Archive | juin, 2015

Concert Mondéelyre

Sans titre

Catégorie La MondéeCommentaires fermés

Les agriculteurs se mobilisent…

Depuis plusieurs mois, la situation se dégrade dans toutes les principales productions présentes en Isère: le lait, les céréales, la viande, les fruits.
Les trésoreries sont exsangues et nombreux sont les producteurs qui ne peuvent plus honorer leurs charges.
Si la situation perdure, de nombreuses entreprises mettront la clé sous la porte en fin d’année 2015, engendrant des destructions massives d’emplois et des situations économiques et sociales dramatiques.

Ce qui est en cause, c’est la guerre des prix que se livrent les industriels et la grande distribution sur le dos des agriculteurs, c’est aussi le diktat permanent sur les prix imposé aux agriculteurs.

Ce qui est également en cause, c’est l’empilement des normes, dont les agriculteurs ne sont pas opposés à condition de pouvoir faire face au surcoût financier qu’elles génèrent, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.
Dans ce contexte, la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de l’Isère mobilisent les agriculteurs et invitent les élus du département (députés, sénateurs et conseillers départementaux) avec le sous Préfet  le :
Mercredi 1er juillet 2015
à 21h30
Champ de Mars, devant la sous préfecture à La Tour du Pin

L’objectif est clair, que les élus et les représentants de l’Etat prennent pleinement la mesure de la situation, que des décisions politiques fortes soient prises pour sauver l’agriculture.
Cette nuit est celle de la détresse des agriculteurs isérois,

Catégorie agriculture, vie syndicaleCommentaires fermés

Hausse des températures cette semaine : préparez vous pour que tout se passe bien !

Météo France prévoit une séquence de températures très élevées cette semaine et tout au long
de la semaine prochaine.
Plusieurs dizaines de départements seront progressivement concernés, dont l’Isère. Ces conditions
météorologiques particulières et les niveaux de vigilance qu’elles entraînent seront précisés par
Météo-France dans les prochains jours.
Les services de l’Etat en Isère, et notamment les services sanitaires ainsi que leurs partenaires
sont pleinement mobilisés et restent extrêmement vigilants à l’évolution de la situation
météorologiques.
Comme chaque année, le niveau 1 de veille saisonnière du Plan national canicule (PNC) a été
déclenché le 1er juin. Les mesures de gestion prévues dans le PNC seront progressivement mises
en oeuvre en fonction de l’évolution de la situation.
En ce début de période estivale et en prévision des épisodes de chaleur à venir, le Préfet de l’Isère
rappelle les conseils simples à adopter par tous, mais surtout par les personnes fragiles et les plus
à risques (personnes âgées de plus de 65 ans, personnes handicapées ou malades à domicile,
personnes dépendantes, femmes enceintes…) afin de lutter au mieux contre les conséquences de
la chaleur :
- Buvez régulièrement de l’eau sans attendre d’avoir soif ;
- Rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avants bras)
plusieurs fois par jour ;
- Mangez en quantité suffisante et ne buvez pas d’alcool ;
- Evitez de sortir aux heures les plus chaudes et passez plusieurs heures par jour dans un
lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché, musée…) ;
- Evitez les efforts physiques ;
- Maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la
nuit s’il fait plus frais) ;
- Pensez à donner régulièrement de vos nouvelles à vos proches et, dès que nécessaire,
osez demander de l’aide ;
- Consultez régulièrement le site de Météo-France pour vous informer.
En amont des fortes chaleurs, les personnes fragiles peuvent par ailleurs, en lien avec leur
entourage :
- Prévoir le matériel nécessaire pour lutter contre la chaleur : brumisateur, ventilateur….
- Faire une liste des lieux climatisés (ou frais) où se rafraîchir près de chez elles : grande
surface, commerce, cinéma, musée…
- Ne pas hésiter à demander conseil à leur médecin traitant, tout particulièrement en
cas de problème de santé ou de traitement médicamenteux régulier (adaptation de doses
par exemple).
Si vous connaissez des personnes âgées, handicapées ou fragiles qui sont isolées,
incitez les à s’inscrire sur la liste mise à leur disposition par chaque mairie afin de recevoir
de l’aide de bénévoles, et, pendant une vague de chaleur, prenez de leurs nouvelles
régulièrement.
Pour en savoir plus :
Le PNC se divise en quatre niveaux d’intervention :
Le niveau 1 correspond au niveau de vigilance verte pour le paramètre « canicule » de la carte de
Météo-France: il engage l’évaluation systématique des risques météorologiques par Météo -France
et des risques sanitaires par l’Institut de veille sanitaire (InVS), ainsi que la diffusion des documents
d’information aux Agences régionales de santé, établissements de santé, collectivités locales,
associations, etc. ;

