Archive | 02 juillet 2016

Premiers résultats positifs

En 2004, Grenoble-Alpes Métropole lançait le premier Plan Climat en France. Il
s’agissait d’une réponse volontaire à l’engagement de la France dans un Plan
Climat national, plan d’actions pour lutter contre le changement climatique et
atteindre l’objectif de stabilisation des émissions de gaz à effet de serre à horizon
2012, fixé par le protocole de Kyoto.

En 2012, le Plan Climat étend son périmètre d’action et devient un Plan Air
Climat, avec pour ambition de réduire l’exposition de la population grenobloise
à la pollution atmosphérique. Une révision à la hausse des objectifs a été faite en
2014, notamment pour se conformer aux objectifs régionaux déclinés dans le
schéma régional air énergie climat.

Aujourd’hui, les premiers résultats du Plan Climat indiquent :
• Une baisse encourageante des émissions de gaz à effet de serre : -21%,
les objectifs fixés à l’horizon 2014 de -14% sont largement atteints (baisse
tous secteurs confondus)
• Une diminution des consommations d’énergie : soit – 16% entre 2005 et
2014. Cette évolution de la consommation est conforme avec l’objectif du
Plan Air-Énergie-Climat de -14% de consommation par habitant en 2014
• Une réduction des émissions de polluants atmosphériques :
- 47% d’oxydes d’azotes et – 22 % de particules fines, (l’objectif à
atteindre était de 24 %)
• Augmentation de la production d’énergie renouvelable locale : + 45%
entre 2005 et 2014 grâce à la présence d’hydroélectricité sur territoire, à
l’utilisation du bois pour le chauffage individuel et collectif ainsi qu’à
l’accroissement de la part de biomasse dans le réseau de chaleur.

Les résultats sont encourageants, il reste néanmoins à poursuivre les efforts. Un
travail d’actualisation du Plan Air-Energie- Climat sera d’ailleurs engagé fin 2016
afin d’identifier les nouveaux leviers et mettre en oeuvre de nouveaux projets.
La Métropole a néanmoins d’ores et déjà engagé de nombreuses actions tant
en matière de réduction des émissions que d’adaptation du territoire au
changement climatique :
• Lancement de l’opération « Mur Mur2 » avec pour objectif d’accompagner
10 000 propriétaires dans la réalisation de travaux et réduire ainsi la
consommation d’énergie ;
• La mise en place de la « Prime air bois », visant à diminuer les émissions
des particules fines ;
• Production de biogaz à la station d’épuration Aquapôle à partir des boues
d’épuration ;
• Construction d’une nouvelle centrale de production au bois sur le réseau
de chaleur sur la Presqu’île de Grenoble .

Catégorie A la une, La MétroCommentaires fermés

Renforcement des infrastructures rail et routes

Un sondage OpinionWay réalisé en juin 2016 pour le compte du Département sur l’aire urbaine de Grenoble confirme les orientations des habitants. Fatigués de la situation de saturation, ceux-ci demandent des modes de transports multimodaux. Au premier plan de leurs besoins la modernisation de la ligne de train entre Lyon et Grenoble ainsi que l’aménagement de l’A480.

Une dégradation des conditions de déplacement des Isérois : trop de bouchons
- Les habitants de l’aire urbaine de Grenoble se montrent critiques à l’égard des conditions de déplacement dont ils disposent aujourd’hui. La perte de qualité est soulignée par la majorité : 59% des interviewés estiment que ces conditions se sont détériorées au cours des dernières années.
- La circulation au sein de l’aire urbaine de Grenoble est au coeur des problèmes de déplacement identifiés. 75% des personnes interrogées estiment que les embouteillages constituent un vrai problème quotidien que les collectivités doivent traiter.
- Ces impacts sont ressentis par une part importante de la population, et notamment dans les communes périphériques, qui se sentent concernées par ces problèmes de mobilité (48% contre 33% à Grenoble).

Les solutions plébiscitées par les habitants : des modes de transports multimodaux
Pour venir à bout de ces problèmes de circulation, plusieurs solutions sont plébiscitées :
- Les projets d’aménagement de l’A480 et du Rondeau recueillent l’adhésion d’une large majorité : 86% y sont favorables.

- Les réseaux de transports en commun bénéficient d’une bonne image mais mériteraient d’être repensés. Les habitants veulent un réseau de transports collectifs plus dense, plus efficace et plus accessible. 23% déclarent ainsi spontanément qu’il faudrait augmenter la fréquence de passage.

