Archive | 17 mai 2016

A la découverte des métiers de la filière cheval.

 Jeudi 19 mai, les jeunes de l’E2C de Voiron seront en visite au centre
équestre La Cavalcade à St Vérand, les jeunes de Vienne seront à Penol à la
Ferme équestre Les Chevaliers.

 Vendredi 20 mai, les jeunes de l’E2C de Grenoble seront à Chichilianne à la
ferme équestre des 4 chemins.
 les 9 et 10 juin, stage d’initiation à la traction animale animé par
l’association Equipage au refuge d’Esparron au Percy dans le Trièves.
> Rappel du contexte / Partenariat entre Isère Cheval Vert et l’Ecole de la 2ème
Chance Isère

L’association Isère Cheval Vert est en charge du développement durable de la filière
cheval en Isère :
- développement du tourisme équestre,
- de l’équitation de loisirs,
- de l’attelage,
- de la traction animale dans l’agriculture, la forêt, en ville,
- du projet « cheval et handicap »
- du projet « cheval et insertion sociale ».

L’Ecole de la 2ème Chance (E2C) a pour objectif d’assurer l’insertion sociale,
citoyenne et professionnelle de jeunes adultes sans qualification et sans emploi. Les
stagiaires de l’E2C sont des jeunes adultes de 18 à 25 ans, sans diplôme ni qualification, sortis
du système scolaire depuis au moins 1 an et issus du Viennois, du Voironnais ainsi que de
l’agglomération Grenobloise.

L’E2C propose aux jeunes un parcours de formation d’une durée de 6 à 8 mois, formation
personnalisée et rémunérée qui conduit vers une découverte professionnelle et la réalisation
concrète de leur projet. Les temps forts de cette période de formation :
- Les stages en milieu professionnel qui visent à construire puis valider le projet professionnel
des stagiaires.
- Des séances de formation individualisées principalement en français, mathématiques,
informatique-bureautique.
- Des ateliers et activités pédagogiques : sport, sorties culturelles, théâtre et projets collectifs
tiennent une place importante.

La rencontre d’Isère Cheval Vert et de l’E2C de l’Isère…

…a eu lieu en 2014 par le biais de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale
(DDCS) de l’Isère. Cette rencontre a fait germer l’idée d’un projet global, au bénéfice des
stagiaires en formation à l’E2C Isère.
Parfois en manque de repères et de cadre, parfois avec des savoir-être éloignés des prérequis
nécessaires pour une insertion sociale et professionnelle durable, il est apparu
intéressant pour l’E2C d’intégrer le cheval dans le travail mené auprès des jeunes
bénéficiaires en formation toute l’année.

Ainsi le projet s’est construit et articulé autour de 4 axes, en restant proche des
objectifs communs aux 2 structures :
> Découverte et présentation des métiers de la filière cheval auprès des jeunes de
Grenoble, Voiron et Vienne, dans les locaux grenoblois (oct 2014 et mai 2016) ainsi
qu’auprès de l’équipe éducative (mai 2016) dans le cadre d’une séance en salle avec
projection de vidéos sur les métiers tels que palefrenier, maréchal ferrant, animateur poney,
bourrelier…
> Découverte des métiers et visites d’entreprises
- en 2014, les jeunes de l’E2C Vienne ont visité le centre équestre de Vienne le Couzon, ceux
de Voiron l’entreprise « trotting events » de Villemoirieu, ceux de Grenoble la ferme
équestre des 4 Chemins située à Chichilianne.
- En 2016, les visites d’entreprises équestres auront lieu les 19 et 20 mai (voir ci-dessus)
Lors de ces visites, les jeunes ont l’occasion de découvrir les divers pôles de travail au sein des
centres équestres ainsi que les compétences à réunir pour faire vivre ces entreprises.

> Découverte du cheval et initiation.

