Archive | 25 février 2016

Croire pour vivre

Ceux qui ont assisté à l’anniversaire des 70 ans de L’Exploitant Agricole de Saône-et-Loire, ont tous été bouleversés par le film projeté en début de soirée et consacré à Edgard Pisani et à son parcours. Ce magnifique film se terminait par quelques mots profonds… « Il faut croire pour vivre »… Ces mêmes mots qui sont aujourd’hui le titre de l’ouvrage qui est consacré à celui qui, à 97 ans, demeure l’un des derniers grands hommes d’Etat qu’ait connu notre pays.

« Croire pour vivre » est un recueil de courtes réflexions écrites par celui qui s’attache à rappeler, en même temps que son amour profond pour la France, les valeurs fondamentales de notre démocratie, sur lesquelles un monde nouveau est à bâtir.

Au travers de six chapitres – Politique, Institutions, Europe, Économie, Société et Éducation -, l’auteur analyse cette tension entre la crise que nous vivons et le projet à inventer : qu’est-ce que la démocratie ? Comment éviter la professionnalisation de la communication politique ? Comment restaurer le sens, la morale, le courage ?

Autant de questions et de réflexions qui ne peuvent nous laisser indifférents dans notre démocratie bien malade… Pédagogue passionné, Edgard Pisani prend acte des changements inéluctables et plaide pour une nécessaire évolution des institutions, des habitudes sociales, qui préserve l’unité de la nation, le rôle de la France dans le monde, et place au cœur de ses préoccupations la dignité de tout homme.

Il émane de ces maximes une vision humaniste et généreuse, une impression de sagesse, de sérénité et d’optimisme qui sont autant d’encouragements pour tout lecteur soucieux de jouer sa partition dans l’avenir à construire.

zoom

Le livre « Croire pour vivre » est en vente au prix de 16 €TTC (format : 140 x 140, 126 pages ; ISBN: 978-2-36452-007-4) dans toutes les librairies

Catégorie bibliothèqueCommentaires fermés

Nouveau glissement de terrain sur la route du Chambon – RS 1091

Dans cette période d’intempéries hivernales, un glissement de talus surplombant la route de secours 1091 s’est produit jeudi 25 février 2016 en début de soirée.
Les géologues dépêchés immédiatement sur place ont évalué à près de 2000 m3 les volumes de terrains en mouvement.
Dans ces conditions, pour des raisons de sécurité et du fait notamment du risque de rupture brutale des filets de protection, la route restera fermée vendredi matin, le temps d’analyser les risques et d’engager les travaux dès le lever du jour.

Malheureusement, tout ceci relève de l’exploitation classique d’une route de montagne, comme ce fut le cas dans les Gorges de La Bourne ces dernières semaines. Un point sera fait au plus tôt dans la journée sur les perspectives de ré-ouverture de la route de secours

Catégorie Département de l'Isère, transportCommentaires fermés

Venez goûter l’Isère au Salon de l’Agriculture à Paris

Salon International de l’Agriculture, du 27 février au 6 mars

La Chambre d’agriculture et le Département de l’Isère s’associent pour présenter les productions de qualité et les atouts touristiques de l’Isère pendant deux jours sur l’espace Auvergne Rhône Alpes (hall des régions). Ce sera les dimanche 28 et lundi 29 février.

- découvrez la Noix de Grenoble, cassage et pressée d’huile de noix,
- dégustez la Vercouline : le Bleu du Vercors Sassenage fondu,
- appréciez les Vins de l’Isère lors de dégustations et
- régalez-vous avec le Saint-Marcellin, récemment labellisé IGP, le beurre truffé de l’Isère..

Un Maître Restaurateur de l’Isère vous fera partager sa passion de nos produits isérois par
des dégustations d’amuse-bouches réalisés par ses soins.

Enfin, Isère Tourisme et Gîtes de France vous feront découvrir l’Isère touristique à
travers ses paysages et ses offres d’hébergement et des jeux concours vous attendent.

Concours Général Agricole
Le Salon de l’Agriculture, ce sont aussi des éleveurs, des producteurs et des artisans isérois fiers de leurs produits et de leurs animaux qui participent au Concours Général Agricole.

Les éleveurs :
Race Hérens : Idelon Bernard (Izeron),
Race Montbéliarde : EARL de Ternan (Gillonnay), GAEC de Sarapin (Panissage), GAEC du Dauphiné (Janneyrias),
Race Prim’Holstein : GAEC de Flévin (Champier),
Race Tarentaise : EARL de la Petite Forêt (Artas),
Race Charollais (ovins) : La Ferme Antonine (St Antoine l’Abbaye).

3 élevages présenteront des animaux en race bovine Villard de Lans : Lionel Gaillard (Méaudre), Laurence Gaillard (Corrençon) et le GAEC des Verts Sapins (Autrans).

