Archive | avril, 2016

8 éme fête de la forêt et du Bois 2016

Au cours des précédentes réunions sur l’organisation de la fête de la forêt et du bois qui aura lieu au mois de septembre 2016 sur la commune de Le Grand serre, il a été évoqué qu’il n’y aurait pas de bucherons en démonstration.

Il serait impensable d’avoir une fête de la forêt et du bois sans bucherons, c’est pourquoi les organisateurs ont œuvrés et informés l’assemblée au cours de la dernière réunion qu’une piste était engagée pour palier à ce manque.

C’est aujourd’hui certain les visiteurs pourront voir évoluer des bucherons, et qui plus est pas n’importe lesquels, puisque aujourd’hui les organisateurs annoncent le championnat de France 2016/2017 couplé à l’entraînement intensif de l’équipe de France de coupe de bois sportive, qui représentera la France aux championnats du monde en Pologne qui se dérouleront du 8 au 11 septembre 2016.

Equipe de france

L’équipe de France, comptant parmi eux des vices champions du monde de la spécialité (voir photo), est composée de gauche à droite de Yoann CAPARROS, Jean Michel PETITQUEUX et David DAUPHIN pour la catégorie séniors et Camille NOLLET pour la catégorie juniors.

Qu’est ce que la coupe de bois sportive ? C’est avant tout un sport géré par une fédération nationale la FNSMR (Fédération Nationale des Sports en Milieu Rural) puis au niveau international par la IALC (International Association Logging Championships).

Contrairement aux idées reçues, ce sport n’est pas du tout réservé aux hommes, puisque 3 ou 4 femmes pratiquent au niveau national. La meilleure d’entre elle, Amélie AUBRIOT, s’est classée parmi les 11 premiers au dernier championnat de France.

Ce championnat de France est quant à lui composé de 5 épreuves réparties en 3 secteurs, à savoir :

  • Secteur 1 : Epreuves de plateau (Changement de chaîne, coupe combinée et coupe de précision)
  • Secteur 2 : Epreuve d’ébranchage
  • Secteur 3 : Epreuve d’Abattage

C’est avant tout des épreuves de rapidité et de précision. Le record du monde du changement de chaîne est à ce jour à 8,43 secondes. Un membre de l’équipe de France est tout près de battre ce record, espérons que cela se fera au cours de la 8 éme fête de la forêt et du bois.


56a1d6_98ac6a4439e3496fa60af703bb0bb355

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce sport rendez vous sur le site internet de la Fête de la forêt et du bois :

http://feteforet2016.wix.com/fete-foret-2016

Il est à noter que l’organisation de ce championnat de France ne pourrait avoir lieu sans l’aide précieuse de la scierie Blanc de Marches qui nous mettra à disposition les bois nécessaires à l’organisation et au bon déroulement.

Catégorie - filière bois, forêtCommentaires fermés

LA BIO EN AUVERGNE RHONE-ALPES

Une forte dynamique d’engagement en agriculture biologique marque le premier trimestre 2016 en Auvergne-Rhône-Alpes. Corabio (la Coordination Rhône-Alpes de l’agriculture biologique) et Bioconvergence (l’association des transformateurs et distributeurs bio de Rhône-Alpes) reviennent sur la situation en Rhône-Alpes dans l’édition 2016 des chiffres de la production, transformation et distribution en bio et préparent le terrain pour le nouveau territoire d’action de la bio élargi à l’échelle Auvergne Rhône-Alpes.

Au 1er janvier 2016 fusionnaient l’Auvergne et Rhône-Alpes, deux anciennes régions aux profils contrastés au regard de la bio, mais complémentaires ! C’est ainsi une région agricole au patrimoine naturel remarquable et au potentiel agrotouristique exceptionnel qui voit le jour.

Avec près des 2/3 des surfaces agricoles en zone de montagne, la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes devient une région importante de polyculture-élevage bio, aux productions animales diversifiées pesant lourd dans la balance nationale.