- en 2014 : une journée de « coaching cheval » à eu lieu aux Ecuries du Centaure à
Réaumont.
- En 2016, la découverte du cheval est organisée en 3 demi-journées qui font suite aux
visites d’entreprises.
L’objectif principal est bien la socialisation des jeunes et non la pratique équestre… En effet,
l’action constitue un support de formation intéressant pour l’E2C Isère, permettant
notamment l’amélioration des compétences sociales de ces jeunes adultes : respect des
règles de sécurité, des consignes, responsabilisation, communication, connaissance de soi,
confiance en soi, gestion du stress,…
Le milieu équestre, et donc avec comme outil/allié « le cheval », constitue un excellent
médiateur pour des jeunes à la recherche de cadre, de règles et de codes qui leur
permettront de reprendre confiance en eux, confiance en leurs capacités et aussi confiance
aux institutions… En outre, l’équitation inculque des valeurs nécessaires à la vie en société :
respect de l’animal, donc respect d’autrui. Il en résulte le goût de l’effort, la tolérance et
l’organisation vers l’autonomie.
Le cheval n’a pas de préjugés par rapport à l’individu mais en revanche il impose ses règles
et répond toujours à une situation donnée. La rencontre avec l’animal doit permettre au
jeune d’instaurer un mode de communication adaptée et de le modifier en fonction des
situations dans lequel il va se retrouver. Aussi, il est un médiateur très intéressant pour que
les jeunes intègrent le respect de règles au sens large, de codes sociaux, mais qui s’imposent
ici naturellement…
Par-delà le contact avec l’animal et les exercices qui en découlent, cette activité
pédagogique permet de stimuler certains apprentissages comme la reconnaissance de soi, le
passage de la conscience de soi à la confiance en soi, d’améliorer son adaptabilité dans la
vie de tous les jours, de faire évoluer son comportement social, prendre conscience de son
langage non verbal et ainsi d’acquérir un « savoir être » dans sa vie en société…

> Stage de découverte et d’initiation à la traction animale

Ce stage est ouvert à 6 jeunes et 2 accompagnants. Il se déroule au Refuge d’Esparron, au
Percy dans le Trièves. Ce refuge est autonome en énergie, il est situé en milieu de
montagne, en pleine forêt. Il offre un confort sommaire, ne permet pas de connexion
internet ce qui participe à créer des conditions d’immersion complète dans le projet, en
rupture totale avec le quotidien citadin des jeunes.
Los de ce stage, les jeunes vont apprendre à soigner les chevaux au quotidien, à prendre
soin d’eux. Ils vont découvrir les techniques de menage et de débardage. Ils sont encadrés
par des professionnels de la traction animale, expérimentés sur les chantiers agricoles et
forestiers et dans l’accueil des jeunes.

Ce projet est financé par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale de l’Isère
(DDCS) dans le cadre du CNDS, Centre National pour le Développement du Sport

Catégorie enseignement-formationCommentaires fermés

SOUTENIR ET VALORISER LE MARCHÉ DU LAIT

À quelques jours de la Journée Mondiale du Lait, organisée le 1er juin, la filière française du lait de consommation dresse le bilan de son activité et présente son plan d’action pour 2016.

En 2015, les laiteries françaises ont produit près de 3,38 milliards de tonnes de lait de consommation, soit -2,4% par rapport à 2014[1] et les Français en ont consommé environ 51 litres par habitant sur l’année[2].

Ils en ont acheté 2,6 milliards de litres en grande distribution, soit -2,5% par rapport à 2014[3]. Le contexte national reste donc difficile pour les professionnels, qui doivent faire face au ralentissement de la consommation – en particulier lié au déclin du petit-déjeuner – et à la hausse incessante des importations (+12,8% en volume en 2015 vs 2014[4]).

Mais les professionnels ont des opportunités à saisir à l’international. Pour répondre à la demande mondiale croissante, ils peuvent compter sur l’excellence de leur filière, basée sur l’expertise des éleveurs français et les technologies de pointe des laiteries. Avec des pays émergents largement déficitaires en produits laitiers, le marché mondial progresse en effet en moyenne de +2% à +2,5% chaque année depuis 10 ans (hors crise économique de 2009)[5].

Il s’agit d’une belle opportunité de développement pour la filière française du lait de consommation, qui a de nombreux atouts à Sans titrefaire valoir sur la scène internationale. Elle propose en effet un produit de haute qualité, tracé et strictement contrôlé, permettant aux consommateurs internationaux de bénéficier d’un lait d’exception auquel ils peuvent accorder leur confiance.

La filière du lait de consommation mobilisée sur tous les fronts

Pour faire connaître tous les atouts du lait de consommation français, tant aux consommateurs hexagonaux qu’internationaux, la filière a décidé de mener de nombreuses opérations d’informations et de miser sur la transparence.

Les professionnels créent notamment une Charte d’engagement transparente et exigeante liée au logo « Lait collecté et conditionné en France ». Il s’agit de consolider les garanties offertes par ce point de repère, déjà présent sur plus de 50% des laits de consommation du marché, un an et demi seulement après son lancement.

Cette mobilisation pour la transparence s’illustre également à l’occasion de la 3e Journée Mondiale du Lait. Du 21 mai au 11 juin, ils ouvrent les portes de leurs laiteries et, pour la première fois cette année, invitent également le public à visiter les élevages laitiers. Le programme des animations proposées ainsi que de nombreuses informations sur le lait sont en ligne sur www.journeemondialedulait.com.

