Une démarche départementale « chasse et sécurité »

Afin de permettre à tous les usagers de l’espace naturel de mieux cohabiter, de nouvelles
mesures vont renforcer la sécurité dans l’activité chasse. Six sites pilotes ont été choisis.

Le 8 mars 2016, le Préfet de l’Isère a mis en place un comité de pilotage « chasse et sécurité ».
L’objectif est de revoir le schéma départemental de gestion cynégétique et d’intervenir sur des
lieux naturels très fréquentés du public pour mieux faire cohabiter les chasseurs avec les autres
usagers : promeneurs, ramasseurs de champignons…

Plusieurs actions sont prévues en matière de formation, de sécurité et de cohabitation :
- La Fédération de chasse de l’Isère va renforcer son plan de formation pour les chasseurs
responsables de battues, soit environ 800 à 900 personnes d’ici à 2018.

- De nombreuses évolutions seront apportées sur le volet sécurité : décharge des armes
avant de franchir un obstacle, port du gilet ou d’une veste fluorescente, consignes pour les
postes en chasse collective, etc.

Dès septembre 2016, six sites pilotes seront mis place pour des actions de sensibilisation et d’information:

Revel (site de Freydières), Lavars/ Treffort (site de l’Ebron), Lans-en-Vercors
(site de Les Allières), Roybon (site de la Digonne), Saint-Pierre-de-Chartreuse (site du
Charmant Som), Saint-Ismier et le Versoud (site du Bois français).

Il s’agit de favoriser le dialogue entre tous les usagers et de mieux connaître leurs fréquentations.
Des réunions avec les élus et les acteurs locaux seront organisées pour mieux adapter les actions aux besoins recensés.

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8438 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

AGRICULTURE-GIF-468x60.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juin 2016
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+