Sur le territoire rhônalpin en particulier, l’année 2016 commence fort ! Durant le 1er trimestre, ce ne sont pas moins de 146 nouvelles fermes rhônalpines qui ont choisi de s’engager en agriculture biologique. En 2015 déjà, le nombre d’exploitations bio avait augmenté de 6 %, avec 275 nouveaux engagements en bio. Corabio dénombre ainsi 3263 fermes bio à la mi-avril 2016 sur le territoire rhônalpin. Fin 2015, les surfaces certifiées et en conversion atteignaient 101 091 ha.

La part de bio y est supérieure à la moyenne nationale puisqu’elle représente 8 % des exploitations rhônalpines et 7 % des surfaces régionales. Selon Bioconvergence, le nombre de transformateurs bio maintient le cap avec 1075 opérateurs. La consommation de produits bio en Rhône-Alpes s’inscrit dans la tendance nationale largement à la hausse dans tous les circuits de distribution (+ 10 %). Les magasins bio se démarquent particulièrement (+ 15 %) avec de nombreuses ouvertures de magasins sur le territoire rhônalpin et un chiffre d’affaire en forte progression (+ 25 %).

Ce sont les départements Ardèche et Drôme qui observent les plus importantes dynamiques d’installation et de conversion vers la bio. Toutefois, les surfaces en bio augmentent particulièrement en Haute-Savoie (+ 16,6 %), dans le Rhône (+ 15,2 %) et dans la Loire (+ 9,5 %). Parmi les nouveaux engagements, les conversions représentent 72 % et les installations directement en bio 28 %. Côté filières, le lait de vache bio est en forte croissance, structuré sous l’impulsion d’importantes laiteries qui développent leur collecte en AB.

Chiffres clé de la bio en Auvergne-Rhône-Alpes – fin 2015 :

  • 145 992 ha certifiés bio ou en conversion
    (5 % de la surface agricole utile en bio),
  • 4 250 producteurs bio
    (7% des exploitations régionales),
  • 1 419 préparateurs en bio en 2015
    (y compris producteurs transformateurs),
  • 381 magasins bio
  • 430 distributeurs (grossistes et détaillants),
    dont 96 structures coopératives,
  • 2ème région française
    en nombre d’agriculteurs bio et d’opérateurs bio de l’aval des filières.

Catégorie bioCommentaires fermés

Environnement : l’heure est aux projets

Le Département de l’Isère tient à réagir aux prises de position de la Maison de la Nature et de l’Environnement de l’Isère (MNEI), dont il a pris connaissance dans la presse.
Il insiste sur la nécessité pour les associations de porter dorénavant des projets pour ne plus dépendre des seules subventions de fonctionnement pour se financer.

Depuis son élection, la nouvelle majorité départementale a toujours affirmé qu’elle financerait les associations œuvrant dans le domaine environnemental sur leur projet, et non plus leur fonctionnement. L’heure n’est plus à faire des chèques en blanc mais au partenariat.

La MNEI, qui regroupe bon nombre d’associations, ne fait pas exception à la règle.

Le Département soutient activement l’environnement en gérant par ses propres moyens les espaces naturels sensibles ou en finançant les associations sur leurs projets.

Les associations sont donc invitées à présenter leurs dossiers dans tous les domaines : action sur les milieux naturels et les espèces, éducation et sensibilisation à l’environnement, etc.

D’ailleurs, certaines associations voient leurs subventions maintenues ou augmentées parce qu’elles mènent des actions dans le cadre des politiques environnementales définies par le Département.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

INNOV’ACTION, dans les exploitations agricoles, pour le partage des pratiques innovantes

Pour cette nouvelle édition d’Innov’action, plus de 30 agriculteurs ouvrent les portes de leur ferme pour faire
découvrir les innovations qu’ils ont développées.

Objectif : échanger et partager des solutions d’avenir.

