Archive | septembre, 2015

Choisissez votre coup de coeur !

Le Prix Régional de la Construction Bois Rhône-Alpes met en lumière des bâtiments bois remarquables. Le concours, créé en 1999, est organisé par FIBRA, Fédération forêt-bois Rhône-Alpes et son réseau départemental en partenariat avec le CNDB (Comité National pour le Développement du Bois), le Conseil Régional de l’Ordre des Architectes Rhône-Alpes, avec le soutien de la Région Rhône-Alpes et de la DRAAF (Ministère de l’Agriculture et de la Forêt).

Pour cette 10ème édition, les organisateurs ont enregistré 61 candidatures. Un jury de professionnels issus du monde de la construction (architecte, ingénieur, entreprises bois, journaliste) a désigné les 8 lauréats en se basant sur les critères suivants : Qualité architecturale et intégration dans le paysage, performance technique du bois, qualité environnementale et performance énergétique, créativité et innovation, utilisation de la ressource locale.

Découvrez les lauréats,  votez pour votre coup de cœur et gagnez un week-end insolite, pour 2 personnes dans les arbres !

Pour découvrir les lauréats 2015, Rendez-vous jusqu’au  11 novembre 2015 sur www.fibra.net/prixregional2015.

Visionnez les mini-reportages pour découvrir les mille et une facettes de ces ouvrages remarquables et votez pour votre coup de cœur.

Vos votes permettront d’attribuer un prix « Coup de Cœur du Public » lors de la remise des trophées qui aura lieu le mardi 17 novembre 2015 à Rumilly (74).

Un tirage au sort désignera un gagnant parmi l’ensemble des votants. A la clé : un week-end insolite et féérique pour 2 personnes dans une cabane avec spa, perchée sur la cime des pins dans le massif des Bauges en Savoie (découvrez la Cabane de Rose sur www.cabanes-lahaut.com) !

Retrouvez l’ensemble des candidatures et d’autres ouvrages en bois partout en France surwww.prixnational-boisconstruction.org

Catégorie - filière boisCommentaires fermés

Liste des départements et des communes en zone réglementée FCO

Retrouvez dans les documents téléchargeables ci-dessous la liste des départements et des communes classés en zone réglementée « Fièvre catarrhale ovine »

Catégorie agriculture, ovins, élevageCommentaires fermés

Observatoire de l’enseignement technique agricole

Le 28 septembre 2015, Stéphane Le FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt a procédé à l’installation de l’Observatoire de l’enseignement technique agricole (OETA).

Créé le 15 juillet 2015, l’Observatoire de l’enseignement technique agricole est chargé d’évaluer en toute indépendance l’organisation et les résultats de l’enseignement technique agricole public et privé, et son adéquation en termes de qualification et d’emploi mais aussi  d’insertion scolaire et professionnelle des élèves, étudiants, apprentis et stagiaires.

Il remettra chaque année un rapport au ministre chargé de l’agriculture. Ce rapport sera présenté au Conseil national de l’enseignement agricole (CNEA) et il sera rendu public.

L’observatoire est composé de douze membres désignés en raison de leur compétence en matière d’évaluation ou dans le domaine éducatif.

Stéphane Le FOLL a annoncé à cette occasion le lancement début 2016 d’une étude prospective sur les métiers et les formations de l’enseignement agricole  à l’horizon 2030. L’observatoire sera étroitement associé à ces travaux, qui alimenteront ses réflexions.

Catégorie agriculture, enseignement-formationCommentaires fermés

Convention cadre pour le développement de l’apprentissage en Rhône-Alpes

Ce mardi 29 septembre 2015 à la Maison Familiale Rurale (MFR) de Saint-Martin-en-Haut
(Rhône), à l’occasion de la rentrée des apprentis en Rhône-Alpes, Jean-Jack QUEYRANNE,
Président de la Région Rhône-Alpes, a signé la convention cadre pour le développement de
l’apprentissage en Rhône-Alpes.