Le niveau 2 correspond au niveau de vigilance jaune pour le paramètre « canicule » de la carte de
Météo-France : il engage principalement un niveau de veille renforcée, d’anticipation et de
préparation à un renforcement des mesures de gestion par les Agences régionales de santé (ARS),
notamment via la mise en oeuvre d’actions de communication locales et ciblées.

Le niveau 3 ou « Alerte canicule » correspond au niveau de vigilance orange pour le
paramètre « canicule » de la carte de Météo-France : déclenché par les préfets de départements, en
lien avec les Agences régionales de santé (ARS), il engage la mise en oeuvre d’actions de
prévention, de communication et de gestion spécifiques par les services publics et les acteurs
territoriaux de façon adaptée à l’intensité et à la durée du phénomène (l’InVS analyse pour sa part
les indicateurs sanitaires en lien avec la chaleur afin de détecter un éventuel impact de la canicule) ;

Le niveau 4 correspond au niveau de vigilance rouge pour le paramètre « canicule » de la carte de
Météo-France (canicule avérée exceptionnelle, très intense et durable) : il engage une mobilisation
maximale des services de l’Etat et des autorités sanitaires notamment avec l’activation de la Cellule
interministérielle de crise (CIC), qui regroupe l’ensemble des ministères concernés. Cette situation
entraine le renforcement de toutes les mesures de gestion et de communication existantes et la
mise en oeuvre de mesures exceptionnelles notamment un dispositif de communication
«d’urgence».
Les conseils de prévention, ainsi que les outils élaborés par le ministère chargé de la santé et
l’Institut national d’éducation et de prévention pour la santé (INPES) figurent sur les sites Internet du
ministère et de l’Institut.
Vous pouvez consulter en particulier les pages suivantes :
http://www.sante.gouv.fr/canicule-et-chaleurs-extremes.html
http://www.inpes.sante.fr/10000/themes/evenement_climatique/canicule/canicule-outils.asp.
Et le site Internet des services de l’État en isère :
http://www.isere.gouv.fr/Politiques-publiques/Securites/Securite-sanitaire/Canicule-fortes-chaleurs-adoptezles- bons-reflexes

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

La CMA Isère s’engage pour une économie collaborative équitable et contre l’uberisation sauvage de l’économie

C’est le combat dans lequel s’engage le réseau des chambres de métiers et de l’artisanat. L’inventivité des concepteurs de plates-formes numériques n’épargne aucun métier, tant l’aventure est lucrative.

Toutes les entreprises traditionnelles, créatrices d’emploi en France, sont prises en otage par ces plates-formes digitales basées à l’étranger, aux effets néfastes sur notre économie et notre société.

La CMA Isère lance un appel à réagir pour que le modèle économique de demain soit l’économie collaborative équitable.

Un modèle économique de régression

Si on laisse faire, tous les artisans risquent de devenir les nouveaux esclaves des plates-formes, de perdre la maîtrise du prix de leur travail et d’être concurrencés par des intermittents à la qualification invérifiable ou encore des travailleurs clandestins.

Hors la loi, les plates-formes sont des multinationales puissantes qui contournent les cotisations sociales et fiscales et utilisent une armada de juristes pour y échapper. Les ressources de l’Etat s’effondreront et les entreprises artisanales seront définitivement asphyxiées par les charges.

Sangsues de l’économie réelle, ces multinationales détruisent la relation consommateurs/clients, ne créent pas de nouveaux emplois sinon précaires, imposent au client un modèle de consommation irresponsable.

Elles créent une économie parallèle avec le recul du salariat, la prolifération du travail clandestin, la précarisation de millions de Français.

