Archive | décembre, 2016

Loi montagne: valorisation du rôle de l’agriculture et de la forêt

Plus de 30 ans après la loi « Montagne » fondatrice pour les territoires de montagne, les parlementaires ont définitivement adopté, mercredi 21 décembre, le projet de loi de modernisation, de développement et de protection des territoires de montagne.

Cette loi « Montagne » version 2016 pose en principe fondateur le développement économique, social et environnemental des territoires de montagne.
Présentée comme une actualisation de la loi de 1985 et une consolidation de ses acquis (reconnaissance des spécificités des territoires de montagne et nécessité de les prendre en compte dans les politiques publiques, mise en place du Conseil national de la montagne et des comités de massif, reconnaissance des massifs), cette loi « Montagne » constitue un nouveau cadre législatif pour les territoires de montagne.
Cependant les Chambres d’agriculture regrettent la définition floue autour de l’état de boisement d’une parcelle, qui laisse libre court à des interprétations subjectives pouvant entrainer des conflits d’intérêt entre agriculteurs et administration territoriale.
En revanche les Chambres d’agriculture se félicitent de la reconnaissance et de la valorisation du rôle de l’agriculture et de la forêt dans le développement équitable et durable de la montagne.
En effet la loi Montagne :
réaffirme l’importance des soutiens spécifiques aux zones de montagne pour compenser le handicap naturel et les surcoûts inhérents à l’implantation des exploitations agricoles et des outils de transformation, reconnait le besoin de soutiens spécifiques pour le développement de la forêt et l’accès aux massifs forestiers, souhaite renforcer la couverture numérique en zone de montagne, réaffirme le rôle de l’élevage pastoral dans l’entretien des espaces, reconnaît la nécessité d’une politique d’usage partagé de la ressource en eau.

Catégorie montagneCommentaires fermés

La loi Montagne 2 définitivement adoptée

La loi « Montagne » ou de modernisation, de développement et de protection des territoires de montagne,  très attendue , adoptée le 21 décembre, a été publiée au journal officiel du 29 décembre.

Pour connaître le texte dans son intégralité:

https://www.legifrance.gouv.fr/

Catégorie A la une, montagneCommentaires fermés

A la découverte de Vina d’el Mar..

A la découverte du Chili, plus exactement de Vina d’el Mar avec le reportage de Thierry Maisonneuve, président de l’ Association Franco Péruvienne d’Aide au Développement.

Vina d’el Mar est une station balnéaire par excellence située au nord de Valparaiso.

Séparée en deux par le fleuve Marga Marga, cette ville possède une résidence d’été présidentiel elle est perchée sur une colline.

Pas de petites criques tranquilles mais 4 grandes plages ou viennent mourir les rouleaux du pacifique. Peu de monde aujourd’hui, les vacances scolaires commencent fin décembre, mais le soleil bien présent, heureusement un petit vent marin venait adoucir la chaleur qui aurait pu vite devenir étouffante.

De grands immeubles modernes presque les pieds dans l’eau agrémentent le bord de mer.

Il y a même la plus grande piscine du monde, 1,5 km de long, où se pratique la voile et toutes sortes de sports nautiques.

Quelques pélicans mais pas de loups de mer contrairement à 1997 où ils se faisaient dorer sur les rochers.

234678910


ASSOCIATION FRANCO PERUVIENNE D’AIDE AU DEVELOPPEMENT.
3 RUE Lieutenant Chabal 38100 Grenoble

contact :
M.Maisonneuve Thierry
11 allée du Grand Champs
38450 VIF.
Tél: 06.61.02.72.07.
thierry.maisonneuve@orange.fr

Catégorie A la une, coopération internationaleCommentaires fermés

Schéma départemental de coopération intercommunale de l’Isère

Trois projets de fusion d’Établissement Public de Coopération Intercommunale à Fiscalité Propre (ECPI à FP) inscrits dans le schéma départemental de coopération intercommunal seront effectives le 1er janvier 2017. Il s’agit de:

La communauté de communes du sud Grésivaudan

Elle est Issue de la fusion des communautés de communes de Chambaran Vinay Vercors, de la Bourne à l’Isère et du pays de Saint-Marcellin.

Cette nouvelle collectivité regroupe 47 communes, est totalise une population de 45 149 habitants. Son siège est à Saint-Marcellin.

La communauté de communes les Balcons du Dauphiné

Elle est située dans l’arrondissement de La Tour du Pin, et est issue de la fusion des communautés de communes du pays des Couleurs, de l’Isle Crémieu et des Balmes Dauphinoises.

Elle comprend 48 communes et totalise une population de 74 596 habitants.

Son siège est à Saint-Chef,

La communauté de communes les Vals du Dauphiné

Elle est située dans l’arrondissement de La Tour du Pin, et est issue de la fusion des communautés de communes de Bourbre Tisserands, de la vallée de l’Hien, des vallons de la Tour et des vallons du Guiers.

