Archive | 11 février 2016

Baisse immédiate des cotisations sociales

Lors de son allocution télévisée de ce soir 11 février, le Président de la République François Hollande a annoncé une « baisse des cotisations sociales immédiate pour l’ensemble des agriculteurs ».

Le président a en effet déclaré que « le Premier ministre va annoncer avant le 17 février une nouvelle baisse des cotisations sociales, tout de suite, pour l’ensemble des agriculteurs ». Evoquant ces cotisations, François Hollande a ajouté « elles vont baisser, on [les] a déjà fait baisser ».

Dans son intervention télévisée, le Président a par ailleurs déclaré : « Il faut qu’il y ait un plan européen sur le stockage, qu’on puisse agir sur l’embargo russe ».

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Influenza aviaire

Afin d’éradiquer le virus d’influenza aviaire hautement pathogène et afin de recouvrer et maintenir le statut indemne de la France, le Ministre de l’agriculture a mis en place, le 14 janvier dernier, en accord avec les professionnels du secteur, une stratégie ambitieuse au sein de la zone de production de palmipèdes du grand sud-ouest de la France.

Cette stratégie repose sur le principe de dépeuplement progressif de la zone, réduction progressive des populations de volailles s’étalant du 18 janvier 2016 au 2 mai 2016, de mise en place d’un vide sanitaire global, de repeuplement sous des conditions satisfaisantes de biosécurité, puis de maintien dans le temps d’un niveau de prévention et de protection des élevages de l’ensemble du territoire national.

Dans ce cadre, deux arrêtés ont été publiés ce jour. Le premier complète les conditions de mise en œuvre des phases de dépeuplement, de vide sanitaire et de repeuplement, ainsi que les conditions dans lesquelles la zone de restriction pourra être levée. Ainsi, la remise en place d’animaux en zone assainie se fera avec l’obligation de tests de dépistages des animaux et de mesures de biosécurité adaptées.

Le second arrêté rend obligatoire l’adoption de mesures de biosécurité pérennes, indispensables à la protection sanitaire durable des élevages de volailles sur tout le territoire. Il entrera en application le 1er juillet 2016 et impose ainsi pour chaque unité de production des mesures adaptées à chaque type d’élevage.
Afin de s’adapter aux spécificités des différents types d’élevage et en concertation avec les professionnels, l’arrêté s’appuiera sur des cahiers des charges professionnels.

Comme décidé lors de la réunion du 26 janvier entre le Ministre et l’ensemble de la profession de la filière volaille, la rédaction de cet arrêté a fait l’objet de plusieurs réunions techniques entre les services de la Direction générale de l’alimentation et les professionnels afin qu’il soit adapté à toutes les situations et spécificités des élevages présents sur le territoire national : type de volailles élevées, petite ou grande exploitation, exploitation d’animaux sous signe de qualité (label rouge par exemple) ou non.

Stéphane LE FOLL rappelle l’importance de la mise en œuvre concrète de cette stratégie d’éradication indispensable à la pérennité de la filière et au renforcement de la confiance aux niveaux européen et international.

Les arrêtés à consulter

Catégorie élevageCommentaires fermés

La bioéconomie, nouvelle vision du vivant

Agriculture, forêt, agroalimentaire, chimie du végétal…la bioéconomie est à la croisée de plusieurs secteurs d’activité qui traitent la biomasse. Innovante et verte, elle est une nouvelle manière de regarder l’économie. Petit tour d’horizon

La bioéconomie, késako?

C’est l’ensemble des activités économiques fondées sur la matière organique, c’est-à-dire les végétaux et les animaux, qu’ils soient marins ou terrestres.

Cette économie c’est le rassemblement de la production, de la transformation de la matière organique et des déchets qui en sont issus. La bioéconomie a donc un caractère renouvelable  : la matière organique peut être produite en continu grâce à la photosynthèse. Et de ce fait la bioéconomie s’inscrit dans le cadre de l’économie verte, c’est-à-dire une économie respectueuse de l’environnement et qui utilise de façon plus efficiente les ressources naturelles.

