Archive | 21 octobre 2015

Biodiversité : participez à l’appel à projets lancé par la Métropole

Vous êtes une association de la métropole grenobloise ? Vous portez un projet partenarial associant valorisation de la biodiversité et implication citoyenne ? Répondez avant le 30 octobre à l’appel à projets lancé par Grenoble-Alpes Métropole.

Dès 2013, la Métro s’est engagée pour préserver la richesse et la diversité de la biodiversité de l’agglomération grenobloise.

Pour la troisième année consécutive, elle lance donc un appel à projets destiné aux structures associatives dans le but de renforcer la mobilisation, les liens et les initiatives des acteurs locaux autour de cette thématique et de favoriser l’implication citoyenne et la sensibilisation à la nature et la biodiversité.

Jusqu’à 33 250 € seront répartis entre les projets sélectionnés.

Vous êtes intéressés ? Répondez avant le vendredi 30 octobre 2015 à 20h en renvoyant la fiche « projet de candidature » à télécharger dans la page consacrée à l’appel à projets

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

Appel à candidatures agricoles

Grenoble-Alpes-Métropole lance un appel à projets pour mettre en valeur
2.6 ha de foncier agricole d’un seul tenant dont elle est propriétaire sur la commune de Vaulnaveys-le-bas.

Le parcellaire est de bonne qualité agronomique mais sans bâtiments. Un bail à clauses environnementales est prévu.

Les projets devront répondre aux critères de base suivants : productions végétales ou animales à forte valeur ajoutée tournées vers l’agriculture biologique et la valorisation locale en circuit courts.

Les candidats devront avoir un niveau de formation agricole minimum Bac Pro mais aucun critère d’âge n’est requis.

L’appel à candidature est ouvert jusqu’au 8 décembre 2015.

Informations et dossiers de candidature à retirer auprès du service agriculture :

  • Thierry Loeb : 04 76 59 59 32 / thierry.loeb@lametro.fr

> Télécharger l’appel à candidature de la Métropole ci-dessous

À consulter

Appel à candidature agricole – Vaulnaveys-le-Bas

Catégorie agriculture, installationCommentaires fermés

Transmettre, un projet qui se prépare et se construit


Dans le contexte difficile que traverse le secteur agricole, les agriculteurs s’organisent et trouvent des solutions pour transmettre leur exploitation à des porteurs de projets,  en famille ou hors cadre familial. Des perspectives de développement agricole existent et des opportunités de reprise sont bien présentes dans les territoires de Rhône-Alpes. Le réseau des Points Accueils Transmission des Chambres d’agriculture de Rhône-Alpes accompagne les agriculteurs dans l’ensemble de leur démarche de cessation-transmission.

Cette année, malgré les difficultés dans de nombreuses filières,  il est encore plus nécessaire pour les chefs d’entreprise agricole de réfléchir et de préparer à l’avance leur transmission, qu’elle soit en entreprise individuelle ou sociétaire. L’objectif est de prendre le temps pour :
-  réfléchir à son projet  de transmission sous tous ses aspects (économiques, patrimoniaux, personnels…) et envisager comment maintenir le potentiel de  son exploitation,
- prendre les contacts nécessaires avec les différents organismes et rencontrer de futurs repreneurs.
- préparer et sécuriser le passage entre cédant et repreneur grâce au dispositif « stage reprise d’exploitation agricole »

Tout au long de l’année, les agriculteurs sont invités à des réunions d’informations, des visites, des formations… par le réseau des Points Accueil Transmission.

En novembre, chaque année, le mois de la transmission permet de sensibiliser les agriculteurs et leurs partenaires sur les enjeux de la transmission agricole. Il n’y a pas d’agriculture sans agriculteurs, et pas d’agriculteurs demain, sans transmission aujourd’hui !

Pour en savoir plus : Le site internet www.transmettrenagriculture.fr met à disposition de nombreuses informations sur les différents dispositifs d’accompagnement permettant de céder une exploitation et proposent de nombreux rendez-vous et réunions pour s’informer.

Catégorie agriculture, installationCommentaires fermés

7,7 millions d’habitants en Auvergne Rhône-Alpes

Auvergne Rhône-Alpes fait partie des grandes régions européennes les plus peuplées. La région se distingue par un degré d’urbanisation plus important que la moyenne française. Les concentrations urbaines sont ainsi très marquées dans les bassins lyonnais et stéphanois et le long des grands axes de communication.

Le couloir alpin, le Genevois français, l’aire clermontoise et la basse vallée du Rhône constituent aussi des zones d’urbanisation denses. Face à eux, l’emprise des zones rurales et montagneuses très peu denses, qui couvrent le tiers du territoire, reste cependant importante.

Avec 7 695 300 habitants au recensement de 2012, Auvergne Rhône-Alpes fait partie des vingt plus grandes régions européennes (NUTS1). Elle dispose du même niveau de population que les grandes régions de Basse-Saxe (7,9 millions), du Ouest-Pays-Bas (7,9) et de Catalogne (7,5).

