Archive | 14 décembre 2016

Le revenu des agriculteurs en forte baisse de -26 %

La Commission des Comptes de l’Agriculture a rendu public le chiffre du revenu des agriculteurs pour l’année 2016 (-26%), confirmant la gravité de la crise que connaissent les agriculteurs depuis deux ans.

Tous les secteurs sont concernés ! Même le commerce extérieur de produits agricoles et alimentaires s’effondre de manière significative (-30% sur les dix premiers mois de l’année 2016). La production agricole française au prix du marché, et hors subventions, recule quant à elle en moyenne de près de 7% en valeur.
L’explication de cette érosion du revenu des agriculteurs ne saurait se limiter au seul facteur climatique, mais s’inscrit davantage dans la persistance de la crise.

L’abondance d’offre au niveau mondial en céréales et en lait dans un contexte de demande atone, a précipité depuis deux ans vers le bas les prix, conditionnant des résultats catastrophiques et préoccupants pour la pérennité des exploitations agricoles. La courte embellie des cours du porc intervient après deux années de prix bas, et n’efface par conséquent pas la dégradation des trésoreries. A cela s’ajoute le mauvais fonctionnement des filières, pas de logique partenariale entre les acteurs des filières, ce qui pose la question non encore résolue de la répartition de la valeur ajoutée.

Les Chambres d’agriculture sont mobilisées dans des travaux visant à renforcer la résistance économique des exploitations agricoles. Il est urgent de se pencher sur l’érosion du revenu des agriculteurs français et de construire un projet garantissant la pérennité des outils de production.

Les réponses apportées à la crise par les pouvoirs publics, nationaux ou européens, ne sont pas suffisantes. Les Chambres d’agriculture rappellent que l’exigence est à la régulation des marchés agricoles et attendent des propositions fermes dans le cadre de la future PAC 2020, que ce soit en termes de lissage des prix ou de dispositifs assurantiels.

Les Chambres d’agriculture seront auprès des agriculteurs pour proposer aux pouvoirs publics des leviers efficaces et durables de redressement des résultats économiques de la Ferme France. Dans l’intérêt des producteurs eux-mêmes, mais aussi dans l’intérêt de l’économie française !

Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

Appel à projets national innovation et investissements pour l’amont forestier

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Porte-parole du Gouvernement, lance aujourd’hui l’appel à projets national innovation et investissements pour l’amont forestier annoncé le 7 novembre 2016 lors de la « Conférence des financeurs pour l’amont forestier ».

Cet appel à projets permettra d’accompagner financièrement les projets d’investissement innovants et collectifs qui concourent à l’atteinte des objectifs du Programme national forêt-bois (PNFB), et notamment celui relatif à la mobilisation de bois. Il s’inscrit en cohérence avec les priorités du Plan Recherche Innovation 2025 pour la filière forêt-bois.

L’appel à projets concerne des projets d’investissements de toute nature, de la plantation en forêt à la commercialisation du bois. Il est ouvert en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer et à tous les acteurs de la filière.

La date limite de dépôt des projets est fixée au 13 mars 2017.

Catégorie forêtCommentaires fermés

En 3 ans, plus de 85 000 agriculteurs formés sur les thèmes de la multiperformance et de l’agroécologie

Depuis 3 ans déjà, les montants financiers du fonds de formation professionnelle VIVEA consacrés à ces thématiques sont en augmentation : 7,2 millions d’euros en 2014, 9 millions d’euros en 2015 et très
probablement 10 millions en 2016. Les agriculteurs sont demandeurs : plus de 85 000 agriculteurs auront suivi des formations sur ces trois dernières années.

La multiperformance est une priorité du Plan Stratégique Triennal VIVEA depuis plusieurs années. De nombreux comités régionaux VIVEA se sont fortement mobilisés pour développer les formations.
La Bretagne, les Pays de la Loire, l’Occitanie et la région Auvergne-Rhône-Alpes sont particulièrement dynamiques. Ces 4 régions totalisent à elles seules plus de 4 600 formations sur les 9 800 réalisées sur ces thèmes dans toute la France.

Réuni le 13 décembre, le Conseil d’administration de VIVEA a voté son programme d’activité pour l’année 2017. Le développement des formations concourant à la multiperformance économique, sociale et
environnementale des entreprises agricoles reste l’un des axes stratégiques de cette nouvelle année. En 2017, sur un budget de 60 millions d’euros consacrés à la formation, VIVEA attribuera une part importante de son enveloppe à des formations liées aux modes de production innovants et assurera la prise en charge financière totale de ces formations.

En cette période de crise, la formation a plus que jamais un rôle à jouer pour accompagner les chefs
d’entreprise et leur donner les moyens de s’adapter et de maintenir leurs activités. Elle peut accompagner la transition de l’agriculture vers des modèles de production plus durables, plus résilients et performants économiquement.

Christiane LAMBERT, présidente de VIVEA : « Les chefs d’entreprise agricole sont déjà nombreux à avoir modifié leurs pratiques dans un objectif de multiperformance, montrant ainsi que la formation continue est un levier puissant de transition».

Catégorie agriculture, enseignement-formationCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2016
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+