Archive | 26 juin 2015

La CMA Isère s’engage pour une économie collaborative équitable et contre l’uberisation sauvage de l’économie

C’est le combat dans lequel s’engage le réseau des chambres de métiers et de l’artisanat. L’inventivité des concepteurs de plates-formes numériques n’épargne aucun métier, tant l’aventure est lucrative.

Toutes les entreprises traditionnelles, créatrices d’emploi en France, sont prises en otage par ces plates-formes digitales basées à l’étranger, aux effets néfastes sur notre économie et notre société.

La CMA Isère lance un appel à réagir pour que le modèle économique de demain soit l’économie collaborative équitable.

Un modèle économique de régression

Si on laisse faire, tous les artisans risquent de devenir les nouveaux esclaves des plates-formes, de perdre la maîtrise du prix de leur travail et d’être concurrencés par des intermittents à la qualification invérifiable ou encore des travailleurs clandestins.

Hors la loi, les plates-formes sont des multinationales puissantes qui contournent les cotisations sociales et fiscales et utilisent une armada de juristes pour y échapper. Les ressources de l’Etat s’effondreront et les entreprises artisanales seront définitivement asphyxiées par les charges.

Sangsues de l’économie réelle, ces multinationales détruisent la relation consommateurs/clients, ne créent pas de nouveaux emplois sinon précaires, imposent au client un modèle de consommation irresponsable.

Elles créent une économie parallèle avec le recul du salariat, la prolifération du travail clandestin, la précarisation de millions de Français.

Vers l’économie collaborative équitable

Pour permettre le développement d’une véritable économie collaborative au service des consommateurs et des professionnels, la CMA Isère demande aux pouvoirs publics de rétablir l’équité :

•soit en organisant sans délai la récupération des taxes sur ces plates-formes sauvages très lucratives

• soit en supprimant toutes les charges pour tous ceux qui créent de l’activité économique.

Les artisans, qui ne craignent pas la juste concurrence, sont prêts

Catégorie Chambre des metiers et de l'Artisanat 38Commentaires fermés

La Région consacre 1,66 M€ sur 4 ans pour la filière laitière bovine

Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes et le Président de Rhône-Alp’élevage, Raymond VIAL ont signé, le 2ème Contrat régional d’objectif de filière (CROF) bovin lait 2015 – 2018, au Groupement agricole d’exploitation commune (GAEC) de Chazelles à Essertines-en-Châteauneuf (Loire), en présence de Michel GREGOIRE, Vice-président délégué à l’Agriculture et au développement rural et d’Alain TRICHARD, Président du CRIEL Sud Est.

Ce 2ème CROF Bovin lait (un 1er CROF avait été mis en place en 2009 – 2013 suivi d’un plan stratégique lait depuis 2013) est doté d’une enveloppe régionale de 1,66 M€ sur 4 ans. Il s’articule autour de trois grandes priorités identifiées de manière concertée :
- maintenir ou accroître la performance de la filière en optimisant et sécurisant les systèmes de production afin d’assurer un revenu suffisant aux éleveurs laitiers et en apportant un soutien non seulement aux exploitations qui souhaitent se moderniser et innover mais aussi aux entreprises de l’aval afin d’optimiser la logistique de leur collecte ;
- tirer parti de la diversité des systèmes de production et des terroirs en maintenant un maillage
d’exploitations laitières sur l’ensemble du territoire et en consolidant la diversité des pratiques agricoles et des débouchés pour la filière ;
- renforcer les relations de partenariat et la connaissance de la filière en bâtissant une relation de
confiance avec les consommateurs et de réelles concertations stratégiques entre les transformateurs et les Organisations de Producteurs (OP). Le partenariat s’entend aussi avec la jeune génération par
l’amélioration de l’attractivité et vivabilité du métier.

25% des exploitations rhônalpines sont spécialisés dans l’élevage laitier, qui représente, en valeur, la
première activité agricole de la région. On dénombre 264 000 vaches laitières, 1,4 milliard de litres de lait livrés et 125 établissements de transformation.

L’exploitation laitière, en Rhône-Alpes, présente plusieurs spécificités :
- des exploitations de taille modeste, principalement situées en montagne où la collecte entraîne un
surcoût de 14€ pour 1000 L. 68% du lait rhônalpin est produit en montagne (63% du territoire) par 76% des exploitants ;
- une moindre productivité animale (de 14% inférieure à la moyenne nationale) qui s’explique par les
contraintes des cahiers de charge de certains Signes d’Indentification de la Qualité et de l’Origine (SIQO),
- un mode de production souvent plus extensif et des races plus rustiques comme la montbéliarde (56% du cheptel).

Et plusieurs points forts :
- un tissu de PME et de coopératives laitière qui maille les zones de production et créé une dynamique
économique ;
- une part importante de la production valorisée sous signe officiel de qualité : une exploitation rhônalpine sur 4 produit en appellation d’origine protégée AOP ou en indication géographique protégée IGP (la future grande Région, union au 1er janvier 2016 de l’Auvergne et de Rhône-Alpes pourra se prévaloir d’être la championne française des fromages sous AOP) ;
- une dynamique d’installation : on compte en moyenne 260 installations par an et la moyenne d’âge des chefs d’exploitation est de 46 ans.

« Le CROF que nous signons aujourd’hui est l’expression d’une volonté, celle de préparer ‘l’après quotas’, d’en être les acteurs plutôt que de simples spectateurs » explique Jean-Jack QUEYRANNE. « La fin des quotas laitiers et de la gestion administrée à l’échelle européenne des volumes de production ne devait en aucun cas conduire à la résignation face au marché ni à une uniformisation des modes de production ».
Pour aider les filières agricoles à faire face aux évolutions de leur environnement économique, le CROF permet un accompagnement de l’amont à l’aval dans l’effort de structuration et d’innovation. Aujourd’hui, 10 filières bénéficient d’un CROF : abeilles, chevaux, bovins lait, bovins viande, volailles, chèvres, lapins, porcs, vins, agriculture biologique.

Catégorie filière viande, lait/produits laitiers, élevageCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

juin 2015
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+