Pour favoriser l’accès à l’apprentissage des jeunes dans les entreprises privées et publiques,
cet accord prévoit de :
- rapprocher les offres des entreprises, les souhaits des jeunes et les capacités de
formations des Centres de Formation d’Apprentis (CFA),
- renforcer les relations entre les partenaires,
- collaborer pour réaliser des actions d’informations et d’orientations sur les métiers et
l’apprentissage,
- accompagner les jeunes en amont et pendant le contrat pour prévenir les ruptures
de contrats,
- soutenir la création, la reprise et la transmission d’entreprises.

La signature de cette convention, qui définit un cadre d’actions concerté au niveau territorial
entre l’Etat, la Région et ses partenaires*, constitue une étape supplémentaire pour
renforcer l’apprentissage sur les territoires. Ce partenariat, qui s’inscrit également dans une
logique de lutte contre les discriminations, se déclinera dans chaque département, afin de
prendre en compte les bonnes pratiques existantes.

La Région consacre 167,9 M€ à l’apprentissage en 2015 en Rhône-Alpes et compte plus de
40 800 apprentis et pré-apprentis répartis dans 60 CFA.

Parmi eux, la MFR de Saint-Martin-en-Haut forme 160 jeunes en alternance aux métiers de
l’automobile et de la maintenance des matériels agricoles. Des travaux sont actuellement en
cours pour augmenter la surface des ateliers automobiles, créer une salle de démonstration
et mettre aux normes les locaux. Le coût du projet s’élève à 655 000 €, financé à hauteur de
250 000 € par la Région.

Cette MFR appartient au CFA régional des MFR (49 antennes), que la Région accompagne via
une subvention de 16 M€ en 2015.

* Les Académies de Lyon et Grenoble, la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt, l’Union Régionale des Missions Locales, la Chambre régionale de Métiers et de l’Artisanat, la Chambre régionale de Commerce et d’Industrie, la Chambre régionale d’agriculture, Pôle emploi, l’Union régionale des missions locales de Rhône-Alpes, l’AGETERA Rhône-Alpes CHEOPS, l’AGEFIPH.

Catégorie enseignement-formationCommentaires fermés

Fusion Autrans-Méaudre: les habitants décideront..

C’est une certitude, Thierry Gamot, maire d’Autrans est  » un chaud partisan  » de la fusion des communes de Méaudre et d’Autrans.

 » Cette fusion est une évidence, je dirais même une obligation  » rajoute t-il.  » Pour les habitants des deux communes ce rapprochement ne changera pas grand chose à leur vie quotidienne. Par contre si cette fusion ne se faisait pas, ce serait catastrophique, en particulier au niveau des finances. Je dis même attention à la « purge » car des décisions très douloureuses devront alors être prises ! « 

Pour argumenter encore plus, Thierry Gamot précise:  » Autrans et Méaudre ont de nombreux points communs et ont une longue histoire commune, ont réalisé de nombreux projets, travaux, ceci grâce à un syndicat intercommunal, le SIAM. »  Et de citer de nombreux exemples de cette collaboration : » alimentation en eau potable depuis le Trou qui Souffle, hangars bois, halte garderie des Bout’Choux, harmonisation des tarifs des domaines skiables, des cantines et des activités péri scolaires, rapprochement des offices de tourisme, et demain Maison de Santé … »

Cette unification aurait pu se faire  » normalement » mais le maire et le conseil municipal d’Autrans ont souhaité consulter les habitants.

 » Il s’agit d’une réflexion personnelle, réfléchie. Je ne pouvais me résoudre de mettre à l’écart la population d’une décision aussi importante que celle de créer une commune nouvelle. De plus ce projet n’était pas inscrit dans notre programme de campagne lors des élections municipale de 2014. pour une raison simple : la loi sur les communes nouvelles n’était pas encore sortie….Je pense donc que cette consultation est tout à fait légitime. « 

A la question : il y a un risque que le non l’emporte, Thierry Gamot en est conscient:  » bien sûr qu’il y a un risque. Nous savons que  l’opposition à un projet mobilise toujours davantage que son approbation. Mais ce risque porte un nom : la démocratie.