Elle regroupe 37 communes et totalise une population totale de 62 170 habitants.

Son siège est fixé à La Tour du Pin. Cette collectivité comprend la commune nouvelle Les Abrets en Dauphiné.

Ainsi, la communauté de communes des Vals du Dauphiné verra le jour le 1er janvier 2017.

Au total, en Isère le nombre d’Établissement Public de Coopération Intercommunale à Fiscalité Propre passera au 1er janvier 2017 de 26 à 19 EPCI.

Par ailleurs, le 1er janvier 2017, cinq «communes nouvelles» seront créées :

  • «Villages du lac de Paladru» qui associe les communes de Le Pin et de Paladru

  • «Arandon-Passins»

  • «La Sure en Chartreuse» qui associe Pommiers la Placette et St Julien-de- Ratz

  • «Les Deux Alpes» qui associe Mont-de-Lans et Venosc

  • «Chatel en Trièves» qui associe Cordéac et St Sébastien

Catégorie la vie des communes, monde ruralCommentaires fermés

Etiquetage nutritionnel  » Respect des traditions et refus des surtranspositions »

Communiqué de la FNSEA concernant l’étiquetage nutritionnel.

« Enfin !  Voilà  une  victoire  pour  des  milliers  de  producteurs  qui  ont  un  savoir-faire, mélange  de  tradition  et  modernité  et  à  qui  il  n’était  pas  nécessaire  de  rajouter  des contraintes franco-françaises inutiles.

En  effet,  Mme  Martine  Pinville,  Secrétaire  d’État  auprès  du  ministre  de  l’Économie  et des  Finances,  chargée  du  Commerce,  de  l’Artisanat, de  la  Consommation  et  de l’Économie  sociale  et  solidaire,  vient  de  confirmer  que  la  plupart  des  produits  dit « fermiers »   seraient   exemptés   de   tableau   de   déclaration   nutritionnelle,   flexibilité indispensable,  prévue  d’ailleurs  dans  le  règlement européen  sur  l’information  des consommateurs.

Ces produits font l’objet de toutes les attentions et sont pour les consommateurs l’objet de bien des plaisirs, répondant à des attentes de qualité et de proximité. Ils sont notre héritage  des  terroirs,  auxquels  la  FNSEA  et  ses  Associations  spécialisées  sont  si attachées.  Ils  sont  également  notre  identité  et  notre  culture.

Rajouter  un  étiquetage supplémentaire n’aurait pas de sens sur des produits, par nature, peu standardisés.Enfin, en temps et en moyens, ces ajouts auraient été de vrais couperets d’activités, de vrais  boulets  de  fonctionnement,  pénalisant  le  développement  de  filières  fermières créatrices de valeur ajoutée et de lien social dans les territoires.Notre terroir est une force économique, sociale et sociétale. Il faut l’accompagner tout en le respectant. »

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Un nouveau gîte à St Guillaume..

St Guillaume est une commune rurale 300 âmes. Situé dans le Trièves au bas des falaises est du Vercors, le village  est situé à 700 m d’altitude. Le village de Saint-Guillaume est surtout connu pour son ensemble architectural typique du Trièves.

Claude Pion et son épouse possèdent une maison familiale située en face de la mairie..C’est un retour aux sources car entre temps Claude a effectué une carrière de militaire, puis a possédé une entreprise de transports et enfin un restaurant à Monestier de Clermont.  » Je voulais absolument passer ma retraite à St Guillaume « dira l’homme âgé aujourd’hui de 80 ans mais toujours bon pied bon oeil..

Son seul regret est que le domaine est coupé en deux et que la maison attenante est inhabitée, se détériore.. jusqu’au jour ou l’opportunité se présente: il peut la racheter.. Les époux Pion ayant déjà une idée derrière la tête: la transformer en gîte.  » Revaloriser ce patrimoine afin de le laisser en héritage à nos enfants était pour nous la solution idéale.

Très vite ils contactent l’antenne des gîtes de France Isère, avant même d’avoir acquis le bien! »

Lionel André, technicien se rend sur place.  » J’évalue la faisabilité du projet et j’en déduit rapidement que celui ci est totalement réalisable. Le gîte pourrait accueillir une famille de 5 personnes. L’emplacement est idéal, à quelques encablures des stations de ski, proche de multiples chemins de randonnée, à moins d’une demi-heure de Grenoble. C’est parfait pour une clientèle de toutes saisons mais aussi pour des ouvriers travaillant sur l’agglomération grenobloise.. »

Le projet étant cadré, les différentes démarches administratives sont lancées  » dont les subventions  et aides apportées dans le cadre de la rénovation de l’habitat dans le Trièves et également une subvention du Département via Isère Tourisme.