Vers l’économie collaborative équitable

Pour permettre le développement d’une véritable économie collaborative au service des consommateurs et des professionnels, la CMA Isère demande aux pouvoirs publics de rétablir l’équité :

•soit en organisant sans délai la récupération des taxes sur ces plates-formes sauvages très lucratives

• soit en supprimant toutes les charges pour tous ceux qui créent de l’activité économique.

Les artisans, qui ne craignent pas la juste concurrence, sont prêts

Catégorie Chambre des metiers et de l'Artisanat 38Commentaires fermés

La Région consacre 1,66 M€ sur 4 ans pour la filière laitière bovine

Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes et le Président de Rhône-Alp’élevage, Raymond VIAL ont signé, le 2ème Contrat régional d’objectif de filière (CROF) bovin lait 2015 – 2018, au Groupement agricole d’exploitation commune (GAEC) de Chazelles à Essertines-en-Châteauneuf (Loire), en présence de Michel GREGOIRE, Vice-président délégué à l’Agriculture et au développement rural et d’Alain TRICHARD, Président du CRIEL Sud Est.

Ce 2ème CROF Bovin lait (un 1er CROF avait été mis en place en 2009 – 2013 suivi d’un plan stratégique lait depuis 2013) est doté d’une enveloppe régionale de 1,66 M€ sur 4 ans. Il s’articule autour de trois grandes priorités identifiées de manière concertée :
- maintenir ou accroître la performance de la filière en optimisant et sécurisant les systèmes de production afin d’assurer un revenu suffisant aux éleveurs laitiers et en apportant un soutien non seulement aux exploitations qui souhaitent se moderniser et innover mais aussi aux entreprises de l’aval afin d’optimiser la logistique de leur collecte ;
- tirer parti de la diversité des systèmes de production et des terroirs en maintenant un maillage
d’exploitations laitières sur l’ensemble du territoire et en consolidant la diversité des pratiques agricoles et des débouchés pour la filière ;
- renforcer les relations de partenariat et la connaissance de la filière en bâtissant une relation de
confiance avec les consommateurs et de réelles concertations stratégiques entre les transformateurs et les Organisations de Producteurs (OP). Le partenariat s’entend aussi avec la jeune génération par
l’amélioration de l’attractivité et vivabilité du métier.

25% des exploitations rhônalpines sont spécialisés dans l’élevage laitier, qui représente, en valeur, la
première activité agricole de la région. On dénombre 264 000 vaches laitières, 1,4 milliard de litres de lait livrés et 125 établissements de transformation.

L’exploitation laitière, en Rhône-Alpes, présente plusieurs spécificités :
- des exploitations de taille modeste, principalement situées en montagne où la collecte entraîne un
surcoût de 14€ pour 1000 L. 68% du lait rhônalpin est produit en montagne (63% du territoire) par 76% des exploitants ;
- une moindre productivité animale (de 14% inférieure à la moyenne nationale) qui s’explique par les
contraintes des cahiers de charge de certains Signes d’Indentification de la Qualité et de l’Origine (SIQO),
- un mode de production souvent plus extensif et des races plus rustiques comme la montbéliarde (56% du cheptel).

Et plusieurs points forts :
- un tissu de PME et de coopératives laitière qui maille les zones de production et créé une dynamique
économique ;
- une part importante de la production valorisée sous signe officiel de qualité : une exploitation rhônalpine sur 4 produit en appellation d’origine protégée AOP ou en indication géographique protégée IGP (la future grande Région, union au 1er janvier 2016 de l’Auvergne et de Rhône-Alpes pourra se prévaloir d’être la championne française des fromages sous AOP) ;
- une dynamique d’installation : on compte en moyenne 260 installations par an et la moyenne d’âge des chefs d’exploitation est de 46 ans.

