Archive | 28 juillet 2016

Réduire l’exposition aux pesticides des travailleurs agricoles

A l’occasion de la publication de l’avis du 25 juillet de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) relatif à l’exposition aux pesticides des personnes travaillant dans l’agriculture, Stéphane Le Foll, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, a présenté les actions du Gouvernement afin de mieux connaître et réduire les expositions professionnelles aux pesticides :

- Améliorer les connaissances : Le dispositif de phytopharmacovigilance, créé par la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014, est en place depuis le 1er juillet 2015. Il permet  de caractériser les effets des produits phytopharmaceutiques sur la santé humaine. Par ailleurs, prévus par le 3ème plan « santé-environnement 2015-2019 », deux dispositifs de surveillance dédiés à l’estimation de la fréquence de certaines maladies dans les populations agricoles ainsi qu’à la connaissance de l’exposition des agriculteurs et de leurs familles aux pesticides ont été lancés par les ministères chargés de la santé et de l’agriculture.

– Renforcer la culture de la prévention : Le plan santé au travail (PST) 2016-2020 lancé en décembre 2015 par Myriam El-Khomri fait de la prévention des expositions à ces produits et l’amélioration des pratiques professionnelles  des priorités.
En particulier, les travaux de normalisation des équipements de protection individuelle protégeant les travailleurs agricoles seront renforcés.

- Renforcer le conseil à l’utilisation des produits phytosanitaires : ce conseil a été rendu obligatoire par la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt et est encadré par un dispositif de  certificat délivré aux vendeurs et applicateurs de produits phytosanitaires (Certiphyto) piloté par le ministère chargé de l’agriculture, initié dans le cadre du plan Ecophyto I.

- Renforcer la formation des utilisateurs des produits phytosanitaires à travers la formation initiale et professionnelle des agriculteurs et le dispositif Certiphyto.

- Réduire les expositions : cela passe par un encouragement à la substitution des substances les plus dangereuses, notamment par le renforcement du site substitution-cmr.fr. La baisse de 50% en dix ans du recours aux produits phytosanitaires est un objectif réaffirmé par le plan Ecophyto II. Cet axe est également majeur au sein du Plan Santé au Travail.

L’ensemble de ces actions constitue une feuille de route opérationnelle  pour les services de l’Etat. Elle illustre la volonté du Gouvernement de protéger les travailleurs agricoles susceptibles d’être exposés à des pesticides dangereux. Le soutien de Stéphane Le Foll à la proposition de loi portant création d’un fonds d’indemnisation des victimes des produits phytopharmaceutiques déposée par Madame Nicole BONNEFOY, Sénatrice de la Charente, en est une démonstration.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Situation de la récolte de céréales et les mesures d’accompagnement

Le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, Stéphane Le Foll, a présenté une communication relative à la situation du secteur des grandes cultures et aux mesures mises en œuvre pour accompagner les producteurs en difficulté.

Dans un contexte de prix orientés à la baisse, du fait d’une prévision de récolte mondiale de céréales à des niveaux historiquement élevés et à des stocks importants, les conditions climatiques défavorables du printemps conduisent à une baisse significative des rendements, en particulier pour les céréales, qui touche inégalement le territoire et plus fortement les régions Grand-Est, Ile-de-France, Centre-Val-de-Loire et Bourgogne-Franche-Comté. Les intempéries ont également favorisé la prolifération de maladies et de ravageurs, qui peuvent dégrader la qualité des céréales.

Cette conjoncture fragilise les trésoreries et les revenus des producteurs de céréales, notamment dans les « zones intermédiaires », où les rendements sont inférieurs à la moyenne.