Les produits fermiers :
• Yann Bresson (Lancey) pour son miel,
• le GAEC des Essarts (Plan) pour ses faisselles, Saint Marcellin et St Félicien,
• le GAEC Normand (Villard St Christophe) pour sa tomme du Grand Serre,
• le GAEC Ferme du Pic St Michel (Villard de Lans) pour sa bûche cendrée,
• la Ferme du Rival (Sardieu) pour sa charcuterie,
• le GAEC de Riquetière (L’Albenc) pour son huile de noix.
• l’EARL Noël Martin (St Chef), le Domaine Meunier (Sermerieu) et Chevalier Bayard (Pontcharra) en IGP
Vins de l’Isère
• René Julien, Marc Portaz (Chapareillan) et Chevalier Bayard en AOP Savoie

Les produits artisanaux :
• Produits laitiers : l’Etoile du Vercors (St Just de Claix) et la Fromagerie du Dauphiné (Têche)
• Liqueurs : Bigallet (Virieu), Cherry Rocher (Bourgoin Jallieu) et la Distillerie de Pied Menu (Beaurepaire)
• Viande : Boucherie au Boeuf Charolais (Grenoble)


Catégorie Département de l'Isère, agriculture, foires/salons, région Auvergne Rhône-Alpes, terroirs/gastronomie, tourismeCommentaires fermés

LE VERCORS AU SALON INTERNATIONAL DE L’AGRICULTURE

Du 27 février au 06 mars 2016, le Vercors s’installe au Salon International de l’Agriculture.
Au programme : découverte de la race de vache locale, dégustation de produits du terroir mais aussi des rencontres avec ceux qui font toute la richesse de ce territoire, véritable réserve de savoir-faire située au cœur d’un Parc Naturel hors du commun.

PAVILLON 1 - ALLÉE L – STAND 054

LES GRAINES D’ÉLEVEURS DU VERCORS
1
Une journée à la découverte de la plus grande ferme de France – le 27 février 2016.

Ils sont 13 « graines d’éleveurs », de 9 fermes du Vercors à prendre le chemin du Salon International de l’Agriculture le samedi 27 février. Agés de 6 à 15 ans, filles ou garçons, tous ont en commun cette passion de l’élevage.  Depuis leur plus jeune âge, ils participent avec enthousiasme aux événements festifs du territoire. Ces rendez-vous sont pour eux l’occasion de défiler sur les rings de présentation avec les veaux, génisses ou autres animaux qu’ils ont dressé ou préparé durant de longues semaines.

La filière du Bleu du Vercors Sassenage souhaitait les remercier pour leur investissement et les encourager dans l’accomplissement de leur passion en les invitant sur le salon. Au programme de cette journée : visite guidée du salon et découverte du stand Vercors, partage d’un repas à la cantine des éleveurs pour s’imprégner de l’enthousiasme général et en temps fort : présentation de chacun d’entre eux sur le grand ring par le collectif Vercors avec en écho, diaporama sur grand écran de ces graines d’éleveurs immergés dans leur environnement.

Brillants, ils s’épanouissent à l’école, dans leurs loisirs et à la ferme… ils sont la fierté de leurs parents, de l’agriculture et de tout le territoire du Vercors.

AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN VERCORS

1 agriculteur sur 5 engagé dans le bio (23% des exploitations).

Fournir à l’homme et à l’animal des aliments sains, de composition nutritionnelle équilibrée et sans résidus toxiques, c’est le challenge relevé par une majorité d’agriculteurs du Vercors. C’est pourquoi, l’agriculture biologique est très présente sur le territoire : 23 %  des exploitations ont la qualification AB alors que cette moyenne est de 3,7 % au plan national et 5 % dans la zone de montagne française. Presque un quart (22%) de la surface agricole du territoire du Vercors est classée AB.

Toutes les productions sont concernées. Pour la production laitière, 30 élevages soit 20 % du total des exploitations produisent du lait bio. L’agriculture du Vercors se caractérise par une grande proportion de surface en herbe (+ de 80%). Les méthodes de production sont restées traditionnelles (élevage extensif, pâturage, récolte de foin). Cela explique que plus d’un agriculteur sur cinq ait décidé de s’engager dans l’agriculture biologique.

UN PRODUIT STAR: LE BLEU DU VERCORS SASSENAGE.

Plus petite AOC fromagère (lait de vache) de France.