Innov’action est organisée en direction des agriculteurs, des futurs agriculteurs et des jeunes en formation
dans l’enseignement agricole. Sur place, chaque participant assistera à des visites, des démonstrations, des
rencontres sur des thématiques techniques, économiques, commerciales et organisationnelles : agronomie,
travail du sol, autonomie alimentaire en élevage, développement des circuits-courts, gestion de l’irrigation,
réduction des intrants, économie d’énergie, méthanisation ….. Un dossier sera remis à chaque visiteur afin de
lui permettre d’aller plus loin à travers l’expertise des Chambres d’agriculture.

Aujourd’hui, l’innovation est essentielle pour répondre aux grands défis auxquels l’agriculture est confrontée :
crise des marchés, concurrence sur les marchés européens et internationaux changement climatique,
préservation de l’environnement…

Voilà pourquoi, les Chambres d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes s’investissent toujours plus dans
l’innovation et l’agroécologie au service du développement économique, environnementale et social des
exploitations agricoles de la région.

INNOV’ACTION est une opération nationale organisée par le réseau des Chambres d’agriculture.

Ils ont dit, au cours de la conférence de presse de lancement qui s’est déroulée sur les lieux d’une
des portes ouvertes organisées dans le Rhône, à Irigny :

Gilbert Guignand, Président de la Chambre régionale d’agriculture Auvergne-Rhône-Alpes : « Je
voudrais souligner le rôle moteur de l’innovation pour trouver de nouvelles solutions pour demain aussi bien
sur le plan technique, environnemental, organisationnel et surtout économique ! ».

Erick Dominique, membre du bureau de la Chambre d’agriculture du Rhône : « L’innovation issue du
terrain est une source de développement et de progrès que les Chambres d’agriculture se doivent
d’accompagner et de valoriser à travers une opération comme Innov’action ».

Jean-Luc da Passano, maire d’Irigny : « A travers les différents projets que nous avons conduits avec les
agriculteurs d’Irigny, nous avons sur innover pour préserver le difficile équilibre de notre territoire périurbain
! »
En savoir plus : www.innovaction-agriculture.fr

Catégorie agriculture, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Arnauld André, directeur commercial du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Arnauld André est nommé directeur commercial du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes à compter du 11 avril 2016 et1 intègre le Comité de direction.

Il a en charge le réseau des 180 agences de proximité et de sept agences spécialisées (entrepreneurs, habitat, L’Agence directe et L’Agence en ligne), soit près de 1.200 collaborateurs.

Âgé de 42 ans, diplômé de l’Esitpa Rouen et de l’ITB, Arnauld André a commencé sa carrière à la Direction départementale de l’agriculture (DDA) de Guadeloupe.

Il est entré dans le Groupe Crédit Agricole en 1998, chargé de l’instruction des crédits pour le marché de l’agriculture puis chargé d’affaires entreprises à la Caisse régionale de Guadeloupe.

En 2003, il a rejoint l’inspection générale groupe de Crédit Agricole SA. En 2011, il est entré au Crédit Agricole de la Touraine et du Poitou où il a été successivement directeur des finances et de l’immobilier puis directeur engagements et de l’immobilier.

Arnauld André était également membre du comité de pilotage national de Square Habitat, filiale immobilière du Groupe Crédit Agricole, et membre du comité de fonctionnement national Crédits à la consommation.

Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Gérard Biessy-Bonnet, son prédécesseur, rejoint le Crédit du Maroc en tant que directeur général adjoint, membre du Comité de direction générale en charge du réseau. Il a occupé différents postes à Beauvais, Grenoble et Valence avant d’être nommé directeur du Centre d’Affaires entreprises du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes.

En 1999, il devient responsable du marketing et de la communication de la Caisse régionale puis directeur de secteur d’agences. En 2005, il prend la direction du marketing, de la communication et des crédits du Crédit Agricole Champagne-Bourgogne. Puis il revient au Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, en tant que  directeur commercial.


Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

La Métro: lancement du C2D et de la CCSPL..

