Archive | 08 février 2017

Installation rime avec innovation

Cette année, le mois de l’installation, organisé à l’initiative de la Chambre d’Agriculture Auvergne-Rhône-Alpes et de ses partenaires, de la région Auvergne-Rhône-Alpes et de l’Etat, porte sur le thème de l’innovation.

C’est l’occasion de mettre en lumière d’une part les dispositifs novateurs mis en oeuvre pour faciliter l’installation et d’autre part de nouvelles façons d’aménager les exploitations, de cultiver, transformer et distribuer les produits agricoles.

Tout au long du mois de février, les différents temps forts organisés sur le territoire invitent à découvrir les différents métiers, formations et dispositifs d’accompagnement proposés dans le monde agricole, pour encourager l’installation ou la reprise d’une exploitation par de jeunes agriculteurs et agricultrices.

Emilie bonnivard, vice Présidente de la Région en charge de l’ agriculture précise: « La Région investit largement pour maintenir un tissu agricole riche et diversifié et relever le défi de l’installation. Cela passe notamment par l’accompagnement de l’installation, le soutien de la formation des porteurs de projet et toutes les démarches qui permettent d’apporter de la valeur ajoutée pour des produits de qualité et des exploitations compétitives ! »

Pour prendre connaissance du dossier complet :

Mois de l’installation février 2017 Auvergne-Rhone Alpes


Catégorie agriculture, installation, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Chambres d’agriculture : façonner un réseau efficace

Établissements publics à caractère administratif institués au début du XXème siècle pour représenter les intérêts agricoles auprès des pouvoirs publics, sur le modèle des chambres de commerce et d’industrie (CCI) et des chambres des métiers et de l’artisanat (CMA), les chambres d’agriculture sont devenues des partenaires du ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt (MAAF) qui voit dans leur réseau un relais pour la mise en oeuvre de ses politiques publiques.

La Cour des comptes exerce le contrôle du réseau des chambres d’agriculture, qui comporte trois échelons d’organisation : au niveau national, l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA), au niveau régional, 13 chambres, qui ont principalement un rôle d’orientation, de coordination et de structuration du réseau et, au niveau local, 91 chambres départementales ou interdépartementales, qui disposent de plusieurs centaines d’antennes sans personnalité morale.

S’y ajoutent neuf organismes inter-établissements du réseau (OIER), qui ont des missions spécialisées s’exerçant dans le ressort de plusieurs chambres d’agriculture.

La loi du 13 octobre 2014 d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt impose aux chambres des missions nouvelles, notamment de contribuer au développement durable des territoires et des entreprises agricoles.

Les chambres d’agriculture doivent donc évoluer pour satisfaire à ces nouveaux enjeux, sous peine de laisser passer l’occasion qui leur est donnée de mieux répondre aux besoins du secteur. L’État doit prendre toute sa part dans cette évolution, ce qu’il a déjà commencé à faire avec le décret du 13 mai 2016 relatif au réseau des chambres d’agriculture.
Les rapports, étayés par les observations issues des contrôles exercés par la Cour, constatent une évolution sensible des missions du réseau , la nécessité de le restructurer, et de restaurer son équilibre financier .

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS


Si les chambres d’agriculture constituent aujourd’hui un réseau utile à la mise en oeuvre de la politique agricole et à l’accompagnement des agriculteurs dans un contexte de mutation profonde, elles doivent poursuivre la réforme de leur réseau et surmonter plusieurs faiblesses :
- une restructuration insuffisante qui ne met pas les chambres en situation de mieux mobiliser leurs moyens en faveur des agriculteurs et de s’inscrire dans le fait régional ;
- un manque de stratégie commune et des outils de gestion trop limités pour permettre une meilleure connaissance de l’activité et des coûts et améliorer le pilotage des chambres comme de l’ensemble du réseau ;
- une maîtrise insuffisante des charges, au premier rang desquelles la masse salariale, pour faire face, dans la durée, aux contraintes financières.

Face à cette situation, l’État doit prendre toute ses responsabilités dans la nouvelle configuration du réseau des chambres d’agriculture, en accompagnant les établissements dans la poursuite de leur réforme.