Depuis le début de l’été six groupes de réflexion composés d’élus de nos deux communes ont travaillé sur six grandes thématiques : Organisation et relations institutionnelles – Finances et Personnel – Tourisme, Sports et événementiel – Agriculture et Forêt – Routes, Réseaux et Bâtiments – Social, Scolaire et Culture.

Ces travaux ont débouché sur la rédaction d’un projet partagé : la charte de la commune nouvelle Autrans Méaudre. Nos concitoyens devront approuver ou pas cette charte.

Thierry Gamot martèle:

 » La commune nouvelle est une nécessité:

-  pour faire face à la disparition programmée du Syndicat Intercommunal Autrans Méaudre

-  pour peser d’avantage dans la future grande intercommunalité Royans Vercors qui se dessine

-  pour maintenir le niveau des dotations financières de l’Etat plutôt que de subir leur diminution  qui va nous placer dans une situation intenable. »

Il répond à celles et ceux qui souhaitent prendre le temps de la réflexion:  » nous avons une date couperet, le 1er janvier 2016, fixée par la loi…On ne peut y déroger… »

Le nom de la future commune qui est proposé est tout simplement Autrans-Méaudre car les habitants comme leurs élus sont très attachés aux noms de leurs villages a rajouté Thierry Gamot.

A noter que le conseil municipal de Méaudre souhaite y rajouter  » en Vercors ».

Les autranais et méaudrais s’exprimeront pendant dix jours entre le 15 et le 25 octobre prochain.

Les modalités de cette consultation sont claires :

- Un tiers de votants par rapport au nombre d’électeurs inscrits sur les listes électorales de la commune nous parait un minimum pour que les résultats soient significatifs. En dessous de ce niveau les Conseils Municipaux considéreront que nos concitoyens leur font confiance et prendront donc leurs responsabilités.

Si cette première condition est remplie il faudra au moins 50 % des suffrages exprimés pour que le OUI (ou le NON) l’emporte.

Thierry Gamot cite volontiers Ernest Renan :  » qu’est ce qu’une nation ? une nation c’est un territoire, une population, mais c’est aussi un projet. Je remplace juste nation par commune … Nous sommes en train de mener un projet historique ! »

Propos recueillis par Gilbert Precz

Catégorie A la une, Communauté de Communes du Massif du VercorsCommentaires fermés

Dimanche 4 octobre : 32e Metrorando !

La 32ème édition de la randonnée de la Métropole (La SIPAVAG)
aura lieu le dimanche 4 octobre. L’édition printanière 2015 a
déplacé 850 randonneurs malgré un bulletin météo défavorable.

Cet automne, les randonneurs découvriront le versant Est du
Vercors sur les hauteurs de Noyarey. Dominé par la Dent du
Loup, la Sure ou encore la Buffe, les 3 itinéraires offriront aux
randonneurs des moyens et grands parcours, dans le secteur
d’Ezy de superbes points de vue sur la vallée de l’Isère ainsi que
sur les massifs de Chartreuse et de Belledonne.

Rendez vous le 4 octobre à l’espace Charles De Gaulle
(gymnase) à Noyarey à partir de 8h.

12345


Catégorie La MétroCommentaires fermés

Vers une nouvelle loi montagne : dessinons la montagne du XXIe siècle !

Réaction de l’association Mountain Wilderness France concernant la  déclaration du Premier ministre Manuel Valls, ce vendredi 25 septembre à Chamonix, concernant le souhait du gouvernement de mettre en chantier une nouvelle loi Montagne.

