Archive | 22 mars 2016

La route de secours du Chambon est à nouveau ouverte, jour et nuit

Suite à l’affaissement d’un talus, localisé et situé en aval de la chaussée de la route de secours, le Département effectue des travaux de confortement depuis le 25 février dernier. Ces travaux, réalisés de nuit, imposaient jusqu’alors des fermetures nocturnes de la route de secours, initialement prévues jusqu’au 25 mars inclus.
Compte tenu du bon avancement des travaux de confortement, ces derniers se poursuivent mais c’est désormais sans gêne pour la circulation des automobilistes. Dès aujourd’hui, la route de secours est donc ouverte jour et nuit sans restriction.
Indépendamment de ces travaux, des fermetures ponctuelles sont susceptibles d’intervenir pour des raisons d’exploitation de la route : déclenchement préventif d’avalanche, déneigement etc…
84 000 véhicules ont emprunté la route de secours depuis son ouverture le 24 novembre dernier

Catégorie Département de l'Isère, transportCommentaires fermés

Rencontre avec Christophe Franchini éleveur laitier à Venon

Le parcours de Christophe Franchini est totalement atypique. Natif de Gières, il côtoie  campagne,  tracteurs et vaches pendant ses vacances qu’il passe chez ses grands parents dans le nord lyonnais.  »

1

 » Ce monde rural, agricole est très vite devenu une passion.. Il ne pensait pas devenir agriculteur et fait des études dans la mécanique agricole  » pour être aux côtés des agriculteurs.. «   Il fait un stage de mécanicien chez un éleveur bovin dont l’exploitation est située sur les hauteurs de Venon. Le stage a duré plusieurs années..

L’agriculteur maître de stage souhaitant passer la main, Christophe sera candidat pour prendre la suite.;  » Ca fait 12 ans que je suis là et 5 ans que je suis installé.  » Le cheptel est composé d’une trentaine de vaches laitières. Le lait étant livré dans une laiterie située en nord Isère.

Une des particularité de l’exploitation: les terrains sont en pente.  » Seulement 1/3 d’entre eux sont mécanisables. Cela rajoute bien entendu de la difficulté dans notre travail.. »

La ferme est située en zone péri-urbaine.  » Ce n’est pas évident d’être entouré de maisons d’habitation, de côtoyer des promeneurs.. On essaie de faire le maximum pour limiter les désagréments. On évite les épandages le week-end par exemple..Les « gens de la ville » n’ont pas conscience de la difficulté de notre travail, de nos contraintes. Ils veulent des abords propres, ne pas être dérangés..ils s’approprient les terres, chemins.. »

L’éleveur pense que l’on ne communique pas assez , que l’on éduque pas assez les urbains sur le métier des agriculteurs.

En ce qui concerne le foncier  » un problème majeur et d’actualité,  » je n’ai rien contre l’urbanisation mais il faut trouver un juste équilibre.. J’étais à l’école à Crolles, il y a 15 ans, quand je vois Crolles aujourd’hui..Il faut à mon sens davantage utiliser les friches industrielles, ne pas gaspiller les espaces. Les villes s’étalent, je le conçois mais je trouve certains projets farfelus! ».

Il regrette aussi que certains cédants ne  » jouent pas le jeu. Ils conservent leurs terres afin de les revendre en terrains constructibles. Moi je suis en location, je peux me retrouver sans terres. Que peut faire un agriculteur sans son outil de travail. »

Un des problèmes soulevé également: » A Venon je suis le seul agriculteur reconnu comme tel, on a donc de plus en plus de mal à trouver un vétérinaire. Quand une pièce d’un matériel casse, on doit faire des kilomètres pour la faire réparer.. Il n’y a plus aucun concessionnaire agricole dans l’agglo.

Il reconnaît que même s’il est seul sur la commune  » la municipalité me soutien totalement. Je sais que La Métro veut faire le maximum pour garder un maximum d’agriculteurs sur son périmètre. C’est une bonne chose.. Que deviendraient nos paysages de piémonts, laissés à l’abandon. On joue un rôle économique, social important mais aussi environnemental. Ceci aussi il faudrait que les urbains le comprennent.

Et l’avenir:  » il faudra toujours nourrir les hommes, l’agglomération grenobloise est un formidable vivier de consommateurs mais il ne faut pas oublier que nourrir les hommes c’est bien mais il faut aussi que l’agriculteur, sa famille puisse se nourrir..Il faut donc que nos conditions de travail soient  » normales » et que nous soyons rémunérés correctement.

2

Christophe Franchini, éleveur laitier estime qu’actuellement le prix du lait payé n’est pas assez élevé.. Je vais tenir trois, quatre ans.. Après , si le prix payé à l’éleveur est aussi bas, je crains..  » Afin de pallier au pire, il a décidé de passer en bio..A suivre..

Gilbert PRECZ

Catégorie La Métro, élevageCommentaires fermés

« L’AURA des chasseurs »

En Auvergne Rhône-Alpes, les responsables cynégétiques ont décidé de prendre le dossier à bras le corps et de faire de la nouvelle Fédération Régionale des Chasseurs une force de propositions et une chance pour l’avenir des territoires naturels dans cette grande région de près de 70 000 km2.

La nouvelle Fédération Régionale des Chasseurs AURA (Auvergne Rhône-Alpes) se doit d’être représentative de la diversité des 119 000 chasseurs auvergnats et rhônalpins, mais aussi efficace par son action en termes d’acquisition des connaissances, de gestion et de préservation de la faune sauvage et des territoires. Des futaies de Tronçais et du val d’Allier au Plomb du Cantal en passant par la Drôme provençale, le bassin rhodanien et les plus hauts sommets alpins, l’enjeu est de taille.

