Archive | 20 juillet 2016

« Capture ta Chartreuse »

Sans titre


Le Parc naturel régional de Chartreuse lance une enquête photo participative. Cette dernière a pour but de questionner le regard des habitants et touristes sur le patrimoine paysager de Chartreuse selon 5 thématiques. Jusqu’au 31 août 2016, tous sont invités à répondre à cette enquête à travers la photographie.

Une enquête photo

Tout le monde peut participer et chacun est ainsi invité, selon cinq thèmes, à transmettre les ressentis particuliers et personnels qu’il a en Chartreuse.

Ces photos auront pour sujet : Le pays chartroussin de Grenoble à Chambéry

Les clichés seront, selon les thématiques, des vues éloignées, rapprochées, des panoramas, des détails. Il s’agit simplement d’illustrer au mieux les 5 thèmes. Le but de cette enquête est de recueillir les ressentis de chacun pour améliorer et faire perdurer avec vous la qualité de ce pays.

Comment participer ?

Cette enquête est destinée aux habitants et touristes du massif. Pour plus d’informations et pour charger vos images, rendez-vous jusqu’au 31 août sur :

http://enquetephoto.wix.com/capturetachartreuse

Les captures y seront publiées et utilisées uniquement dans le cadre de cette étude participative sur les paysages.

Confronter les regards

Cette enquête vient s’inscrire dans un cadre plus large de valorisation du patrimoine paysager chartroussin. Son but est de confronter un travail technique de caractérisation des paysages chartroussins, réalisé en 2014, avec le regard du grand public. En effet, le paysage est d’abord une construction commune confortée par le regard de chacun.

Thème n°1 : la Chartreuse flirte ses limites

Depuis les pieds du massif, montrez ce qui pour vous marque la limite entre la plaine et le massif

- Une première représentant une porte d’entrée dans le massif

- Une seconde représentant un frein à l’entrée dans le massif

Thème n°2 : Une petite Chartreuse à emporter

Photographiez de près un détail qui est un concentré de ce pays :

- Un premier détail que l’on prend plaisir à scruter.

- Un second détail que l’on ne souhaite pas avoir sous le nez tous les jours.

Thème n°3 : Mon amie la Chartreuse

Vous quittez ce pays et ne devez garder que deux images de celui-ci:

- Choisissez-en une coup de coeur et une insolite

- Laissez-nous une photo que vous ne souhaitez surtout pas emporter

Thème n°4 : Aux alentours d’un souvenir

- Si vous deviez décrire la Chartreuse à un cousin éloigné qui veut connaître les origines de sa famille, que choisiriez-vous de lui montrer ?

- Inversement, que voudriez-vous lui cacher ?

Thème n°5 : La Chartreuse des possibles et des impossibles

Dans 20 ans, notre quotidien aura changé. Photographiez les endroits qui sont le plus à même de changer selon vous.

- Que voudriez-vous garder tel quel ?

- Que voudriez-vous voir changer ?

Catégorie parcsCommentaires fermés

Loup : point sur la situation en Isère

Le préfet de l’Isère a réuni le comité départemental loup le 18 juillet afin de faire le point sur les attaques des troupeaux en 2016, d’aborder les méthodes de suivi de la population de loups, d’échanger sur le protocole de dérogation au statut de protection du loup et sur sa mise en œuvre en Isère. Cette réunion a été l’occasion d’échanges approfondis entre toutes les parties prenantes, notamment les élus, les représentants des éleveurs et les associations.

Ainsi, au 30 juin 2016, 29 constats d’attaques sont imputables au loup en Isère, pour 159 bêtes constatées (25 constats pour 111 animaux en 2015 à la même date).

Le préfet de l’Isère a rappelé l’importance de la mise en œuvre des mesures de protection des troupeaux en tenant compte des contraintes géographiques des alpages et des particularités locales. En effet, si la protection des troupeaux ne supprime pas les attaques du loup, elle en diminue la fréquence et l’incidence. Il a été rappelé que l’aide à la protection des troupeaux s’élevait en Isère en 2015 à 1,2 M€ pour 136 contrats.

Par ailleurs, les loups se déplacent et ne sont pas présents chaque année sur les mêmes secteurs. Il importe donc d’accompagner les éleveurs pour la protection de leurs troupeaux tout particulièrement sur les nouveaux territoires concernés. La population de loups, dont l’évaluation est complexe, est estimée par le service national de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) chargé du suivi de la population de loups, à plus de 20 en Isère.

Le protocole d’intervention sur le loup, dérogatoire vis-à-vis de son statut d’espèce protégée, prévoit qu’une gradation d’actions est possible lorsque la protection des troupeaux est effective et que des attaques persistent.

  • Ainsi, en 2015, le préfet de l’Isère a accordé 30 autorisations de tirs de défense qui sont valables 5 ans et sont donc toujours en vigueur ;

  • 9 nouvelles autorisations de tirs de défense ont été accordées au cours du premier semestre de 2016. Ces tirs, qui peuvent être létaux, visent à protéger le troupeau et à faire fuir le loup ;

  • 3 autorisations de tirs de défense renforcée, qui permettent l’intervention simultanée de plusieurs chasseurs pour plus d’efficacité, ont été délivrées début juillet aux 3 éleveurs de Chichilianne qui ont fait l’objet d’attaques répétées ce printemps. L’organisation de ces tirs est assurée par les gardes du service départemental de l’ONCFS et par la louveterie.


Au niveau national, un arrêté ministériel du 5 juillet 2016 fixe à 36 le nombre de loups pouvant être prélevés entre le 1er juillet 2016 et le 30 juin 2017
en France. Ce plafond pourra être revu une fois que l’estimation de la population de loups sera mieux connue. Les mesures graduées prévues dans le cadre du plan loup peuvent aller jusqu’aux tirs de prélèvement, simples ou renforcés, permettant des prélèvements dans le cadre du plafond autorisé.

Catégorie A la une, loupCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2016
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+