Archive | 15 mars 2016

Réduction d’émissions de gaz à effet de serre en élevage laitier

L’interprofession laitière (CNIEL) a créé et développé le programme Ferme laitière bas carbone avec l’appui technique de l’Institut de l’Elevage. Il vise à réduire de 20% l’empreinte carbone du lait français d’ici 10 ans.

En 2015, une première expérience pilote a été menée à grande échelle (3 900 éleveurs) à l’initiative de l’Institut de l’Elevage avec les Entreprises de Conseil en Elevage et les Chambres d’Agriculture de 6 régions de France :
le programme Life Carbon Dairy qui a bénéficié d’un financement européen et CASDAR. La pertinence, la robustesse et l’efficacité des outils techniques (logiciel de mesure et de simulations CAP’2ER®, formations,…) ont ainsi été mises à l’épreuve, avec succès.
Par ailleurs, la Ferme laitière bas carbone a été reconnue lors la COP 21 comme un programme contribuant à l’Agenda des solutions.

Le traitement des résultats obtenus a mis en evidence des solutions concrétes et montre que l’objectif de réduction des gaz à effet de serre de  20 % est réaliste, Cette démarche de progrès est aussi gage d’une  meilleure performance économique : réduire son impact environnemental, c’est optimiser son outil production et réduire ses charges par litre de lait produit.

Aux vues de ces résultats encourageants, le CNIEL a décidé de déployer ce programme en 2016 en finançant des diagnostics d’exploitations laitières, avec l’appui des acteurs régionaux, au bénéfice des dynamiques territoriales.

Le CNIEL et l’Institut de l’Elevage entendent accompagner ce mouvement en facilitant l’organisation de partenariats régionaux mais aussi en apportant un soutien financier pour mettre à disposition les outils de mesure et de conseils du programme Ferme Laitière Bas Carbone aux éleveurs qui le souhaitent.

En 2016, le CNIEL financera les 500 premiers diagnostics-conseils Ferme laitière bas carbone qui lui seront proposés dans le cadre des initiatives locales.

A partir de 2017, le CNIEL poursuivra son engagement en apportant une contribution financière aux projets locaux multi-partenariaux répondant au cahier des charges Ferme laitière bas carbone à hauteur de 10% du coût de ces opérations.

Catégorie élevageCommentaires fermés

TARINE ET ABONDANCE EN FÊTE

« TARINE ET ABONDANCE EN FÊTE – Savoie Mont Blanc, Terroirs Gourmands » est le rendez-vous 2016 de l’agriculture en Savoie Mont Blanc. Les 18, 19 et 20 mars 2016 au Parc des Expositions de Chambéry et au Phare, cet événement se distinguera en mettant à l’honneur nos produits et savoir-faire locaux.

Ces 3 jours de festivités s’organisent autour des Concours Nationaux des Tarines et des Abondances, les deux races de vaches emblématiques de nos départements. Elles seront représentées par leurs plus beaux spécimens réunis pour la 1ère fois. 200 Abondances et 150 Tarines se disputeront la meilleure place sur le ring !

Une centaine d’exposants sont attendus, proposant dégustation et vente de produits locaux. Des conférences et des animations pour tous les âges permettront aux visiteurs de retrouver le lien entre les 3 thèmes forts de l’évènement : les animaux, les produits de Savoie et le territoire Savoie Mont Blanc.

Authenticité et ambiance assurées avec des ateliers culinaires, des démonstrations de savoir-faire savoyards, des animations autour des animaux de la ferme et des animations musicales. Mais aussi, des démonstrations de traite et de soins aux animaux, la présence de l’enseignement agricole en action avec ses jeunes, une vente aux enchères de génisses, les combats d’Hérens le dimanche…

Une fête traditionnelle et moderne pour venir à la découverte de la diversité savoyarde, et partager des souvenirs uniques. Du vendredi 18 au dimanche 20 mars 2016 au parc des Expositions et au Phare à Chambéry, de 9h à 19h avec nocturne le vendredi jusqu’à 23h.

En avant-première, jeudi 17 mars 2016, venez assister au défilé de Tarines et d’Abondances dans les rues du centre-ville de Chambéry, à partir de 17h00 !

