Archive | 20 février 2016

ASLGF Alpes sud Isère : une progression qui s’affirme de jour en jour !

L’assemblée générale de l’Association libre de gestion forestière, l’ASLGF Alpes sud Isère s’est déroulée à St Martin de Clelles en présence de nombreux adhérents, personnalités de la filière bois et élus.

Patrick Chion, président de l’ASLGF a noté:  » la progression de plus en plus marquée de l’Association Syndicale au niveau du département,  celle ci  a été fondée en Octobre 2013 et regroupe à ce jour 82 propriétaires pour une surface de 646 ha englobant non seulement le Trièves mais à terme le Beaumont et la Matheysine et certaines communes de la METRO du Sud-Grenoblois.

Patrick Chion présente l'excellente progression de l'ASLGF Alpes sud Isère. Il est entouré d'Henri Gras, président de l'UGDFI et Fabien Mulyck vide Président du Conseil Départemental en charge de la forêt

Patrick Chion présente l'excellente progression de l'ASLGF Alpes sud Isère. Il est entouré d'Henri Gras, président de l'UGDFI et Fabien Mulyck vide Président du Conseil Départemental en charge de la forêt

Ce résultat, cette forte progression et ce dynamisme sont tout simplement remarquables mais ce n’est pas une fin en soi puisque  » l’objectif est d’atteindre 1000 ha voire 1500 ha, ce qui permettra le cas échéant le regroupement de la plupart des opérations forestières et notamment la  vente du bois par lots auprès des acheteurs et scieurs locaux. »

Rémi Mallein, technicien a précisé pour sa part que que le montage du PSG collectif est  déjà commencé sur 248 parcelles de 262 ha et sera poursuivi en 2016 sur une surface de 337 ha. Une première tranche devrait être soumise au CRPF pour agrément dans le courant de l’été.

Autre activité supervisée par ses soins : les coupes d’amélioration réalisées en 2015, l’une sur la commune du Gua pour environ 500 m3 regroupant 4 propriétaires  et  l’autre sur Monestier-de -Clermont pour un volume de 120 m3. Sur ce point le technicien précise que la concentration des chantiers est un des objectifs majeurs de l’Association car cela aboutit automatiquement à une commercialisation optimisée des bois.

Pour 2016 sont prévues 12 coupes d’amélioration dans des parcelles de  résineux et feuillus pour un total de 1700 m3.

Il faut rappeler que le bois en sud Isère est composée à 80% de bois d’oeuvre..

Mathieu Rivéro  technicien forestier représentant le CRPF sur le secteur du Trièves a précisé à l’assistance  le champ d’intervention du CRPF, à savoir la gouvernance du secteur forestier privé via les PSG et la formation des sylviculteurs. Le technicien rappelle au passage que tout PSG est obligatoire à partir de 25 ha avec soumission pour avis au CRPF.

Henri Gras, président de l’Union des groupements de développement forestier de l’Isère a tenu a bien cadrer les choses au niveau de l’assurance: «   toute parcelle forestière doit être assurée. Actuellement, l’assureur, via la cotisation à l’AFTBM, est AVIVA (responsabilité civile, défense recours….). De ce fait, les déclarations de sinistre doivent être transmises directement à l’AFTBM et non directement à l’assureur. »

Sans titre3

Eric BERNARD, Président du volet Filière Forêt Bois du PSADER Alpes Sud Isère a indiqué que les objectifs actuels de l’Association corroborent positivement ceux de la Charte Forestière du Trièves.

Fabien Mulyck, vice Président du Conseil Départemental en charge de la forêt a rappelé la volonté du Département de soutenir, de développer l’activité de la filière bois de l’Isère,  » celle de l’ASLGF Alpes sud Isère entre bien dans ces objectifs.. Je suis très satisfait de  constater la montée en puissance de l’Association, je suis  tout à fait favorable à son extension, notamment  aux secteurs de la Matheysine et du Beaumont. » a t-il conclu.

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

février 2016
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
29  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+