Catégorie | La Métro

Des radars pédagogiques pour une Métropole apaisée

Afin de sensibiliser les usagers sur la vitesse et ses dangers, la
Métropole a débuté l’implantation d’une centaine de radars
pédagogiques dans le cadre de la « Métropole apaisée ».

Sans titre1

La « Métropole apaisée », c’est une démarche au service d’un meilleur
partage des espaces publics, c’est-à-dire de la sécurité des usagers
de tous les modes de déplacement, favorisé notamment par la
généralisation de la modération de vitesse à 30 km/h, à l’exception de
quelques axes demeurant à 50 km/h. Pour mémoire, en cas de choc
avec un véhicule à 30 km/h, le risque de décès pour un piéton est
divisé par 9 par rapport à un choc à 50 km/h.

Le déploiement de radars pédagogiques est actuellement en cours
dans les 14 premières communes volontaires ayant mis en place la
nouvelle réglementation au 1er janvier dernier. Depuis quelques jours,
de nouveaux radars pédagogiques sont ainsi installés à Grenoble, rue
Nicolas Chorier, comme à Saint-Egrève, dans les rues de La Monta et
des Brieux. Les lieux d’implantation de ces nouveaux radars
pédagogiques ont été définis par la Métropole en lien étroit avec les
communes concernées, principalement sur des axes nouvellement
réglementés à 30 km/h et au regard de leur dangerosité, par exemple
du fait de la proximité d’une école.

Sans titre2

En plus de leur rôle pédagogique, ces radars, alimentés à l’énergie
solaire, permettront de disposer de statistiques, en termes de nombre
de véhicules comme de vitesses, indispensables à la Métropole afin
d’évaluer la démarche.

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8575 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

mai 2016
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+