencontre

La route Napoléon à cheval qui sillonne  les départements des Alpes Maritime, Alpes de Haute Provence, Hautes Alpes et Isère sur 350 kilomètres a été inaugurée à un lieu symbolique: à Laffrey.

Lors de cette journée du 24 mai, de nombreuses animations ont été proposées au public. Animations orchestrées par l’association Isère Cheval vert. Inutile de dire que le cheval a été à l’honneur mais aussi les produits du terroir, l’artisanat.

Pierre Colin-Madan président d’Isère cheval vert et Bernard Pavie, président du Comité national du tourisme équestre ont dit toute leur fierté que cette route Napoléon à cheval soit inaugurée à Laffrey.

 » Deux siècles plus tard nous  proposons un itinéraire le plus proche possible du périple de Napoléon. Pas facile à réaliser, il a fallu tenir compte de la faisabilité, de la sécurité, y associer tout au long de son parcours tourisme, environnement, histoire, culture »..

Chantal Carlioz, vice présidente du Conseil départemental en charge du tourisme, de la montagne et des stations a rappelé que  le tourisme en Isère est une valeur sûre qu’il faut encore davantage développer.  » il faut le développer dans sa complémentarité, sa diversité: la tradition, la culture, le patrimoine, l’histoire, le terroir, ses paysages, sont des atouts que l’on doit mettre en avant.  »

Chantal Carlioz a également tenu à mettre en avant tous les acteurs qui oeuvrent pour développer l’attractivité touristique de notre département:  » les maires, présidents de communautés de communes, les différentes structures qui sont en place, les associations.. » Elle a également tenu à honorer les bénévoles  » sans qui rien ne pourrait se faire.. »

Marie Noëlle Battistel, députée a tenu à souligner que les manifestations consacrées au  bicentenaire de la route Napoléon  » ont permis à de nombreux enfants de vivre l’histoire en réel ». Elle a rappelé le rôle essentiel qu’ont joué les chevaux  » et c’est bien que ceux ci soient mis en valeur à travers ce jour d’inauguration de la route Napoléon équestre. »

Gilbert PRECZ

Voici le déroulé de la journée en images..Double cliquer pour agrandir les photos..


Catégorie A la une, territoires, tourismeCommentaires fermés

Un plan national d’actions « France, terre de pollinisateurs »

Un plan national d’actions, « France, terre de pollinisateurs », qui vise à enrayer la perte d’espèces de pollinisateurs et à susciter la mobilisation des acteurs vient d être mis en place. Ces pollinisateurs rendent des services estimés à 1,5 milliard d’euros par an en France.

La pollinisation est vitale

Le déclin des abeilles et autres insectes pollinisateurs sauvages ( Hyménoptères : abeilles, bourdons, guêpes … ; Diptères : syrphes, mouches … ; Lépidoptères : papillons ; Coléoptères : scarabées, coccinelles …) est incontestable. Même si la chute des effectifs est plus ou moins marquée selon les espèces.

Les causes du dépérissement des insectes pollinisateurs sauvages sont multiples, et insuffisamment expliquées aujourd’hui. Mais, l’homme, en dégradant leurs habitats et en détruisant les espèces de plantes à fleurs qui constituent leurs ressources alimentaires, pourrait en être largement responsable.

Ces insectes rendent pourtant un service écologique inestimable à la reproduction d’une grande partie des plantes à fleurs sauvages ou cultivées : environ 70% des plantes à fleurs sauvages et cultivées en France métropolitaine et 80% des cultures dans le monde (soit 35% du tonnage que nous mangeons) dépendent fortement de la pollinisation par ces insectes.

On estime que la pollinisation représente une valeur économique d’1,5 milliard d’euros par an en France.

