Archive | janvier, 2016

4e édition des Journées Hydrogène dans les territoires à Grenoble

La candidature conjointe de Grenoble-Alpes Métropole et du Département de l’Isère a été retenue par le Conseil d’Administration de l’Association Française pour l’Hydrogène et les Piles à Combustible (AFHYPAC) pour l’organisation de la 4ème édition des Journées Hydrogène dans les Territoires.

La Métropole et le Département organiseront ce temps fort les 29 et 30 juin à Grenoble.

Cet évènement incontournable de la filière Hydrogène & Piles à combustible et des acteurs locaux bénéficie du soutien du Plan Stockage de l’Energie de la Nouvelle France Industrielle.

Il permet de faire le point sur les avancées et les nouveaux projets initiés par les territoires français. Autre objectif : identifier les leviers favorisant le développement massif de solutions hydrogène en France.

Ces journées constituent un lieu d’échange privilégié entre acteurs et territoires mobilisés autour du développement de cette nouvelle énergie : l’hydrogène sera une composante essentielle pour la transition énergétique, la mobilité et le développement de filières industrielles durables et innovantes.

Un contexte favorable

Depuis plusieurs années, l’ensemble des acteurs du territoire, Grenoble-Alpes Métropole, le Département de l’Isère, l’AEPI (l’agence de développement économique de l’Isère), le pôle de compétitivité Tenerrdis dédié aux énergies renouvelables, le Commissariat à l’Energie Atomique et aux énergies alternatives, l’Université Grenoble Alpes et les entreprises du secteur travaillent de concert à la structuration d’une filière hydrogène à l’échelle de Rhône- Alpes.
L’Isère s’illustre à la fois par un tissu très dense d’industriels (PME et grands groupes) et de centres de recherche dans le secteur de l’hydrogène  et par un nombre croissant de réalisations :
• Le déploiement par Air Liquide d’une flotte de chariots élévateurs à hydrogène chez IKEA à Saint-Quentin Fallavier
• Le projet Themis (Ademe TITEC 2013) porté par Atawey et donnant lieu à un démonstrateur de stockage d’énergie par l’hydrogène pour sites isolés chez Air Liquide à Sassenage
• Le projet Hyway piloté par Tenerrdis grâce auquel 50 véhicules circulent déjà entre Lyon et Grenoble, constituant la plus importante flotte captive de véhicules électriques hydrogène en Europe.

D’ici la fin de l’année 2015, deux stations de recharge d’hydrogène seront installées en Isère.

Devant une telle concentration de projets et de réalisations qui concordent avec la mission de l’AFHYPAC : l’accès au marché de l’énergie hydrogène, le choix de la candidature conjointe du Département de l’Isère et de Grenoble- Alpes Métropole s’est imposé de façon naturelle.

A l’instar des journées de Cherbourg de juin dernier, ce rendez-vous placera les territoires français comme véritables moteurs du développement de l’hydrogène.

« Le potentiel de développement de la filière hydrogène, notamment sur le territoire de la Métropole grenobloise où elle est fortement représentée, en fait un acteur majeur au service de la transition écologique et énergétique.
Ses applications technologiques en matière de fabrication et de stockage d’électricité ou de mobilité électrique sont très prometteuses, susceptibles de générer la création de plus de 10 000 emplois en France dans les 10 ans.
La Métropole est en capacité d’accueillir sur son territoire tous les maillons de la filière hydrogène, de la R&D (Recherche et Développement) aux entreprises, en passant par les start-up.

C’est donc tout naturellement que Grenoble-Alpes Métropole soutient l’organisation de la 4e édition des Journées Hydrogène dans les territoires, rendez-vous incontournable des acteurs de la filière hydrogène. » a précisé Christophe Ferrari, Président de Grenoble-Alpes Métropole.

Le Département de l’Isère se mobilise pour la réussite de cet événement et confie son organisation à l’AEPI, dont il est le principal financeur et qui travaille depuis de nombreuses années sur la structuration de la filière hydrogène.
Elle en assure une promotion active à l’international.

