Archive | 26 mai 2015

Jean-Jack QUEYRANNE:  » je serais vigilant « 

Réaction de Jean-Jack QUEYRANNE à la remise du rapport DURON

« A quelques mois de la COP21 et alors que le Parlement s’apprête à adopter le projet de loi sur la transition énergétique, le rapport de Philippe DURON, publié ce jour, énumère sans surprise les carences des trains d’équilibre du territoire (TET).

Par ce rapport, le gouvernement a choisi de lancer le temps de la concertation et de la réflexion, au sein du Parlement et avec l’ensemble des acteurs des territoires, notamment les Régions, qui assument avec responsabilité depuis 2002 la compétence des TER.

Ce rapport suscite des inquiétudes légitimes avec la menace de suppression de dessertes nécessaires pour les territoires. Je serai vigilant pour le maintien des lignes dans la grande Région Auvergne – Rhône-Alpes.

Il est urgent que notre pays se réapproprie, dans la transparence, la dimension d’aménagement du territoire assurée par le rail et que l’Etat définisse sa stratégie de maintien et de développement pour le transport ferroviaire, prérogative trop longtemps déléguée à SNCF. C’est au Parlement désormais
de garantir les moyens d’un transport ferroviaire de qualité.

Le Conseil régional Rhône-Alpes en a fait une priorité de son Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020, notamment sur plusieurs lignes menacées.

De Saint-Etienne à Clermont- Ferrand, de Lyon à Paray-le-Monial, de Grenoble à Gap, de Valence à Die ou de Bourg-en-Bresse à Saint-Claude, tous ces
territoires seraient devenus des déserts ferroviaires si la voix des élus locaux n’avait pas été entendue et relayée par la Région.

La Région a fait de son coeur d’action l’aménagement équilibré du territoire, le droit à la mobilité dans le respect des contraintes financières. »

Catégorie territoires, transportCommentaires fermés

Parc du Vercors: nouvelles élections

Depuis les récentes élections aux conseils départementaux de la Drôme et de l’Isère, Catherine Brette n’est plus conseillère en celui de l’Isère – ne s’étant pas représentée –, mandat au titre duquel elle était élue du Parc.

En conséquence, conformément aux statuts du Syndicat mixte du Parc du Vercors, de nouvelles élections se dérouleront lors du prochain comité syndical.

Le conseil syndical est fixé au 6 juin 2015 à 9h30 à la mairie de la Chapelle en Vercors.

Catégorie parcsCommentaires fermés

Les concentrations en pollen d’ambroisie pourraient quadrupler en Europe d’ici 2050

Les concentrations dans l’air du pollen d’ambroisie à feuilles d’armoise, très allergisant, pourraient avoir quadruplé en Europe à l’horizon 2050.

Le changement climatique serait responsable des deux tiers de cette augmentation, le tiers restant serait dû quant à lui à la colonisation de la plante, favorisée par les activités humaines.

Ces estimations, réalisées par des chercheursdu CNRS, du CEA, de l’INERIS et du RNSA en collaboration avec plusieurs instituts européens, montrent qu’il est aujourd’hui nécessaire de mettre en place une gestion coordonnée de cette plante invasive au niveau européen par un suivi sur le long terme des pollens et une cartographie de la présence des plantes.

Ambrosia artemisiifolia est une plante à pollen très allergisant, d’origine nord-américaine.

Les principales manifestations cliniques de l’allergie provoquée par cette plante sont des rhinites, des conjonctivites, des trachéites et des crises d’asthme souvent graves. Le pic de pollinisation de cette plante, qui a déjà colonisé en France la Bourgogne, l’Auvergne et la région Rhône-Alpes, a lieu en août et en septembre, allongeant ainsi, pour toutes les personnes sensibles, la période des allergies jusqu’à l’automne.

Plusieurs études ont déjà montré que le réchauffement climatique permettra à l’ambroisie de s’établir dans des régions où le climat ne lui était auparavant pas favorable, sans toutefois quantifier l’augmentation des concentrations de son pollen dans l’air ambiant.

L’évolution géographique de la contamination de l’air par les pollens dépend de plusieurs facteurs : la capacité de la plante à atteindre de nouveaux territoires via différents phénomènes de dispersion de ses graines, et le changement climatique qui permet à la plante de s’épanouir sur ces nouveaux territoires. Pour prédire l’effet du climat et des différents modes de dispersion des graines sur la concentration atmosphérique en pollen, les chercheurs ont utilisé plusieurs types de modèles numériques.