La Métropole relance ses deux instances consultatives :
Le Conseil de développement (C2D) et la Commission
consultative des services publics locaux (CCSPL)

Marie-José SALAT, vice-présidente déléguée à la Participation citoyenne, à
l’Éducation et à la Lutte contre les discriminations a accueilli, ce lundi 25 avril
2016 de 18h à 20h30 au siège de la Métropole, les nouveaux membres du Conseil
de développement Métropolitain (C2D) et de la Commission Consultative des
Services Publics Locaux (CCSPL). Au total, plus de 100 personnes se sont
mobilisées pour ce rendez-vous inaugural dont une majorité d’acteurs de la
société civile, habitants et élus métropolitains.

Panorama de la politique participative de la Métropole

Dans son discours introductif, Marie-José SALAT s’est félicité du lancement du C2D et de
la CCSPL, rappelant que cette étape importante est l’un des marqueurs d’une longue
démarche de co-construction de la politique participative de la Métropole. En effet, les
élus métropolitains ont adopté le 6 novembre 2015 trois délibérations relatives à ce
sujet indiquant le cap des nouvelles ambitions des élus.

Pour construire cette politique, la Métropole citoyenne dispose maintenant de plusieurs
outils :
• Les instances consultatives : le C2D et la CCSPL qui sont les interlocuteurs
privilégiés des élus dans l’élaboration du projet de territoire et dans
l’amélioration des services publics
• Les comités d’usagers de l’eau, de l’énergie, des déplacements et des déchets qui
apportent le regard et l’expertise des usagers sur la gestion des services publics
locaux
• Les panels citoyens qui rassemblent des habitants tirés au sort travaillant à
formuler un avis citoyen sur une politique publique
• Sans oublier les instances consultatives des communes qui pourront être
également mobilisées pour ancrer les politiques métropolitaines dans la
diversité de ses communes.

C2D et CCSPL, quoi de neuf ? Une composition élargie aux habitants,
de nouvelles missions

Pour la première fois depuis leur création respective (2001 et 2003), ces deux instances
bénéficient d’une composition élargie, telle qu’adoptée par les élus lors du dernier
Conseil Métropolitain du 1er avril.

Le C2D demeure un espace d’expression et de controverses sur les politiques
métropolitaines (aménagements, habitat, déplacements, environnement,…). Il est
aujourd’hui composé de 120 membres, répartis en 6 collèges dont deux nouveaux
collèges « Habitants » et « Jeunes ».
Ses travaux s’organiseront autour de ses trois nouvelles missions :
• Etre le porteur de paroles et d’expertise citoyenne
• Etre animateur du débat public
• Etre porteur de dialogue avec les territoires voisins et les instances
participatives des communes.

La CCSPL reste quant à elle l’interface entre les élus et les usagers. Son objectif est
l’amélioration des services publics métropolitains (assainissement, traitement des
déchets,…). Composée de 60 membres, elle compte 12 élus métropolitains, 20
représentants d’associations ainsi que – et c’est une nouveauté – 20 habitants-usagers e,
à terme, 8 représentants des comités d’usagers.

Les futurs travaux des instances

Les modalités de travail du Conseil de développement et de la CCSPL s’inscrivent dans le
cadre de saisines des élus ou d’auto-saisines relevant des propres initiatives des
membres.
Cette réunion de lancement fut l’occasion de présenter le programme de travail à venir
et les thématiques sur lesquelles les élus métropolitains souhaitent avoir le point de vue
de la société civile organisée.

3 saisines sont d’ores et déjà prévues au calendrier du C2D :
• Le programme Local de l’Habitat et la question de la mixité sociale et du « bien
vivre ensemble »
• Le Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) dans l’objectif de contribuer à
la définition des futures grandes orientations d’aménagement de notre territoire
• Le débat portant sur l’intérêt métropolitain en matière de sport et de culture qui
permettra notamment de définir quelle pourrait être la plus-value de la Métropole dans
ces domaines.
La CCSPL travaillera dès mi-mai sur la question du mode de gestion du service extérieur
des pompes funèbres, et plus tard, sur les déchets et les régies de réseaux de chaleur.

Catégorie La Mondée, La MétroCommentaires fermés

 » Dites le avec des fleurs locales! »

Anouchka Rault est installée à Varces en production de fleurs..