« Le CROF que nous signons aujourd’hui est l’expression d’une volonté, celle de préparer ‘l’après quotas’, d’en être les acteurs plutôt que de simples spectateurs » explique Jean-Jack QUEYRANNE. « La fin des quotas laitiers et de la gestion administrée à l’échelle européenne des volumes de production ne devait en aucun cas conduire à la résignation face au marché ni à une uniformisation des modes de production ».
Pour aider les filières agricoles à faire face aux évolutions de leur environnement économique, le CROF permet un accompagnement de l’amont à l’aval dans l’effort de structuration et d’innovation. Aujourd’hui, 10 filières bénéficient d’un CROF : abeilles, chevaux, bovins lait, bovins viande, volailles, chèvres, lapins, porcs, vins, agriculture biologique.

Catégorie filière viande, lait/produits laitiers, élevageCommentaires fermés

:Un séminaire sur la protection de la nature

Dans le cadre de la convention pluriannuelle signée entre la Fédération Rhône Alpes de Protection de la Nature (FRAPNA) et le Conseil départemental de l’Isère,  un séminaire public est organisé le lundi 29 juin de 9h à 13h à la salle polyvalente  de St Aupre .

A cette occasion une douzaine d’associations naturalistes membres du réseau Protection de la Nature (RPN) de la FRAPNA   présenteront, à l’aide de diaporamas, leur stratégie en matière de protection de la nature à leurs partenaires institutionnels : Services du Département, de la région, de l’état, élus locaux etc.

Toutes les personnes intéressées peuvent s’inscrire par mail : frapna-isere@frapna.org ou par téléphone : 04 76 42 98 15.Entrée libre et gratuite.

Catégorie natureCommentaires fermés

Xylella Fastidiosa : Signez la pétition !

La bactérie Xylella Fastidiosa est à l’origine de la destruction de 60 000 ha d’oliviers dans la région des Pouilles en Italie depuis son introduction en octobre 2013.

Ce pathogène transmis par les insectes piqueurs-suceurs est totalement incontrôlable, il n’existe actuellement aucun moyen de lutte. Seules les températures froides permettent de limiter sa propagation (-10 à -20°C pendant 24h).

Une fois infectés les végétaux ont une durée de vie de 1 à 5 ans. 200 plantes sont concernées : Olivier, Vigne, Pêcher, Prunier, Abricotier, Chêne, Agrume, Laurier, Amandier, Luzerne, Trèfle, Orge, Cerisier, Myrtille, Carotte, Châtaigner, Ambroisie, Lierre,… et bien d’autres.

Une fois Xylella Fasidiosa installée, les répercussions économiques sont de grande ampleur, toute la végétation doit être arrachée, puis détruite et la zone traitée pour tenter de contrôler les insectes vecteurs. La région des Pouilles est dévastée, les terrains abandonnés.

Le 2 avril la France a mis en place des mesures sérieuses contre l’importation de végétaux provenant des zones contaminées, mais les a ensuite abandonnées au profit de mesures européennes prises à la suite mais beaucoup plus souples.

La coordination rurale demande le rétablissement des mesures françaises et que le contrôle des végétaux importés soit renforcé et devienne une priorité des services sanitaires, avec une mise en quarantaine, un contrôle par plant importé et une entrée sur le territoire à la seule condition que chaque plant soit indemne de Xylella Fastidiosa.

Pour signer la pétition, c’est ici

Catégorie arboricultureCommentaires fermés

Exposition universelle Milan 2015 : Une réussite pour Rhône-Alpes

Installée au Pavillon de la France depuis le 1er mai 2015, l’exposition et la programmation de
Rhône-Alpes à l’Exposition universelle Milan 2015 en Italie prennent fin ce jeudi 25 juin.

En 2 mois, plus de 530 000 personnes ont visité l’exposition Rhône-Alpes qui proposait une
immersion sensorielle dans les saveurs et savoir-faire de Rhône-Alpes, en écho au thème de
l’Exposition universelle « nourrir la planète, énergie pour la vie ».

Côté programmation, 24 évènements ont été organisés par la Région et ses partenaires au
Pavillon de la France sur les thèmes suivants : agriculture, tourisme, économie, transport,
coopération scientifique et universitaire, égalité femmes – hommes.

