Archive | 01 juin 2017

Régalime : un concours régional pour les lycéens autour du « manger local »

Pendant huit mois, des lycéens de sept établissements de la région Auvergne-Rhône-Alpes – dont trois sous tutelle du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation – sont allés à la rencontre de produits alimentaires locaux et typiques dans la cadre du concours Régalime. Un concours pas comme les autres qui a mobilisé des jeunes et des professionnels de l’alimentation autour d’un même but : la valorisation des métiers et des terroirs.

Ravioles au chocolat, comté, croquille, bresse bleu, safran, cantal, pangée… Autant de produits qui sont passés sous la loupe de lycéens issus de la Drôme, de l’Ain, de la Haute-Savoie et du Cantal.

Initié par Novalim, service du Syndicat Mixte du Technopole Alimentec (SMTA) qui intervient auprès des entreprises et des créateurs du secteur agroalimentaire, avec le soutien de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le concours Régalime s’adresse aux élèves de classes de seconde du territoire.

Objectifs : sensibiliser les jeunes à une alimentation locale, rapprocher le monde de l’éducation et des professionnels. « Les filières alimentaires et agroalimentaires sont méconnues et bénéficient d’un déficit en terme d’image », souligne Julie Lacroix-Ravanat, responsable communication et emploi-formation du SMTA. « Nous avons souhaité sensibiliser les plus jeunes aux réalités du métier, et, pourquoi pas, créer des vocations… puisque c’est un secteur qui recrute ! »

Une meilleure appréhension du secteur alimentaire

Origine historique, procédés de fabrication, recettes, qualités nutritionnelles, étiquetage, métiers et savoir-faire, réseaux de commercialisation, approche développement durable… Une enquête du champs à l’assiette que chaque classe a mené avec la complicité d’une entreprise locale et qui s’est conclue ce mardi 23 mai à Lyon par une présentation oral devant un jury constitué de professionnels et d’institutionnels.

« La maturité avec laquelle les jeunes ont appréhendé et relaté ce travail expérimental et scientifique nous réjouit quant à leur implication dans leurs études et auprès des professionnels », indique Éric Bouvattier, président du jury et directeur d’usine de produits alimentaires.

Sans titre

Ce sont les élèves du lycée Émile Loubet à Valence (Drôme) qui ont remporté cette 5e édition avec les ravioles au chocolat de la Mère Maury, maison fondée en 1885. Leur récompense : une visite-dégustation en juin chez un chef étoilé pour une initiation à la haute gastronomie.

Les trois établissements agricoles participants

- Le lycée agricole du Valentin à Bourg-lès-Valence (Drôme) s’est intéressé à la pangée, un gâteau à base d’abricot, d’amande, de pomme et de mie. Il a été élu meilleur biscuit de France en 2004.
- La MFR La Vernée à Péronnas (Ain) s’est intéressée à la croquille, une bouchée d’escargot où tout se mange, même la coquille ! Celle-ci se présente sous la forme d’une gaufrette salée croustillante.
- Le lycée agricole Louis Mallet à Saint-Flour (Cantal) s’est intéressé au cantal, fromage emblématique du Massif central qui bénéficie d’une AOP (Appellation d’origine contrôlée).

Catégorie agro-alimentaire, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Répertoire de l’enseignement agricole

Télécharger le répertoire des formations agricoles en région Auvergne Rhône-Alpes:  http://draaf.auvergne-rhone-alpes.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/Repertoire_

Catégorie enseignement-formation, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Gare à la rage

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation lance, comme chaque année, une campagne de sensibilisation à l’attention des voyageurs, afin de rappeler les consignes de sécurité relatives à la lutte contre la rage, ainsi que les démarches à effectuer impérativement avant de voyager à l’étranger avec son animal de compagnie.

La rage tue encore une personne toutes les dix minutes dans le monde.

La France est indemne de rage. Les cas de rage en France proviennent tous d’animaux contaminés à l’étranger. Depuis 2001, 11 cas de rage canine ont été diagnostiqués sur des animaux contaminés à l’étranger et importés illégalement en France.

Le dernier cas de rage recensé sur notre territoire a été confirmé en 2015 sur un chien ramené d’Afrique du Nord sans que les garanties sanitaires obligatoires aient été obtenues avant le départ de l’animal.

Des moyens existent pourtant pour prévenir l’introduction de la maladie en France. Les faire connaitre est l’objet de cette campagne d’information qui se déroule chaque année à la veille des départs estivaux.

Lors d’un séjour à l’étranger dans un pays à risque, il est en effet fortement recommandé de ne pas toucher d’animal errant et de ne surtout pas en ramener avec soi. Un animal introduit illégalement peut en effet se révéler infecté et transmettre ensuite la maladie à d’autres animaux ou personnes.

Pour voyager avec son animal de compagnie, des démarches préalables sont obligatoires :

- il convient de prendre contact avec votre vétérinaire suffisamment tôt avant le départ (de 1 à 4 mois selon la destination),
- votre animal doit être identifié et accompagné de son passeport,
- les vaccins de votre animal doivent être à jour,
- une prise de sang est nécessaire avant de se rendre dans certains pays à risque.