 » Issue d’une famille d’agriculteurs, de maraichers, depuis toute petite je gambadais dans les champs de salades et je me suis très rapidement passionnée pour les fleurs..  » Depuis cette passion ne c’est jamais tarie.. » toute la chaine ma plait, de la production à la vente. »

C’est donc tout naturellement au lycée horticole de St Ismier qu’elle fait ses études. Diplômes en poche, elle s’installe hors cadre familial à Varces, sur des terres louées à son oncle. Nous sommes en janvier 2015.

Il a bien entendu acheter le matériel nécessaire afin de démarrer l’exploitation: serres, petit matériel, mettre en place le système d’irrigation: ‘ » l’eau est un facteur très important, essentiel pour les fleurs.. ». 1

La production se fait de mi mars à mi octobre avec une gamme assez large de fleurs afin de satisfaire la clientèle, narcisses, tulipes, pivoines, lys.. trouvent preneur dans un magasin de producteurs  » un bout de campagne à Claix, dans une superette à Grenoble. Les fleurs sont coupées, livrées et vendues très rapidement grâce à ce circuit court.

 » La promotion de mes fleurs, de leur tenue se fait par le bouche à oreilles. Les clients sont satisfaits.. La  clientèle correspond à ce que je recherche: locale. En un mot, je produit local , à échelle humaine pour les locaux.. Nous sommes loin des productions industrielles comme en Hollande par exemple. « 

Anouchka veut aller plus loin dans sa démarche:  « je veux aller vers une production bio. C’est très important afin de ne pas polluer la zone de captage de l’eau de Grenoble qui est proche Nous devons penser à l’environnement mais aussi à la santé des grenoblois.  » Et de poursuivre:  » je lance la cueillette à la ferme, en vente directe. » L’idée est très originale: constituer soi même son bouquet. Cela est possible les lundi, jeudi et vendredi de 16 à 19 heures..

Plusieurs exploitations agricoles sont installées sur la plaine de Varces:  » nous avons peu, voire pas de problèmes liés au foncier. Nos productions sont complémentaires et nous travaillons en bonne intelligence. Nous sommes heureux que la Métro souhaite garder une agriculture dynamique, variée sur son territoire. Développer les circuits courts est une bonne idée.. « 

Le projet d’Anouchka a séduit, plait, la clientèle est au rendez vous , elle se donne 5 ans pour réussir..Elle réussira car elle est soutenue, courageuse , l’hiver elle  » bosse » en station de ski  » et les idées ne manquent pas..

Gilbert PRECZ

Catégorie A la une, La Métro, La MétroCommentaires fermés

Prenez la clé des champs ce week-end en Isère!

Les samedi 30 avril et dimanche 1er mai 2016, près de 40 fermes iséroises ouvrent leurs portes au public pour des visites et dégustations gratuites !

Prenez la clé des champs fête ses 20 ans !

Au programme de la 20ème édition de cette opération qui plaît toujours autant aux
petits comme aux grands (31 000 visiteurs accueillis en Isère en 2015 !) :
• visites des fermes,
• échanges conviviaux avec les agriculteurs,
• dégustations gratuites de produits fermiers
• et multiples découvertes autour des vaches, chèvres, porcs, volailles, brebis, abeilles, escargots, mais aussi la production de vin, de spiruline, de palmiers, et légumes, la fabrication des confitures, la culture de la noix, du safran, des plantes aromatiques et médicinales, huile de massage, cosmétiques, etc …

Les « + » sur certaines fermes :
• la possibilité de se restaurer sur place pour le repas de midi ou le goûter, de préparer son sandwich à base de produits fermiers,
• des animations pour les enfants ou pour les grands : balades nature, en poneys, contes, animation musicale, atelier de rempotage,
tonte de brebis, jeu de l’oie, labyrinthe géant, récolte de spiruline, dressage de chevaux…

En pratique :
• La Carte des circuits est disponible à l’accueil de la Maison des Agriculteurs ou dans les Offices de Tourisme et auprès de partenaires de l’opération :
magasins Gamm Vert et Agri Sud-Est du Groupe Dauphinoise, Mutualia.
• www.prenezlacledeschamps.com, pour avoir accès aux circuits de visites, coordonnées et actus des fermes participantes.