« Le Département de l’Isère contribue ainsi à ce qui fait la force du modèle de développement économique isérois : les 4 piliers que sont l’industrie, la recherche, l’université et les collectivités publiques se sont organisés et constitués en véritable communauté professionnelle mettant l’innovation au coeur de ses préoccupations.
L’objectif est de couvrir 3 enjeux sociétaux majeurs : la société de l’information, la santé et les technologies du vivant et la transition énergétique et les énergies renouvelables.
En effet, l’importance du soutien politique, l’engagement et l’implication des collectivités locales ainsi que l’impulsion donnée par les financements publics permettent à la filière hydrogène de développer des projets économiquement viables (ex : véhicules, production d’hydrogène à partir d’ENR…) « 
complète Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.

Capitale des Alpes, située entre les Massifs du Vercors, de la Chartreuse, de Belledonne et de l’Oisans, aux confluences du Drac et de la Romanche et du Drac et de l’Isère, le territoire de Grenoble-Alpes Métropole s’étend sur 49 communes et compte près de 440 000 habitants.
Caractérisée par un écosystème industriel et de recherche qui a fait sa renommée au-delà des frontières, la Métropole grenobloise est largement ouverte sur le monde, avec lequel ses entreprises, ses universités, ses laboratoires de recherche échangent quotidiennement.

Deuxième pôle universitaire français après le pôle parisien, l’agglomération accueille des centres de recherches et laboratoires prestigieux (CEA, INRIA, CNRS, ESRF, Minatec), qui attirent des chercheurs du monde entier.

Grenoble-Alpes Métropole participe au démarrage et à la valorisation de projets structurants porteurs de création d’activité et d’emplois. Elle contribue également à la mise en réseau et à la promotion des acteurs de l’innovation, notamment à travers le développement des partenariats recherche-industrie-formation dans différents secteurs économiques dont la filière énergie.

Ce fut le cas récemment avec son engagement dans le projet Hyway, soutenu par l’ADEME, la Région Rhône-Alpes et l’Europe via les fonds Feder, et qui consiste en la mise en place de la plus grande flotte de véhicules hydrogène en Europe, à Grenoble et Lyon.

Les journées Hydrogène dans les territoires 2016 sont organisées par l’AFHYPAC, le Département de l’Isère et Grenoble-Alpes Métropole en partenariat avec le CEA et le Pôle de compétitivité Tenerrdis.

Catégorie Département de l'Isère, La Métro, recherche scientifiqueCommentaires fermés

Budget de la région: Biassu en fait son actu..

Le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes a adopté toute une série de mesures d’économies qui ont fait réagir Biassu..

1

Catégorie Biassu, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Irrigants de l’Isère

Assemblée Générale  de l’association des irrigants de l’Isère le :
Vendredi 12 février 2016 à partir de 13h30
Salle des Fêtes
112 chemin des Ecoles – 38 St Barthélémy de Beaurepaire

Ordre du jour :

13h30 : Émargement

14h00 :  Mot d’accueil par le président Franck DOUCET

14h30 : Rapport moral et d’activité année 2015, présentation des comptes .

15h30 : Présentation du site Internet

16h00 : Modalités de l’application de l’Organisme Unique pour 2017 (OUGC)

17h30 : Questions diverses

Pot de l’amitié

Catégorie agriculture, eauCommentaires fermés

Crédit Agricole Sud Rhône Alpes: résultats 2015 exceptionnels

C’est une tradition: les dirigeants du Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes, avec à leur tête le Président Jean Pierre Gaillard et le directeur Christian Rouchon, invitent la presse pour présenter les résultats  de l’année écoulée de la  » banque verte ».

20160128_131238

Le Président et le directeur tout heureux de préciser d’emblée que  » les comptes 2015 sont tout simplement exceptionnels. »

Le Président Gaillard :  » le Crédit Agricole Sud Rhône-alpes et la banque de tous: du particulier aux entreprises en passant par les agriculteurs, les coopératives, associations, jeunes, moins jeunes..Notre volonté est de rester une banque de proximité au service de notre territoire ».

