Archive | 19 juillet 2016

Déviation des ruines de Séchilienne : aboutissement d’un grand projet d’infrastructure routière

Ce mardi 19 juillet était inaugurée la déviation des ruines de Séchilienne, désormais ouverte à la circulation. Cette réalisation permet de sécuriser la route RD 1091 entre Grenoble et Briançon, menacée par un risque d’éboulement au niveau de Saint-Barthélémy-de-Séchilienne. D’un montant de 30 millions d’euros, financés à près de 75% par le Département, ce chantier a intégré des exigences environnementales élevées, notamment en préservant le cours de la Romanche.

L’inauguration illustre la capacité du Département à mener des chantiers d’envergure pour la modernisation des infrastructures routières du territoire.

Une déviation devenue indispensable pour la sécurité des populations

Surplombée par des massifs instables (Mont-Sec), la route risquait un éboulement de 3 millions de m3 de roches capables d’obstruer le lit de la rivière La Romanche et recouvrir la route. Dès lors, selon les analyses géologiques, des travaux étaient devenus impératifs pour sécuriser la circulation sur la route.

Le Département a réalisé lui-même ce chantier d’envergure qui a duré 3 ans, avec l’aide financière de l’Etat et de l’Europe (FEDER, Fonds européen de développement économique et régional). Au terme des travaux, la plate-forme routière de la RD1091 a été déplacée sur les flancs du Mont Falcon, en étant  rehaussée de 30 mètres pour se mettre hors de portée des chutes de blocs.

La nouvelle route d’une longueur d’environ un kilomètre comprend un créneau de dépassement à 2X2 voies dans chaque sens sur environ 600 m.

« L’Oisans est une zone extrêmement touristique qu’il est capital de relier correctement. Nous y œuvrons tous les jours et modernisons rapidement cette route pour une circulation sécurisée et aisée. C’est un investissement très important que le Département continuera d’assumer. », affirme Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.

Un chantier technique intégrant des exigences environnementales

L’éboulement rocheux devant avoir un impact sur l’écoulement de la Romanche, des actions vis-à-vis du risque hydraulique ont été menées en lien avec le Syndicat mixte des bassins hydrauliques de l’Isère (Symbhi). Ces mesures ont pour but de ne pas perturber le cours d’eau et comprennent :

· la mise en place d’enrochements pour protéger les talus de remblais contre l’érosion de l’eau

· la réalisation à l’aval de la déviation d’un ouvrage d’art en béton armé de 20 m d’ouverture permettant l’écoulement de l’eau.

La nouvelle plate-forme routière comprend aussi un réseau de récupération des eaux pluviales. Les eaux captées sont ensuite évacuées vers deux bassins de traitement avant leur rejet dans la Romanche.

D’autres aménagements ont eu lieu pour intégrer la nouvelle route dans l’espace. Ainsi, les remblais de la déviation ont permis d’enfouir des réseaux électriques et de supprimer à terme la plupart des lignes aériennes. L’ancienne route sera complètement démolie d’ici le printemps 2017 et des aménagements paysagers avec diverses plantations seront réalisés.

Le rôle du Département pour des infrastructures routières de qualité

Les travaux de la déviation des ruines de Séchilienne attestent de l’engagement du Département en matière d’infrastructures routières. Le Département continue d’agir au quotidien pour la sécurité des populations et la liaison entre ses territoires.

Au-delà de Séchilienne, d’autres chantiers illustrent ce dynamisme, comme au tunnel du Chambon, où les travaux progressent vite, ou encore sur la route de la Bérarde récemment réouverte pleinement à la circulation.

Le Département de l’Isère a plus largement engagé un programme pluriannuel d’amélioration de l’accès à l’Oisans depuis Grenoble, visant à supprimer les points de blocage de l’axe et fluidifier la circulation.

Catégorie Département de l'Isère, environnementCommentaires fermés

500 millions d’euros pour la filière lait et les filières en difficulté

Les ministres européens de l’agriculture ont acté la mise en place d’une enveloppe de 500 millions d’Euros à l’échelle européenne, afin de venir en aide en priorité aux producteurs de lait de vache via une mesure spécifique de réduction de la production, mais également aux producteurs d’autres filières en difficulté.

