Catégorie | agriculture, environnement

« Nous continuons à détruire une ressource qui nous fait vivre. »

En cette année déclarée année internationale des sols par la FAO, la FNSafer continue d’alerter sur la nécessité de préserver les espaces naturels, agricoles et forestiers. Au rythme actuel, d’ici à 2050, 6% de la SAU française actuelle serait urbanisée et environ 8 % de son potentiel agronomique serait perdu.

Sans titre 2

2015 a été déclarée « année internationale des sols » par la FAO. La FNSafer s’associe pleinement à l’initiative.

Elle le fait d’autant plus légitimement que la loi d’avenir pour l’agriculture a renouvelé la mission de protection des ressources naturelles des Safer, particulièrement celle des espaces naturels, agricoles et forestiers.

Désormais, les Safer participent aux travaux des Commissions départementales de préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers, et sont représentées auprès de l’Observatoire national de la consommation des espaces agricoles (ONCEA).

Les Safer auront à coeur d’y partager leur expertise et leurs analyses des dynamiques foncières. Elles portent cette mission en prônant, dans leur fonction de conseil et d’études, l’évitement de la consommation avant sa réduction et sa compensation. Il n’en demeure pas moins vrai que l’imperméabilisation des sols est essentiellement du ressort des politiques d’aménagement du territoire et d’urbanisme.

Nous pouvons nous féliciter que le rythme annuel de l’extension urbaine ait diminué de moitié entre 2008 et 2014. Toutefois, si les mesures d’évitement et de réduction commencent à porter leurs fruits, la principale explication de cette inflexion reste bien la crise économique qui sévit depuis 2008.

Dans ce contexte, la FNSafer se doit de continuer d’alerter sur l’impérieuse nécessité de préserver un maximum de sols naturels, sachant que toute nouvelle imperméabilisation des sols complique à court terme la résolution de la question alimentaire mondiale. La FAO porte la question à l’échelle planétaire en considérant les sols naturels comme un bien commun.

L’alimentation humaine est liée à l’eau et à la terre. Il n’est pas possible de continuer indéfiniment la destruction d’une ressource qui nous fait vivre. Nous avons à prendre conscience des limites de la planète et à en tirer toutes les conséquences : l’objectif à atteindre est bien de diminuer cette consommation de sols jusqu’à la stopper.
* Les Safer ont, dans le cadre de leurs missions d’intérêt général, à assurer la transparence du marché. Chaque année, une étude sur les marchés fonciers ruraux est produite.


Ce qu’il faut retenir des marchés fonciers ruraux en 2014 :
▪ Un marché foncier rural globalement déprimé, excepté : – celui des terres agricoles soutenu par l’achat de terres libres par des personnes morales – et celui des vignes
▪ Le marché des terres destinées à l’urbanisation en baisse… mais toujours trop
▪ La concentration des exploitations continue

NB : Le magazine Le prix des terres – Analyse des marchés fonciers ruraux 2014 est disponible au prix de 30 € (hors frais de port) sur le site : www.le-prix-des-terres.fr

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8641 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+