En voici quelques exemples :
-  une quarantaine de jeunes des filières scientifiques des deux régions (BTS, grandes
écoles, doctorants), ainsi qu’une douzaine d’experts reconnus, se sont rendus à Milan
pour échanger et élaborer la Charte de la jeunesse scientifique, qui sera présentée
mercredi 1er juillet à Clermont-Ferrand.
-  A l’initiative de Rhône-Alpes Tourisme, 25 opérateurs touristiques rhônalpins se
sont rendus à Milan pour rencontrer leurs homologues italiens. Cette opération a
permis de promouvoir Rhône-Alpes comme destination touristique, valorisant les
atouts régionaux que constituent la montagne, les Parcs Naturels Régionaux, la
culture, l’oenologie et la gastronomie.
-  29 entreprises (21 rhônalpines et 8 auvergnates), désireuses de mettre en place une
démarche export sur le marché italien, ont participé au forum Rhône-Alpes Italie
organisé par la CCI Rhône-Alpes à Milan afin de rencontrer, dans le cadre de rendez-vous
B to B, leurs homologues italiens.

Enfin, l’Exposition universelle Milan 2015 a été l’occasion d’approfondir les coopérations
avec les régions italiennes que sont la Lombardie, la Vallée d’Aoste, le Piémont et la Ligurie,
partenaires de Rhône-Alpes de longue date (les Quatre Moteurs pour l’Europe depuis 1988,
le programme de coopération transfrontalière entre la France et l’Italie ALCOTRA depuis
1991 et l’Eurorégion Alpes Méditerranée, créée en 2006).

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

L’actu vue par Biassu..

Le tunnel du Chambon fait, tous les jours la une des journaux.. Biassu en a fait son actu!

Sans titre

Catégorie BiassuCommentaires fermés

Crédit Agricole Sud Rhône Alpes-Fédération française du Bâtiment Région Rhône-Alpes: protocole de bonnes pratiques

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes va investir plus de 110 M€ dans les trois prochaines années pour la construction de son nouveau siège social et la rénovation de ses 180 agences.

Face à l’envergure de ces travaux, la banque a décidé de signer un protocole de bonnes pratiques avec la Fédération Française du Bâtiment région Rhône-Alpes.

Sans titre

L’objectif commun est de soutenir un modèle économique du Bâtiment qui continue de produire richesses et emplois locaux et de conforter ainsi un secteur majeur de l’économie régionale qui emploie 9 % des actifs rhônalpins.

Un nouveau siège social

Seule banque régionale à détenir son siège social à Grenoble, la banque implantera ses nouveaux bâtiments sur la presqu’île grenobloise, au coeur de l’activité économique et de l’innovation. Ce projet de 50 M€ et de plus de 10.000 m² de bureaux sera constitué du siège à proprement parler, d’un second bâtiment pour ses filiales, une agence et des entreprises tierces, et d’un parking silo.

Il se veut largement ouvert, avec des salles de conférences et de restauration et des espaces parkings qui seront partagés avec d’autres entreprises de la Presqu’île.

Les bâtiments, dans leur conception et dans leur exploitation quotidienne, tout comme les espaces verts contigus, feront l’objet d’une grande vigilance en termes d’impacts environnementaux. La première pierre sera posée début 2016 et les 400 salariés prendront possession des lieux fin 2017.
De nouvelles agences bancaires
La Nouvelle Distribution (ND 2.0) du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes n’est pas un simple concept, mais la construction progressive d’un nouveau modèle d’organisation.

Ce nouveau modèle commercial s’appuiera sur des conseillers spécialisés par type d’offre (épargne, crédit, assurance) qui travailleront en équipe, sous la coordination d’un responsable de clientèle qui aura la vision globale des clients.

Ce nouveau modèle bancaire s’appuie également sur des agences au design repensé et baptisées L’Agence. Totalement réaménagées, les agences offrent des « espaces thématiques » en accès libre qui matérialisent les savoir-faire, des salons pour des rendez-vous en « côte à côte » et des espaces collaboratifs pour développer l’esprit d’équipe.

Après deux années de tests et préséries, les résultats sont tels que le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes a décidé un déploiement général dès septembre 2015.

Les travaux immobiliers seront échelonnés sous trois ans et représentent un budget supérieur à 60 millions d’euros.

La marque du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, c’est de proposer la puissance du digital et des outils à distance, pour faciliter les opérations, mais également un réseau d’agences dans lesquelles le client trouve les spécialistes dans les grands domaines de la banque et de l’assurance.