L’harmonisation, la mutualisation, la prospection sont des vrais challenges pour demain tant ils bousculeront les habitudes et les usages en place. Les Présidents des Fédérations Départementales, les Administrateurs, les Directeurs et les personnels, pour élaborer leur stratégie, les  projets d’organisation régionale et être opérationnels au 1er juillet 2016, se réunissent tous les mois depuis le début de l’année dans une configuration de quatre groupes de travail sur les thèmes :

  • stratégie et politiques à mettre en œuvre,
  • mutualisation et pôles de compétences,
  • finances et  juridique,
  • communication.

Pour demain, la FRC AURA aspire à être un partenaire actif de la gestion de la faune sauvage et de ses habitats. Elle souhaite également être à l’interface entre les acteurs de terrain et les décideurs pour valoriser les spécificités, les savoir-faire locaux et concilier le développement des territoires avec la préservation de la biodiversité, une priorité des chasseurs.

-> Pour en savoir plus : www.chasse-auvergne.com et www.chasserhonealpes.com

Catégorie chasseCommentaires fermés

Etiquetage obligatoire du pays d’origine

Les députés européens de la commission de la sécurité alimentaire ont rappelé leur soutien en faveur de l’introduction d’un étiquetage obligatoire du pays d’origine pour la viande et le lait, dans une résolution non contraignante adoptée mardi. L’étiquetage obligatoire aiderait à maintenir la confiance des consommateurs vis-à-vis des produits alimentaires en rendant la chaine alimentaire plus transparente, affirment les députés.

La proposition de résolution rappelle la position du Parlement en faveur d’un étiquetage obligatoire du pays d’origine ou du lieu de provenance de la viande dans les aliments transformés. Les députés ajoutent que cet étiquetage devrait devenir obligatoire également pour les types de viande autres que la viande bovine, porcine, ovine, caprine et la viande de volaille; le lait; le lait utilisé comme ingrédient dans les produits laitiers; les denrées alimentaires non transformées; les produits comprenant un seul ingrédient et; les ingrédients constituant plus de 50 % d’une denrée alimentaire.

Les députés soulignent que selon une étude Eurobaromètre de 2013:

84% des citoyens de l’UE estiment nécessaire d’indiquer l’origine du lait;

  • 88% considèrent un tel étiquetage nécessaire pour la viande (autre que la viande bovine, porcine, ovine, caprine et la viande de volaille, déjà couverte); et
  • plus de 90% considèrent un tel étiquetage important pour les aliments transformés.

Par ailleurs, les députés soulignent que « l’indication obligatoire de l’origine du lait vendu comme produit de consommation ou utilisé comme ingrédient dans les produits laitiers constitue une mesure utile pour protéger la qualité des produits laitiers, lutter contre la fraude alimentaire et préserver l’emploi dans un secteur confronté à une grave crise ».

Ils relèvent que la Commission établit dans un rapport que les coûts associés à la mention obligatoire du pays d’origine pour les viandes abordées seraient relativement minimes.

Ils précisent qu’un étiquetage facultatif, comme défendu par la Commission européenne, est susceptible de conduire à l’introduction de différents dispositifs, ce qui pourrait être source de confusion pour les consommateurs.

Prochaines étapes

La proposition de résolution, co-signée par les députés Glenis Willmott (S&D, UK), Julie Girling (ECR, UK), Anneli Jäätteenmäki (ADLE, FI), Lynn Boylan (GUE/NGL, IE), Michèle Rivasi (Verts/ALE, FR), Piernicola Pedicini (EFDD, IT) et Matteo Salvini (ENL, IT), a été adoptée par 44 voix contre 18. Elle sera mise aux voix en plénière pendant la session d’avril ou de mai à Strasbourg.

Catégorie Union européenneCommentaires fermés

Bruxelles: Biassu en fait son actu

Sans titre

Catégorie BiassuCommentaires fermés

Pollution d’eau sur les communes de Vif et Le Gua Le point sur la situation

A la suite de l’épisode de pollution survenu sur le réseau d’eau potable des
communes de Vif et Le Gua, les services de l’Agence régionale de santé
(autorité de tutelle) ont effectué des analyses sur les réseaux concernés.

Ces résultats demandant une période de maturation, ils ne seront connus que
mercredi soir et conditionneront la levée des mesures en vigueur de
restriction de la consommation d’eau.

Parallèlement aux mesures de contrôles réalisées par l’Agence régionale de santé,
la Métropole a également procédé à ses propres analyses, via ses services. Les
premiers résultats montrent ainsi une nette amélioration de la qualité de l’eau sur
les réseaux concernés, grâce, notamment, à la mise en place de traitements
spécifiques (chloration soutenue, purge des réseaux). Mais en application du
principe de précaution, il est formellement demandé d’attendre les résultats
définitifs qui seront délivrés mercredi soir par l’Agence régionale de santé.

Depuis dimanche midi et jusqu’au retour à la normale, une distribution d’eau
embouteillée est réalisée tous les jours dans la salle des fêtes de Vif et en mairie
de Le Gua.

De son côté, la Préfecture rappelle aux habitants concernés les précautions
sanitaires et comportementale à suivre jusqu’à la levée complète de la
restriction :
- Ne pas consommer cette eau, sauf après ébullition de 2 minutes, pour la
boisson, la préparation des aliments, le brossage des dents.
- En cas de diarrhées ou de vomissements appeler le 15.

Catégorie La Métro, questions d'actualitéCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mars 2016
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+