 » Nous avons suivi toutes les conseils de Lionel qui nous a beaucoup aidé pour bâtir notre projet et suivre le cahier des charges propre aux gîtes.  » Ce sera un gîte trois épis  avec un confort maximum  » précisera le technicien des gîtes.

Au rez de chaussée outre la pièce de vie il y aura  cuisine et salle de bains et à l’étage deux chambres… » Lionel nous a proposé de  faire également une pièce de jeu, de repos, ce sera fait.. »

Tout était en ordre mais restait l’essentiel: l’acquisition du bien.. Nous avions la parole du propriétaire mais.. » précise Claude Pion.

C’est fait et les travaux ont pu débuter en début de cette année.  » On espérait ouvrir pour ces vacances de Noël mais c’était prématuré..  » Il reste en effet ce que l’on appelle communément les finitions..  » Ça se fera sans doute au printemps 2017.. « 

Les propriétaires sont tout heureux de mener à bien ce projet  » qui n’aurait pas vu le jour sans l’aide des gîtes de France et de son technicien.. »

Voici le déroulé de l’opération en images..


Catégorie tourismeCommentaires fermés

Offres et demandes d’emploi dans le secteur agricole

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org :

Hte-Savoie . GAEC, élevage bovin lait avec transformation, cherche un agent fromager avec expérience ou formation, pr la fabrication et l’affinage du fromage. Vs assurerez également le nettoyage des ustensiles. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL096519-74

Hte-Savoie . Expl., élevage bovin lait avec transformation, recherche une personne polyvalente pr participer à la traite, aux soins des animaux et à la fabrication fromagère. Prévoir d’assurer des astreintes. CDD tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL096360-74

Loire . GE départemental recrute un agent élevage laitier pr réaliser la traite, les travaux des champs, l’entretien du matériel. CDI tps partiel 4 jrs/semaine. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL096408-42

Rhône . GE recrute un salarié pr intervenir sur une expl. laitière : Transformation fromagère (bovin lait et caprin), livraison, traite des vaches un soir par semaine. Permis B obligatoire. CDI à tps partiel (18 heures). Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL096517-69

Savoie . Expl. recherche pr la saison d’hiver un salarié en charge de la traite, de l’alimentation du troupeau de 80 VL. Possibilité de logement. CDD tps plein 6 mois. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL096529-73

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Drôme . Homme cherche emploi en prod. végétale ou élevage avicole. Expériences en planification des cultures, encadrement du personnel, travaux des cultures et élevages. Mobilité : Drôme. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DCM-138539

Drôme . Homme cherche emploi en viti ou arbo. Expériences saisonnières : taille, travaux en vert… Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. PVI-138272

Hte-Savoie . Femme cherche emploi d’agent ou responsable fromager. Formation et expériences supérieures à 5 ans.  Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. PVI-138092

Rhône . Femme cherche emploi en arbo/maraichage. Expérience en expérimentation végétale, titulaire Certiphyto décideur. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. PMA-138590

Savoie . Femme cherche emploi d’agent viticole. Expériences saisonnières : travaux en vert, épamprage, relevage, vendanges, travail du chai.  Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. PVI-138744

Catégorie Pays de Savoie, agriculture, economie/emploi, petites annoncesCommentaires fermés

Corps: super marché de la gastronomie …

C’est sous un soleil radieux que c’est déroulée, ce samedi 17 décembre la troisième édition du marché de la gastronomie , producteurs et métiers d’art de Corps.

Rendez vous étant donné à la salle des fêtes de corps avec vue magnifique sur  le lac du Sautet et montagnes environnantes.

Organisée conjointement par la municipalité et l’office du tourisme cette 3ème édition a permis aux visiteurs de partir à la découverte des produits du terroir comme foie gras, escargots, murçon et charcuterie de la Matheysine…mais aussi bière locale, confitures, chocolats.., vins, truffes et safran de l’Isère mais aussi les huîtres de l’étang de Thau.

Le repas du midi : le cochon cuit sur place à la broche était tout simplement excellent..et a connu un vif succès.

Les métiers d’art comme celui du vannier, de la dentellière ont eux aussi apporté une touche originale à cette fête ou la convivialité était de mise, tant du côté des exposants, des visiteurs que des organisateurs.. Chacun dont le maire en personne, Fabien Mulyk n’ hésitant pas à mettre  » la main à la patte. »



Catégorie foires/salons, la vie des communesCommentaires fermés

TUNNEL DU CHAMBON  » NOUS NOUS ETIONS ENGAGES, NOUS L’AVONS FAIT !’

Pari tenu, défi relevé !!!!

Vendredi 16 décembre 2016, le tunnel du Chambon réouvrait à la circulation. Après un travail intense pendant 8 mois de travaux, un nouveau tunnel voit le jour et relie de nouveau l’Isère aux Hautes-Alpes.