Elle est à l’intersection d’autres ensembles d’activités et elle offre des débouchées nouveaux aux secteurs primaires.

La bioéconomie regroupe plusieurs activités :

  • La production de bioressources rassemble les productions des ressources végétales et animales. Elle regroupe les secteurs de l’agriculture, la sylviculture, l’aquaculture et la pêche. A titre d’exemple, la production de lait de vache, de bois énergie ou d’algues entre dans la catégorie de production de bioressources.
  • L’agroalimentaire correspond à la transformation des produits que l’on peut consommer, comme la fabrication de fromage, de charcuterie, de plats cuisinés..
  • Les produits biosourcés sont des produits fabriqués à partir de sources végétales ou animales pour des usages en tant que matériaux ou dans la chimie. Des matériaux biosourcés comme le bois sont utilisés pour la construction ou encore le chanvre qui entre désormais dans la composition de certains bétons ou de matériaux isolants. La chimie du végétal permet de transformer la matière végétale en molécules utilisées pour fabriquer des plastiques, des emballages, des fibres textiles, des sacs plastiques, des pièces de véhicules, des peintures, des lubrifiants…
  • La valorisation des déchets organiques englobe notamment le compostage des déchets verts ou l’utilisation des effluents issus de l’élevage, pour la production d’énergie ou comme fertilisant pour les sols. Cette valorisation a pour but de donner une nouvelle vie au carbone organique et de limiter le recours à d’autres ressources.
  • Les bioénergies visent l’utilisation de l’énergie stockée dans la biomasse. Les bioénergies comprennent l’énergie qui vient de la combustion de matière comme le bois. La méthanisation est un autre procédé valorisant les déchets biologiques : ils sont stockés puis le carbone est transformé en gaz qui est ensuite brûlé pour produire de l’énergie. Le biocarburant est une autre forme de bioénergie où les matières végétales sont transformées en carburant pour alimenter les moteurs à combustion. Le bioéthanol est ainsi fabriqué à partir de céréales ou de betterave à sucre, et le biodiesel avec des oléagineux comment le colza.

Quels sont les enjeux de la bioéconomie ?

Aujourd’hui, la bioéconomie répond à des enjeux majeurs dans un monde où la démographie mondiale croît fortement, où l’épuisement de certaines matières fossiles comme le pétrole se dessine, et où le réchauffement climatique met en danger la production de matières premières. Face à ces différents enjeux, le développement de la bioéconomie est porteur de solutions : elle est en effet à la source de toute notre alimentation et elle peut remplacer des produits jusque-là issus des ressources fossiles.

Mais la bioéconomie doit pouvoir répondre de manière coordonnée à ces différents enjeux et elle doit dans le même temps s’assurer que les milieux naturels dans lesquels elle se développe soient préservés. Seul le rassemblement des secteurs par le biais de la bioéconomie peut apporter des réponses aux enjeux de la sécurité alimentaire, de la réductions des gaz à effets de serre, tout en assurant la prospérité économique.

Dans ce contexte, la France et l’Union européenne s’organisent pour préparer l’avenir et mettent en place des politiques publiques qui soutiennent le développement d’une bioéconomie équilibrée.

La Commission européenne a lancé en 2012 une stratégie dédiée à la bioéconomie avec notamment un partenariat public-privé appelé « bio-based industry » qu’elle finance à hauteur d’un milliard d’euros. De son côté, la France a décidé d’élaborer une stratégie nationale bioéconomie, avec pour objectifs de mieux coordonner ses politiques publiques, de créer des connexions entre les secteurs, de générer des projets à l’échelle des territoires et de renforcer la soutenabilité des productions.

La bioéconomie offre une nouvelle vision, plus intégrée de la production et de la valorisation de la biomasse, où la gestion des ressources et l’optimisation de leurs utilisations est un point crucial. Elle devient ainsi une réponse aux défis de demain.

Catégorie agriculture, bioCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

février 2016
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
29  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+