Catégorie | apiculture

Miel des Ecrins

Pour bénéficier de la marque Esprit Parc national, les producteurs de miel et de produits de la ruche des Écrins sont invités à déposer leur candidature d’ici le 20 février.

1

Cinq apiculteurs des Ecrins bénéficient déjà de la marque Esprit parc national pour onze miels et produits de la ruche.

Créé en 2015, la marque « Esprit Parc national » est commune aux acteurs économiques des dix Parcs nationaux français. Cette marque collective est conçue pour soutenir et valoriser les activités économiques, touristiques et agricoles s’inscrivant dans le respect et la valorisation des patrimoines locaux des Parcs nationaux.

Le Parc national des Écrins propose un deuxième appel à candidature pour les miels et autres produits de la ruche.

Il concerne les exploitations agricoles à titre principal ou secondaire, les cotisants solidaires et les apiculteurs amateurs produisant du miel et des produits dérivés de la ruche tels que : la gelée royale, la propolis, la cire d’abeilles.

Parmi les critères, on notera que les ruches doivent être situées dans le cœur ou dans l’aire d’adhésion du Parc national des Écrins, au minimum pendant la période de miellée. De plus, la production doit être issue de fleurs sauvages ou de fleurs cultivées « patrimoniales » du Parc national.

Tous les détails et dossiers de candidature à télécharger sur le site internet du Parc national des Écrins
http://www.ecrins-parcnational.fr/actualite/miel-ecrins-appel-candidature-marque

Contact, renseignements
Marion Digier, Chargé de mission agriculture et marque

Parc national des Écrins
Tél : 04 92 40 20 20
candidature.marque@ecrins-parcnational.fr

2

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8494 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

janvier 2016
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+