Fabriqué depuis le Moyen-Âge, le Bleu du Vercors est intimement lié à l’histoire du territoire et à ses traditions. Durant de longues années, le Seigneur de Sassenage s’octroya même un droit exclusif sur ce délicieux fromage en le collectant comme impôt et lui donnant par la même occasion son nom. Ce n’est qu’en 1338 qu’il autorisa pour la première fois sa commercialisation. Sa fabrication traditionnelle à la ferme se maintient jusqu’au début du 20ème siècle mais est peu à peu abandonnée à partir des années 1920. Sa production fermière n’est reprise que bien des années plus tard par une famille de Villard de Lans. La coopérative Vercors Lait, dernière coopérative fromagère de l’Isère perpétue également cette tradition et fabrique plus de 300 tonnes de Bleu du Vercors-Sassenage par an.

UNE RACE EMBLÉMATIQUE: LA VILLARDE

Vache endémique du Vercors

Véritable mémoire du patrimoine biologique, historique et culturel du Vercors, la Villarde a bien failli disparaître après la Seconde Guerre Mondiale. Dans les années 70 ne subsistaient que quelques dizaines d’animaux de « pure » race !

C’est en 1976, à l’initiative de l’administration, que furent entreprises les premières actions de conservation de la race en collaboration avec une poignée d’éleveurs motivés. La race fut ainsi sauvée « in extremis ». Depuis cette date, de nouveaux éleveurs se sont succédés pour conserver cette race à robe couleur froment qui fournit (avec la Montbéliarde et l’Abondance) le lait pour la fabrication de l’AOP Bleu du Vercors-Sassenage dont la production est circonscrite au seul périmètre du Parc Naturel Régional du Vercors.

LES RENDEZ-VOUS SUR LE SALON :

Mardi 1er et mercredi 2 mars : fabrication de Bleu du Vercors-Sassenage sur le stand Vercors
Jeudi 4 mars : rencontre de producteurs AB avec dégustation de produits

Catégorie A la une, Communauté de Communes du Massif du Vercors, bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

Origine des viandes: Pétition pour un étiquetage obligatoire

Alors que plus d’un produit transformé sur deux (54% source UFC-Que Choisir) ne mentionne
toujours pas le pays d’origine de la viande qu’il contient, l’UFC-Que Choisir, la FNSEA et ses
associations spécialisées, Jeunes Agriculteurs et Coop de France, lassés de l’inaction des pouvoirs
publics européens, ont décidé d’unir leurs voix et leurs forces à l’occasion du Salon de
l’Agriculture.

L’objectif commun est clairement affiché : accroître la pression sur l’Union européenne en lançant
une pétition en ligne ouverte à tous pour un étiquetage obligatoire de l’origine des viandes.

Les consommateurs réclament une information claire sur la provenance des produits qui leur sont
proposés. Les producteurs agricoles et les coopératives ont aussi la volonté de mieux faire
connaître l’origine de leurs produits. C’est une information loyale que nous devons donner aux
consommateurs.

Ensemble, nous demandons à la Commission l’adoption sans délai d’une réglementation
permettant au consommateur de connaître la provenance de la viande dans les produits
transformés, comme pour la viande crue.

Parce que cette mesure est essentielle pour renforcer la transparence des approvisionnements et
améliorer la traçabilité, dites avec nous : «Oui, je veux savoir d’où vient ma viande !»
—————————
L’UFC-Que Choisir, la FNSEA*, les Jeunes agriculteurs et Coop de France lancent donc un appel à la
mobilisation de tous les partisans de la transparence et invitent :

- les citoyens à signer la pétition sur change.org/origineviande et pendant le Salon de l’Agriculture
Le 2 mars à 17h au Salon de l’Agriculture, sur le stand FNSEA, signature officielle de la pétition par les 4 Présidents des organisations à l’initiative de cette action commune.
* et associations spécialisées : Fédération nationale bovine, Fédération nationale des producteurs de lait,
Fédération nationale porcine, Confédération française de l’aviculture, Fédération nationale ovine,
Fédération nationale des éleveurs de chèvres, Fédération nationale du cheval

Le saviez-vous ?
Depuis 2002, l’indication d’origine est obligatoire (mention du/des pays où les animaux sont nés/élevés/abattus) pour la viande bovine fraîche, réfrigérée ou congelée.
Pour les espèces ovines, porcines, caprines et de volaille, l’étiquetage des viandes fraîches, réfrigérées ou congelées est obligatoire depuis 2015, avec les mentions « élevé/abattu », mais pas le pays de naissance.
Il existe une dérogation pour les viandes hachées et les chutes de parage, pour lesquels seule la mention UE/hors UE est obligatoire.
Il n’existe aucune obligation d’étiquetage pour la viande utilisée en tant qu’ingrédient dans les plats transformés.
Le mot « origine » suivi du pays ne peut s’utiliser que si l’animal est né, a été élevé et a été abattu dans ce même pays.

Catégorie agriculture, élevageCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

février 2016
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
29  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+