Catégorie | - filière bois, A la une

Filière bois : hausse du déficit et stabilité des échanges

Filière bois : hausse du déficit et stabilité des échanges

En 2016 le déficit de la filière bois s’accroît de 2 % par rapport à 2015. Il s’établit à 5,9 milliards d’euros en données provisoires. Le volume global des échanges varie peu. Les importations progressent de 1 % et atteignent 15,3 milliards d’euros.

Les exportations se stabilisent à 9,4 milliards d’euros. Les échanges intra-communautaires restent largement majoritaires. Ils concernent 79 % des importations et 74 % des exportations. L’Allemagne fournit à elle seule 20 % des produits importés et achète 18 % des exportations françaises pour un solde commercial déficitaire de 1,3 milliard d’euros.

Le déficit de la filière bois s’accroît à nouveau

Après deux années de légère amélioration, le solde commercial de la filière bois se dégrade à nouveau en 2016. Le déficit s’accroît de 2 % et s’établit à 5,9 milliards d’euros avec des échanges relativement stables.

Les importations atteignent 15,3 milliards d’euros et les exportations 9,4 milliards d’euros. Cette dégradation du solde commercial provient principalement du secteur des meubles et sièges en bois où les importations progressent de 5 % et les exportations de 3 % pour un déficit en hausse de 6 % (2,3 milliards d’euros).

Le secteur des papiers et cartons, joue également un rôle important dans le déficit commercial de la filière. C’est dans ce domaine que les échanges sont les plus intenses. Les importations se stabilisent à 7,1 milliards d’euros et les exportations à 5,2 milliards d’euros pour un déficit de 1,8 milliard d’euros qui augmente de 3% sur un an. Le solde commercial est déficitaire aussi pour les produits du travail mécanique du bois.

Il atteint – 0,8 milliard d’euros et se dégrade de 7 %. A l’inverse, le déficit des pâtes de bois et vieux papiers se réduit de 27 % et régresse à 432 millions d’euros. A l’amont de la filière bois, le solde commercial et les échanges sont plus faibles.

Le déficit des sciages décroît de 2 % et s’établit à 0,4 milliard d’euros. Quant à l’excédent des bois ronds (0,1 milliard d’euros), signe de l’exportation de matière première, il se réduit de 14 %.
L’Union européenne, tirée par l’Allemagne, concentre 74 % des exportations et 79 % des importations pour un déficit commercial de 5,2 milliards d’euros. Les exportations sont essentiellement dirigées vers l’Allemagne (18 %), l’Espagne (13 %), la Belgique (11 %) et l’Italie (10 %).

Les importations proviennent principalement d’Allemagne (20 %), d’Italie (11 %), de Belgique (9 %), d’Espagne (8 %) et de Chine (7 %). Le solde commercial est fortement déficitaire avec l’Allemagne (- 1,3 milliard d’euros), la Chine (- 0,8 milliard d’euros), l’Italie (- 0,7 milliard d’euros), la Suède et la Finlande (- 0,6 milliard d’euros chacune). Il est excédentaire avec certains pays dont le Royaume-Uni (0,4 milliard d’euros) la Suisse (0,3 milliard    d’euros), les Etats-Unis d’ Amérique (0,2 milliard d’euros) et l’Algérie (0,1 milliard d’euros).

Travail mécanique du bois

Le solde commercial des produits du travail mécanique du bois se dégrade de 7 % sur un an pour atteindre un déficit de – 836 millions d’euros. Les importations (2,5 milliards d’euros) progressent de 3 % et les exportations (1,6 milliard d’euros) de 2 %.

Dans le secteur des placages, panneaux de fibres, panneaux de particules et contreplaqués, la forte hausse des importations (+ 8 %) pèse sur le déficit qui passe de 41 à 125 millions d’euros avec des exportations qui se stabilisent (- 1 %).

Le déficit des autres produits du travail mécanique du bois, se réduit de 4 % à 711 millions d’euros. Les exportations progressent de 5 % et atteignent 745 millions d’euros. Les ouvrages de tonnellerie, traditionnels fleurons de la filière bois, génèrent un excédent de 332 millions d’euros, en baisse de 1%. Les exportations sont stables et les importations progressent fortement (+ 27 %) mais restent marginales.

Bois ronds

Le solde commercial des bois ronds présente un excédent de 148 millions d’euros en 2016, en recul de 14 % sur un an. Après deux années de forte augmentation, les exportations de bois ronds (matière première de la filière bois), régressent de 8 % (266 millions d’euros) et retrouvent un niveau proche de celui de 2013.

Les importations restent stables à 118 millions d’euros. Les échanges diminuent fortement pour les feuillus tempérés et principalement pour les chênes dont les exportations chutent de 14 % et les importations de 35 %. Les exportations de conifères confirment leur tendance à la baisse. Elles reculent de 7 % tandis que les importations progressent de 12 %, entrainant une baisse de l’excédent commercial de 28%.

Les exportations de sciages progressent de 8 %

Le solde commercial des sciages s’améliore de 2 % sur un an mais reste largement déficitaire en 2016. Il s’établit à – 429 millions d’euros avec une hausse importante pour les exportations (+ 8 %) et modérée pour    les    importations    (+ 2 %). Il est constitué principalement par le déficit commercial des sciages de conifères (439 millions d’euros) qui augmente de 3 % avec des échanges orientés à la hausse.

Le solde commercial des sciages de feuillus tempérés, toujours excédentaire (99 millions d’euros), s’accroît de 12 %. Il est tiré par les exportations de sciages de chêne qui augmentent plus vite que les importations (+ 14 % contre + 11 %).

Les échanges de sciages de bois tropicaux confirment leur tendance à la baisse avec une réduction de 10 % du déficit (89 millions d’euros).

Découvrir dans son intégralité la note Agreste

Source AGRESTE

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8193 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

AGRICULTURE-GIF-468x60.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

mai 2017
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+