Les premiers simulent le changement climatique en fonction de la quantité de gaz à effet de serre qui pourrait être émise dans les années à venir par les activités humaines.

Les seconds modélisent l’invasion de la plante, la production et le relâchement des pollens, et leur dispersion dans l’air. Avec ces modèles, qui ont permis de tester différents scénarios de diffusion des graines et de changement climatique, les chercheurs ont déterminé que le facteur d’augmentation des concentrations du pollen d’ambroisie serait en moyenne de quatre, d’ici 2050,

Pour confirmer les tendances énoncées, qui comportent nécessairement une part d’incertitude, il est nécessaire de mettre en place un suivi sur le long terme de ces pollens et cartographier l’évolution de la présence des plantes en Europe.

Avec cette étude, les chercheurs ont également déterminé la responsabilité propre de chacun de ces facteurs dans l’augmentation du pollen dans l’air. La dispersion des graines, qu’elle soit d’origine naturelle, avec l’eau de ruissèlement et les cours d’eau, ou humaine, via le transport routier, les voies ferrées et les pratiques agricoles, est responsable d’un tiers de l’augmentation de la concentration du pollen.

Le changement climatique est quant à lui responsable des deux autres tiers. D’une part, il favorise l’expansion de l’ambroisie au Nord et au Nord-Est de l’Europe notamment. D’une autre part, son effet se traduit principalement par l’augmentation de la production de pollen induite par l’augmentation du CO2 et son effet favorable au développement de la végétation.

Ces résultats, obtenus dans le cadre du projet européen ATOPICA, ouvrent également la voie à une nouvelle génération d’outils de prévision à court terme des concentrations de pollen et devraient, à terme, permettre d’inscrire l’ambroisie dans les alertes de prévention contre l’allergie.

Catégorie environnementCommentaires fermés

1 an déjà ! Nous fêtons ça !

Le 13 janvier 2014 avait lieu l’inauguration officielle d’ « Herbe et Coquelicot « , magasin de producteurs que les Herbigeois et les habitants de nombreuses communes environnantes ont vite adopté pour l’achat de leurs produits bio et/ou locaux.

Depuis cette date, l’offre initiale déjà conséquente s’est étoffée au fil du temps et le groupe des sept fermes fondatrices s’est même renforcé avec l’entrée d’une huitième ferme associée.

Côté clientèle, l’affluence des premiers jours n’a pas faibli, montrant la pertinence de ce projet qui est non seulement un atout économique pour nos fermes (et la douzaine de producteurs qui nous font le plaisir de déposer leurs produits au magasin) mais qui est également un lieu d’échanges conviviaux, fédérateur de lien social et acteur de l’animation du village d’Herbeys et de ses environs.

A l’occasion de cet anniversaire, les collectivités qui ont contribué à l’émergence et au financement de ce projet au travers des CDDRA Isère et du Grésivaudan, sans oublier la Commune d’Herbeys qui dès le départ a suscité le dialogue et la concertation entre les producteurs, les techniciens et les habitants seront remerciées..

Pour fêter cet événement, vous êtes invités à venir rencontrer les producteurs, associés et « déposants », lors d’une journée d’animation et de dégustation :

Samedi 30 mai 2015 pendant les horaires d’ouverture du magasin, soit de 9h à 12h30 et de 15h à 19h30.

Catégorie agriculture, agro-alimentaireCommentaires fermés

La Guerre des graines

Soirée grand public avec projection du film « La guerre des graines » de Stenka Quillet et Clément Montfort, jeudi 28 mai à 20h45, cinéma Le Cartus à Saint-Laurent du Pont.

Dans le cadre de son programme annuel de conférences, l’association Le Pic Vert organise, en collaboration avec l’association Semons et Partageons, une projection du film « la guerre des graines » de Stenka Quillet et Clément Montfort. Jean-Pierre Berlan, agronome et économiste, ancien directeur de recherche à l’INRA et membre du conseil scientifique d’ATTAC France sera présent pour nous raconter l’histoire d’une guerre inconnue mais qui nous menace tous : la guerre des graines.

Sans titre

Dans le monde, 50% des semences vendues appartiennent aux grandes entreprises. Leur projet : privatiser à travers des lois l’accès libre et gratuit aux semences. Face à eux, des agriculteurs, des scientifiques, des militants, des élus se battent. Ce film leur donne la parole.

Tarif entrée : 4.50€

Renseignements : Le Pic Vert, 04 76 91 34 33 ou contact@lepicvert.asso.fr, Site : www.lepicvert.asso.fr

Catégorie agriculture, céréales, grand angleCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+