À l’heure où les chiffres du chômage sont en hausse, où des banques annoncent des fermetures d’agence et où des entreprises sont contraintes de réduire leurs effectifs, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes s’affiche comme une banque régionale résolument optimiste qui croit en la valeur ajoutée de l’humain et en la force de la proximité.. »

Cela se traduit par un réseau d’agences de proximité en pleine métamorphose, la construction d’un nouveau siège social et le recrutement de 165 personnes en CDI pour pérenniser l’emploi et les compétences. L’activité 2015 a été tirée par les trois priorités que s’était fixée l’entreprise : le développement du fonds de commerce, la satisfaction des clients et le financement du territoire…

Christian Rouchon: « nous avons connu une activité commerciale exceptionnelle : notre fonds de commerce s’est développé plus vite que le marché, il a augmenté d’un nombre de clients équivalent à 95 % de l’accroissement de population de notre territoire, en Isère, Drôme, Ardèche et sur le Sud-Est lyonnais ».

Le crédit, moteur principal de cette croissance, a connu un rythme historique : l’habitat et l’ensemble des crédits progressent plus vite que le marché grâce à une posture de leader conquérant. Sur ce secteur, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes enregistre 27,1 % de parts de marché habitat et 26,3 % de parts de marché sur les autres crédits. Le financement des crédits est assuré par une épargne abondante sur le territoire, dont le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes capte près du quart des parts de marché (23,4 %).

Et cette dynamique autour de l’épargne est boostée par la progression de l’assurance-vie.

Compétences et expertises

Ces performances commerciales sont réalisées dans un contexte de profonde transformation sociétale.

En effet, le nouveau modèle de distribution est tourné vers plus de compétences et plus d’expertises : les conseillers sont spécialisés sur leurs métiers, les experts interviennent à la demande des clients. L’Agence et l’organisation commerciale prouvent la rénovation de la relation bancaire qui visent à créer de la valeur business et pour les clients.

Les Agences qui ont déjà été métamorphosées enregistrent un indice de recommandation client en hausse et de meilleures performances commerciales. Le projet de nouveaux processus vise maintenant à refondre les processus internes en vue de rendre un meilleur service aux clients. Pour cela, un effort constant est mené autour de la dématérialisation afin de fluidifier les échanges et dans un souci d’éco-responsabilité.

Un défi: l’entreprise cible le « zéro papier » d’ici à l’ouverture de son nouveau siège social sur la presqu’île de Grenoble.

La performance financière du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes reflète ces excellents résultats commerciaux. Le Produit net bancaire 2015 progresse de 3,5 % et atteint 433,9 millions d’euros. Le PNB Clientèle connaît une croissance annuelle de + 4,2 % en lien avec la dynamique de l’activité commerciale.

La composante Marge d’intermédiation est en forte augmentation (+ 9 %), du fait notamment de la progression de la marge d’intérêt. Avec 239,6 millions d’euros alloués aux charges de fonctionnement, la Caisse régionale prépare l’avenir par la transformation de son modèle de distribution avec la métamorphose immobilière de ses agences et le renforcement de ses effectifs. En réduction de 0,6 point à 55,2 %, le coefficient d’exploitation s’affiche à un niveau très compétitif et permet de dégager un Résultat brut d’Exploitation en hausse de 4,9 % sur un an.

Le taux de CDL sur encours reste stable au niveau extrêmement bas de 1,41 %. De même, le coût du risque crédit de la Caisse régionale reste sur des niveaux très faibles à 0,12 % des encours gérés.

Après prise en compte de l’impôt sur les sociétés, du résultat net sur immobilisations et de la dotation au FRBG, le résultat net social s’élève à 111,3 M€, en progression de 4 %.

Compte tenu des retraitements liés aux normes IFRS (réintégration des dotations au FRBG, dépréciation durable des titres, opération de couverture de taux, impôts différés) du résultat des Caisses locales et du fonds SRA Placement, le résultat net consolidé s’établit à 126,0 M€, en progression de +0,7 % par rapport à 2014.

Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Perspectives 2016

Pour 2016, les perspectives sont tout aussi optimistes : le lancement du prêt à taux zéro (PTZ) est réussi, le Crédit Agricole étant la première banque à le proposer ; le nouveau modèle de distribution s’installe et donne ses premiers résultats ; les trois priorités 2015, face à leurs réussites, ont été reconduites en 2016.


Rencontres économiques…

Plus de 500 personnes ont assisté aux rencontre économiques proposées par le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes et le Medef. Il faut dire que le thème qui servait de fil conducteur à ces rencontres d’actualité:  » Les perspectives économiques pour 2016 dans un contexte géostratégique perturbé. »

C’est Jean Paul Betbeze, économiste, auteur d ‘un livre document  » l’euro, un dessein inachevé » qui a attiré toute l’attention de l’auditoire réuni au musée de Grenoble.

 » La France connait une reprise, certes, mais celle ci peut être qualifiée de faible.. En tous cas inférieure à ses voisins allemands mais aussi espagnols, italiens..  » Et de rajouter: » l’inflation est faible, voire nulle.. le Crédit repart mais c’est compliqué d’investir.. »

Cela n’empêche, Pierre Streff, Président du Medef Isère  c’est voulu optimiste, offensif: » gardons le moral… »..lança t-il à l’auditoire composé de nombreux chefs d’entreprise..

Gilbert PRECZ

Catégorie territoiresCommentaires fermés

 » Le Métrocâble, nous y tenons »

 » Le projet Métrocâble Fontaine-St Martin le Vinoux verra le jour en 2021 ou au pire en 2022. Ce projet, nous y tenons et la consultation publique que nous avons mis en place nous conforte de cette décision ». C’est par ces mots que Christohe Ferrari, Président de la Métropole, accompagné de Marie josé Sala, vice présidente et Yann Mongaburu vice président et président de la SMTC a accueilli la presse.. Il s’agissait de donner les premières conclusions de la consultation publique qui s’est déroulée du 5 octobre au 13 novembre 2015.

La traversée de l’agglomération de Grenoble d’est en ouest  » est surtout intéressante pour relier les lignes de tram A,B,E, donc de favoriser, de développer l’intermodalité et le câble permettra de surmonter les obstacles que constituent les rivières, axes routiers et ferroviaires.. » Christophe Ferrari va même plus loin dans son raisonnement:  » nous anticipons sur l’avenir, à travers des opérations d’aménagement qui vont voir le jour sur Fontaine/Sassenage;, la presqu’ ile, le pont d’Oxford..On anticipe car les besoins de mobilité seront de plus en plus importants. »

La consultation préalable relative au Métrocâble a recueilli 800 contributions sous formes d’ateliers publics, de registres d’expression ou encore d ‘un outil de datavisualisation. Cette consultation n’a montré aucune réticence notoire. Elle permet même de dégager un consensus quant à la pertinence du projet proposé.

Sans titre 2

Le projet Métrocâble plait car il permet d’outrepasser les contraintes physiques mais son faible impact sur l’environnement, la rapidité de déplacement ont été appréciés..

Des réserves, souhaits, propositions, ont été également émis  » nous en tiendrons compte » a t-il été précisé  » d’autant plus qu’ils sont constructifs »…

20160128_115448La concertation préalable a aussi permis d’engager le débat, plus large, concernant le transport en commun, la problématique de congestion routière à laquelle est confrontée l’agglomération.. » Cette volonté de faire aboutir le projet Métrocâble ne nous empêche pas de poursuivre les réflexions sur les autres aménagements, oui le rondeau par exemple est prioritaire » a annoncé Christophe Ferrari.

Pour rappelle montant de l’investissement serait de l’ordre de 55 à 60 millions d’euros. Une participation du Département, de la Région, de l’Etat, de l’Union européenne est attendue.

La suite des opérations

Afin de partager le bilan de la concertation, d’échanger quant aux suite que la Métropole entend y donner ou encore de répondre aux nombreuses interrogations, formulées au cours de la concertation, une restitution sera organisée le 4 février prochain à 20heures au CRDP de Grenoble. Le centre Régional de la documentation pédagogique est situé 11 avenue du Général Champon, à Grenoble.