Deuxième région la plus peuplée de France

Auvergne Rhône-Alpes est le deuxième ensemble régional le plus peuplé après l’Île-de-France. Il concentre 12 % de la population française sur 13 % de la superficie métropolitaine. La densité moyenne de population y est de 109 habitants au km2, densité légèrement inférieure à celle de la France métropolitaine ou de l’Union européenne.

Elle masque de fortes disparités. La région conjugue en effet de vastes espaces urbains à la densité élevée avec des zones rurales et montagneuses peu ou très peu denses. Auvergne Rhône-Alpes fait ainsi partie des régions françaises les plus urbanisées mais aussi de celles où les territoires ruraux très peu denses occupent le plus d’espace.

Une forte densité urbaine

Au cours des dernières décennies, sous l’effet de la périurbanisation, les zones à densité élevée se sont fortement étendues.

2

Au centre de la région Auvergne-Rhône-Alpes, l’agglomération lyonnaise ( notre photo) étend son influence sur un périmètre très large, le long des principaux axes de communication. Un continuum d’agglomérations et de communes à forte densité s’étend sur toutes les vallées du Rhône et de la Saône et à l’est le long de l’A43 jusqu’à Chambéry.

De même, l’espace urbain est continu le long de la vallée du Gier jusqu’à Saint-Étienne. En 2012, trois millions de personnes résident à moins d’une heure en voiture du centre de Lyon, ce qui en fait le plus important bassin de population de France de province à égalité avec celui de Lille.

Le sillon alpin, s’étendant de Grenoble à Genève, est le deuxième espace de forte densité de la région. Ce territoire connaît un développement urbain majeur depuis les années 1980, sous l’impulsion de la métropole genevoise.

Clermont-Ferrand, principale métropole du Massif central, a renforcé son potentiel démographique. Elle se trouve au centre d’un couloir de densification allant de Vichy à Issoire.

Selon la typologie européenne, ce sont deux millions de personnes de la région qui vivent dans les communes caractérisées par une forte densité urbaine, où la densité moyenne est de 3 159 habitants au km².

Auvergne Rhône-Alpes fait partie des régions où plus du quart de la population réside dans ce type de communes. Elle se place ainsi derrière l’Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Nord-Pas-de-Calais Picardie. La concentration urbaine régionale reste toutefois éloignée de celles observées le long de l’arc européen reliant le centre de l’Angleterre, le Benelux, l’Allemagne rhénane, la Suisse et l’Italie du Nord.

Des espaces montagneux très faiblement peuplés

Région urbaine, Auvergne Rhône-Alpes est également la principale région de montagne française. Ainsi, 2,2 millions de personnes résident dans une commune classée en zone de montagne, dont plus de la moitié dans la partie régionale du Massif central. Le peuplement des zones rurales de ce massif, qui s’inscrit dans la vaste diagonale de faible densité s’étendant du Luxembourg au Portugal, diffère de celui des Alpes.

Dans le massif alpin, la population communale se concentre dans les parties urbanisées situées au fond des vallées. Le peuplement y est ainsi plus dense que celui de la partie régionale du Massif central ou de la Drôme où se concentrent les espaces de faible densité.

Dans la région, les communes très peu denses recouvrent 35 % de la superficie régionale. Seulement 278 000 personnes y résident soit 4 % de la population. La densité moyenne de ces espaces très peu denses (11 hab./km²) y est inférieure à la moyenne nationale (14 hab./km2).

Figure 1 – Une forte densité urbaine - Densité de population en 2012

Figure 1 - Une forte densité urbaine - Densité de population en 2012Source : Insee, Recensement de la population 2012.

Figure 2 – Un tiers du territoire très peu densément peuplé - Population des unités urbaines et degré de densité des communes en 2012

Figure 2 - Un tiers du territoire très peu densément peuplé - Population des unités urbaines et degré de densité des communes en 2012Source : Insee, Recensement de la population 2012.

Pour en savoir plus :

Cette publication est extraite d’un atlas réalisé par les directions régionales de l’Insee et les agences d’urbanisme d’Auvergne et de Rhône-Alpes, avec l’appui financier des préfectures de région de Rhône-Alpes et d’Auvergne. Cet ouvrage a également reçu le soutien des conseils régionaux d’Auvergne et de Rhône-Alpes.

Fruit de plusieurs mois de collaboration entre des équipes pluridisciplinaires de statisticiens, de géographes, d’urbanistes et de cartographes, ce recueil est le premier d’une série de trois tomes à paraître d’ici octobre 2016.

« Auvergne Rhône-Alpes : géographie physique, humaine et urbaine », Atlas tome 1, octobre 2015

Catégorie A la une, territoiresCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

octobre 2015
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+