Par ailleurs, à travers leur participation au « Collectif du petit-déjeuner à la française », les professionnels informeront les consommateurs sur l’importance du petit-déjeuner dans l’équilibre alimentaire durant la Semaine du Goût, du 10 au 16 octobre prochain.

Sur tous les fronts en 2016, le lait liquide fait également l’objet d’une puissante campagne de communication sur la diversité des instants de consommation, visible de 17 mai au 5 juin à la télévision et relayée sur les réseaux sociaux.

1 Source : CNIEL – ZMP – Eurostat

2 Consommation apparente = production – exportations+ importations

3 Source : CNIEL/IRI panel distributeurs Census –Hypers + Supers + HD +e-commerce GSA

4 Source : FranbceAgrimer

5 Source : CNIEL / IDF

A propos de SYNDILAIT

SYNDILAIT est l’organisation professionnelle regroupant en France la majorité des fabricants de laits de consommation liquides : laits frais pasteurisés, laits de longue conservation stérilisés UHT, laits élaborés, laits aromatisés. Cette organisation représente treize entreprises.

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Renconcre avec Dominique Escaron, Président du Parc Régional de Chartreuse

Dominique Escaron, maire du Sappey en Chartreuse a été élu président du Parc Régional de Chartreuse. Il succède donc à Eliane Giraud.

 » Le Parc est un outil essentiel pour assurer la cohérence de notre territoire. C’est un espace de vie, d’accueil, un espace économique, un espace de forêt, agricole.. qu’il faut respecter, préserver, entretenir… » dit-il sans détours.. » Le Parc a une forte activité touristique qu’il faut développer, adapter à la demande..La chartreuse a vocation d’attirer les touristes tout au long de l’année. Cependant c’est l’hiver, avec les activités liées à la neige qui financent l’été.. »

esLe Président du Parc de Chartreuse est très enthousiaste quant au  plan neige annoncé quelques jours plus tôt par le Président de Région Laurent Wauquiez.  » Enfin on pense aux stations de moyenne montagne, aux petites stations. Ce plan neige est une formidable bouffée d’oxygène pour nos stations.  »

La station de St Pierre de Chartreuse est en grande difficulté financière.  » Elle a souffert d’absence d’aides tant du département que de la région, lors des mandatures précédentes. Oui la situation de St Pierre est préoccupante mais ça va bouger. Un portage nouveau va être mis en place. Le département, la région, le Parc, la communauté de communes  sont mobilisés. Tout devrait s’arranger. »

La Chartreuse n’est pas que ski..  » La Chartreuse est connue mondialement..Elle attire grâce à une multi-offre: sportive mais aussi familiale, historique, nature, sans oublier le patrimoine, le terroir.. « 

Un gros problème à soulever: les voies de communication.. » Oui c’est un problème très grave.. Il est plus possible de traverser Grenoble..et donc de monter en Chartreuse.. C’est un véritable handicap.. Je rajouterai le volet économique. A Grenoble on fait tout pour rejeter la circulation automobile, celle des camions.. Les camions de grumes ne peuvent plus traverser Grenoble.. « 

Puisque l’on parle de bois, évoquons l’AOC bois de Chartreuse:  » ça avance! son obtention donnera un super coup de fouet économique à toute une filière, celle du bois, mais bien au delà.  »

boisLe Comité interprofessionnel du bois de Chartreuse porte la démarche. Parmi les objectifs, outre celui de valoriser le bois de Chartreuse il s’agira de structurer la filière et de maintenir les scieries en place. Il en reste 9 sur l’espace Parc de Chartreuse. On en dénombrait une quinzaine il y a encore quelques années..

Un pan important de la vie du Parc, l’agriculture.  » La difficulté est bien entendu de conserver des terres agricoles et même d’en avoir plus.. » précisera le Président du Parc. Et de prendre l’exemple de sa commune du Sappey ou  » on a mis en place un Groupement foncier agricole. on a pu racheter des terres à vocation agricole et créer une activité agricole, en maraichage.. »

Le Parc de chartreuse a donc de multiples atouts.. Pour en revenir au tourisme, l’accueil est de qualité  » avec des gîtes attractifs mais le souci vient du fait qu’il y a 8000 lits sur le territoire du Parc, Chamrousse en a autant!  » il faut donc augmenter notre capacité d’accueil.. Nous allons nous mobiliser et aider les initiative qui iront dans ce sens.. »

Comme chacun sait le Parc de chartreuse court sur deux départements: Isère et Savoie  » Ce n’est pas gênant, il ne s’agit que d’une frontière administrative. Il existe une cohérence du territoire, donc une cohérence dans les actions menées.. »

Des actions qui sont nombreuses…

Gilbert PRECZ


Catégorie A la une, parcsCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

mai 2016
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+