Ce paquet de mesures doit permettre d’éviter que la dégradation des cours ne continue dans un contexte général d’augmentation importante de la production depuis la fin des quotas laitiers.

Sur ces 500 Millions d’Euros, 150 Millions permettront de mettre en place une mesure de régulation du volume de lait produit au niveau européen, la première depuis la fin des quotas laitiers. Les 350 autres millions seront délégués aux Etats membres qui pourront les utiliser dans le cadre de mesures de soutien, en adéquation avec la logique de maîtrise ; volontaire de la production laitière ou à d’autres actions permettant de redonner des perspectives de marché à d’autres filières et notamment la viande bovine. La France, pour sa part, sera bénéficiaire de près de 15% de l’enveloppe de 350 millions d’Euros avec une somme de 49,9 millions d’Euros.

Conformément à la demande de la France, ces mesures ne seront pas financées par la réserve de crise, qui aurait impacté le niveau des aides de la PAC versées en 2017 aux agriculteurs.

Le Ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, a indiqué que la France ferait rapidement des propositions relatives au relèvement du plafond de minimis.

Catégorie Union européenne, agriculture, lait/produits laitiersCommentaires fermés

Forêt : charte du promeneur de l’ONF

Les Français aiment se promener en forêt. Ils sont 500 millions de visiteurs par an. Pour l’Office national des forêts, l’enjeu est de taille : accueillir, orienter le public, lui offrir des parcours sécurisés et le sensibiliser au respect de cet environnement. Le gestionnaire des forêts publiques a publié une charte du promeneur pour un comportement citoyen en forêt.

1
La publication d’une charte du promeneur « J’aime la forêt, Ensemble protégeons-la », permet de rappeler aux promeneurs les règle de base d’une promenade en forêt. L’enjeu est de faire cohabiter accueil du public et protection de l’environnement par un comportement citoyen. Explications d’Anne-Marie Granet, référente nationale à l’ONF pour l’accueil du public.

Quel est l’objectif de cette charte ?

L’ONF vient de fêter ses 65 ans et, depuis sa création, nous nous soucions de l’accueil du public dans la forêt. L’objectif de la charte est de permettre à tous de profiter de la forêt tout en la respectant et en la préservant. Certaines personnes ne mesurent pas les conséquences de leurs pratiques. En expliquant nos recommandations et obligations, nous permettons une meilleure compréhension des enjeux de la forêt, et donc un meilleur comportement du public.

Comment associer l’accueil du public avec la préservation de la forêt et son exploitation ?

Promenade, VTT, course à pied, chasse… La charte fixe un cadre qui prend en compte toutes les pratiques du public pour les faire cohabiter au mieux avec les autres enjeux de la forêt. Par exemple, les promeneurs ne doivent pas s’aventurer hors des sentiers pour ne pas abîmer les jeunes pousses qui feront la forêt de demain ou ne pas entrer dans une zone de travaux forestiers.

Définir des espaces dédiés à l’accueil du public, à la biodiversité ou à l’exploitation de la forêt permet de faire cohabiter ces trois enjeux, au sein d’une même forêt. Ce dont le public n’a pas toujours conscience.

Quels sont les gestes citoyens en forêt ?

Il existe trois différents types de bons comportements : ceux au profit de la forêt, de sa faune et de sa flore ; ceux au profit des professionnels et de l’exploitation de la forêt et ceux au profit des autres usagers. Un comportement citoyen doit permettre la cohabitation de tous ces enjeux. Respecter la signalisation, emporter ses déchets, ne pas ramasser le bois mort qui est un refuge pour les champignons, les insectes, les oiseaux et qui participe aussi à la fertilité des sols : voici quelques-uns des gestes clés d’un promeneur citoyen. Pour les forestiers, il est essentiel d’expliquer ces enjeux pour sensibiliser l’usager et l’inciter à adopter le bon comportement.

Consulter la charte

Catégorie forêtCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

juillet 2016
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+