Calendrier:

- 2016: validation du programme et choix du maître d’oeuvre

- 2017: avant-projet sommaire

- 2018: enquête publique

- 2019: Déclaration d’utilité publique

- 2020/2021: travaux et mise en service

Gilbert PRECZ

Catégorie A la une, La MétroCommentaires fermés

Production de semences : Le Sud-Est une région accueillante pour toutes les espèces !

Philippe ROUX – Délégué régional Gnis Sud-Est – a dévoilé les chiffres régionaux pour la campagne 2014-2015 de la filière française des semences ainsi que les atouts semences de la région.

Delphine GUEY a, quant elle, réalisé un point sur les chiffres nationaux de la filière et les enjeux de cette dernière pour 2016.

Maïs, sorgho et tournesol : des hectares en progression constante depuis 5 ans !

La région Sud-Est, première région productrice de semences de Tournesols

(©: Gnis)

Grâce à la technicité de ses 2 510 agriculteurs-multiplicateurs et aux 926 104 quintaux de semences certifiées sur l’ensemble de la campagne 2014 – 2015, la production de semences de la région Gnis Sud-Est ne cesse de progresser depuis 5 ans.

« Bien que la récolte 2015 marque un recul par rapport à 2014, année record, cette progression sur 5 ans est remarquable et est notamment due aux investissements des entreprises de la région. Ce constat confirme ainsi que la région est accueillante pour toutes les espèces ! » explique Philippe ROUX. En effet, depuis 5 ans, les surfaces de production de semences de maïs ont augmenté de 45%.

Le sorgho a vu les siennes s’accroître de 83 % et celles en tournesol se sont stabilisées. La région Sud-Est demeurant, par ailleurs, la première région française productrice de semences de tournesol.

Cette réussite locale, liée en grande partie à l’augmentation des exportations de semences, est le fruit du travail des 14 entreprises créatrices de nouvelles variétés.

A ce savoir-faire, s’ajoute également un maillage conséquent d’acteurs sur l’ensemble de la région Gnis Sud-Est. 18 stations de recherche et des agriculteurs producteurs de plants tiennent, ainsi, une place importante sur le territoire. Concernant ces derniers, 10 sont spécialisés en ail et échalote, 46 en plants de légumes et 30 en lavande et lavandin.

Catégorie céréalesCommentaires fermés

En décembre 2015, les prix agricoles à la production baissent (-1,4 %)

En décembre 2015, les prix agricoles à la production reculent de nouveau par rapport au mois précédent (-1,4 % après -0,7 %). Sur un an, ils baissent également (-1,5 %).

Repli en décembre des prix des céréales, des oléagineux et des vins

Les prix des céréales diminuent en décembre (-3,1 %) après deux mois de hausse. Ce recul traduirait un alignement à la baisse des prix sur la concurrence internationale, en partie sous l’effet de l’appréciation de l’euro et dans le contexte d’une offre mondiale très abondante pour le blé tendre.

Prix de production des céréales

Le prix des oléagineux décroît modérément, sous l’impact de deux effets contraires : d’une part, la chute du cours du pétrole se propage aux prix des substituts à base d’oléagineux, dont le colza ; de l’autre, les disponibilités mondiales restreintes en colza soutiennent son prix.

Les prix des vins baissent un peu en décembre (-0,4 % ; +0,7 % sur un an). La production globale de vins en 2015 est très légèrement supérieure à celle de 2014.

Rebond du prix des pommes de terre

Par rapport à décembre 2014, le prix des pommes de terre s’accroît de près de 90 %. La récolte 2015 est au niveau de sa moyenne de longue période alors que la précédente avait été pléthorique.

Sur un an, les prix des légumes chutent et ceux des fruits augmentent un peu

En décembre 2015, les prix des légumes frais baissent nettement par rapport à décembre 2014 (-15,5 %).