1

Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

Exposition Ambroisie

Dans le cadre de son action en matière de santé environnementale et de son action de lutte contre l’ambroisie initiée depuis plusieurs années sur son territoire, ViennAgglo a accompagné les 6 centres sociaux du territoire dans l’accueil d’une exposition thématique sur l’ambroisie conçue par l’Observatoire des Ambroisies.

Cette exposition itinérante est l’occasion pour le service environnement de ViennAgglo d’organiser des ateliers de sensibilisation pour permettre aux habitants d’identifier cette plante invasive et de connaître la marche à suivre lorsqu’ils sont en présence de plans d’ambroisie.

Depuis le 18 avril, l’exposition ambroisie s’arrête dans les centres sociaux du territoire. Après le centre social d’Estressin, la tournée se poursuit :

• au centre social de Pont-Évêque : du 25 au 29 avril 2016

• au centre social de Chasse-sur-Rhône : du 2 au 4 mai 2016

• au centre social de l’Isle : du 9 au 13 mai 2016

• au centre social de Vallée de Gère : du 17 au 20 mai 2016

• au centre social de Malissol : du 23 au 27 mai 2016

Isidore Polo, vice-président en charge de l’environnement et au développement durable et les référents ambroisie dans les communes participeront à l’atelier de sensibilisation ambroisie qui se déroulera le 27 avril à 15 heures, au centre social de Pont-Évêque.

Catégorie natureCommentaires fermés

Offres et demandes d’emploi dans le secteur agricole

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org :

Isère . GE cherche un ouvrier polyvalent pr intervenir sur 3 expl. Missions : entretien du matériels agricoles et des bâtiments, soins aux animaux (volailles), entretiens des parcs (bovins), conduite d’engins (labours, semis…), gestion en équipe des serres et des circuits d’irrigations. CDD tps plein 6 mois. Contact : 04 76 20 68 08 ou emploi-isere@anefa.org. OCM17-38

Rhône . GE recherche un salarié pr intervenir sur les Monts du Lyonnais. Missions : traite (quelques matins), soins et surveillance des animaux, distribution de l’alimentation, participation aux travaux des cultures. CDI tps partiel. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL56-69

Rhône . GE recherche un salarié pr intervenir sur une expl. maraîchère à l’Est du dpt. Missions : travaux de plantation de légumes, entretien, récolte, conditionnement, livraisons si nécessaire. CDD 3 mois tps partiel de 25 hrs par semaine. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OMA076016-69

Savoie . Ent. Recherche un élagueur-grimpeur. Missions : taille d’arbres, élagage, démontage, abattage, entretien du matériel et des véhicules. CS Taille et Soins aux arbres nécessaire. Permis B indispensable. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OPAA11-73

Savoie . Expl. recrute un agent d’élevage laitier. Vs réaliserez la traite, l’alimentation, les soins aux animaux. Vs devez avoir une première expérience réussie ds le domaine. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL81-73

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . Homme cherche emploi en grandes cultures. Titulaire BPREA. Expériences acquises en stages. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. PCM126092

Drôme . Homme cherche emploi en arboriculture. Titulaire BTS ACSE. Expériences saisonnières. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. PAR126190

Loire . Homme cherche emploi en maraîchage. Formation agricole. Expériences saisonnières en maraîchage, viticulture et horticulture. Mobilité : Rhône – Loire. Contact : 04 76 20 68 08 ou emploi-isere@anefa.org. PMA-127741

Loire . Homme cherche emploi en arboriculture ou viticulture. Expériences saisonnières de 2 ans en exploitations. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. PMA-127211

Rhône . Homme cherche emploi en viticulture. Titulaire BEP viticulture-œnologie, CACES n°3, Certiphyto. Mobilité : Rhône. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. PVI-127747

Catégorie Pays de Savoie, agriculture, economie/emploi, petites annoncesCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

avril 2016
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+