Au retour en France, il faut impérativement présenter son animal de compagnie aux autorités de contrôle. Le non‐respect des obligations réglementaires est passible de sanctions pénales (article L237‐3 du Code rural et de la pêche maritime).

Les vétérinaires sont en première ligne dans le dispositif de surveillance et de détection d’éventuels cas de rage. Ils sont également les interlocuteurs privilégiés pour accompagner les propriétaires d’animaux dans la prévention de la maladie.

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Sécurité sanitaire des aliments

L’Opération Alimentation Vacances (OAV), qui débute aujourd’hui et se déroulera jusqu’au 15 septembre, permettra de renforcer les contrôles en matière de sécurité sanitaire des aliments dans les secteurs de la restauration et des commerces alimentaires, notamment ceux qui connaissent un pic d’activité estival.

Cette action s’inscrit plus largement dans le cadre de l’Opération Interministérielle Vacances, à laquelle participent les services de l’État en charge de la sécurité sanitaire, de la concurrence, de la consommation, de la répression des fraudes, des douanes et de la santé.

La surveillance sera prioritairement concentrée sur les restaurants et commerces alimentaires présentant une hausse d’activité saisonnière (marchés, boucheries, traiteurs, poissonneries, ventes ambulantes, supérette de centres de vacances, etc). Les contrôles seront également renforcés dans les centres aérés, les colonies de vacances et les camps sous toile.

Cette année, pour la première fois, les résultats de cette opération seront rendus accessibles au public sur le site Alim’confiance : une carte interactive permettra de rechercher l’établissement par son nom ou son adresse et d’avoir accès à la date de la dernière inspection ainsi qu’au niveau d’hygiène qui y aura été constaté.

En 2016, l’Opération Alimentation Vacances avait donné lieu à 17 500 inspections par les agents chargés de la sécurité sanitaire, de la consommation et de la répression des fraudes au sein des directions départementales en charge de la protection des populations (DDPP ou DDCSPP).

Ces inspections avaient conduit à 151 fermetures d’établissements et à 804 procès‐verbaux d’infractions.

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation reste, plus que jamais, mobilisé sur les questions de sécurité sanitaire des aliments afin d’assurer la protection des consommateurs.

Catégorie consommationCommentaires fermés

L’accompagnement des entreprises par la métropole

Ce mardi 30 Mai,  Christophe Ferrari, Président de Grenoble-Alpes Métropole s’est rendu à l’hôtel d’activité Cemoi pour une conférence sur l’accompagnement foncier-immobilier de la métropole envers de nombreuses entreprises.

En effet, l’hôtel d’activités Cemoi, ancienne usine historique du premier fabriquant de chocolat français, vient tout juste de finir d’être rénové. Acquis par la métropole en 1979 suite à la fermeture des usines, ce bâtiment regroupe aujourd’hui de nombreuses activités de pointes grenobloises. La métropole porte aujourd’hui des appels d’offre d’accueil d’entreprises au niveau européen.

La compétence immobilière d’entreprise étant du ressort de la métropole, Christophe Ferrari a tenu à souligner sa volonté d’appuyer la dynamique économique à travers cette compétence. Il souhaite inciter à la sanctuarisation des zones foncières économiques, l’exploitation de 14 hectares de zones en friche industrielle et l’accompagnement des startups dans des hybridations comme par exemple l’intégration à l’hôtel d’activités Cemoi, disposant de 11680 m² de locaux et accueillant aujourd’hui des entreprises comme Apple.

Pour permettre de mieux appréhender la dynamique collective de la métropole, Christophe Ferrari  a livré quelques chiffres.

Un étudiant sur 4 souhaite créer son entreprise, la métropole compte 32 000 chefs d’entreprise et 180 000 salariés. Parmi les entreprises du département, 61% ont été créées sur le territoire de la métropole, le nombre de création d’entreprises est en hausse de 7,2%, tandis que celui de défaillance est en baisse de 7%.

- Visite de 4 entreprises de l’hôtel d’activité Cemoi -

À la suite de cette conférence, le président de la métropole a visité 4 entreprises parmi les perles de l’hôtel d’activité Cemoi.

  • Talentéo : Cette startup créée il y a 5 ans a développé un blog centré sur l’emploi des personnes handicapées. Pour ce faire, elle organise de nombreux événements autour de cette thématique (Cook&Job, Sport2Job, etc)

  • Skaping : Une entreprise spécialisée dans la pose, l’entretien et le traitement d’images de caméras de très haute qualité, notamment en montagne.

  • Usharesoft : Une startup développant des services permettant de gérer des applications web et mobile. Leur succès leur a valu leur rachat par le géant japonais Fujitsu, Usharesoft est aujourd’hui leur ambassadeur en France.

  • BH technologies : profitants de l’occasion pour inaugurer leurs nouveaux locaux au sein de l’hôtel, ils sont à l’origine de la création de solutions d’optimisations de la gestion des déchets et de l’éclairage publique.

Pour toutes ces entreprises, l’attrait majeur de centrer leur activité sur la Métropole est notamment l’accès aux ingénieurs grenoblois.

Paul Savary

Catégorie La Métro, La Métro, economie/emploiCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juin 2017
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+