 » C’est avec un vif intérêt que Mountain Wilderness a noté la déclaration du Premier ministre Manuel Valls, ce vendredi 25 septembre à Chamonix, concernant le souhait du gouvernement de mettre en chantier une nouvelle loi Montagne. Cette décision fait suite à la mission qu’il avait confié en début d’année aux députées Bernadette Laclais et Annie Genevard en vue de l’élaboration d’un « Acte II de la loi Montagne ».

Remettre à plat la loi de 1985, tout en en conservant les fondamentaux, nous semble l’occasion exceptionnelle de dessiner une montagne du XXIe siècle qui tienne compte des réalités des espaces montagnards d’aujourd’hui, et nottament :

  • la nécessité de préserver et de mettre en valeur comme ressources non délocalisables les patrimoines naturels et culturels, les paysages et les spécificités des différents massifs ;

  • la nécessité de préserver le foncier et une agriculture elle aussi riche de spécificités (ce que consacrent par exemple les nombreux AOC des territoires de montagne) ;

  • la nécessité d’intégrer à sa juste valeur le fait que dans le domaine du tourisme, les milliers de petits acteurs qui habitent dans toutes les vallées et qui les font vivre au jour le jour représentent un atout touristique d’avenir et déjà aujourd’hui aussi important en chiffre d’affaire, que les grosses stations !

Tout cela en mettant au coeur les enjeux mondiaux liés aux changements climatiques et la formidable richesse que représentent nos territoires pour renouer avec une harmonie Homme/Nature.
A la veille de la COP 21 à Paris, MW souhaite que ce soit dans cette perspective que la nouvelle loi soit élaborée.

D’ores et déjà, nous saluons la décision de transférer les dispositifs fiscaux concernant l’immobilier de loisir sur la réhabilitation plutôt que sur la construction de toujours plus d’immeubles neufs.

Notre association a su être moteur dans la réflexion sur « l’Acte II de la loi Montagne » ; elle le sera également pour porter la voix de « la montagne autrement » à l’occasion de l’élaboration de la nouvelle loi montagne.

La voie est libre pour construire tous ensemble une véritable « montagne à vivre » !

Catégorie montagneCommentaires fermés

CRÉMANT DE SAVOIE : C’EST OFFICIEL !

La Savoie rejoint ainsi les sept autres régions de production – Alsace, Bordeaux, Bourgogne, Die, Jura, Limoux et Loire – devenant le huitième membre de la famille Crémant. La région vise une production de 4 000 hl. C’est une vraie reconnaissance du savoir-faire des vignerons et de la qualité des vins effervescents produits en Savoie

Les vins effervescents sont une longue tradition en Savoie : à ce jour majoritairement dénommés « Savoie méthode traditionnelle » ou « pétillant de Savoie », ils étaient produits un peu partout sur la zone AOC Vin de Savoie, par une centaine de viticulteurs, à partir des cépages Altesse ou Jacquère. Deux cépages qui confèrent au Crémant une forte identité, avec en sus le côté peu alcoogène de la Jacquère.

Depuis quelques années des vignerons avaient choisi d’élaborer leurs effervescents selon le cahier des charges Crémant. Les premiers vins montrent un style très actuel : des notes de fruits blancs et d’agrumes, de la fraîcheur, des dosages précis et limités pour l’élégance et la finesse. Les consommateurs vont pouvoir découvrir ces Crémants dès Noël 2015, la mise en marché ayant lieu après une période d’élevage de 12 mois minimum.

Cette mention Crémant de Savoie est un véritable atout pour la région : le potentiel de développement commercial est réel, en particulier à l’export.