Catégorie Pays de Savoie, agriculture, foires et fêtesCommentaires fermés

Etiquetage de l’origine

Communiqué de la FNSEA, des Jeunes Agriculteurs et de Coop de France:

Ce n’est qu’une étape, mais une étape importante. La France a obtenu de la Commission européenne un accord de principe pour expérimenter l’obligation de l’étiquetage de l’origine des viandes et du lait dans les produits transformés.

La FNSEA et ses associations spécialisées, Jeunes Agriculteurs et Coop de France avaient lancé, avec l’UFC-Que Choisir, une pétition, soutenue également par Familles Rurales, pour demander la mise en place d’une indication obligatoire de la provenance des produits transformés. Il s’agit d’une information loyale et citoyenne que nous devons au consommateur. Aujourd’hui, 54% des produits ne mentionnent pas l’origine de la viande qu’ils contiennent, selon l’étude récente de l’UFC-Que Choisir.

Notre combat légitime et notre mobilisation finissent par payer.

Nous souhaitons désormais que l’expérimentation soit mise en place au plus vite par les pouvoirs publics français, afin de transformer l’essai et d’en démontrer les bénéfices. Il s’agit d’un match pour la transparence dans lequel les producteurs, les transformateurs et les consommateurs doivent jouer collectif

Catégorie agricultureCommentaires fermés

LA REGION AUVERGNE RHONE-ALPES PREPARE SA POLITIQUE TOURISTIQUE

Avec 20 milliards d’euros de consommation touristique, 138 000 emplois directs et 180 millions de
nuitées, Auvergne Rhône-Alpes est la deuxième région touristique de la première destination
mondiale.
Dès sa prise de fonction, Laurent WAUQUIEZ Président de la Région Auvergne Rhône- Alpes a
clairement affiché parmi ses priorités la création d’emplois. Il partage avec Nicolas DARAGON, Vice président
du Conseil régional délégué au Tourisme et au Thermalisme la conviction que le tourisme
est à l’évidence l’un des secteurs qui peut contribuer au développement économique régional et
donc répondre à cet enjeu de création d’emplois.

A l’instar de la concertation en faveur de la politique économique, Nicolas DARAGON a entamé une
large tournée régionale afin de consulter les partenaires, analyser les problématiques et spécificités
des territoires, comprendre les besoins des professionnels et connaître les projets structurants.
A cet effet, une réunion organisée en Ardèche le mois dernier, avec tous les Comités
départementaux du tourisme et l’Office de tourisme de Lyon, a permis de partager les premières
orientations de la stratégie régionale en matière de tourisme et de recueillir les réactions.

Ainsi, des thématiques d’excellence telles que la pleine nature, le thermalisme et la pleine santé ou
encore les stations de montagne constitueront le cadre d’intervention privilégié de la Région en
matière d’investissements. Une réflexion sur l’accompagnement en faveur des hébergements et de
grands projets sera menée dans les semaines à venir.

En parallèle, la fusion des deux Comités Régionaux de Tourisme (CRT) Auvergne et Rhône-Alpes est
prévue pour mi -2016. Ce rapprochement permettra de disposer d’une plateforme performante au
service des destinations infra régionales dont l’Auvergne qui bénéficiera toujours d’une promotion
ad hoc. L’accompagnement des professionnels sera au coeur des préoccupations des actions du futur
CRT.
Le projet finalisé en faveur de l’économie touristique régionale sera ensuite présenté aux
partenaires début septembre pour une entrée en vigueur le 1er Janvier 2017.
« La politique touristique sera partie intégrante du Schéma régional de développement économique,
d’innovation, d’internationalisation (SRDEII) 2017 – 2021» explique Laurent WAUQUIEZ. « Je
l’envisage comme une stratégie de croissance dont nous mesurerons les résultats sur le terrain».
« Mes nombreux échanges avec les acteurs du tourisme d’Auvergne Rhône-Alpes vont permettre de
répondre à leurs attentes» précise Nicolas DARAGON. « Nous leur proposerons des dispositifs
financiers régionaux simples et lisibles. Collectivement, nous pouvons faire d’Auvergne Rhône-Alpes
un modèle de performance touristique ».