Éthique et bonnes pratiques sur les chantiers

Ces deux importants projets représentent un investissement immobilier de plus de 110 M€.

Ils impliquent des enjeux forts de bien-être au travail pour les 2.000 salariés du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, mais aussi une importance affirmée pour l’accueil des clients, fournisseurs et partenaires, dans un esprit d’ouverture et de modernité, l’humain restant au centre de toutes les attentions.

L’éthique est une valeur forte pour l’entreprise, y compris lors de la réalisation de projets hors de son coeur de métier. Dans le même esprit, la FFB Région Rhône-Alpes plaide pour l’intensification de la lutte contre le travail illégal qui exerce une concurrence déloyale et affaiblit le tissu économique local et les entreprises socialement responsables.

Par la signature de ce protocole, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes et la Fédération Française du Bâtiment Région Rhône-Alpes souhaitent encourager les bonnes pratiques sur les chantiers.

- Un dispositif de lutte contre le travail illégal prévoit que les documents prescrits par le Code du travail pour lutter contre le travail dissimulé et l’emploi d’étrangers sans titre de travail lors de la conclusion des marchés soient fournis par les entreprises engagées dès leur entrée puis tous les six mois jusqu’à la fin de l’exécution des travaux.

Une carte d’identification professionnelle sera aussi portée par les salariés intervenant dans l’enceinte des chantiers de même que par les sous-traitants.

-La sécurité des personnes sera renforcée par un professionnel qualifié qui veillera à la mise en oeuvre des bonnes pratiques permettant d’assurer la sécurité et la sûreté des salariés des entreprises de bâtiment.

Soutien à l’économie locale

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes fera appel au savoir-faire et à la capacité d’innovation des entreprises de bâtiment qualifiées, avec des exigences fortes de développement durable, notamment en matière de sécurité, de qualité environnementale et de performance thermique.

L’occasion de participer activement à la relance de l’économie locale et d’accompagner les entreprises locales :
- en assurant un achat des prestations du bâtiment au mieux disant grâce à un système de détection des offres anormalement basses et à une pondération du critère prix ;
- en confortant leur trésorerie notamment par un engagement à payer rapidement les entreprises ainsi que par l’octroi de conditions financières de mobilisations des créances ;
- en protégeant les sous-traitants en veillant à la mise en place de garanties de paiement.

Un plan d’investissement bienvenu pour les entreprises de Bâtiment

Ce plan d’investissement s’inscrit dans un segment de marché très important pour le Bâtiment : la construction de locaux neufs représente 19 % de l’activité et leur entretien un peu plus de 21 %. Ces investissements sont donc les bienvenus à un moment où l’ensemble des segments de marchés du Bâtiment, dont celui des locaux, continue de fléchir.

Les mises en chantier de bâtiments non résidentiels s’établissent à 2,1 millions de m², à fin mars 2015, soit un recul important de 20,3 % sur un an.

Au niveau infra départemental, les écarts restent marqués. Un département affiche des mises en chantier de locaux en hausse sur un an (Isère : + 7 %).

À l’inverse, les sept autres départements connaissent une baisse des mises en chantier, très marquée. De même, la baisse des autorisations est relativement forte en ce début d’année. 3,5 millions de m² de locaux ont reçu un permis de construire à fin mars 2015 soit 9 % de moins qu’il y a un an.

Pour Jacques Blanchet, Président de la FFB Région Rhône-Alpes, « il est nécessaire d’amorcer une reprise en actionnant tous les leviers possibles ! Notre profession sera au rendez-vous de ce vaste plan de construction et de rénovation aux exigences fortes de développement durable et de performance thermique », la FFB Région Rhône-Alpes se félicitant de cette initiative exemplaire qui vise à soutenir l’économie locale du Bâtiment.

Pour Jean-Pierre Gaillard, Président du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, « le Crédit Agricole montre sa volonté de proposer une banque humaine et contemporaine reposant sur une proximité renforcée. Notre banque a confiance dans les entreprises et dans l’économie locale, et engage des investissements importants pour l’avenir, au service de ses clients ».

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juin 2015
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+