Sans titre
Le décret assorti du cahier des charges Crémant de Savoie est paru au Journal Officiel (décret n° 2015-1135 du 11 septembre 2015) : « Les vins mousseux de qualité blancs issus de vins de base de la récolte 2014 ou de la récolte 2015 peuvent bénéficier de l’indication Crémant s’ils répondent aux conditions fixées par le cahier des charges homologué par le présent décret et s’ils font l’objet d’une déclaration de revendication dite d’aptitude en vins mousseux susceptibles de bénéficier de l’indication Crémant dans les deux mois qui suivent la publication du présent décret. »

Catégorie Pays de Savoie, viticultureCommentaires fermés

UNE HAUSSE DES FERMAGES DIFFICILE A COMPRENDRE ET ADMETTRE PAR LES FERMIERS

La Section des Fermiers et Métayers de la FDSEA 38 communique:

 » En vertu des règles établies par la loi du 27 juillet 2010 les fermages des terres nues qui seront payés entre le 1er octobre 2015 et le 30 septembre 2016 devront augmenter de 1,61%. Pour de nombreux agriculteurs qui traversent une période économique très difficile, cette hausse est incompréhensible et insupportable.

Les députés et sénateurs ont décidé en 2010 que les évolutions des fermages ne devaient plus être fixées au niveau départemental mais au niveau national. Ils ont décidé une grille de calcul qui comprend pour 60% l’évolution moyenne lissée sur 5 ans du revenu Brut d’Exploitation Agricole et pour 40% l’évolution du niveau général des prix de l’année précédente.

Cette grille atténue fortement les effets des évolutions récentes du revenu des agriculteurs. Pour le calcul du RBEA, il est pris en compte le revenu de toutes les productions agricoles présentes en France. Pour changer la règle d’évolution des fermages, il faudrait que le gouvernement et les parlementaires en soient d’accord. Ceci peut prendre un certain temps et ne pourrait s’appliquer pour les fermages de cette année.

Certains demandent, et nous le comprenons, que les propriétaires n’appliquent pas cette hausse de 1,61%. Certains d’entre eux en seraient d’accord. Néanmoins, cela pourrait compliquer le calcul des fermages dans les années à venir. De plus un accord écrit est indispensable.

En effet, tout propriétaire, comme tout fermier, n’est pas immortel. Or si des hausses de fermages n’ont pas été appliquées durant la période antérieure de 5 ans, les héritiers peuvent réclamer le rattrapage, sauf s’ils ont un document écrit du propriétaire de l’époque indiquant son accord de la non application de la hausse du loyer.

En Isère, il y a une majorité de baux verbaux concernant des superficies modestes. Il serait très compliqué de généraliser de telles démarches sauf pour les superficies importantes louées au même propriétaire par bail écrit.

Il nous semble important de garder de bonnes relations avec les propriétaires des terres que nous exploitons car ils détiennent une part importante de notre outil de travail. Les propriétaires ne sont pas responsables des problèmes de revenus que nous rencontrons. Il n’est pas possible de leur imposer un gel du montant du fermage que nous leur versons.

Jean Pierre MICHALLAT, Martial DURAND

Section Départementale des Fermiers et Métayers de l’Isère

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Aménagement de l’échangeur du Rondeau

L’opération d’aménagement de l’échangeur du Rondeau a été inscrite au contrat de plan
État-Région (CPER) 2015-2020. Elle sera réalisée sous maîtrise d’ouvrage de l’État
(DREAL), en partenariat avec le Département et la Métropole.

Dans le cadre de la mise en oeuvre du plan de relance, le premier ministre, Manuel
VALLS, a confié à la société AREA la concession et l’aménagement des autoroutes A48 et
A480 entre St- EGREVE et CLAIX, sur environ 15 kilomètres.

Cette décision fait l’objet du décret n°2015-1044 du 21 août 2015 approuvant les avenants
aux contrats de concession de APRR et AREA et publié au Journal Officiel du 23 août
2015.

Dès lors, la société AREA et l’État se coordonnent pour la réalisation des études
nécessaires qui se dérouleront à partir du 5 octobre 2015.

Ces études comprennent d’une part, une enquête de caractérisation des origines et de
destination des utilisateurs des grands axes grenoblois, d’autre part des études
environnementales nécessaires à la connaissance de l’état initial pour ces projets.

Catégorie La Métro, La Métro, aménagementCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2015
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+