Dans ce contexte, la priorité est que les producteurs concernés disposent de la trésorerie nécessaire à la relance d’un nouveau cycle de production :

- les dispositifs de garantie des prêts par BPI France et de l’année blanche bancaire, mis en place dans le cadre du plan de soutien à l’élevage et étendus au secteur des grandes cultures, doivent être pleinement mobilisés avec les établissements bancaires ;

- la procédure de dégrèvement d’office de la taxe sur le foncier non bâti pour les parcelles sinistrées a été mise en place. Des délais de paiement ou des remises gracieuses des différents impôts et taxes auxquels ils sont assujettis pourront également être prononcés pour les exploitants les plus en difficulté ;

- les producteurs en difficulté peuvent également solliciter des reports de paiement de leurs cotisations auprès de leurs caisses de MSA ;

- le Gouvernement a décidé d’assouplir les conditions d’accès aux remboursements mensuels des crédits de TVA. Cette mesure vise à améliorer à court terme la trésorerie des céréaliers en leur permettant de bénéficier d’un remboursement accéléré de TVA en 2016 ;

- le Gouvernement a veillé à ce que les producteurs puissent invoquer le cas de force majeure et bénéficier de la majorité de leurs aides quand les événements climatiques ne leur permettent pas de se conformer aux règles de la politique agricole commune (PAC). La force majeure peut ainsi être invoquée par ces agriculteurs dans les communes reconnues en état de catastrophe naturelle et dans les communes non reconnues mais justifiant de situations climatiques comparables, recensées par arrêté préfectoral ;

- s’agissant de l’implantation des cultures intermédiaires pièges à nitrates, des dérogations pourront être envisagées, dans le respect des plans d’actions régionaux de lutte contre les nitrates dans les zones vulnérables, et, pour la PAC, de la réglementation européenne ;

Le Gouvernement a fait de la compétitivité du secteur agricole français, notamment du secteur céréalier, premier producteur de l’Union européenne et contributeur positif à la balance commerciale, une priorité. Ainsi, depuis le 1er janvier 2016, le taux des cotisations individuelles des exploitants a baissé de façon pérenne de 7 points, en plus de la baisse de 3 points décidée en 2015 dans le cadre du Pacte de responsabilité et de solidarité. Pour le secteur des grandes cultures, cette mesure structurelle représente une baisse de cotisations de plus de 160 millions d’euros entre 2014 et 2016. La mise en œuvre de la baisse supplémentaire de 7 points, prévue à l’occasion des appels à cotisations de juillet et novembre 2016 selon les caisses locales de MSA, viendra donc alléger les trésoreries des exploitants.

Le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt établira avec les producteurs un bilan quantitatif et qualitatif de la récolte à la fin du mois de septembre 2016. Il les réunira avec les principaux assureurs pour dresser le bilan du nouveau contrat d’assurance-récolte subventionné, le « contrat-socle », et envisager les éventuelles évolutions nécessaires à une meilleure diffusion de cet outil indispensable pour faire face aux aléas climatiques. Il présentera sur ces bases début octobre un plan de soutien au secteur céréalier.

Catégorie agriculture, céréalesCommentaires fermés

Le cheval rend service, Biassu en fait son actu…

Le cheval est au service des espaces agricoles, naturels mais aussi ruraux et urbain., voir notre article:

Le cheval au service des espaces agricoles, naturels, ruraux et urbains

Biassu qui colle à l’actualité a trouvé une autre action que pourrait mener le cheval…La plus belle conquête de l'homme 19.07.16 réduit-1

Catégorie BiassuCommentaires fermés

Eau de casserousse : Interdiction de consommer l’eau maintenue

Suite aux violents orages de ce week-end, interdiction de
consommation de l’eau maintenue à Herbeys, Brié-et-
Angonnes et Saint-Martin-d’Uriage et Poisat.

Depuis lundi 25 juillet, l’eau alimentant les habitants des communes d’Herbeys,
de Brié-et-Angonnes, de deux hameaux de Saint-Martin-d’Uriage (Villeneuve et
Replat) et de deux hameaux de Poisat (Romage et Champaney) fait l’objet d’une
restriction d’usage suite aux violents orages.

Lundi matin, l’eau présentait un aspect trouble dû à une quantité de matières en
suspension supérieure à la normale (appelée « turbidité ») et les premiers résultats
des tests bactériologiques ont confirmé hier la présence d’une pollution
bactériologique et physicochimique.

Grâce aux actions mises en oeuvre, l’eau redevient progressivement claire
au robinet mais il ne faut toujours pas la consommer : l’interdiction de
consommation de l’eau reste maintenue jusqu’à nouvel ordre.