Le TER comme le car apparaissent comme des solutions à développer.
- Spécifiquement sur le rail, la réalisation de travaux sur la ligne de TER Lyon-Bourgoin-Voiron Grenoble serait ainsi jugée bénéfique à plusieurs niveaux. Ces travaux permettraient à la ligne de gagner en régularité (95%), et en vitesse (92%). En plus de la ligne de TER, la quasi-totalité des interviewés (92%) estime que la création d’une ligne LGV Lyon-Grenoble serait une bonne idée.
- D’autres modes de transport comme le covoiturage sont également appuyés par les citoyens qui y voient une solution de transport intéressante pour fluidifier le trafic.

« Les rendez-vous de la mobilité avaient pour but de prendre le pouls de la population, confirmé par ce sondage. Nous avons désormais des attentes à transformer en projets concrets. Ces orientations feront l’objet de débats au Département dès septembre. », explique Jean-Claude Peyrin, Vice-Président du Département de l’Isère chargé des transports et de la mobilité.

Méthodologie de l’étude
L’étude « La mobilité dans l’aire urbaine de Grenoble » réalisée pour le Département de l’Isère, a été réalisée auprès d’un échantillon de 1 007 personnes, représentatif de la population habitant l’aire urbaine de Grenoble âgée de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et du lieu d’habitation. Les interviews ont été réalisées du 13 au 18 juin 2016

Catégorie Département de l'Isère, transportCommentaires fermés

Bienvenue à la Ferme Édition 2016 – 2017

Avec l’été, quoi de plus agréable que d’aller à la ferme acheter des fruits et des
légumes fraîchement ramassés, des fromages de vache ou de chèvre, de
déguster, avec modération, un vin et des jus de fruits du producteur, des
glaces au lait de la ferme, de passer une ou plusieurs nuits à la fraîcheur, à la
campagne ou sous un tipi au pied du Mont-Aiguille……
L’édition 2016 – 2017 du livret Bienvenue à la Ferme vient de paraître et vous
propose de découvrir au fil de ses pages , les 85 exploitations et les 105
prestations d’accueil proposées par ces agriculteurs isérois.
Hébergement à la ferme, fermes de découverte ou pédagogique, fermes
équestre, goûter casse-croûte, produits fermiers, fermes auberge, … toutes ces
prestations d’accueil répondent à un cahier des charges précis et aux attentes
actuelles des consommateurs : vivre et consommer local !
Avec ce livret gratuit, le public a accès à un ensemble d’informations et de
coordonnées qui lui permettent de découvrir l’Isère à travers la richesse de nos
terroirs : d’un bout à l’autre du département, de Belledonne en passant par l’
Oisans, le Vercors, le Sud Grésivaudan, la Chartreuse, le Nord Isère, les
Chambarans, le Sud Isère, vous pourrez découvrir les spécialités de chacun
(farine, pain, volailles, lait de jument, spiruline, etc..…).
Ce livret est disponible sur simple demande auprès du service de la Chambre
d’Agriculture de l’Isère (04 76 20 67 42), par courriel
(accueil@isere.chambagri.fr), dans les offices de tourisme, ou sur le site :
www.bienvenue-a-la-ferme.com/rhone-alpes.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

L’ISERE, DESTINATION PHARE POUR LA PRATIQUE DU VAE TOURISTIQUE

Avec une progression de 30% par an, le VAE ouvre de nouvelles perspectives et attire une nouvelle clientèle : tout en ménageant ses efforts, il permet de rendre accessible le vélo (numéro 1 des loisirs français), que ce soit pour découvrir des parcours de loisirs en famille, pour gravir l’un des nombreux cols isérois ou pour s’élancer sur les chemins de randonnée.
Grâce à des parcours de qualité et d’une grande variété pour tous les niveaux de pratique, l’Isère est un terrain de jeux idéal parfaitement adapté au VAE.
Face à cet engouement, et afin de développer l’usage touristique du VAE tout en valorisant ses différents territoires, le département de l’Isère aspire à devenir une destination phare de la pratique du VAE touristique.
Pour mener à bien cet objectif, le Département via son agence départementale du  développement touristique, Isère tourisme, met en place dès cet été, une expérimentation autour de la découverte du vélo à assistance électrique ainsi que du territoire.
L’objectif de cette opération estivale est de faire tester le VAE aux clientèles touristiques, de générer des locations et susciter la découverte de différents territoires isérois en VAE (parcours de loisirs en famille ou plus sportifs avec montées de cols ou randonnées…).
Cette opération pilotée par Isère tourisme est menée en partenariat avec les MCF, les offices de tourisme, les agences de développement touristique (ADT) et les acteurs des territoires concernés.
Sans titreSans titre

Catégorie tourismeCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2016
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+