En conséquence, la Cour formule les recommandations suivantes :
1. encourager la fusion des chambres départementales ;
2. réduire le nombre des élus au sein des sessions des chambres d’agriculture en supprimant les collèges 4 (anciens exploitants) et 5 (groupements professionnels agricoles) ;
3. faire mentionner explicitement dans le code rural et de la pêche maritime la qualité de tête de réseau de l’APCA et son pouvoir de définir la stratégie nationale du réseau ainsi que sa politique générale en matière de gestion du personnel ;
4. transférer la compétence fiscale du niveau départemental au niveau régional.

Pour prendre connaissance de la totalité du rapport cliquer ici:

chambres-agriculture

Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

Un dynamisme durable pour un leader toujours conquérant

Jean Pierre Gaillard, président de la Caisse Régionale du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes ne cesse de le marteler:  » notre banque mutualiste se veut être une banque de proximité, proche de ses clients mais aussi de son territoire…Oui le Crédit Agricole sud Rhône-Alpes est une banque régionale, et le restera, qui est résolument optimiste, qui croit à la valeur ajoutée de l’humain et à la force de proximité..

D’autres organismes bancaires ferment des agences, bloquent les embauches, nous nous recrutons et formons pour mieux servir nos clients, nous maintenons le nombre de nos agences que ce soit dans le milieu urbain ou en campagne, nous maintenons nos services avec par exemple aucun frais de tenue de comptes..Oui nous voulons aller de l’avant.. »

20170206_130437

Propos tenus lors de la présentation des comptes 2016…

Christian Rouchon, directeur général a tenu à préciser que » le bilan est excellent malgré une année 2016 marquée par des évènements défavorables, des incertitudes et de citer:  » la crise bancaire en Italie, le vote du Brexit, l’élection très controversée de Donald Trump, les taux historiquement bas..A cela se rajoute le taux de  croissance très faible en France..

Cela ne nous a pas empêché de vivre une année exceptionnelle tirée par les trois priorités que nous avions fixé: développement du fond de commerce, financement du territoire et satisfaction des clients.. »

Pour entrer plus dans le détail..

Au service du client

L’année 2016 a marqué la fin du déploiement organisationnel du nouveau modèle de distribution de la banque régionale : avec la spécialisation des métiers, ce modèle est gage de compétence des conseillers et d’un niveau d’expertise élevé.

La banque a choisi la fin des conseillers qui gèrent seuls un portefeuille clients ; les conseillers travaillent désormais en équipe, avec un responsable de clientèle qui coordonne des spécialistes par métiers (épargne, crédit, assurance). Cette approche, couplée à la mobilisation de tous les collaborateurs de la Caisse régionale, s’est concrétisée dans des résultats commerciaux très satisfaisants.
Cette organisation relève le souci constant de la banque d’offrir à ses clients des interlocuteurs qualifiés et formés.

Plus de 300 nouveaux collaborateurs ont été embauchés en CDI depuis 2014 par le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes. Ainsi, la banque se positionne comme l’un des plus importants recruteurs de son territoire. L’entreprise a fait le choix de proposer des emplois stables et pérennes, au service des clients.

Des Agences métamorphosées

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes propose un nouveau modèle bancaire avec des agences au design repensé. L’Agence, nom de baptême des points de vente, est ouverte, avec des « espaces thématiques » en accès libre qui matérialisent les savoir-faire, des salons pour des rendez-vous en « côte à côte » et des espaces collaboratifs pour développer l’esprit d’équipe.

L’humain reste au coeur des agences. Le dispositif place l’agence bancaire en lieu d’émotions mais aussi en espace d’écoute, de conseil, d’expertise et de confiance.

La marque du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, c’est de proposer la puissance du digital et des outils à distance, pour faciliter les opérations, mais également un réseau d’agences dans lesquelles le client trouve les spécialistes dans les grands domaines de la banque et de l’assurance. Après la rénovation d’une vingtaine d’agences en 2016, la banque poursuit son effort d’investissement avec quarante agences planifiées sur les douze prochains mois.