Le temps doux a favorisé la pousse des légumes de plein air (salades, choux-fleurs), précipitant leurs récoltes.

Prix de production des légumes frais

Prix de production des légumes frais

En revanche, les prix des fruits frais augmentent un peu sur douze mois (+2,1 %). Les stocks de pommes sont élevés mais ils s’écoulent facilement à l’exportation. La production de clémentines en Corse est moins abondante que les années précédentes.

Quasi-stabilité globale du prix des animaux

En données corrigées des variations saisonnières, le prix des animaux est quasi stable en décembre (-0,1 %). Le prix du porc se redresse quelque peu (+2,4 %) mais son niveau reste bas, sous l’effet d’une offre excédentaire et de la concurrence européenne. Le prix des gros bovins s’effrite (-3,1 % sur les trois derniers mois) en raison d’une consommation atone.

Prix de production des porcins et des gros bovins

Prix de production des porcins et des gros bovins

Le prix des œufs s’érode également (-5,3 % depuis trois mois) : la consommation est stable tandis que la production progresse régulièrement depuis la mise aux normes des poulaillers il y a deux ans. La baisse du prix du lait en 2015 (-8,3 % sur un an) traduit une offre excédentaire : les débouchés à l’exportation sont réduits par l’embargo russe et une demande chinoise en retrait.

Prix de production des céréales

Le prix d’achat des moyens de production diminue en décembre

En décembre 2015, les prix des consommations intermédiaires baissent par rapport au mois précédent (-1,0 %) du fait de la chute des prix de l’énergie (-7,9 %). Sur un an, ils diminuent aussi, de 1,7 %, surtout du fait de l’énergie moins chère (-13,7 %).

Les prix des biens d’investissement sont quasi stables (+0,2 %). Sur un an, ils augmentent de 0,9 %, tirés par la hausse du prix du matériel (+1,3 %).

Prix d’achat des moyens de production agricole

Prix d'achat des moyens de production agricole

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Vendredi 5 février: LA FILIERE NOIX

Rencontre de la section régionale de l’Association Française de Droit Rural dont le thème central est la filière noix.

Ceux qui ne souhaitent participer qu’à la matinée devront s’acquitter de frais de participation de 3,5 euros.

LA FILIERE AGRICOLE DE LA NOIX

Vendredi 5 février 2016

« Maison du Pays de la Noix »

705, route de Grenoble

38470 VINAY

9 h 15 : Accueil des participants

Visite libre du Musée de la Noix

9 H 30  à  12 H 30 : exposés thématiques

– L’AOC « NOIX de GRENOBLE » : origine, réglementation et gestion de l’appellation

– La culture du noyer : plantation et entretien

– Exploitation en faire-valoir direct ou avec bail : clauses particulières des fermages, voire des métayages pour les vergers de noyers.

– Récolte et commercialisation des noix : mécanisation, séchage, calibrage, conditionnement, conservation, stockage . . . etc . . .

– Avenir du noyer et de la noix, en zone d’appellation.

12 H 30  à  14 H : déjeuner

Repas en commun au Restaurant « l’ Atalante » de VINAY, à 300 mètres du « Grand Séchoir ».

14 H 00 à 14 H 30 : assemblée générale statutaire de l’AFDR Rhône-Alpes

15 H 00 à 16 H 30 : Visite commentée d’un moulin à huile de noix

chez Monsieur AGERON, « Domaine du Pressoir » 617 Chemin des Rez – 38470 ROVON

Visite gratuite et commentée par le propriétaire : découverte de toutes les étapes de la fabrication artisanale de l’huile de noix.

Droits d’inscription : 26 Euros – Inscription obligatoire – Nombre de places limité

Inscription et contact:

AFDR Section Rhône-Alpes

Me François ROBBE

223 rue Charles Germain

69400 Villefranche-sur-Saône

avocat.robbe@axiojuris.com

Catégorie agriculture, enseignement-formation, nucicultureCommentaires fermés

Débattez avec vos députés européens sur l’agriculture biologique de demain

Le Bureau d’information du Parlement européen à Marseille organise un débat citoyen sur l’agriculture biologique le 8 février à Aubenas.