Catégorie région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Pour préserver l’identité Dombiste : un Conseil de territoire plutôt qu’un PNR

Laurent WAUQUIEZ, Président de la Région Auvergne Rhône-Alpes, accompagné de Damien ABAD, Président du Conseil départemental de l’Ain, a souhaité rencontrer les acteurs du territoire concernés par le projet de PNR de la Dombes ce lundi 14 mars à Villars les Dombes.

Il a ainsi d’abord rencontré le « groupe des 10 » (Chambre d’agriculture, CCI, FDSEA, Jeunes
Agriculteurs, CMA, Forêt privée française, La propriété privée rurale, Syndicat des propriétaires et
exploitants des étangs de la Dombes, Fédération départementale des chasseurs, UNPI01) avec le
Département.
Puis il a aussi échangé avec près de 85 maires du territoire de la Dombes pendant plus de deux
heures. Une réunion qui a permis à de nombreux élus d’exprimer leur satisfaction, 2 maires
initialement favorables au PNR ayant même affirmé avoir changé d’avis à cette occasion.
Globalement, chacun a pu réaffirmer son attachement à l’identité dombiste, à ses paysages, à ses
étangs, l’idée n’étant pas de s’enfermer dans la seule alternative « un PNR ou rien ».

Toujours soucieux de réduire la dépense publique, Laurent WAUQUIEZ a rappelé qu’un PNR
constituerait une structure de plus dans le millefeuille administratif et serait surtout une source de
contraintes supplémentaires pour les élus en matière d’urbanisme, d’agriculture, d’environnement,
de gestion de l’eau… Il convient également de rappeler que la mise en place d’un PNR est synonyme
d’augmentation de la dépense publique puisque le coût moyen annuel d’un PNR de la région
Auvergne Rhône-Alpes s’élève aujourd’hui à 5 millions d’euros, essentiellement des dépenses de
fonctionnement (embauche de plus de 30 agents en moyenne).

C’est pourquoi le Président de Région a proposé d’établir et d’apporter le soutien de la Région et du
Département plutôt que de créer une nouvelle structure administrative. Cette proposition, partagée
par Damien ABAD, a suscité un large consensus. Elle offrirait l’avantage de mobiliser les agents de
l’intercommunalité, du Département et de la Région pour flécher des investissements stratégiques
demandés par les élus de terrain de la Dombes et de combiner préservation de l’identité dombiste et
développement économique. Dans ce cas de figure, les communes ne seraient pas sollicitées
financièrement -contrairement aux cotisations pour un PNR- mais aideraient à utiliser au mieux
l’argent de la Région et du Département.

La création de cette structure légère, sans dépenses de fonctionnement – qui prendrait la forme d’un
Conseil du territoire de la Dombes regroupant les élus et les acteurs socioprofessionnels- ainsi que le
périmètre de son intervention seront définis par voie de concertation d’ici à l’été.

Pour Laurent WAUQUIEZ, « l’important, c’est de valoriser un territoire exceptionnel, façonné par la
main de l’Homme, ce que permettra cette structure légère qui sera plus souple et plus réactive pour
mieux répondre aux attentes et aux besoins spécifiques de la Dombes ».

Catégorie région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

29 tonnes!

P1080660

Claude Ruel, président de l’association cuisine et passion en Vercors  a tenu, à juste titre, nous apporter une précision importante: »ce n’est pas 25 mais 29 tonnes et quelques kilos de coquilles St Jacques qui ont été vendues à la fête de la coquille St Jacques. Nos amis bretons avaient en effet décidé de rajouter 4 tonnes de coquilles aux 25 tonnes…histoire de ne pas en manquer…Bien leur en a pris car elles ont trouvé preneur.. »

Et Claude Ruel de rajouter sous forme de boutade..  » A ce rythme, les 30 tonnes annoncées pour le 10ème anniversaire de la fête…seront largement dépassées..!

Catégorie Communauté de Communes du Massif du VercorsCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

mars 2016
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+