Les investigations se poursuivent pour identifier précisément la cause de l’incident. La
conjugaison entre l’épisode orageux particulièrement important, intevenu dans la nuit
de dimanche à lundi, et les terrassements effectués par la régie des remontées
mécaniques de Chamrousse (aménagement du domaine skiable) en amont des captages
de Fontfroides Hautes semble avoir provoqué la coulée de boue à l’origine de l’incident.
En effet, la boue qui s’est introduite dans un des captages de Casserousse a alors
progressé dans les conduites et réservoirs, polluant ainsi le réseau d’eau (pollution
physicochimique, ou « turbidité ») et favorisant le développement de microorganismes,
à l’origine de la pollution bactériologique.

MESURES EN COURS :

• Des actions ont été menées pour nettoyer les réservoirs et les réseaux (purge des
réseaux, lavages des réservoirs, chloration du réseau). Pour que ces opérations soient
efficaces jusqu’au bout des réseaux, il est rappelé qu’il faut procéder à une purge
du réseau intérieur des logements, en laissant couler l’eau des robinets pendant
au moins dix minutes.
• Un programme d’analyses régulières a été mis en place pour suivre l’évolution de la
qualité de l’eau et s’assurer du retour à la normale.
• Des mesures de protection ont également été mises en oeuvre rapidement au niveau
du captage, celui-ci restant toujours hors service, et déconnecté des réseaux de
distribution.
• Des bouteilles d’eau continuent d’être mises à disposition en mairie d’Herbeys, Briéet-
Angonnes et Saint-Martin-d’Uriage.
Les services de Grenoble-Alpes Métropole et la SPL Eaux de Grenoble-Alpes restent
mobilisés pour un retour à la normale au plus vite.

RECOMMANDATIONS :

• L’eau ne doit pas être consommée pour la boisson et le brossage des dents
(utilisation d’eau en bouteille).
Pour les usages alimentaires (lavage des aliments, vaisselle…), il convient d’utiliser
l’eau après ébullition pendant au moins 10 minutes.
• La cuisson des aliments (à condition d’avoir au moins 10 minutes de cuisson), la
toilette (avec vigilance pour le visage) et les autres usages domestiques restent
autorisés.
A noter que les autres communes de la Métropole ne sont pas concernées par
cette interdiction de consommation de l’eau.

Catégorie La MétroCommentaires fermés

CONCOURS de recettes “CUISINEZ LOCAL”

Jusqu’au 10 septembre, les territoires du sud de l’Isère organisent un concours de
recettes à base de produits locaux. La finale se tiendra le 25 septembre lors de la
fête de la gastronomie organisée au Marché d’intérêt national de Grenoble sous la
bannière “Isère Food festival”.

Sans titre

Le principe du concours est simple :
les participants sont invités à proposer une recette, plat ou dessert, confectionnée à
partir d’une liste de produits locaux identifiés (bleu du Vercors-Sassenage, poulet, miel,
agneau, Saint-Marcellin, noix de Grenoble, courge et salade).
Chaque recette doit comporter au moins deux ingrédients parmi cette liste et doit être
réalisable en 1h15 maximum.
Les huit candidats sélectionnés par le jury seront invités à cuisiner en direct et en public
lors de l’Isère Food Festival, dimanche 25 septembre 2016 au Marché d’intérêt national
de Grenoble. Un prix “coup de coeur” sera également attribué à la recette qui
comptabilisera le plus de votes sur la page Facebook du concours. Le concours est doté
de 1800 euros de lots : repas au restaurant, paniers gourmands, cours de pâtisserie…

Le concours « Cuisinez local ! » est organisé par Grenoble-Alpes Métropole, la
communauté d’agglomération du Pays Voironnais, la communauté de communes du
Pays du Grésivaudan, le parc naturel régional de Chartreuse, le parc naturel régional du
Vercors et Alpes Sud Isère (Trièves, Oisans, Matheysine).

Cette première action est mise en place dans le cadre d’un programme commun, issu
d’une stratégie agricole et alimentaire élaborée entre tous ces territoires. Parmi les
objectifs identifiés, figurent notamment la valorisation de la gastronomie locale à base
de produits locaux et la mise en valeur de ces produits, facteur d’attractivité.

> Toutes les infos sur cuisinezlocal.fr
> Suivre le concours sur facebook.com/Cuisinez-local


Catégorie La MétroCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2016
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+