A

Cette conférence-débat ouverte à tous est l’occasion de vous informer et de débattre directement avec vos députés européens du règlement sur l’agriculture biologique en cours de révision au niveau européen, et qui concernera les produits bio du territoire.

Demain, l’Union européenne sera-t-elle capable de répondre à la demande croissante de produits biologiques en Europe? Quelle forme d’agriculture durable, plus respectueuse de l’environnement, peut être dessinée pour l’avenir? La politique agricole commune peut-elle répondre à ces attentes? Autant de questions et bien d’autres que vous pourrez directement poser aux orateurs de ce débat.

Avec la participation et les réponses de :

· Éric Andrieu, rapporteur pour le Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen sur la nouvelle réglementation européenne en discussion

· Michel Dantin, Groupe du Parti Populaire Européen (Démocrates-Chrétiens)

· Michèle Rivasi, Groupe des Verts/Alliance libre européenne

et David Peyremorte, agriculteur bio drômois, membre du réseau CORABIO

Entrée libre/gratuite

N’hésitez-pas à transférer ce courriel à toute structure ou personne pouvant être intéressée

Le Bureau d’information du Parlement européen à Marseille organise ce débat citoyen sur l’agriculture biologique en partenariat avec la ville d’Aubenas, la Coordination Rhône-Alpes de l’Agriculture Biologique (CORABIO) et les associations qu’elle fédère, notamment Agri Bio Ardèche et Agribiodrôme et le Centre d’information Europe Direct Sud Rhône-Alpes.

Programme

- 17h30 – 18h00 : Accueil et enregistrement des participants

- 18h00 - 20h00 : Débat citoyen

- 20h00 – 21h30 : Échanges informels autour du verre de l’amitié

Date: Lundi 8 février 2016 à 18h

Adresse: Espace Lienhart, 50 Chemin de Ripotier 07200 Aubenas
Salle accessible aux personnes à mobilité réduite

Plus d’informations et inscriptions souhaitées sur notre page Internet: http://sudest.europarl.fr/fr/activites_sudest/nos_activites/aubenas_08022016.html

Catégorie Union européenne, agriculture, bioCommentaires fermés

Une réunion entre paysans pour parler du lait

La confédération Paysanne de l’Isère communique:

Une réunion entre paysans pour parler du lait le 9 février 2016

La Confédération paysanne souhaite réunir le plus grand nombre de paysannes et paysans autour de différents témoignages (coopératives de Yenne et/ou des Entremonts, adhérents de Biolait et Sodiaal) pour réfléchir ensemble aux solutions à faire naître pour reprendre en main la destinée de nos productions laitières.

Nous voulons que cette réunion permette à chacun et chacune de s’exprimer sur les choix qu’il/elle a faits, leurs atouts et contraintes, sans jugement. Et que l’interconnaissance fasse naître des idées, des envies, des espoirs.Nous considérons que cette crise laitière est structurelle et non pas conjoncturelle et que le saupoudrage financier étatique n’apporte qu’un répit.Si les solutions ne viennent pas d’en haut, elles seront à faire pousser localement.


Nous vous donnons donc rendez-vous le mardi 9 février à 10h à la salle des fêtes des Echelles. La réunion (témoignages et discussion) sera agrémentée d’un buffet offert par la conf’.

Intervenants :

-Régis Damian (Coop de Yenne)
-Gilles et Isabelle Costa-Roch (Biolait)
-Jean-Claude Roux-Sibillon (Sodiaal + transformation à la ferme)

Programme :

10 h : Accueil et tour de table Témoignages avec : -Régis Damian, du CA de la Coop de Yenne -Gilles et Isabelle Costa-Roch, éleveurs adhérents à Biolait -Jean-Claude Roux-Sibillon, adhérent de Sodiaal et transformateur à la ferme
Temps d’échange avec la salle

13 h : Buffet offert par la Conf’ Isère

14h : Suites à donner

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

janvier 2016
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+