Un plan pour connaître, diffuser les bonnes pratiques et mobiliser les acteurs

Aussi, ce plan propose-t-il une vingtaine d’actions visant à mieux connaître les insectes pollinisateurs et la pollinisation, et également à promouvoir de bonnes pratiques dans tous les espaces fleuris et dans tous les secteurs concernés, notamment les territoires ruraux et forestiers, les espaces protégés (parcs naturels régionaux) et même les territoires urbains.

L’appropriation de ces bonnes pratiques, leur mise en œuvre favorisée par des actions de communication et de sensibilisation des gestionnaires d’espaces, mais aussi du simple particulier, sont une condition de réussite de ce plan.

Abeilles en ville : un exemple de mobilisation

La diffusion du guide issu du programme européen Urbanbees (les abeilles en ville), que le Ministère de l’Ecologie a co-financé, est un des exemples de mobilisation, voulu dans plan d’actions pour la protection des insectes pollinisateurs.
Il est l’aboutissement d’un long travail qui s’est déroulé de janvier 2010 à mars 2015, dans lequel la Région Rhône Alpes et la métropole du Grand Lyon se sont activement engagées avec l’INRA, l’Institut national de la recherche agronomique, et l’association Arthropologia.

Fauchage tardif et jachères fleuries sur le bord des routes : ça marche !
L’Etat veut agir dans la préservation des pollinisateurs sauvages : il appliquera sur les 12 000 kilomètres du réseau routier national non concédé le fauchage tardif et les jachères fleuries sur les dépendances vertes. Après une expérimentation longue de trois ans, ces « bonnes pratiques » ont en effet montré une augmentation de 30% de la diversité des insectes pollinisateurs.

Elle va donc être généralisée.Les autres gestionnaires (Réseau Ferré de France, SNCF, Voies Navigables de France, Conseils départementaux etc.) ont été sollicités pour appliquer ces bonnes pratiques à partir du guide « les accotements routiers au service de la biodiversité ».

Pour en savoir plus : lire la brochure sur les accotements routiers

Catégorie apiculture, environnementCommentaires fermés

AG du Groupement des sylviculteur du Vercors 4 montagnes

Daniel Bonnet, président du Groupement des sylviculteurs du Vercors 4 montagnes nous a précisé  » qu’au cours de l’année 2014, et cela se poursuit en 2015, nous avons décidé de nous investir auprès des jeunes, les scolaires de St Nizier, avec le soutien de leurs enseignantes. »

Il y voit un intérêt durable:  » cette génération montante, qui vit en montagne, entourée  d’arbres, de forêts, plus ou moins luxuriantes et plus ou moins productives, doit avoir des informations pour prendre notre relais »…

Afin de mieux sensibiliser les jeunes scolaires des visites sur le terrain pour connaître les diverses espèces, l’impact des gibiers… l’exploitation avec ses corps de métiers, la transformation des bois chez le scieur… la construction bois… le chauffage bois avec une visite sur la plateforme de Fenat…ont été organisés. Sans titre2

Cette opération se poursuit en 2015. « 

Nous avons pu évaluer les connaissances de nos scolaires en rencontrant un artisan menuisier, un tourneur sur bois, en comparant les vieux outils à ceux d’aujourd’hui… et tout dernièrement en effectuant des plantations… chaque élève avec un plant, son prénom, inscrit sur un médaillon en bois, avec mission de s’en occuper… »

Pour le président du GS4M  » il s’agit d’un vaste programme mais nous ne doutons pas de l’investissement de ces jeunes, aujourd’hui et surtout dans le futur.

L’assemblée générale du groupement et un moment attendu, fort.. Elle aura lieu le samedi 6 juin à Corrençon en Vercors. Le programme est chargé..

Sans titre

Fête de la forêt de montagne

la 14eme Fête de la  Forêt de  Montagne  se déroulera les vendredi 12, samedi 13, le dimanche 14 Juin 2015, dans le Vercors aux Montagnes de Lans.
Comme il va de soi pour les propriétaires forestiers locaux, le GS4M sera présent les 3 jours de la fête avec l’animation d’un espace.

Catégorie forêt du VercorsCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+