Des professionnels pour les pros

Sur le même modèle que l’Agence pour les particuliers, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes offre aux clients professionnels l’expertise de leur secteur : nos spécialistes référents interviennent dans le domaine du tourisme, des professions libérales, des associations, des professions de santé, des énergies renouvelables, des start-up…

Le Village by CA Sud Rhône Alpes

Les start-up trouvent au Crédit Agricole Sud Rhône Alpes depuis de nombreuses années des équipes dédiées à leurs problématiques spécifiques. Dès la rentrée 2017, elles pourront en plus s’inscrire dans la démarche spécifique Village by CA au coeur de Grenoble. Le Village est un lieu de partage et de création dédié au business et à l’innovation. Il abritera une pépinière, mais ne se résume pas à l’accompagnement de start-up.

Sa mission : promouvoir l’innovation sous toutes ses formes, au service du développement économique des territoires, en mettant en relation des start-up, des PME et des grands groupes. Le Village by CA Sud Rhône Alpes symbolise l’importance accordée aux rencontres, avec «la Place du Village», où ces acteurs de profils différents peuvent réseauter et «coopérer pour innover». Le Village mettra à la disposition des start-up un ensemble de services et leur fera profiter d’une relation privilégiée avec les partenaires, qui les accompagnent dans leur développement.

Résultats financiers 2016

Si les revenus de valeurs et les commissions liées à l’équipement de la clientèle sont en progression, le PNB d’activité du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes subit pleinement en 2016 les effets négatifs de la marge d’intermédiation sous les effets conjugués des renégociations de crédit habitat, du maintien des taux d’épargne réglementée anormalement élevés et de l’opération de simplification du groupe Crédit Agricole réalisé le 3 août dernier (coût du démantèlement du Switch 1 et coût de financement de l’investissement de la Caisse régionale dans Sacam Mutualisation).
Dans le cadre de sa stratégie d’optimisation du coût de son passif, la Caisse régionale a procédé sur l’exercice au remboursement anticipé d’une partie de sa dette de marché long terme historique en contrepartie du paiement d’indemnités financières.

Cela a pour conséquence de réduire sensiblement le coût moyen de son passif sur les années à venir et de redonner une dynamique positive à la marge d’intermédiation dans un contexte de fort réaménagement des crédits clientèles et des taux d’épargne réglementée anormalement élevés.

L’impact net de ces opérations sur le PNB de l’exercice 2016 a été de -54,6 M€ (compensé par une reprise de FRBG à due concurrence du montant net d’IS). Retraité de cet élément exceptionnel, le PNB ressort à 417,8 M€.
Les charges de fonctionnement sont en hausse de 4,6 %. La Caisse régionale poursuit ses efforts de recrutement et investit fortement dans la compétence de ses collaborateurs tout en poursuivant son ambitieux projet de transformation de la distribution qui place le service client au coeur de l’activité.

Par la transformation des agences, la mise en place de parcours digitaux, la réorganisation des métiers et le renforcement des expertises, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes relève le défi de mettre à la disposition de ses clients de véritables spécialistes dans les domaines du financement de l’habitat, de l’épargne, de l’assurance et de la banque au quotidien.

Après prise en compte de l’impôt sur les sociétés, du résultat net sur immobilisations et d’une reprise de FRBG, le résultat net social s’établit à 105,0 M€. Compte tenu des retraitements liés aux normes IFRS et notamment le changement du taux d’impôt différé actif, le résultat net consolidé s’établit à 112,2 M€.

Perspectives 2017
Entreprise contemporaine, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes poursuit en 2017 son rôle de 1er financeur de son territoire et sa politique d’investissements pour développer sa banque multicanale et son réseau d’Agences de proximité.

Il en va de même de sa politique d’investissement avec la poursuite de la rénovation de son réseau d’agences dans le cadre du déploiement du nouveau modèle de distribution, ainsi que le projet de futur siège social à Grenoble dont les travaux ont débuté en décembre 2016.

Enfin, la Caisse régionale poursuivra son projet de dématérialisation des flux entrants et flux clients avec la volonté forte de passer du papier au tout numérique pour réduire son empreinte carbone, sécuriser davantage le service en renforçant l’efficience de son fonctionnement et la satisfaction de ses clients.

CASRA

Catégorie economie/emploiCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

février 2017
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+