C’était un immense défi qui a été réalisé dans les temps conformément au plan annoncé par le Département.

image005

Un défi technique réussi : la réouverture dans les temps

En avril 2015, le tunnel du Chambon était fermé à la circulation. 1 an et demi plus tard, il réouvre à la circulation conformément au calendrier prévisionnel, juste avant les vacances de Noël. Au total, en 8 mois seulement, le tunnel de dérivation d’une longueur de 500m  a été percé, venant se connecter à la galerie conservée de 500m de l’ancien tunnel.

En toute sécurité, les véhicules peuvent à nouveau circuler depuis hier midi avec des règles de circulation particulières*

La réalisation du chantier du nouveau tunnel d’un montant de 24,4 millions d’euros était aussi un défi financier et politique, réussi grâce à la mobilisation des fonds du Département (45%), de l’Etat (25%) et des deux Régions Auvergne Rhône Alpes et PACA (15% chacune).

L’économie locale est préservée

Les saisons touristiques ont pu être sauvées grâce à la construction de la route de secours, qui avec le passage d’un demi-million de véhicules a permis de restaurer la liaison.

La réouverture temporaire du tunnel va relancer pleinement l’activité grâce aux ouvertures saisonnières en 2017 (hiver et été).

La priorité était de sortir de l’isolement un territoire et de lui redonner une voie d’accès pour son économie et sa vitalité. L’ouverture définitive du tunnel aura lieu à la fin de l’année 2017, qui apportera des perspectives durables au territoire

« Je suis fier de cette réalisation en un temps records. Nous nous y étions engagés, nous l’avons fait. C’est une bouffée d’air pour la région, c’est aussi un signe d’encouragement qui montre que le politique peut tenir ses promesses et agir, dans l’intérêt des citoyens. » affirme Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère

*Vitesse de circulation limitée à 50km/h. Circulation autorisée pour les voitures, campings car, cars jusqu’à 26t. Interdiction de circulation pour les PL de plus de 3,5t, hors dérogations locales.



Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

LE CENTER PARCS DE ROYBON PEUT VOIR LE JOUR

La Cour administrative d’Appel de Lyon a  rendu sa décision confirmant l’arrêté relatif aux espèces protégées et annulant l’arrêté relatif à la loi sur l’eau.
Ce verdict est encourageant car prouve le sérieux du projet concernant le respect des espèces protégées, confirmant au passage l’intérêt public majeur de ce projet.
Le Groupe Pierre & Vacances – Center Parcs va se pourvoir devant le Conseil d’Etat sur le contentieux relatif à la loi sur l’eau. Ce sont encore de nouvelles péripéties juridiques à venir, qui ne font que retarder la réalisation du projet.
Nous restons naturellement confiants et mobilisés derrière l’implantation du Center Parcs, qui peut se concrétiser. Nous sommes toujours convaincus de son intérêt à Roybon et de son impact positif pour l’ensemble de l’écosystème local. C’est un projet qui respecte des impératifs environnementaux très élevés et qui s’avère structurant pour la région entière avec un potentiel d’activité fort, et des centaines d’emplois à la clef.
Pour Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère, « Cette décision est encourageante car elle valide une partie de la copie et prouve l’intérêt public majeur du projet. Je regrette seulement tout ce temps perdu pour la création de centaines d’emplois. Les péripéties juridiques vont se poursuivre au Conseil d’Etat pour réussir à valider l’ensemble du projet, qui peut voir le jour !».
« Cette décision est encourageante pour l’avenir de Roybon et pour son développement économique. Je me réjouis en effet que la Cour administrative d’appel de Lyon ait confirmé l’arrêté « espèces protégées » qui autorise la société « Pierre & Vacances-Center Parcs » à exploiter son site et confirmé le jugement du Tribunal de Grenoble, qui avait affirmé à deux reprises « l’intérêt public majeur » du projet.

Je soutiens pleinement le pourvoi en cassation devant le Conseil d’Etat de la Société au titre de la loi sur l’eau et j’espère que les juges de la Haute administration reconnaîtront la légitimité de ce projet de même que son respect de la légalité loin des dogmatismes idéologiques», explique Laurent Wauquiez, Président de la Région Auvergne Rhône Alpes.
« La réalisation du Center Parcs de Roybon est une nouvelle fois suspendue. Pourtant, notre territoire a besoin de ce projet structurant, qui va redonner de l’emploi et créer de la richesse, tout en préservant le cadre de vie auquel nous sommes tous attachés, et le milieu environnemental des Chambaran. Notre engagement pour voir le Center Parcs sortir de terre est intact ! » affirme Yannick Neuder, Président de Bièvre Isère Communauté et Vice-Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Catégorie Département de l'Isère, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2016
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+