Archive | 09 septembre 2016

Viande née, élevée abattue, consommée en Isère

Beaucoup d’effervescence le jour d’ouverture de la foire … Il faut dire que comme l’a précisé Pierre Fouque ancien maire: j’en ai connu des contraintes, des soucis mais autant de mesures de sécurité jamais.. «   Ces dernières liées à la chaleur, la crise ont sans doute nui à la fréquentation car très vite on a compris que le nombre de visiteurs serait à la baisse.. Par contre les élus et personnalités étaient bien au rendez vous avec en particulier André Vallini, ministre, Laurent Wauquiez , président de région, Jean Pierre Barbier, président du département….

il a beaucoup été question d’agriculture et des problèmes qui lui sont liés actuellement.. Jean Pierre Barbier passant la matinée auprès des éleveurs..

Effervescence également au stand commun sillon38/Provencia. Bien entendu l’excellence était au rendez vous avec la présence de produits nobles comme la truffe, le bleu du Vercors Sassenage, le safran, les veaux Drevon,…les vins de Savoie.

Il a surtout été question de l’accord conclu entre les éleveurs de viande, le département, l’abattoir de Grenoble et le groupe Provencia.

Accord unique, difficile ce mettre en place mais qui permettra aux éleveurs de valoriser au mieux leurs bêtes.

En effet l’accord est simple: les bêtes nées et élevées en Isère seront abattues à l’abattoir de Grenoble. Les quartiers avant serviront aux cantines des collèges de l’Isère et les quartiers avant seront vendus dans les magasins Provencia de l’Isère..

On en reparlera..

Par contre nous n’avons pas du tout  » aimé de ne voir en ce jour de bétail que quelques bovins présent sur le foirail.. Remplacés par des chevaux.. Une tradition perdue!

La journée inaugurale en photos..

Catégorie A la uneCommentaires fermés

Jean-Pierre BARBIER présent et engagé aux côtés du monde agricole

A l’occasion de la foire agricole de Beaucroissant, le grand rendez-vous agricole de la Région Auvergne Rhône-Alpes, le Président du Département de l’Isère et député, Jean-Pierre Barbier  a exposé sa vision de l’agriculture et fait des propositions  pour refaire de l’agriculture un fleuron de l’économie française, qui puisse profiter à ses agriculteurs. Pôle agroalimentaire, homogénéisation des normes, et filières équitables sont les pistes esquissées.

P1100774

Créer de la valeur ajoutée : un pôle agroalimentaire en Isère

Le grand défi qui se pose concerne la sécurisation et la diversification des revenus agricoles. Face à des cours volatiles et une compétition accrue, il s’agit de créer de la valeur ajoutée pour permettre aux agriculteurs de gagner leur vie.

C’est pour cela que le Département est moteur dans la création d’un pôle agroalimentaire isérois en s’appuyant notamment sur les outils existants : abattoirs du Fontanil, Marché d’intérêt national (MIN), légumerie, etc. Ce pôle aura pour vocation d’intervenir pour l’ensemble des acteurs des différentes filières agricoles en Isère et des multiples segments de la chaîne alimentaire (production, transformation, commercialisation) pour permettre à la profession de se structurer, de fabriquer des produits finis avec de la valeur ajoutée et de saisir de nouvelles opportunités commerciales.

P1100822

Homogénéiser les règlementations : la France alignée sur l’Europe

La France pêche par un excès de règlementations agricoles trop strictes qui pénalisent notre agriculture face à nos voisins européens. Il est crucial d’aligner nos lois et règlementations sur le standard européen. Il est impossible de lutter contre des marchés agricoles qui ne respectent pas les mêmes normes, d’autant plus dans un marché européen libéralisé avec une libre circulation des marchandises.

C’est un travail qui est à mener à la fois par les parlementaires nationaux et européens comme par le Gouvernement. Un vaste chantier de remise à niveau des normes doit avoir lieu lorsqu’elles posent problème.

P1100780

Garantir des prix planchers dans des filières aujourd’hui injustes

Le système agroalimentaire français est encore trop déséquilibré dans sa relation entre agriculteurs, industriels et distributeurs. Nous devons rééquilibrer le rapport de force au profit des agriculteurs qui sont aujourd’hui impuissants dans les négociations.

Pour cette raison, il est capital d’imposer aux industriels des prix d’achats qui tiennent compte des coûts de production. Branche par branche, produit par produit, nous devons définir des prix en dessous desquels il ne sera pas possible de passer chaque année.

« La crise est maintenant devenue trop longue et durable pour se contenter de poser des rustines ci et là. Les aides d’urgence ne sont pas une solution de long terme. Mais mieux vaut prévenir que guérir. ll faut créer une nouvelle agriculture. », explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère et député.

Catégorie Département de l'Isère, agriculture, foire de BeaucroissantCommentaires fermés

Le département de l’Isère est placé en vigilance sécheresse

Malgré des températures élevées, les précipitations régulières de printemps et du début de l’été sur notre département ont permis d’éviter jusqu’à présent la sécheresse.

Cependant depuis le mois d’août le bilan pluviométrique montre un déficit cumulé très marqué de l’ordre de 40 % par rapport aux valeurs normales pour la saison. Cette situation exceptionnelle pour la saison se fait désormais ressentir de manière importante sur la sécheresse des sols mais aussi sur les débits des cours d’eau qui sont très faibles pour la saison. Certaines nappes phréatiques commencent par ailleurs à présenter des niveaux inférieurs aux normales saisonnières.

Les prévisions ne font pas état de précipitations significatives attendues pour les prochains jours et les températures se maintiennent à un niveau élevé. L’impact sur la ressource va s’accentuer ces prochains jours.

Les membres du Comité Départemental de l’Eau (CDE) ont été consultés par courriel le 7 septembre 2016 sur la situation de la ressource en eau du département.

A l’issue de cette consultation, le Préfet de l’Isère place en vigilance tout le département de l’Isère pour les eaux superficielles et les bassins de gestion Bièvre-Liers-Valloire, Guiers, 4Vallées Bas Dauphiné pour les eaux souterraines. Cette décision n’impose pas de restriction particulière sur les usages de l’eau mais doit inciter chacun à une gestion la plus économique possible de la ressource.

Eu égard à l’évolution de la situation pour les semaines à venir, le CDE pourra être amené à se réunir prochainement et à prendre éventuellement des mesures plus restrictives en matière de consommation d’eau.

Aussi, en cette période qui reste estivale, il est demandé à chacun une gestion économe de l’eau (remplissage des piscines, arrosage, bains, lavages divers…) que ce soit à partir des prélèvements dans les cours d’eau ou à partir des réseaux de distribution d’eau publics, et cela sur l’ensemble du département. Chaque citoyen doit d’être vigilant et faire preuve de civisme pour éviter de porter atteinte à la ressource en eau, bien précieux pour tous les usagers.

Catégorie eauCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

septembre 2016
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+